AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 The angel and the fool [Adora & Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Big boys don't cry
administratrice
avatar
DOLLARS : 520
JUKEBOX : The Driver - Bastille
ÂGE DU PERSONNAGE : Trente-cinq ans
NOM DE CODE : Overheat
PROFESSION : Lieutenant commander pour la US Navy, mécano de bateau de formation
RACE : Mutant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: The angel and the fool [Adora & Charlie]   Jeu 13 Juil - 1:53

The angel and the fool

FT. Adora U. Velours




Je ravale mon angoisse, m’aidant d’une généreuse gorgée de champagne. Je déteste d’ordinaire ce genre de breuvages pétillants, mais il semble n’y avoir que cela de disponible ce soir, lors de cet évènement festif. Je devrais me réjouir, être heureux que même après toutes ces années loin de l’armée on pense toujours à moi. Mais je ne peux m’empêcher de me sentir claustrophobique entouré d’autant de gens. Mes pensées convergent toujours vers le fait que je demeure instable, avec une mutation capricieuse. Je refuse de créer un incident durant la soirée, d’attirer tous les regards sur moi. De blesser même malencontreusement un inconnu. Je suis tellement nerveux que j’en ai oublié la véritable raison de ma présence ici. Pourquoi m’a-t-on envoyé cette invitation à la base ? Je pense qu’il s’agit de l’anniversaire d’un haut gradé de la Navy. En tournant la tête, je distingue justement l’amiral, le dos étendu contre le rebord d’une scène montée en son honneur, un chapeau de fête ridicule sur la tête. Cela fait un drôle d’effet avec son uniforme décoré. L’uniforme. Je me souviens que je porte moi-même le mien. Au dernière nouvelle, je suis toujours un lieutenant commander au sein de la Navy. Rien de si extraordinaire que ça, mais assez pour qu’on me prenne en exemple. Je suis entouré de miliaires en uniforme, alors je peux me fondre un peu dans la masse, non ? Je demeure toutefois stratégiquement le long des murs, à siroter mon champagne au goût fade sans faire d’histoire. Observant les festivités en silence. L’amiral à l’honneur me semble déjà saoul. Je le vois faire de grands gestes, rire beaucoup trop fort. Il a le droit, c’est sa soirée après tout. La scène commence à accueillir des danseurs lambda, qui ne font que créer le décor en mouvement d’une fête particulièrement protocolaire. Cela me surprend même qu’on invite de tels artistes à se produire, les célébrations militaires étant d’un ennui mortel d’ordinaire. J’ignore qui a pris cette décision, mais cela ne change pas la droiture et l’allure fière de mes collègues. Quant à moi, je suis une épave ambulante, pour faire changement. Si je n’avais pas été quelques temps sous le commandement de l’amiral, je suis sur que personne n’aurait cherché à me sortir de mon congé maladie pour replonger dans cet univers. Et je dois dire que c’est un autre facteur alimentant mon angoisse. Le fait d’être probablement jugé par tous et chacun et ce sans même avoir la chance de défendre ma position. « Il est malade, alors pourquoi il n’est pas au lit ? » J’entends presque le lieutenant à ma droite me dire. Comment révéler à ces gens qu’effectivement je ne suis pas souffrant, mais que la raison de mon congé est que j’ai une mutation infernale qui me crée des crises de douleur pas possible ? Personne ici n’est en mesure de comprendre cela et encore moins de me laisser libre sans demander au Registration Act de m’attraper à cause du danger potentiel que je représente. Ils n’ont aucune idée de la réalité et ils ne doivent jamais savoir. Le rire de l’amiral attire une fois de plus mon attention. Il y a une femme à côté de lui, voilà qui pique ma curiosité. Elle est de dos à moi, faisant en sorte que je ne peux pas l’identifier si elle est une connaissance. Je me mets donc à longer le mur afin de me rapprocher lentement mais surement des deux. L’amiral n’a plus du tout sa barrière de rigidité qui le garde d’ordinaire discipliné comme l’armée le veut. Il se penche en avant sans gêne vers la femme et il fait glisser ses gros doigts sur sa peau blanche sans même un remord. Finalement, j’atteins une proximité suffisante pour me permettre de voir le profil de la femme. Je me fige, hypnotisé par cette contemplation. Jusqu’à ce qu’elle semble me remarquer et qu’elle me révèle l’entièreté de son visage sublime.

Revenir en haut Aller en bas


I'm a Bitch, I know.
avatar
DOLLARS : 435
JUKEBOX : Tainted Love - I put a spell on you
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Velours
PROFESSION : Star au Cabaret Burlesque
RACE : Mutante
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The angel and the fool [Adora & Charlie]   Jeu 13 Juil - 8:36

...The angel and the fool...


Je prends toujours mon temps pour me préparer. Je ne laisse rien à moitié. Je veux que tout soit parfait regardant chacun des morceaux de ma tenue au peigne fin. Habituellement, j'y vais selon ma performance et des clients que j'ai à rencontrer, mais pas ce soir. Non, pour une des rares fois, je vais pouvoir m'amuser en tant qu'invitée. Un ami du Cabaret fête son anniversaire et nous avons tous eu une invitation.

C'est un amiral. Un amiral. Je ne peux qu'imaginer la foule d'invité. Des gens du monde politique et militaire importants qui sont composés principalement d'hommes. Non, je ne pense pas au travail, mais à mon propre plaisir. Ce sera sans doute des nouveaux visages que je vais rencontrer. La plupart de ces personnes ne me connaîtront pas en tant qu'artiste et cela me plaît beaucoup. Ne pas sentir qu'on parle sans cesse de vous tout comme s'il me croyait sourde. Non, si les gens vont parler, ce sera surtout pour la femme derrière les plumes. J'espère que les autres vont être capable de se taire sur ma profession et me laisser respirer un peu. Après tout, j'ai le droit aussi de m'amuser et laisser de côté le showbizz, de temps en temps. Ce n'est pas moi qu'on doit admirer, ce soir, mais l'amiral...

Mais, malgré tout, je me doute bien que je ne vais pas passer inaperçu. J'ai quand même des traits particuliers qui laissent très peu de gens indifférents.

Je me suis présenté au fêté dès mon arrivé et me voilà encore à ses côtés après deux verres de champagne. Comme un hôte qui se respecte, celui-ci tient à me présenter au sein de son groupe, de son univers. Un univers qui n'est aucunement le mien. Voir tous ces hommes accoutrées avec la même combinaison de couleur et de tissu. Tous pareille...Je crois que je ne ferais jamais carrière en tant que militaire uniquement pour cette raison.

Je comprends pourquoi je suis facile à repérer avec ma robe scintillante. Je me doute bien que je vais être abordée plus d'une fois, mais j'aurais aimé faire une pause. Nous faisons que quelques pas avant d'être interrompu par un nouvel individu. Cela s'enchaîne d'une conversation qui ne me concerne que très peu. Oui, l'amiral à quand même la politesse de me présenter, mais ses facultés sont de plus en plus affaiblies au fil des gorgées qu'il s'envoie entre les interventions.

Ne croyez pas que je suis plus sage. Je suis quand même à mon 3e verre de champagne. Cela m'en prend plus, mais je tenais à garder le fil de la conversation et m'assurer que l'amiral est entre bonne main. Je n'ai aucune envie qu'il se trouve en première page du journal après avoir fait le coin au courant de la soirée.

Mais je me détends peu à peu. Mes rires sont plus fréquents et mes joues sont légèrement plus rosées. Ce qui est  plus fascinant, c'est de voir ces hommes qui incarnent l'autorité et la droiture être aussi amusant. Je suis heureuse de constater qu'ils ne s'agissent pas d'être froid et sans âme. D'accord, ils paraissent quand même fier et tendu, mais ce sont des gens comme vous ou moi. Cependant, certains ont des secrets, des images qui seront à jamais gravés dans leur mémoire. C'est pour cela qu'il faut plus de ce genre de soirée: pour voir le bon côté des choses. Avoir du plaisir...oubliant ces horreurs pour quelques heures.

" Vous ai-je dis que vous êtes tout en beauté, ce soir ? Je suis très content de vous avoir avec moi..."dit-il en déposant maladroitement ses doigts sur ma joue gauche.

Habituellement, ce genre de contact m'enrage lorsque je suis pas consentante, mais je devais me calmer. Je dois y aller avec la logique des choses: son taux d'alcoolémie doit être très élevé. Il venait tout juste de terminer le rhum qu'un des commandants lui avait apporté. Je sais qu'il est capable d'en prendre, mais s'il continue comme cela, je vais devoir le soutenir pour qu'il puisse marcher.

Je me tournais légèrement la tête, surprise de cette intrusion sur ma peau. Je gardais quand même le sourire, ne voulant rien gâcher.

" Oui, Amiral...C'est la 3e fois que vous me le dites. Je suis aussi très heureuse d'être ici pour fêter votre anniversaire, mon cher. C'est une fête très réussie."

Il y a beaucoup de monde autour de nous, je le sais très bien, mais je sens quand même une proximité. J'ai vu quelqu'un qui nous regarde avec attention du coin de l'oeil...

Encore un petit curieux, mais timide...Je souris tout bonnement amusée par cette situation.

Je n'ai pas pu m'empêcher de me retourner totalement la tête, curieuse de savoir de qui il s'agit...

" Ohhh..." dis-je par l'effet de surprise.

Un homme, bien sûr...

Je le fixe, laissant l'amiral me raconter une autre anecdote qui m'est complètement indifférente pour le moment. Non, je suis concentré sur autre chose.

Sur un nouveau visage. À moins que sa barbe et son costume me joue des tours, mais ces traits ne me sont aucunement familier. Sinon, je ne serais pas immobile avec cette étonnement sur mon visage.

Il n'est pas comme les autres que j'ai croisé ici. C'est ce qui m'a frappé en premier. Il porte bien l'uniforme, mais...il ne semble pas aussi droit et coincé. Non, tout est fluide. Ses pas vers moi, sa démarche et ce sourire...

Non, je ne l'ai jamais vu...

Quelques secondes seulement s'est joué entre ma surprise et son approche en notre direction. Je retrouve aussitôt mon attitude femme et mon jolie petit sourire.

"Bonsoir..." dis-je tout bas. Je le fixais de mes doux yeux quelques instants, accompagné de mon sourire aguichant...

Je tourne la tête vers l'amiral qui commence à avoir de la difficulté à resté stable.

J'ose amorcer un échange en déposant mes mains blanches sur mes hanches.

" Si vous venez apporter un autre verre à l'amiral, c'est vous qui allez ramasser les dégâts, mon cher..." dis-je pour le taquiner. C'est une bonne façon de faire bonne impression.

Il faut être un imbécile pour ignorer l'état du fêté. Il vaut mieux qu'il prenne une pause, sinon les festivités vont se finir très vite.

L'amiral remarque, par la suite, la présence de cet homme. Il s'est avancé d'un seul coup, vers lui, me laissant un peu à l'arrière.

Je laisse le fêté démarrer l'échange officiellement en espérant qu'il prenne le soin de me présenter...

Codage par Libella sur Graphiorum



   
I Put A Spell On You

You better stop the things you do - I ain't lyin' - No, I ain't lyin' - I put a spell on you - 'Cause you're mine
Revenir en haut Aller en bas


Big boys don't cry
administratrice
avatar
DOLLARS : 520
JUKEBOX : The Driver - Bastille
ÂGE DU PERSONNAGE : Trente-cinq ans
NOM DE CODE : Overheat
PROFESSION : Lieutenant commander pour la US Navy, mécano de bateau de formation
RACE : Mutant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The angel and the fool [Adora & Charlie]   Ven 14 Juil - 3:29

The angel and the fool

FT. Adora U. Velours




Dans ce regard, se trouve une étincelle de défi, de beauté indéniable. Elle dégage quelque chose d’unique, que je n’ai encore jamais eu la chance de voir de si près. Ces yeux emprisonnent les miens avec une aisance déconcertante. L’espace de quelques secondes, le temps ralenti. Je me laisse attraper par son magnétisme, envoûtée par le mystère qu’elle représente pour moi. Puis, un sourire vient se dessiner sur mes lèvres et accompagne la propre étincelle brillante dans mon regard. La soirée vient de devenir soudainement intéressante, une tournure à laquelle je ne m’attendais pas vraiment. Je m’avance sans délaisser la femme des yeux. Plus la proximité entre nous augmente et plus la curiosité grandie dans mon esprit. Qui est-elle ? Une amie de l’amiral forcément, mais encore. Il semble la prendre pour un objet, alors que je sais que derrière cette beauté se cache une histoire et une personnalité. L’amiral n’est que futilité à côté d’elle, il me semble. Il est gras, il est bruyant et il est maladroit. Ses doigts rugueux ne sont pas faits pour caresser une peau aussi douce et laiteuse. Ni les mien d’ailleurs, capable de tellement de mal. Je me retrouve à leurs côtés, ayant comblé la distance sans vraiment m’en rendre compte. Je m’arrête, saluant poliment la femme d’un geste de la tête avant de poser une main contre le dos de l’amiral. Il se retourne, faisant un pas vers moi pour se retrouver presque collé contre moi. Je ne perds pas mon sourire. Un peu comme avec un enfant, il faut savoir parler de manière convenable à une personne saoule pour ne pas la mettre en rogne. La femme intervient, m’avisant que si je suis là pour donner un autre verre au militaire haut gradé, que je vais devoir ramasser les conséquences. L’image n’est pas agréable à mon esprit, je la chasse donc aussitôt. L’haleine d’alcool de l’amiral me parvient dans un souffle et je fais de gros efforts pour ne pas grimacer face à ce désagrément. Je le laisse me prendre dans ses bras lorsqu’il réalise soudainement qui je suis. Je ne peux m’empêcher de sourire un peu plus fort face à ce geste totalement hors caractère de sa part et je lui tapote le dos pour l’inciter à me relâcher. J’offre un clin d’œil à la femme qui nous regarde toujours, lui signalant ainsi que je compte bien agir prochainement. À mon oreille, la grosse voix de l’amiral résonne. « Charlie ! Mon petit Charlie ! Ça fait trop longtemps qu’on ne s’est pas vue ! Tu as pensé à mon anniversaire ! Tu as toujours été le meilleur de mes hommes, c’est moi qui le dis ! » Je suis surpris par autant de fleurs lancées. Dois-je attendre le pot ? « Et moi je dis que vous devriez retourner à votre table, amiral. Le général y est assit depuis une bonne heure déjà. » L’homme se recule subitement et me fixe dans les yeux, visiblement surpris par quelque chose. « Le général ! Mais… Mais on ne fait pas attendre le général ! » Il se retourne vers la femme, me lâchant au passage. « Excusez-moi, très chère, mais le général n’attend pas ! » Et le voilà qui se met à se dandiner de sa démarche alcoolique et chancelante vers une table qui n’est pas la sienne. Je le regarde, haussant les sourcils. « Le coup du général, ça marche encore. J’en suis le premier surpris. » Je dis à moi-même, fixant toujours l’amiral et sa démarche de pingouin. Je baisse les yeux sur la femme, toujours présente à mes côtés. Je lui offre un sourire rien que pour elle. « Désolé de vous avoir fait perdre votre compagnon pour la soirée, mais je le trouvais un peu trop instable sur ses pieds pour demeurer debout. Il va finir par trouver une chaise et piquer un somme, comme il le fait toujours. » Je cherche à nouveau l’amiral du regard. Je ne le vois plus à travers la foule, il a donc probablement dû trouver une table. Mes yeux percent ceux de l’autre invitée une nouvelle fois. « Je pense que vous avez deviné mon nom. Par contre, je suis nulle aux jeux des devinettes alors je ne pourrais pas vraiment en faire autant pour le vôtre. » Si j’avais été un soldat un peu plus formelle comme les autres, je lui aurais tendu une main et je lui aurais donné mon grade ainsi que mon nom complet. Mais bon, l’amiral a gâché la surprise alors je dois me reprendre dans les présentations d’une autre manière.

Revenir en haut Aller en bas


I'm a Bitch, I know.
avatar
DOLLARS : 435
JUKEBOX : Tainted Love - I put a spell on you
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Velours
PROFESSION : Star au Cabaret Burlesque
RACE : Mutante
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The angel and the fool [Adora & Charlie]   Hier à 6:50

...The angel and the fool...


Il s'agit bien de la fête de l'amiral, mais il n'était pas question que je reste à ses côtés toute la soirée. Je sais qu'il m'aime bien et que ma présence à ses côtés renforcent ses échanges avec les autres invités, mais je ne suis pas son jouet. Je suis le jouet de personne. Je refuse de jouer l'infirmière et devoir prendre soin de lui alors qu'il ne cesse pas de picoler.

Je suis indépendante et j'ai aussi le droit de m'amuser.

Il est de plus en plus lourd dû par son poids, certes, mais aussi de son attitude qui est loin d'être agréable. Je tente de rester droite et courtoise, mais cela devient difficile. Une haleine de boisson qui me harcèle les narines à chaque fois qu'il ose approcher son visage du mien. Je sais très bien qu'il fixe ma poitrine de part ses yeux qui louchent. Que dire de ses mains baladeuses. Non, je ne peux pas m'énerver ici. J'accuse l'alcool d'en être responsable. Je me concentre à cette idée essayant de trouver une solution. Trouver le regard d'un invité verrait la situation...

Je suis très heureuse de voir celui qui vient à ma rescousse. Oui, très heureuse...

Un être très calme, nonchalant se présente à nous, me libérant ainsi des mains maladroites de l'amiral. Je suis rassurée de la réaction de cet homme qui ne semble aucunement choqué de voir son supérieur aussi assommé par l'alcool. Au contraire, il garde ce sourire, fort joli, d'ailleurs. Je recule légèrement pour laisser de l'espace à ces messieurs. J'aurais pu les quitter discrètement et ainsi continuer ma soirée avec d'autres invités, mais je reste tout près. Je tiens quand même à m'assurer du bien de l'amiral et en connaître d'avantage sur ce nouveau visage qui est apparu devant moi.

Je ne peux pas m'empêcher de sourire en voyant cet homme me faire ce petit geste discret. Il est en contrôle, pour l'instant...Pour m'impressionner, sans doute. Toutefois, il peut avoir des surprises avec un homme en état d'ébriété. J'en sais quelque chose.

Alors, je crois mes bras pour montrer ma fermeture,  étant toujours incertaine de cette prétention de sa part. Je serais impressionnée que lorsqu'il arrivera à une solution.

Ce...Charlie. Tiens, je découvre enfin le nom de mon sauveur. Je lève les sourcils, surprise par ces nouvelles informations qui ne cessent d'accroître ma curiosité.

Un de ses meilleurs hommes...qui n'a pas vue depuis longtemps. Charlie...

Joli nom et un si joli visage...

Je range tout cela dans une petite boite en continuant d'observer sa manoeuvre pour se débarrasser du fêté en toute discrétion...

Et il ose utiliser la hiérarchie militaire. Pas mal...

L'amiral dans tous ses états, paniqué par son manque de savoir-vivre. Je ne l'ai jamais vu aussi tendu, à croire que ce général est aussi droit et autoritaire que lui. Peut-être plus...

Il est partie si vite, que je n'ai pas eu le temps de saluer se retrouvant presque au sol par sa démarche déconstruire et aucunement digne de son rang. Et dire qu'il ne se rappellera pas de cette soirée.

Je le regarde se perdre parmi les tables avant de constater la présence de ce Charlie...

Il me regarde. Devrais-je en faire autant ou l'ignorer que pour le plaisir de le faire ? Oui, il m'arrive de m'amuser ainsi et jouer l'intouchable ne me préoccupant point de ces hommes qui veulent mon attention. Pourtant, quand l'un d'eux est aussi courtois, il serait injuste d'agir contre de si bonnes intentions.

Alors, doucement, je dépose mes yeux sur lui. Je m'y accroche en ajoutant un sourire imprévisible de ma part. Je n'ai pas remarqué tout ces teintes de bleu de ses iris. C'est fascinant ces combinaisons possibles de couleurs qui nous frappent de plein fouet ne sachant aucunement comment réagir.

Disons que je n'ai aucunement l'intention de chercher l'amiral avec lui. Je profite de son attention vers l'amiral pour me laisser guider par la volonté de mon regard scrutant mon nouvel compagnon de cette soirée.

J'admire ces hommes qui se dévoue pour notre pays. Ils se consacrent à un entraînement ardue qui les rend aussi...puissant. Je ne peux qu'imaginer la forme sculpté de cet homme qui se cache sous ces habits défraîchies. C'est ces moments là que je maudis mon désir de discrétion sur mes capacités.

Oui, il n'est pas aussi habillé que les autres que j'ai rencontré et c'est ce qui m'intrigue. Il y a sans doute une raison. Un détachement ? L'amiral a dit qu'il ne l'a pas vu depuis longtemps...

J'ai un malin plaisir de chercher les histoires cachées des gens, seulement en les scrutant attentivement...

Et je scrute Charlie...

« Je pense que vous avez deviné mon nom. Par contre, je suis nulle aux jeux des devinettes alors je ne pourrais pas vraiment en faire autant pour le vôtre. »

Je relâche soudainement mes bras le long de mon corps prenant un petit moment de silence. Je suis saisie par ce que je viens d'entendre. Il ne sait aucunement qui je suis !? Je connais la plupart de ses confrères militaires, mais il n'a aucune idée de qui se trouve devant lui ?! Vient-il se sortir d'un abri nucléaire après des années d'incarcération ?

Comment peut-on ignorer qui je suis ?

Légèrement insultée, j'avale mon orgueil pour laisser la place à la malice. J'ai envie de m'amuser un peu. Il a prononcé le mot magique...Devinette.

" C'est pourtant si amusant...et si simple."

J'ose m'avancer lentement me retrouvant face à lui dans un esprit perfide. Je pousse un léger rire. Je m'amuse prenant le temps d'appuyer les mots avec une petite touche de charme. Tout cela sans le quitter des yeux :

" Mon prénom...Ce veut comme un synonyme....d'amour et de...passion pour la 3e personne du singulier..."

Ohhhhh, que vois-je ? Son collet est mal ajusté. Je dépose délicatement mes mains blanches sur ses larges épaules. Soudain, je constate une proximité entre lui et moi. Une proximité peut être effrayante ou même très agréable. Je penche pour la 2e option profitant pour sentir son odeur parfumé. Le genre d'odeur qui me fait qu'apprécier cette soirée d'avantage.

J'enchaîne ma devinette tout en m'assurant de glisser mes doigts fins sur ce col touchant subtilement sa peau. Pas trop rugueuse. Il ne s'est pas rasé, de toute évidence, mais ce n'est pas repoussant. Au contraire...

" Mon nom de famille est aussi...douce et ...soyeuse que ces doigts qui viennent de vous faire frémir..." dis-je aussitôt en tirant le revêt de son veston pour le ramener à la réalité.

Puis sans attendre, je le contourne ne lui laissant pas le temps de réagir...Je fini par lui murmurer doucement dans l'oreille d'une voix légère:

" Mon tout est une femme impatiente qui espère vous faire aimer les devinettes...Charlie."

Je termine mon petit jeu avec un regard amusé. Je m'éloigne tranquillement de lui sans me retourner pour prendre un autre verre de champagne.

Codage par Libella sur Graphiorum



   
I Put A Spell On You

You better stop the things you do - I ain't lyin' - No, I ain't lyin' - I put a spell on you - 'Cause you're mine
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The angel and the fool [Adora & Charlie]   
Revenir en haut Aller en bas


 
The angel and the fool [Adora & Charlie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charlie's angel, The A team, Remington Steele serie vintage année 70-80
» "Angel breeze" par akiloune résultats !!!
» Angel Beats! Heaven's Door
» 91 - Massy - Association Scrap'art Angel
» Live Fast Die Never (Angel Soundtrack)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: New York City :: Manhattan :: Upper Manhattan :: Hudson Heights-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: