AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Get out of jail free... and start hunting (Madripoor) - Ophelia Sarkissian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Get out of jail free... and start hunting (Madripoor) - Ophelia Sarkissian   Dim 18 Juin - 21:22


Get out of jail free… and start hunting


He said "I ain't spending my life here ; I ain't living alone ; Ain't breaking no rocks on the chain gang ; I'm breakin' out and headin' home —Jailbreak AC/DC



Pas un seul instant, tu t’es demandé comment Mallory avait perdu son œil droit ? Je vais te raconter cette histoire, dude, parce qu’elle m’excite au plus haut point ! Tu vois un soir, ton pote Mallory avec son cul de trois tonnes à eu la même idée… stupide, cela va s’en dire… que toi. C’est-à-dire que son pénis a pris le dessus sur son cerveau… Je savais déjà que la gente masculine n’avait pas une capacité encéphalique très développée et que leur QI était inversement proportionnel à leur frustration sexuelle… Mais à ce point ? Vous battez tous les records dans cette prison ! Enfin bref… je m’égare, je m’égare…. Alors un soir, Mallory à lui aussi passé cette porte avec la main sur son entrejambe, il était telleeeement excité le cochon. Alors il est venu en se disant que la petite Regan allait se laisser faire que tout ce qui se dit sur elle ne peut pas être vrai, qu’après tout, elle est trop « bonne » pour être la timbrée dont on parle. Alors… alors… je l’ai plaqué au sol comme je le fais avec toi maintenant Burnett, il a commencé à pleurer. J’ai trouvé ça tellement mignon que… que… et bien que j’ai eu envie de lui crever les yeux. Alors j’ai pris mon pouce, comme maintenant, et je les lui ai enfoncé dans son orbite, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus pleurer. Aaaah… c’était si bon ! Mais soit rassuré Burnett, je ne vais pas te faire ça. Non… non… ne pleure pas… chut ! Je trouve que tu as de fort belles oreilles, tu sais ! Chuchotais-je à son oreille d’une douce voix. Burnett était au sol, le nez en sang, il me regardait avec ses petits yeux de gros porcs qu’il était. Il semblait vivre un cauchemar. Peut-être était-ce le cas, mais en ce qui me concernait, je m’amusais comme une folle. Il y avait peu de moment où l’on pouvait s’amusait ainsi quand on était en prison. Heureusement pour moi, il était facile d’attirer les gardiens ou les autres détenues dans ma cellule pour jouer un peu. De ma langue, je m’amusais à titiller le bord de l’oreille de Burnett avant de mordiller légèrement son lobe. Quand j’entendis le bruit caractéristique d’une téléportation derrière moi, je compris que c’était mon heure. Je plongeais une dernière fois mon regard dans celui de Burnett et lui fit un grand sourire avant de replonger ma tête en direction de son côté gauche.

Je me relevais avec grâce au-dessus d’un Burnett pleurnichant qui avait eu le bon goût de se retenir de crier alors que je lui arrachais l’oreille. Je crachais le morceau chair ensanglanté sur le torse du gardien alors que le sang continuait à couleur au bord de mes lèvres. Ne me remercie pas Burnett, cela aurait pu être pire. J’ai pris l’œil de Mallory, certes… mais j’ai encore plus aimé prendre la langue de Samson. Allez je te fais un bisou…! Bye bye Burnett ! Alors je suivis l’ange sombre tombé du ciel, mon sauveur démoniaque : Sephiroth.



24 heures plus tard ♦ Asie du Sud-Ouest, Ile de Madripoor

Attention Madripoor, on a libéré un monstre dans nos rues ! Andrea Von Strucker, fils d’un dirigeant de l’HYDRA, minable petit truand à la sauvette n’avez pour lui que son bar et les catins qu’il y logeait. En soit, Baby Andy n’avait aucun intérêt, mais il avait le mérite de connaitre tout le monde sur Madripoor et de travailler pour l’organisation de son paternel. Baby Andy… j’aurais cru qu’après m’avoir fait libérer de mes chaines, l’HYDRA aurait eu la galanterie de m’apporter un peu de viande fraiche pour célébrer mon retour. lui répondis-je laconique. Je comprenais bien qu’il y avait des raisons pour que l’organisation terroriste ait pris le risque de me sortir de prison. Mais après six mois derrière les barreaux, je n’avais qu’une envie : du sexe. J’aurais pu assouvir mon plaisir pendant que j’étais en cage après tout Samson, Mallory, Burnett et d’autres étaient venus pour ça, mais j’avais trouvé plus drôle de les mutiler. Néanmoins je devais reconnaitre qu’Andrea était un homme joueur. Et jouer était ce que je préférais le plus au monde. Regan, tu me brises le cœur. Ai-je été aussi mauvais par le passé ? Je peux te promettre de faire mieux, si tu me laissais… On ne t’a pas envoyé pour ça, n’est-ce pas ? Si tu étais un gentil garçon et que tu me disais ce que l’on me voulait ici, alors peut-être que je pourrais réviser ma position ? Ta position, Lady M. ou tes positions ? Cette petite étincelle au fond de son regard était comme un aphrodisiaque, la douce promesse d’action future. Je m’approchais de lui pour laisser couler ma main le long de son torse. Hmmmm… un peu des deux ! Que tu es bonne!!! Madame HYDRA t’attends en haut de ce bâtiment. Tu vois quand tu veux… Je passe à ton bar plus tard !

Après la musique laconique de l’ascenseur qui aurait pu me donner l’idée d’égorger un agneau (ou bien est-ce exactement ce qu’elle m’inspira), j’arrivais au dernière étage d’un des nombreux immeubles de Madripoor. Devant une des portes, deux soldats de l’hydre, reconnaissable par leur blason, montaient la garde. Sans un mot, ils ouvrirent la porte pour atterrir dans le luxueux bureau de Madame HYDRA, où bien comme je le découvris rapidement Ophelia Sarkissian. La délicieuse brune au regard de braise, aussi rigide qu’une cravache de cavalier. Rien que d’y penser, cela déclencha un frisson tout le long de ma colonne vertébrale. V. ma dooouce. A ce que je vois tu as pris du galon… Madame HYDRA ! Olala… rien que de prononcer ce nom est émoustillant. Exprimais-je tout sourire en me laissant tomber dans un fauteuil. Alors V., que puis-je faire pour toi ?
- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Revenir en haut Aller en bas


Madame H.Y.D.R.A. ♛ Queen of Madripoor
avatar
COULEUR RP : #339900
DOLLARS : 377
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (70 ans en réalité)
NOM DE CODE : Madame HYDRA
PROFESSION : Agent de H.Y.D.R.A., souveraine de Madripoor.
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Get out of jail free... and start hunting (Madripoor) - Ophelia Sarkissian   Lun 19 Juin - 16:42


The Lady and the Queen - Part 1


- We both know you're hiding subversives. And I'll find them soon enough. -



Seule dans son bureau, Ophelia patientait, réfléchissait, regardait l'horizon s'étendant à perte de vue par sa baie vitrée. Le projet de refondation d'H.Y.D.R.A. était officiellement en marche. L'île de Madripoor avait élu sa reine et était totalement soumise à Ophelia. L'île était indépendante de tout gouvernement indonésien ou malaisien. Ophelia appuyait ainsi son pouvoir et voulait l'étendre désormais. Seulement, elle manquait d'alliés contrairement à ses ennemis qui affluaient. Elle faisait de nombreuses recherches sur les anciens membres d'H.Y.D.R.A. toujours actifs. Sur son bureau, était posé un dossier sur lequel était inscrit le nom de Winter Soldier. Elle recherchait cette marionnette qui, il y a quelques années avait été activée par le directeur Pierce puis plus récemment, accusée du meurtre du roi du Wakanda, T'Chaka. Le soldat était désormais en fuite, comme l'étaient Captain America et ses camarades. Ses recherches commençaient par là. La soldat serait très utile pour le projet d'Ophelia.

Ophelia reçut la visite d'un de ses sbires qui venait lui annoncer que son invitée était arrivée sur Madripoor. Elle remit en place sa veste, regarda dans le miroir si son visage était... parfait, remit une couche de rouge à lèvres puis se leva, chasse son esclave et se posa debout, face à sa double-porte donnant sur la terrasse. D'un signe de la main, elle fit signe à un de ses gardes de la faire entrer. Elle avait en effet retrouvé la trace d'une alliée de poids, d'une alliée de choix : Lady Mastermind. Elle connaissait Regan depuis un temps déjà et savait ses capacités ainsi que sa façon d'agir. Elle avait donc organisé et programmé son évasion de la prison dans laquelle, elle avait été enfermée. Elle était silencieuse lorsque la jeune femme entra dans le bureau. Elle lui tournait le dos, les mains dans le dos. La jeune femme sembla se rapprocher et engagea la conversation.

- V. ma dooouce. A ce que je vois tu as pris du galon… Madame HYDRA ! Olala… rien que de prononcer ce nom est émoustillant.

Elle n'avait pas tort. C'était vraiment émoustillant et Ophelia ne put retenir un petit sourire de satisfaction. Elle se retourna alors et ses yeux se posèrent sur la jeune blonde. Elle était tout sourire et s'affala dans un fauteuil. Ophelia lui sourit en retour et alla s'asseoir, en face d'elle, dans son siège, derrière son bureau. Croisant les bras, elle l'écouta à nouveau avant de lui dévoiler la suite et le pourquoi de sa présence.

- Alors V., que puis-je faire pour toi ?

Énormément de choses. Si elle savait. Ophelia était restée une nouvelle fois silencieuse, rassemblant les différents dossiers présents devant elle. Différents agents d'H.Y.D.R.A. qu'elle espérait qu'ils la rejoignent, elle et son renouveau pour l'organisation criminelle. Elle avait quelques soldats à sa solde mais la plupart du temps, elle devait mener les missions par elle-même. Ah, il est déjà loin le temps du Framework... Elle mit un dossier, intitulé « Lépold Fitz », de côté. Nul besoin de sbires pour cette mission là. Elle se saisit d'un autre dossier, puis reporta son attention sur Regan.

- Regan, ma chérie. Je suis ravie de t'accueillir ici. Et, tu peux faire beaucoup de choses d'après ce qu'on m'a pu rapporter de la pitoyable prison d'où tu sors.

À ce moment, Ophelia leva la main, ce qui signalait qu'elle voulait être seule. Les gardes sortirent, et la porte se verrouilla. La brune aux mèches vertes, se leva et actionna le grand tableau accroché au mur. Derrière celui-ci, se dévoila une sorte de tableau blanc sur lequel étaient notées d'innombrables informations. Au centre était inscrit le nom de l'organisation : H.Y.D.R.A.

- J'ai besoin d'atouts comme toi pour refonder l'H.Y.D.R.A. Le monde tel que nous le connaissons n'est plus fiable. Les gouvernements occidentaux se sont fourvoyés. Le S.H.I.E.L.D. a échoué. Les Avengers se sont fourvoyés. Nous devons purifier tout ça, instaurer un nouvel ordre mondial. Mais nous devons être plus nombreux, plus forts, plus préparés.

Revenant près de sa place, elle avança le dossier concernant le soldat de l'hiver et le mit sous le nez de Regan avec un grand sourire.

Code by Sleepy


— Hail H.Y.D.R.A. ! —

Ophelia Sarkissian. Do not... call me that here. "Aida" is an acronym. The "A" stands for "artificial." Do you know how degrading it is... being kept in a closet, to be used... to be treated as a thing? Well, I am not your tool. Not anymore. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Get out of jail free... and start hunting (Madripoor) - Ophelia Sarkissian   Lun 19 Juin - 20:23


Get out of jail free… and start hunting


He said "I ain't spending my life here ; I ain't living alone ; Ain't breaking no rocks on the chain gang ; I'm breakin' out and headin' home [b]—Jailbreak AC/DC


J’ignorais ce que j’appréciais le plus de cette liberté fraichement retrouvée. Pouvoir apprécier les plaisirs de Madripoor ou bien retrouver enfin le cuir de mon costume de vilaine fille. Cette double peau échancrée était un plaisir à revêtir comme une partie entière de moi-même. Avachie sur un fauteuil comme un enfant, je laissais retomber mes jambes d’un côté de l’assise et ma tête de l’autre. Tout le monde savait que Regan Wyngarde n’avait rien de sérieux sauf dans le crime. Qu’il fallait s’habituer à ses folies et ses excès. Mais dans le fond, beaucoup de personnes aimaient ça ! Alors je laissais ma tête suivre nonchalamment les mouvements de ma nouvelle patronne.

Ophelia était le genre de femme que l’on imaginait habillé d’une tenue de cuir SM avec une cravache à la main. Elle avait cette autorité puissante qui se dégageait de chacun de ses pores. Si chez la plupart des gens elle inspirait la crainte et le respect ; chez moi, elle inspirait la folie et l’excitation. Je savais que si elle m’avait sortir de ma geôle s’était parce qu’elle avait une mission stimulante à me proposer. Et par stimulante, j’entendais dangereuse. J’adorais me jeter dans la gueule du loup pour semer le doute et la démence dans le cœur de mes adversaires. J’aimais jouer avec leurs esprits comme on joue avec des marionnettes. Et dès que j’étais révélé, je n’avais plus qu’à m’éclipser et laisser mes victimes seul avec leur paranoïa.

Regan, ma chérie. Je suis ravie de t'accueillir ici. Et, tu peux faire beaucoup de choses d'après ce qu'on m'a pu rapporter de la pitoyable prison d'où tu sors. Je ne pus que laisser tomber ma tête en arrière et faire un immense sourire à mon hôte. On s’occupe comme on peut. J’ai voulu parfaire mes talents pendant cette courte pause ! La prison était un lieu très drôle pour rencontrer de nouvelles personnes. Et même avec les systèmes de blocages de mes capacités cachés dans les murs, j’avais toujours trouvé des façons ingénieuses et poétiques de partager des moments agréables avec des gens. Ils n’étaient pas toujours d’accord, ces hypocrites, alors que je leur offrais les privilèges de mon attention.

V. fit signe à ses sbires de quitter le lieu avant de mettre en place les rouages de sa mise en scène. Même si il n’était pas nécessaire d’utiliser des moyens techniques pour m’attirer dans un plan, j’appréciais l’attention et commençait à me redresser sur mon tabouret comme l’aurais fait une petite fille devant son cadeau d’anniversaire. Ahahah… J’aime ça ! J'ai besoin d'atouts comme toi pour refonder l'H.Y.D.R.A. Le monde tel que nous le connaissons n'est plus fiable. Les gouvernements occidentaux se sont fourvoyés. Le S.H.I.E.L.D. a échoué. Les Avengers se sont fourvoyés. Nous devons purifier tout ça, instaurer un nouvel ordre mondial. Mais nous devons être plus nombreux, plus forts, plus préparés. Tout était dans le décor lorsque l’on était à l’HYDRA. Faire son entrée était quelque chose d’important, mais d’ennuyant. Mais V. savait y faire, et elle sut attirer mon attention lorsqu’elle fit glisser ce dossier devant moi.

James Buchanan Barnes, dit Bucky. Surnom « Le Soldat de l’Hiver ». Ancien bras armé de l’HYDRA avant qu’il ne se fasse réinitialisé par le Captain. Un immense sourire vint illuminer mon visage au fur et à mesure de  ma lecture. Quand mon regard se porta de nouveau sur Ophelia, je la voyais elle aussi satisfaite de son idée. J’en restai coite pendant quelques secondes, mais mon bagou légendaire pris le dessus. Vipère, petite coquine… pour une surprise, c’est une surprise ! Tu sais que je me fous complétement de tes petites querelles avec le monde entier. Mais ce que tu m’offres là…. Hmmmm…. C’est fort intriguant ! Même en prison, on a entendu parler de Barnes. Quelle honte pour l’HYDRA… le Soldat a pris la poudre d’escampette !

Le soldat de l’Hiver avait été l’un des meilleurs agents de l’hydre pendant une décennie, mais son passé avait repris le dessus. Et l’affaire de la mort du roi du Wakanda n’avait pas arrangé la traque. Je devais supposer que Ophelia prenait ça pour une offense personnelle pour me faire sortir de prison. Après tout qui voudrait d’une psychopathe capable de vous faire voir tout ce qu’elle désire, de vous faire faire tout ce qu’elle désire. Qui voudrait d’une femme peu fiable qui en vérité ne travaillait que pour elle-même, pour assouvir ses envies. Dit moi en plus sur cette mission, ma belle. Que veux-tu que je fasse de Barnes ? Que je le traque ? Que je le tue ? Que je te le rapporte ? Dis-moi que tu veux que je joue tellement avec son esprit qu’il en finira briser et bon à être réinitialisé de nouveau !  Et surtout dit moi, V., que vais-je gagner en travaillant pour l’HYDRA ?

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Get out of jail free... and start hunting (Madripoor) - Ophelia Sarkissian   
Revenir en haut Aller en bas


 
Get out of jail free... and start hunting (Madripoor) - Ophelia Sarkissian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Configurer ses boite mail free et hotmail sous SFR
» sondage start pilote
» [AIDE]Transfert mails Free vers HD2
» un free d'Isabelle Vautier
» [Aide] Mail Free avec Abonnement Orange

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: La Pause Café :: Cimetière :: Anciens rps-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: