AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Partagez | 
 

 Bullet holes [Steve & Mira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

D O C ♦ Scalpel, please !

En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Bullet holes [Steve & Mira]   Dim 18 Juin - 21:09


Bullet holes

FT. Steve Rogers




J’inspire lentement. L’air chaud et humide est agréable. J’observe la nuit s’étendre autour de moi. Logeant ce long mur de briques, je respire l’odeur d’un quartier aisé. Ce n’est pas pour autant qu’il est protégé de la criminalité. Il se passe à Bayside de nombreuses réunions secrètes, à ce que j’ai compris. Une organisation familière a d’ailleurs comme lieu de prédilection cet endroit. HYDRA, aussi sournois qu’amusant à mon avis. Ils s’installent dans la ville depuis un moment déjà. Ils préparent quelque chose de gros et cela nécessite apparemment le plus d’alliés possible. Je ne suis pas présente ici par hasard. On souhaite que je fasse partie de cette liste de « ressources » qu’HYDRA désire recruter pour des besoins futurs. Puisque je n’appartiens à personne, je me montre bien peu coopérative. Je n’ai rien contre les soigner en cas de nécessité, mais je refuse d’être exclusive à leur besoin. Cela a d’ailleurs mené à une confrontation intéressante. Trois membres de l’organisation derrière moi, trois têtes dirigeantes devant, voilà que ma déclaration crée une division instantanée. Les membres souhaitent me forcer à les rejoindre alors que les autres, à qui j’ai tous sauvés la vie à un moment donné, ne souhaite pas qu’on m’abime. Il y a confusion, puis dispute. Des ordres sont finalement donnés, alors que je n’ai pas à dire un mot. Ma valeur est bien trop grande pour risquer de me perdre. Je ne suis pas irremplaçable, sauf que mon avantage est que les dirigeants savent qu’ils peuvent me faire confiance. Trouver un autre médecin aussi compétent que moi risque d’être pénible pour eux. Surtout dans un délai aussi court avant l’exécution du plan, il semblerait. Non, on décide de me garder en réserve et de me laisser opérer à ma guise. L’un des dirigeants est celui qui insiste le plus là-dessus et c’est sur lui que je comptais. Il est un homme et les hommes sont si facilement manipuler par la promesse d’un jour obtenir plus qu’une caresse. Je ne suis pas du tout intéressée par lui, sauf que comme beaucoup d’autres avant lui, il remarque que je ne suis pas non plus sauvage. Il pense pouvoir me domestiquer sans avoir à fournir d’effort. Est-ce l’effet que je projette ? Celui d’une femme faible que l’on peut s’approprier facilement ? Il devra se montrer prudent, puisqu’il ne réalise pas le mal que je peux lui faire en retour si ses pulsions prennent le dessus sur sa raison. Je suis là pour affaire, pas pour le plaisir. Il me laisse filer après un regard long et intéressé. Il scrute mes traits, mais également mes courbes. Je doute qu’il conserve sa position de dirigeant bien longtemps avec si peu de retenue. Je me retrouve à l’extérieur, parcourant sans me presser les alentours. Nous sommes près de l’eau, je peux entendre les vagues au loin. J’atteins finalement une zone neutre, comme l’appelle l’homme d’HYDRA qui m’apprécie un peu trop. C’est-à-dire un endroit où la vie suit son cours normalement, sans être dirigée par la volonté de l’organisation mythique. En d’autres termes, c’est un quartier résidentiel. J’en suis à la limite, juste derrière moi se trouvant un territoire contrôlé. En me retournant, je remarque de nombreux mouvements suspects dans l’obscurité. Je m’arrête et j’observe en silence. Je ne vois plus rien durant une bonne minute avant de finalement entendre l’écho d’une balle de pistolet tirée. Je commence à m’éloigner dans la zone neutre en ne perdant pas mon calme. Ils s’amusent probablement entre eux, comme leurs pratiques douteuses leurs permettent. Je tourne un coin de rue, manquant de me faire renverser par un jeune homme à vélo. Il ne parvient pas à conserver l’équilibre après sa manœuvre d’évitement et il tombe à côté de moi. Il s’excuse malgré tout et dans ma confiance inébranlable, je me laisse retarder pour l’aider à se relever. C’est là qu’une pluie de balles fuse et nous atteint tous les deux. Une seule balle pour mon cas, qui traverse comme du beurre mon bras gauche. La souffrance soudaine me fait tomber à genoux, mais je ne laisse échapper ni cri, ni larme. Je ne peux pas en dire autant du cycliste. Un liquide écarlate s’échappe de son torse pour s’égoutter à terre. Je n’ai pas le temps d’agir pour l’aider que d’autres mouvements passent autour de nous. À travers ceux-ci, je distingue la réflexion d’un bouclier familier. « Il faut le mettre à couvert. » Je dis avec mon ton posé, mais autoritaire. Je ne pourrais pas trainer cet homme bien loin avec un seul bras. Aussitôt, je vois le porteur du bouclier en train de s’activer. Je me mets sur mes deux pieds comme si de rien était, cachant ma souffrance et je lui indique un immeuble commercial qui est à coup sur vide de monde à cette heure. La porte est défoncée avant même que j’ouvre la bouche à nouveau. J’entre à leur suite et je repère une table suffisamment grande et solide pour maintenir un corps. « Là-dessus. » Je lui indique. Aussitôt étendu, je me mets à évaluer son état. Je compte cinq trous de balles, trois dans le thorax, une dans l’abdomen et une dernière dans la cuisse. Ce qui me préoccupe d’abord c’est sa difficulté respiratoire. Je passe une main dans son dos et je soulève avec précaution sa cage thoracique. Immédiatement, ses voies respiratoires semblent se dégager. « Le bouclier. » Je dis sans regarder son possesseur. L’objet à la bonne forme pour maintenir une élévation bénéfique. Après avoir supervisé le positionnement du bouclier, je tourne mon regard vers Steve Rogers pour la première fois. « On dispose de peu de temps avant qu’il ne meurt. J’ai besoin de mains supplémentaires. Les vôtres feront l’affaire. » Je lui dis toujours d’un ton maîtrisé et calme. Normalement, je ne souhaite pas que l’on m’aide. Mais vu l’état des blessures, je ne peux pas faire autrement. Sans attendre sa réponse, je me saisis de l’une de ses mains et je l’applique avec fermeté contre la blessure à la cuisse du cyclisme. En appuyant fortement, je lui indique la pression idéale à appliquer. Je lui indique l’abdomen pour qu’il fasse pareille de son autre main. Je me penche ensuite sur le thorax afin de m’occuper de ces blessures là en priorité.

Revenir en haut Aller en bas
 
Bullet holes [Steve & Mira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Berry, Steve] Cotton Malone - Tome 4: La prophétie Charlemagne
» Mira Nair
» [Berry, Steve] Cotton Malone - Tome 1: L'héritage des Templiers
» Hublot: Bullet Bang Cermet
» aile volante a dérive , la BULLET de CBmodélisme , artisant breton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
language ! ::  :: Queens :: Bayside-
Sauter vers: