AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Mira | I do what it takes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scalpel, please !
administratrice
avatar
COULEUR RP : #ff6600
DOLLARS : 617
JUKEBOX : Bloody Shirt - To Kill A King (Bastille Remix)
ÂGE DU PERSONNAGE : Vingt-neuf ans
NOM DE CODE : Doc
PROFESSION : Chirurgienne générale
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 0:54

Mira Liviana Lorenzi

I love the adrenaline in my veins

FT. Alicia Vikander

SURNOM/S : Mily, Docteur, Docteur Lorenzi
DATE DE NAISSANCE : 1988/05/12
ÂGE ACTUEL : 29 ans
RÉSIDENCE : Manhattan, New York
LIEU DE NAISSANCE : Bari, Italie
NOM DE CODE : Doc pour les gens peu recommandable avec qui elle fait affaire à l'occasion. Pour des raisons évidentes, elle use rarement de sa véritable identité.
PROFESSION : Chirurgienne générale
SITUATION CIVILE : Solitaire

PSEUDO/PRÉNOM : Volodymyr
ÂGE : 24 ans
FRÉQUENCE : 7/7
CONNAISSANCE DU FORUM : DC de Becca


PSYCHOLOGIE DU PERSONNAGE :

Le visage impassible. Le regard détaché. Des traits qui ne dévoilent rien. À force de contenir et de filtrer les émotions qui l’habite, son beau visage n’exprime qu’une indifférence douce. Sa nature calme et ses faibles sourires par-ci par-là pour rassurer son prochain atténuent cette impression de bloc de glace qu’elle dégage. Les personnes qui se montrent un peu trop insistante et qui tente de lui arracher un éclat de rire se frappe assez durement à un mur. Rire, voilà une chose qu’elle ne s’autorise pas souvent. Un peu comme une déformation professionnelle, elle se voit obligé de tout contrôler tout le temps, comme si sa vie n’était qu’un énorme bloc opératoire. Les patients s’enchaînant inlassablement face à son regard passif. Cette insensibilité volontaire l’aide énormément dans son travail. Elle la rend forte et la garde focus, capable de supporter les longues opérations et le stress constant. Sauf qu’une fois livrée au monde banal, voilà que cet avantage devient faiblesse. Les gens sont peu portés à l’approcher. Elle dégage une sorte de froideur bien peu attirante pour les hommes qui pourtant plaisent son regard de temps à autre. Lorsqu’on lui adresse la parole, on a l’impression de ne rien obtenir. Ce qui n’est pas totalement vrai. Mira est capable de se dévoiler, mais elle est méfiante dans son approche. Chaque révélation sur elle doit d’abord être justifiée. Elle ne s’ouvre que si elle sent qu’elle est face à un échange en contrepartie. Un fait sur elle contre un fait sur l’autre. Si vous êtes réticent, elle le sera en retour, tel un miroir imitant votre propre facette. Les gens trop extravertie représentent toutefois un mystère pour le médecin. À défaut d’absorber la même énergie et d’arriver à la reproduire, elle s’éloigne de ces gens-là qui lui donne le tournis. Il lui faut un environnement stable, voir rigide. Elle se sent à l’aise dans les endroits contrôlés, tel un hôpital. À l’extérieur, tout peut arriver. Et cela ne satisfait pas son esprit rationnel et avide de contrôle. Ses yeux observent constamment. Elle parle peu, mais est très attentive. Elle remarque les moindre détails, même les plus infimes et insignifiants. Durant sa formation médicale, elle était d’ailleurs une excellente diagnosticienne. Le non-dit est souvent beaucoup plus révélateur que les paroles et ça elle l’a bien compris. Elle n’est pas une femme irréprochable. Contrairement à ce qu’on pourrait le croire, ce n’est pas une image qu’elle s’applique à donner. Elle est ambiguë dans ses agissements, dans sa moralité profonde. Il lui arrive régulièrement d’avoir des comportements surprenants pour une personne de son titre. Elle a des fréquentations douteuses et des réflexions qui laissent croire qu’elle apprécie autant la caresse que la gifle. Pourtant, elle n’est pas indécise. Elle est consciente de ses possibilités, voilà tout. Mira décide simplement de ne pas arrêter son choix maintenant, de pencher davantage pour ce que la société considère bien ou pour au contraire ce qu’elle désapprouve. Cette mentalité en fait une personne imprévisible. La fréquenter est un peu comme jouer avec le hasard, ne sachant jamais sur quoi vous allez tomber. Comme tout le monde, elle a des hauts et des bas. Sauf que pour y faire face, les solutions qu’elle utilise ne sont pas toujours socialement acceptables. Et ce détail, comme tout le reste, ne lui a pas échappé.


POUVOIR/S, CAPACITÉ/S :

Son unique arme est son scalpel et ses connaissances médicales pour compenser une faiblesse humaine. Son pouvoir est la vision des organes vitaux, des innombrables points sensibles que compose un corps : La jugulaire, la nuque, la trachée, l’aorte, la veine porte, l’artère fémorale, elle a l’embarras du choix. Une seringue remplie d’air administrée dans l’organisme. Le bon médicament donné en dose bien calculée. Chaque médecin qui est formé apprend toutes les possibilités de tuer. Puisque forcément, pour l’éviter, il faut savoir ce qui peut l’entraîner. Elle n’a pas reçu de formation au combat. Elle peine à monter les escaliers de l’hôpital sans arriver au sommet essoufflée. Elle n’a rien d’une espionne, d’un soldat ou d’une justicière. Et pourtant, elle a les compétences d'une meurtrière : Insensible, infaillible sous la pression, à l’esprit vif et observateur, à la main précise et qui ne tremble jamais. Elle a l’égo et la confiance démesurée du chirurgien. Entre ses doigts, son scalpel décide de vie ou de mort.





HISTOIRE :

Assise en plein centre du matelas, Mira est penchée sur un grand livre à coloriage qu’elle barbouille frénétiquement d’un crayon de cire rouge. Dans son dos, étendue sur le flanc, se trouve Liza, sa sœur de trois ans, dont les bras servent d’étaux à un petit chiot blanc. L’animal est tremblant, lui aussi effrayé par la dispute au loin. Dans le salon, leurs parents s’époumonent. Par moment, la langue italienne se mélange à l’anglais afin d’ajouter aux possibilités d’insultes. Lorsque cela arrive, Mira cesse son coloriage en tend l’oreille aux mots. Malgré l’origine de ses parents, la fillette ne parle pas du tout Italien. La raison en est très simple. Après le départ de son père et de mère de l’Italie alors qu’elle n’avait même pas un an, ils se sont installés dans cette grande ville qu’est New York. Aussitôt ont-ils mis les pieds en sol américain qu’ils ont changés radicalement de mode de vie pour adopter celui des locaux. La jeune Mira a donc grandit comme n’importe quelle américaine, à la seule exception près qu’elle ne se sentait pas américaine. Elle se sentait comme une étrangère, ne pouvant se rallier à Italie puisqu’elle n’en connaissait rien. Sa jeune sœur n’a évidemment pas eu le même problème, étant née sur ce territoire. Et même si elle se sent plus à l’aise désormais, Mira ressent quelques fois encore ce malaise de ne pas être à sa place. Le fait qu’elle soit différente n’aide pas. Ses pensées sont décalées, ses réactions surprennent les autres enfants. Elle sent que son cerveau ne fonctionne pas de la même façon que ses congénères et cela la perturbe par moment. Là où les autres rient, elle se fâche. Là où l’ont pleure, elle sourit. Lorsque sa mère la corrige, Mira se retrouve confuse. Pourquoi sa réaction est la mauvaise ? Pourquoi ce n’est pas plutôt les autres qui sont dans l’erreur ? La fillette appuie un peu plus fort contre le crayon, s’arrêtant en le voyant se casser entre ses doigts. La cire est venue tacher sa peau, s’incruster sous ses ongles. Elle observe sa main un instant, avant de remarquer que le silence est tombé. La petite pousse le cahier jusqu’au pied de son lit et étire le bras afin de fermer la lampe de chevet. Elle revient à sa sœur pour la prendre dans ses bras et se coucher à ses côtés. L’écho de la dispute résonne encore dans ses oreilles quand elle ferme les yeux et tente de dormir cette fois.

✤✤✤

Fraiche de ses quinze ans, Mira se fait réveiller par les pleurs aigus du chien. Elle soupire bruyamment, entremêlant ses doigts dans les poils blancs de la tête posée sur son ventre légèrement rebondis. Voilà trois jours que l’animal semble triste, la suis partout en se lamentant de temps à autre. Mira commence à croire que le brave chien se fait vieux et qu’il est malade, sans le sentir affaibli pour autant. Un nouveau pleure irrite l’adolescente. « Arrête ! » Elle ordonne entre ses dents. Le museau du chien vient s’abattre contre le ventre de Mira qui se sent pousser sous la force du geste. « Mais qu’est-ce qui te prend ! » Elle se met à crier en se redressant subitement. Se penchant pour agripper le collier de l’animal et le pousser hors du lit, elle se fige plutôt en route. Dans le bas de son ventre, un craquement mystérieux à fait résonner son corps tout entier. Un frisson remonte le long de sa colonne vertébrale. Le chien jappe à son intention avant de s’enfuir dans la pénombre. Mira n’a pas bougé d’un millimètre. Ce qu’elle a sentit l’a effrayé, l’a tétanisé sur place. Ainsi immobile, elle se sent préservée d’un potentiel danger. Étrange que son esprit envisage une telle chose. Pourtant, l’instinct lui dicte sa façon d’agir. Au bout d’interminables minutes, elle initie de se recoucher, une main venant enrober sa discrète grossesse de quatorze semaines. Un bête accident, qui lui a valu la plus grande engueulade qui soit de sa mère. Et c’est peu dire. Une fois à l’horizontal, elle se permet de plus grandes inspirations. Tout semble se calmer. Finalement, ce n’était rien. Elle ferme les yeux avec l’intention de se rendormir. Les minutes passent à nouveau jusqu’à ce qu’une crampe la sorte de son repos. Cette fois, elle l’a bien sentie. Il n’y pas d’erreur possible. Mira se fige à nouveau, dans l’attente d’une riposte. La seconde contraction comprime son bas ventre avec une telle force qu’elle en a le souffle coupé. Haletante, elle se redresse en tentant d’appliquer le plus de douceur possible à ses gestes. La douleur se manifeste sournoisement alors qu’elle termine de se lever, la pliant en deux. Le long de ses cuisses, elle sent un liquide chaud et épais se déverser. La sensation n’est pas comme une perte menstruelle. Elle n’arrive pas à la décrire. Avec urgence, elle marche péniblement vers la salle de bain. Elle allume la lumière, plissant des yeux sous l’éblouissement. Elle voit la toilette au loin, sauf qu’elle s’écroule au sol juste avant. La fraîcheur de la céramique lui est désagréable. Mira ferme les yeux, le temps que la crampe actuelle, plus forte encore que les précédentes, termine de s’imposer à son corps. Elle ose regarder l’état de ses sous-vêtements, relevant sa chemise de nuit souillée de rouge. Elle distingue nettement à travers le sang foncé des amas solides. Il y en a surtout des petits qui se sont déversés sur le plancher, mais le plus imposant est de la grosseur d’une orange. Se pourrait-il que se soit… Par peur d’y trouver ce qu’elle n’a su conserver jusqu’à maturité, elle relève la tête et baisse vivement sa chemise de nuit. Le chien jappe au rez-de-chaussée. Assise dans son sang, Mira croit reconnaître les pas de sa mère qui rentre du travail. C’est elle qui sera contente. L’avortement avait après tout été sa solution miracle. Désormais le sujet est clôt. Il n’y aura plus lieu de dispute à propos de ce bébé non-désiré. D’une certaine manière, c’est mieux ainsi. « Je lui aurais fais honte. » Murmure Mira à elle-même, le visage fermé. Le chien poursuit son concert de jappements, semble attirer sa mère à l’étage. L’adolescente inspire lentement, calme à présent.

✤✤✤

« Mira, attends ! » Le jeune homme comble la distance qui les sépare au pas de course. Il s’arrête essoufflé en face d’elle, tout souriant devant sa faible condition physique. Mira se montre peut réceptive, le visage presque agacé par sa soudaine présence. Matthew doit le sentir puisqu’il ravale sa salive et ses halètements résiduels pour se redresser bien droit. Son teint rosé, ses gestes nerveux, son tic à replacer ses lunettes alors qu’elles sont correctement mise sur son nez, rien de cela n’échappe à l’étudiante en médecine alors que l’autre rassemble son courage. « Tu veux bien qu’on sorte ensemble, un de ces soirs ? » Mira hausse très faiblement un sourcil. « Quel soir ? » Visiblement surpris de ne pas recevoir un non catégorique, Matthew réfléchit à toute vitesse. « Jeudi soir ? » Il se risque. « Je ne peux pas jeudi soir. » Le jeune homme ne se laisse pas abattre, ayant sentit qu’il y avait de l’espoir. « Oui, c’est vrai, on a l’examen de cardio à préparer pour vendredi. Et ensuite un autre examen la semaine suivante et après le… Sinon on peut réviser ensemble, si tu préfères ! » La proposition le fait sourire, mais Mira ne partage pas cette joie. « Je préfère réviser seule. » Matthew demeure optimiste. « Oui, moi aussi, normalement. Mais, on peut faire une exception. » L’idée semble stupide aux oreilles de l’Italienne. « Pourquoi faire une exception ? » L’homme ouvre la bouche, mais la referme. Il semble lutter pour retenir une pensée, sauf qu’elle est tenace. « Parce que je te trouve très attirante et que j’aimerais passer du temps avec toi. » Son aveu le fait rougir jusqu’aux oreilles. Le regard de Mira semble plus pétillant, ce que Matthew n’avait jamais vu avant. Il ne sait pas s’il doit s’en réjouit ou craindre la suite. « Ce n’est pas ce qui va te faire réussir à l’examen de cardio, ni aux suivants. » Voilà que la jeune femme sourit et que son pauvre prétendant perd définitivement ses moyens. « C’est… C’est vrai. » Il bredouille avant de repartir en riant nerveusement. Il est gentil. « C’est bien ça le problème » Murmure l’étudiante.

✤✤✤

Un chirurgien ne va pas au devant de ses patients. Il ne parcourt pas l’urgence à la recherche de personnes à traiter. Un chirurgien ne vient que lorsqu’on l’appelle, lorsqu’on a besoin de lui sur place. Et lorsqu’il se déplace, il y a intérêt à ce que ce ne soit pas pour rien. Cette dernière règle, les médecins diagnosticiens la connaissent et la mettent en pratique avec rigueur. Voilà pourquoi Mira comprend tout de suite que quelque chose cloche lorsqu’elle reçoit une convocation urgente sans davantage d’explication. D’un pas assuré, elle approche du rideau dissimulant la civière de son patient. Elle le fait glisser sur le côté, reconnaissant la médecin urgentiste de garde. Mira s’en approche, son regard inexorablement attiré par les traits du patient. L’espace d’une seconde, elle hésite. Le visage qu’elle voit ne la laisse pas indifférent, pour une fois. Elle termine malgré tout son approche vers sa collègue, attendant l’explication du cas. « C’est un AVC. » L’autre femme déclare avec un regard triste en direction de l’homme étendu. Mira se montre impatiente. « Montre-moi le doppler. » Elle ordonne en s’appropriant le dossier médical. Comme sa collègue demeure inactive, l’Italienne la presse davantage. « Quelle artère ? Carotide ? Basilaire ? Sylvienne ? » On évite son regard. Elle est là pour une consultation et personne ne lui fournit d’indication, voilà qui est le comble ! Enfin, l’autre femme daigne la regarder. « Non, ce n’est pas un cas ischémique… Mira, l’AVC est hémorragique. La région atteinte est massive. Je peux te montrer les scans, si tu veux. » La révélation choc n’a pas l’effet escomptée, la chirurgienne demeure de marbre. « Pourquoi tu m’as appelé ? » Son ton est accusateur. Un AVC hémorragique est un cas d’extrême urgence qui ne peut être véritablement sauvé que par un neurochirurgien, à condition d’être pris rapidement. Et ce cas, il ne survivra même pas au transfert. L’urgentologue est confuse. « Parce que… Mira s’est ton… » Elle tente de répondre, avant de se faire couper subitement. « Je n’ai rien à faire ici ! » Déclare Mira avant de s’éloigner d’un pas pressant. Elle se souvient du divorce. De la garde exclusive obtenue par sa mère. De son père qui disparaît ensuite de la circulation pour ne revenir que quinze ans plus tard. Alors qu’il est trop tard. Alors qu’il n’y a plus rien à faire. Il ne lui reste que quoi, deux ou trois heures gros maximum ? Mais au fond d’elle-même, elle sait qu’il est déjà mort. Il ne se réveillera pas dans un éclair de lucidité pour demander pardon. Pour lui, s’est terminé.

✤✤✤

Le premier « super-héros » qu’elle rencontre n’a pas donné une grande impression de lui-même. Un soir, à quelques rues de ce bar de la pègre qu’elle aime fréquenter à l’occasion, elle surprend la fin d’un affrontement. Un voleur armé. Un autre homme qui tente de lui retirer le pistolet. Sa carrure est forte, son visage est masqué. À l’époque, le phénomène n’était plus une nouveauté, mais cela surprit tout de même Mira, cachée dans l’ombre. Le héros semble mal calculer la ténacité de son adversaire et la dénotation les prend tous par surprise. Le voleur recule, alors que l’autre tombe à genoux. Ses plaintes lui parviennent aisément, alors qu’il termine de s’effondrer au sol. Elle s’approche dès que le voleur prend les jambes à son cou. La chirurgienne repère sans mal la tache rouge de sang sur le ventre du blessé. Elle s’assoit en prenant garde de ne pas l’effrayer. Le regard de l’homme se fixe dans le sien et ses doigts craintifs serrent à peine son avant-bras qu’il use comme bouée de sauvetage. « Tout va bien, je suis médecin. Je cherche simplement à vous aidez. » Elle lui murmure calmement. Immédiatement soulagé, le héros la relâche. Il se crispe un peu lorsqu’elle agrandit le trou dans son t-shirt noir. Il ne l’arrête toutefois pas, sachant qu’elle représente sa seule chance. La balle n’ayant pas ressortie de l’autre côté, elle est forcément toujours à l’intérieur. Il lui semble nécessaire qu’on lui retire au plus vite. Le sang coule abondamment de son ventre, il sera difficile à Mira d’évaluer correctement la gravité des blessures. La balle s’est logée dans le centre de son abdomen, pas très loin de son nombril. Le calibre de l’arme était suffisant pour perforer un trou supérieur à deux centimètre de diamètre. N’ayant aucun matériel stérile sous la main, elle devra faire sans. Un risque d’infection est le cadet de ses soucis pour le moment. Puisque si son instinct lui donne raison à propos des dommages internes, ce n’est pas une bactérie qui va le tuer. Le meilleur moyen d’en être certaine, s’est d’aller voir. Et le temps est compté. Elle approche sa main droite de la blessure et elle retire le sang superficiel présent. Elle insère un premier doigt et agrandis ensuite l’ouverture manuellement. En appliquant une pression égale sur les parois, les différentes couches de dermes cèdent suffisamment pour lui offrir plus de jeu. Mira arrive ensuite à faire passer quatre doigts par la blessure et elle juge cela suffisant pour commencer l’évaluation interne. Il n’y a pas de résistance musculaire, ce qui facilite sa progression. Il n’y a pas de surface adipeuse qui viennent la gêner non plus. Elle a de la chance d’être tombé sur un homme en forme physiquement. Elle atteint ce qu’elle reconnaît immédiatement comme étant des lambeaux du mésentère. En enfonçant juste un peu plus elle touche à ce qu’elle identifie comme étant le côlon transverse. Sa structure n’est pas intacte non plus, voilà qui est un autre problème. En remontant un peu, suivant le trajet de la balle, elle rencontre une vertèbre. Le bout de ses doigts se réchauffe subitement, un flot sanguin inhabituel se déversant à cet endroit. Elle reconnaît difficilement l’artère iliaque, qui est visiblement la source du problème. En inspectant juste à côté, elle sent un trou dans la veine cave inférieure également. Son pouce l’empêche d’aller plus loin mais en forçant un peu pour serrer ses doigts, elle arrive à toucher la balle qui flotte à travers une piscine de sang. La retirer ne sert à rien. Pas avec les conclusions qu’elle a. La majorité du péritoine et une partie du bassin doit être dans la même situation. En initiant un retrait de sa main, Mira frôle un morceau d’apophyse vertébrale que la balle a du briser dans son sillage. D’autres débris qui frôlent sa peau témoignent de ce fait. Elle termine d’extraire ses doigts, permettant au sang de se remettre à couler par l’ouverture. L’homme est demeuré silencieux durant son inspection. Elle doit reconnaître qu’il a de la force et du courage. La chirurgienne se rapproche de son visage et de sa main saine et froide, vient offrir une compresse improvisée pour son front fiévreux. Il croise son regard. « Est-ce que je vais mourir ? » Une question bête à l’esprit rationnelle de l’Italienne, mais pas la plus bête qu’elle ait entendu dans sa vie. Il mérite une réponse tout de même. « Une artère majeure a été sectionnée par la balle. Même avec un transfert rapide par ambulance, vous aurez perdu trop de sang une fois arrivé à l’hôpital. » Il sourit doucement, impuissant face à la réalité cruelle. « Je comprends. Merci, Docteur. » Mira ne dit rien, elle se contente d’attendre avec lui que le manque de sang au cerveau se fasse sentir. Ce n’est pas une belle mort, il n’y en a pas vraiment qui le sont. Lorsque le cœur n’a plus rien à pomper, il s’emballe avant de s’arrêter brusquement. Sentir ainsi la mort s’abattre sur soi est douloureux. Toutefois, lorsqu’il semble enfin paisible, elle se saisit de son téléphone portable et compose le 911.

✤✤✤

Immobile dans la semi-pénombre, Mira observe les particules de poussière volées dans un faible rayon de soleil. Assise au bord du grand lit, les jambes dans le vide, elle réfléchit comme souvent. Un soupire dans son dos se manifeste. Une main curieuse et endormie vient caresser le creux de ses reins. Nouveau soupire un peu plus puissant. Sur la table de chevet, le flacon de Fentanyl qu’elle lui a fournit est vide. Il est assurément encore dans les vapes. Sa main glisse d’ailleurs de plus en plus vers le bas pour s’écraser finalement sur le matelas. Il est sur le point de s’écrouler de plus belle. Mira se lève mais une voix rauque se manifeste. « Mily » Un petit surnom qu’il lui donne lorsqu’il veut obtenir des faveurs. La femme se retourne pour l’observer. Ainsi étendu à planer, il semble presque inoffensif. « Mily » Il répète avec un sourire doux cette fois. Se serait-il attaché ? Lui, le criminel endurcit. Voilà qui est peu probablement. Il tient trop à sa rigidité et à sa réputation pour se mettre ainsi en position de vulnérabilité. Et si au fond, il appréciait vraiment sa compagnie. Au-delà de son corps, il trouve peut-être du réconfort dans sa personne. Qu’arrive-t-il alors si toutes ces suppositions se montrent vraies ? Il a déjà consommé suffisamment de Fentanyl dans les dernières semaines pour y avoir développé une dépendance, même s’il ne l’a probablement pas réalisé encore. Il va donc lui en réclamer souvent, toujours plus. Jusqu’à atteindre la dose fatale. Une overdose de ce type d’opioïdes est excessivement facile. Voilà pourquoi elle prend soin de contrôler ses doses. Peut-être pourrait-elle cesser d’agir avec précaution et de le laisser évaluer les quantités ? Forcément, il va en prendre plus que recommander. En silence, elle s’approche et va se recoucher auprès de lui. Sauf qu’elle ne dort pas. Elle fixe le flacon vide sur la table de chevet. Elle recommence à réfléchir.

Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 0:55
Hola, re-bienvenue à toi jolie chirurgienne I love you
Oui oui, j'attendais en faites
Bon courage pour la suite de ta fiche. Si tu as la moindre question, n'hésite pas, tout ça. Tu connais la maison maintenant



ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


Scalpel, please !
administratrice
avatar
COULEUR RP : #ff6600
DOLLARS : 617
JUKEBOX : Bloody Shirt - To Kill A King (Bastille Remix)
ÂGE DU PERSONNAGE : Vingt-neuf ans
NOM DE CODE : Doc
PROFESSION : Chirurgienne générale
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 0:56
Merci Zac chéri
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 9:47
Une doc qui joue une doc
Ton personnage et ses rps vont être hyper intéressant !! J'ai trio hâte de le voir jouer !
Ce prénom et cet avatar ** je suis fan !
Bref, rebienvenue chez toi, ce personnage est parfait
Si tu as la moindre question, le staff est là pour toi (particulièrement ton grand oncle favoris !


ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Scalpel, please !
administratrice
avatar
COULEUR RP : #ff6600
DOLLARS : 617
JUKEBOX : Bloody Shirt - To Kill A King (Bastille Remix)
ÂGE DU PERSONNAGE : Vingt-neuf ans
NOM DE CODE : Doc
PROFESSION : Chirurgienne générale
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 12:42
Merci à toi, Bucky d'amour
Revenir en haut Aller en bas


avatar
DOLLARS : 282
ÂGE DU PERSONNAGE : 22
NOM DE CODE : Spider-man
PROFESSION : Photographe
RACE : Humain
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 12:55
Bienvenue



SPIDER-MAN
De grand pouvoirs impliquent de grandes responsabilités
Revenir en haut Aller en bas


Scalpel, please !
administratrice
avatar
COULEUR RP : #ff6600
DOLLARS : 617
JUKEBOX : Bloody Shirt - To Kill A King (Bastille Remix)
ÂGE DU PERSONNAGE : Vingt-neuf ans
NOM DE CODE : Doc
PROFESSION : Chirurgienne générale
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 13:00
Merci, Peter
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 13:29
Aliciaaaa
Hâte d'en lire plus, ce personnage promet aussi
Rebienvenue chez toi


boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


Scalpel, please !
administratrice
avatar
COULEUR RP : #ff6600
DOLLARS : 617
JUKEBOX : Bloody Shirt - To Kill A King (Bastille Remix)
ÂGE DU PERSONNAGE : Vingt-neuf ans
NOM DE CODE : Doc
PROFESSION : Chirurgienne générale
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 13:34
Merci, Cap ! Normalement, je vais poster l'histoire ce soir
Revenir en haut Aller en bas


Black Cat ♔ the cat got your tongue
avatar
COULEUR RP : #ff99ff
DOLLARS : 1554
JUKEBOX : [i]Devil Inside -[/i] London Grammar
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
NOM DE CODE : Black Cat
PROFESSION : Cambrioleuse, ancienne assistante d'Osborn
RACE : Humaine génétiquement modifiée
HUMEUR : Hum... Prête à voler.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 13:58
Rebienvenueeeeee !


Felicia Hardy
No one said it would be easy
Revenir en haut Aller en bas


Scalpel, please !
administratrice
avatar
COULEUR RP : #ff6600
DOLLARS : 617
JUKEBOX : Bloody Shirt - To Kill A King (Bastille Remix)
ÂGE DU PERSONNAGE : Vingt-neuf ans
NOM DE CODE : Doc
PROFESSION : Chirurgienne générale
RACE : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Mer 7 Juin - 16:02
Merci Féli ! I love you
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   Jeu 8 Juin - 5:51

BIENVENUE PAR MINOUS !

WELCOME TO THE MULTIVERSE



aw comment elle est canon la petite Mira
J'aime particulièrement le fait que c'est une méchante sans endurance, je sais pas trop pourquoi
Et cette plume, cette histoire !   trop beau quoi !
Bref, rebienvenue ici  


Mon Dieu, ça y est ! Ta fiche a particulièrement plu aux membres du staff, et tu as enfin passé le cap après cette longue et dure semaine d'écriture. Maintenant que tu es tout prêt et que tu as l'accord du staff pour jouer ce personnage, penses alors à aller recenser ton avatar, que tu as normalement réservé lorsque tu t'es inscris, puis à aller recenser tes pouvoirs si tu en possèdes. Aussi, si ton compte est doublon, merci de venir le recenser par ici.

Passées ces étapes, tu peux dorénavant aller poster ta fiche de liens ainsi que ta fiche de rps. Tu peux également aller faire des demandes diverses pour ton personnage, telles qu'une demande de rang ou encore une demande de logement, si tu en as envie. Tu peux également aller faire un scénario si tu recherches un personnage en particulier pour le tiens. Penses également à aller lire la première intrigue qui sera à prendre en compte dans tes rps au besoin, et qui sera très importante pour la suite et pour les évents en préparation. Tu peux également aller t'inscrire au premier évent récemment mis en place !

Je te souhaite en tout cas un bon jeu sur LANGUAGE.
Et : amuses-toi bien !

Marvelement,
Stan Lee.



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mira | I do what it takes   
Revenir en haut Aller en bas


 
Mira | I do what it takes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Linda Berdoll : M. Darcy Takes a Wife : Pride and Prejudice
» Mira Nair
» mira debarque !! tremblez xD
» Mira auteur
» Bon anniversaire Miraaaaa !!!!!!!! (Mira, pas Mirajane XDD)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: Bureaux du SHIELD :: Dossiers du SHIELD :: Dossiers vérifiés-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: