AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 LOST IN THE ECHO + ft. Anthony

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

☭ FOR THE ALL GHOST NEVER CATCH ME

En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: LOST IN THE ECHO + ft. Anthony   Sam 27 Mai - 22:04





Howard. Il s'entêtait à l'appeler ainsi depuis ce soir où il l'avait revu. Revu ou rencontrer ? Il ne savait pas. Cela se mélangeait pleinement dans la tête de l'assassin. Il était tard, très tard. Le bar allait fermer, la serveuse assurée alors, il avait été autorisé à sortir voir ailleurs. Profiter, pendant combien de temps encore pouvait-il ? Il avait déjà une petite idée où se rendre. Après tout, tous ses doutes et ses questions, il avait besoin de les dissiper avant de replonger dans un état léthargique pour laisser place à la machine de l'hydre. Son pas était lent, boiteux et épuisé. Il n'aurait rien contre un bon bain. Il fallait se rendre présentable : Howard n'aimait pas quand il arrivait débraillé. Il se souvenait de ceci. D'une soirée où il avait été invité et que sa cravate était mal nouée. Il l'avait arrangé, ronchonnant un peu qu'il était temps que le blondinet prenne soin de lui. Un moment, prendre soin de… Lui ? Impossible. Les données étaient manquantes. Les mains dans les poches, la tête baissée, il regardait autour de lui pour saisir la meilleure opportunité. Pourquoi se fatiguer à marcher quand on pouvait se rendre là où on le souhaitait en un clignement de paupières ? Les rues étaient bien trop denses en population. Il avait tourné dans une ruelle peu fréquentée à cause d'une mauvaise réputation et puis, la seconde d'après, il n'y était plus. Il s'était rendu chez lui, dans cet appartement abritant le strict nécessaire. Il n'en demandait pas tant après tout. Juste un brin de toilette avant de se rendre à la tour Stark. Difficile de ne pas trouver quelqu'un quand le nom est affiché dans toute la ville. Depuis quand ? Depuis quand Howard est aussi… Surdimensionné en matière d’ego. Après un instant de recherches : depuis toujours finalement.
Midtown, plein cœur de Manhattan. Il ne se souvient pas qu'il y a quelques jours, il était dans ce quartier et hauteur d'un peu de grabuges. Un peu beaucoup d'ailleurs visant à capturer une araignée. Mais, une fois de plus, il l'avait laissé filer. Cela arrivait de plus en plus souvent. Et c'était horrible. Horrible dans le sens où une violente décharge dans son dos s'opérait pour lui rappeler le coût de l'échec. Une nouvelle venait de s'abattre alors qu'elle forçait l'ex-soldat à se plier de douleurs dans l'espoir que cela cesse. Pendant une bonne minute, elle avait fait effet et sans interruption avant que la foudre s'estompe et que l'assassin se laisse tomber sur les genoux, collant sa tête contre le mur. Au pied du mur, cette expression prend tout son sens en cet instant. Pourtant, l'espace d'un instant, il sentait cette main le soutenir, l'aider à se relever avant qu'elle ne disparaisse sans lui laisser une once de souvenir sur sa présence.

Ce fantôme, encore lui. Un coup d’œil vers le réveil et, il avait l'impression d'être passé dans un trou spatio-temporel. Lui qui devait s'arrêter seulement dix minutes avant de partir, voilà deux heures qu'il était à l'appartement. Analyse en cours : qu'avait-il fait durant ces deux dernières heures ? Ses yeux s'étaient légèrement arrondis, analysant sa tenue. Il avait ses gants en cuirs signés d'un fabricant allemand sur ses mains, son trench-coat vert et noir sur le dos ainsi que ce masque immonde à côté de lui. La torture aurait-elle était plus longue que prévu. Impossible à savoir, ses repères étaient effacés, persuadés qu'il n'a pas bougé d'ici, mais de toutes évidences, c'était tout l'inverse qui s'était produit. Il fallait se relever maintenant après avoir encaissé et se changer. Il était hors de questions de rendre visite à Howard dans cette tenue ignoble. Il ne comprenait pas d'ailleurs. Chaque jour, il prenait soin de la jeter du haut de la fenêtre et, chaque nuit, elle était de retour. Un cauchemar qui ne s'arrête pas, tel un jour sans fin. Finalement, de la petite toilette, il avait décidé de prendre une douche. Cela laverait peut-être ses idées et effacerait cette douleur.
Trois heures de retard finalement sur l'heure initiale, heureusement qu'il n'était pas invité. Arriver comme un cheveu sur la soupe, ce n'est peut-être pas plus mal. Cela laisse une liberté sur l'horaire choisi. Et puis, ce n'est pas comme s'il avait la contrainte des embouteillages. Il n'y arrivait décidément pas, avec cette cravate. Le regard cerné et figé dans le miroir, Sephiroth commençait à se demander si cela était vraiment nécessaire… Avant de finalement la retirer et la mettre dans sa poche. Le même costume que durant ses horaires de travail. C'était soit ça, soit l'uniforme de l'assassin, soit le bas de jogging qui lui servait pour dormir. Niveau linge, cela restait assez limité, mais en soixante-dix ans, il n'avait pas vraiment eu le temps de renouveler sa garde-robe.

Tout semblait près. Il fit un dernier tour dans cet appartement digne d'une case d'étudiant avant de finir par se téléporter en dehors. Et cette fois-ci ? Où était-il allé ? Les vieux réflexes faisaient qu'il n'était pas parti sans armes. Elle demeurait simplement bien ancrée à sa ceinture, sous la veste de son costume. Puis, l'automate avait fini par apparaître sur la plate-forme d’atterrissage de la Tour Stark. Une plate-forme petite car, elle n'était pas prévue pour un avion mais, pour quelque chose de beaucoup plus petit. Comme un homme par exemple. La terrasse était le seul endroit facile d'accès venant de l'extérieur. Il avait bien mémorisé son emplacement la dernière fois qu'il était venu. La dernière… Fois ? Pourquoi ce souvenir soudain, c'était la première fois qu'il venait ici, non ? À moins que ça ne soit lui, le fantôme dans ces lieux ? Il rôdait sur la terrasse extérieure avant de finalement, si figer et attendre, les yeux se levant vers le ciel. Le sommet de la Tour n'était pas encore là, il y avait plus haut encore. Pourtant, en jetant un œil vers le bas, n'étant pas du genre à avoir des vertiges, loin de là. L'avenue de la Gare semblait si petite. Un fils de soie grisâtre. Il voulait voir le sommet, toujours plus haut. Alors, il s'était téléporté pour se mettre sur le toit, s'asseyant au bord de celui-ci. Il n'y arrivait pas. Il pourrait entrer par effraction, mais quelque chose l'en empêchait. Quelque chose de morales et non pas physique. À la plage, il s'était de nouveau figé, le dos bien droit à cause de la prothèse à regarder l'étendue de New-York. La brise lui donnait la sensation d'être… Libre ? Était-ce ça, la fonction d'une tour aussi haute ?






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

give me a scotch I'm starving

En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur http://http://cptstarkasm.tumblr.com/

MessageSujet: Re: LOST IN THE ECHO + ft. Anthony   Lun 5 Juin - 23:55

lost in the echo

   

Qui a dit que l’argent faisait le bonheur ? Qui a dit que Tony Stark était heureux ? Il ne l’était point, plus depuis longtemps. Cela lui semblait tellement lointain. Mais bizarrement les jours les plus heureux étaient désormais les plus douloureux. Alors il s’asseyait dans son fauteuil dans le salon de la tour, un verre de bourbon à la main posé sur l’accoudoir. Et il le faisait tourner en regardant un point invisible. Le vide. Vide. La tour avait beau être grande, belle, fière et imposante tout autant que respectueuse. Elle était vide. Il l’avait construite pour l’entreprise, certes, mais pas que. La partie la plus importante était vide. Il lui semblait encore entendre la musique s’échapper des murs alors qu’il avait réussi à inviter tous les Vengeurs pour Thanksgiving. Il lui semblait entendre les rires. Les allers et venues le matin, la journée, les départs en urgence alors qu’un autre signal du sceptre de Loki faisait surface. Mais ils n’étaient plus là. Il n’entendait que le silence oppressant. La seule chose qu’il considérait un peu comme sa famille c’était eux. Et maintenant il n’y avait plus aucune famille. Ils étaient divisés. United we stand, divided we cry. Mais que cela représentait-il de plus que ces nuits où Tony avait traîné Pepper ne serait-ce que pour une danse avec elle. Sa seule présence remplissait les murs de la tour quand il n’y avait personne d’autre et remplissait le cœur de Tony d’une joie certaine. Il l’aimait sincèrement, romantiquement ou pas. Qu’ils soient ensemble ou pas. Elle était sa raison de sourire, mais désormais la raison pour laquelle un sourire faisait affreusement mal. Les jours de l’âge d’or étaient loin. Ultron avait été le début de la fin, la solution finale pour Tony pour laisser tomber l’armure et offrir à Pepper la vie qu’elle méritait. Mais… Il y a toujours des bugs, n’est-ce pas ? La suite était un trou sans fin dans lequel Tony était tombé. Elle était partie. Ils étaient partis. Des trahisons à tout va. Des mensonges, des choses cachées et des larmes, surtout des larmes. Mélangées à l’alcool et à la fumée, du sang aussi qui coulait le long de poings fermés si fort que les muscles devenaient douloureux. Est-ce qu’il avait touché le fond ? Peut-être bien.

Après tout c’était tout comme si il était de nouveau en deuil. Pendant toutes ces années il avait cru que ses parents étaient morts d’un simple accident de voiture. C’était frustrant d’un côté, ne pas pouvoir rejeter la faute sur un responsable car le responsable… Il n’y en avait pas vraiment. Longtemps Tony avait cherché quoi montrer du doigt pour frapper et laisser sa rage éclater… Et finalement apprendre qu’il y avait bel et bien un responsable. Ça ne faisait aucun bien. Même taper dessus. C’était juste… Douloureux. Ca faisait mal. Mais peut-être le pire était ces images qui repassaient en boucle chaque fois qu’il avait les paupières fermées. Tony les ferma d’ailleurs et déglutit, serrant son verre dans sa main. Howard était peut-être vraiment un con, qui ne s’entourait à l’époque que des pires êtres. Rogers. Barnes. Parfois, Stark avait l’impression de le détester autant qu’eux. Il avait presque foiré à être père. Le génie tourna la tête vers la baie vitrée quand il perçut du mouvement sur la terrasse. Et Johnson. Qui au final était juste comme Barnes. Mais Tony ne se l’admettait pas – pour Barnes. Il était encore trop tôt. Johnson avait connu Howard également et parfois le confondait avec Tony. Ca l’emmerdait franchement, car la dernière chose qu’il voulait c’était ressembler à son père. Il savait très bien que parfois c’était déjà le cas, comme ce verre dans sa main qui dans celle d’Howard avait causé crises de pleurs quand il était gosse, les cris de sa mère et parfois la main forte d’Howard qui se levait. Mais Stark aimait parfois le laisser faire et radoter sur Howard, quand il était jeune, quand il n’était pas le même homme que Tony avait connu, quand il n’était pas cet homme violent. Parfois il s’asseyait et il écoutait simplement Zack parler de lui. Cela lui faisait du bien de temps en temps.

Quand il le vit se téléporter, Tony eut une petite idée d’où il était allé, simplement en suivant son regard et il perdit le sien au fond de son verre, hésitant à le finir d’une gorgée. Il réfuta finalement l’idée et laissa le verre sur la table basse en verre avant de descendre dans l’atelier et de monter dans la première armure à sa portée, Bleeding Edge, fraichement réparé depuis que Barnes et Rogers s’était acharnés dessus. Il vola jusqu’en haut de la tour le plus simplement possible. Il pouvait dire ce qu’il voulait, mais mettre une armure lui conférait toujours un sentiment positif, il se sentait lui. Il se posa à côté de Zack et retira son masque pour laisser un faux sourire apparaître au coin de ses lèvres. Il s’avança à son côté et regardait dans la même direction que lui, soupirant légèrement. « Tu sais. Si j’avais su que tu viendrais aussi souvent tout en haut, j’aurais fait placer un ascenseur. Ça m’éviterait de sortir ma belle à chaque fois. » C’était dit sur le ton de la rigolade, néanmoins Tony perdit rapidement son sourire en regardant Zack attentivement. « Ils ont encore fait appel à toi, je suppose ? » Il se lécha les lèvres et son regard se perdit de nouveau sur l’horizon, le ciel s’assombrissant au fur et à mesure que le soleil se cachait derrière cette ligne infinie. « Il va sérieusement falloir s’en débarrasser. »

(c) naehra.



if you're going to try go all the way
This could mean derision, mockery. Isolation is the gift. All the others are a test of your endurance of how much you really want to do it. And, you'll do it, despite rejection and the worst odds. It will be better than anything else you can imagine. There is no other feeling like that. You will be alone with the gods, and the nights will flame with fire. You will ride life straight to perfect laughter. It's the only good fight there is. + buckaroo.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

☭ FOR THE ALL GHOST NEVER CATCH ME

En savoir plus

Voir le profil de l'utilisateur En ligne

MessageSujet: Re: LOST IN THE ECHO + ft. Anthony   Mer 7 Juin - 0:51





Tels les tics tacs incessants trottant le périmètre d'un cadran d'horloge, ses méninges rythmaient le fond de ses pensées. Il essayait de se souvenir, il n'y mettait pas de la mauvaise volonté. Depuis quand ? Qu'avait-il fait encore ? Cette fois-ci, il n'y avait pas d'image floutée, une petite piste sonore. Il n'y avait que l'obscurité paralysant toutes réactions de la part du blondinet. Tu es un monstre se répétait-il dans son esprit. Qui lui avait dis une telle vérité ? Il n'y arrivait pas, il ne se souvenait pas. Seulement d'une longue souffrance, de la foudre le frappant de plein fouet dans son dos. Il sentait encore ces volts traverser le moindre circuits reliés à ses nerfs, paralysant ceux-ci pour une courte durée. Le temps d'un reboot, le temps d'une remise à zéro. Ce dont il était sûr, c'est qu'il y avait eu un mort. Un blessé dans le meilleur des cas. La mélodie de Franz Schubert, symphonie n°8 ''Inachevée'' résonnait encore dans son esprit. Sa mémoire était inachevée, impossible de reconstitution. Elle avait sans doute masquer ses cris de douleurs dans l'appartement pour les potentielles voisins. On ne refait pas les méthodes à l'ancienne après tout. Plus barbares, moins sophistiquées. Il n'y avait que le matériel qui se prêtait au jeu de l'évolution. Pas un vieux tourne-disques comme certains collectionneurs de ce temps pouvaient posséder mais, bel et bien une radio. Encore une. Cet objet le suivait partout. Du moins, la musique le suivait partout. La mécanique de son cœur s'était mise en marche, dessinant les notes d'une sinistre mélodie qui l'empêchait de sourire. Une famille, la liberté, les bons principes, qu'est-ce que c'était ?
C'est en regardant ce paysage se nappant du voile nocturne qu'il y repensait. Il était persuadé de les avoir connu, mais ce n'était que de vagues formes qui hantaient l'automate. Dès qu'il tendait la main vers elles, elles s'évaporaient dans un voile de fumée rouge semblable au sien lors de ses téléportations. Privé de ses repères, il ne serait pas improbable de les omettre dans l'équation. Il ne comprenait pas, il ne se rendait peut-être même pas compte qu'il se trouvait au sommet de la Tour Stark. Il l'a entendu. Le moteur, le bruit du métal et des propulsions flamboyantes. Il a entendu son hôte approché. Ou du moins, la personne a qui appartenait cette bâtisse. Howard.

Non, pas Howard, Anthony. Ou Tony, il ne savait plus. Il ne se souvenait pas. Et pourtant, Sephiroth ne faisait aucuns signes pouvant témoigner d'une quelconque faiblesse. Son regard était figé dans le soleil couchant comme s'il le découvrait pour la première fois avec, un arrière goût de familiarité. Le rouge, disparaissant dans un dégradé ambré mêlant orange et bleu nuit. Les couleurs étaient magnifiques. Un simple ronronnement métallique avait témoigné qu'il l'avait entendu venir, preuve que sa tête avait légèrement bougé pour se pencher sur le côté. Il voulait voir, savoir si d'un autre angle, il trouverait quelque chose de meilleur. Un paysage à couper le souffle. La remarque était plaisante, mais l'envie d'y réagir manquer à l'appel. Bloquée, comme réduite à l'état de silence et qui empêchait le ''jeune'' homme de sourire à la remarque du propriétaire. Un ascenseur ? Il n'en avait pas besoin. Pas même des portes, des doubles-vitrages et des serrures. La sienne était toujours fermée à clé, impossible à ouvrir tout comme sa fenêtre ouvrait très peu. Il n'en avait pas besoin puisqu'il était passe-muraille. Il ne serait même pas capable de quantifier le temps passé dans son appartement. Avait-il été dans son appartement d'ailleurs ce soir ? Défaillance, tel est son humanité. La mémoire altérée, tout comme les sens temporels et environnementales, il n'avait fais aucuns mouvement brusques en sentant Stark approcher. En connaissant sa condition, on pourrait presque traduire ceci comme une invitation de la part de l'assassin. Une demande pour qu'il vienne et qu'il cesse de se lamenter seul dans l'alcool. Sephiroth l'avait vu. Il l'avait vu à travers la fenêtre, ce visage familier le nez plongé dans l'éthanol haut-de-gamme pour noyer le chagrin. Assassin et barman, le deuxième point n'était pas à exclure. Dans le petit établissement miteux de Brooklyn, il en avait vu d'autres, des hommes venant clamer leurs complaintes au comptoir et ainsi, vider leurs sacs comme disait si bien Pam'. Mais, ce genre d'attitude renfermée dans un château doré cachait un isolement flagrant, premier symptôme d'une dépression montante. Être capable de cerner la psychologie des autres, mais pas la sienne. Ironique, n'est-ce pas ?

De nouveau, ce ronronnement strident et ce crissement électrique, preuve de quelques restes d'une récente décharge pour lui remettre les idées en place. Le blond avait tourné son regard inerte vers Howard qui prenait place à ses côtés dans son armure. Ce n'était pas Howard, c'était Anthony. C'est ce qu'il s'efforçait de se mettre dans son esprit pour ne pas le froisser comme la dernière fois. Son fils … Quand il se retrouvait face à celui-ci, la perte était totale. Comme s'il avait dormi trop longtemps. HYDRA ne lui avait pas coupé la langue physiquement, elle avait simplement trouvé le moyen de réduire son éloquence. « Anthony... aucuns souvenirs. Brouillés, sans doute un échec. Mais, être potentiellement le cas, oui. Affirmatif. », la voix de l'automate se bloquait autant que ses rouages du temps et de l'espace. S'il ne bougeait pas, c'est avant tout parce qu'il n'en ressentait pas la nécessité ni l'envie. Pourtant, derrière ce regard vide, il y avait une fine esquisse sur son visage pour rendre l'effort de l'autre homme. Sincère ou bien, fausse ? À lui de choisir, il en est incapable. Il avait basculée son regard de nouveau vers le soleil qui s’éclipsait, disparaissant derrière les autres buildings. Celui-ci était le plus culminant, il offrait donc un peu de sursis au spectacle. « Qu'est-ce qui fait crier autant de détresses chez toi ? Il l'entend, il semble … avoir mal pour toi. ». Ses lèvres bougeait, mais son regard demeurait inerte en contre-bas. La tête toujours baissée sur le côté, il était resté ainsi avec que cette saleté dans son dos ne vienne l'aider à la redresser. « Il ne sait pas. Il a peur d'être inutile... sans elle. Il ne veut pas finir inerte comme déchet à jeter. Pas dans un fauteuil roulant. ». Puis, de nouveau, le silence. Il y avait peut-être un avantage avec un homme comme Sephiroth : c'est qu'il laissait libre court à la discussion. Il laissait le plaisir aux autres de l'animer pendant qu'il jouait les oreilles attentives. Et quand celle-ci commençait à se tarissait alors, il ouvrait la bouche. Le sujet était gênant : interdiction de parler de lui. Et lui, c'est lui. Lui, c'est ''je''. Un ''je'' bien timide que l'hydre lui avait ôté de la bouche pour faire taire son arrogance. Réduire son cerveau suffisamment en bouillis pour qu'il en oublie son amour propre. Sa propre personnalité. « Ascenseur être une bonne idée. Mais, est-ce qu'elle est vraiment nécessaire ? Ce n'est pas … Comme si tu semblais … Mal à l'aise en armure. »  






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

En savoir plus


MessageSujet: Re: LOST IN THE ECHO + ft. Anthony   

Revenir en haut Aller en bas
 
LOST IN THE ECHO + ft. Anthony
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Waxwork 2: Lost In Time (1992,Anthony Hickox)
» [Manga] Saint Seiya - The Lost Canvas
» Anthony Hope, "Le prisonnier de Zenda"
» PREDATOR 2 - LOST PREDATOR (MMS76)
» La Cité Disparue - Legend of The Lost - 1957

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! ::  :: Manhattan :: Midtown-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: