AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 never coming home + ft. james

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: never coming home + ft. james    Dim 21 Mai - 22:13




Je n'ai jamais dit que je me poserais et attendrais pour toujours. Il ne savait plus si c'était le cas ou non. S'il serait incapable de se poser et attendre. Attendre quoi, sa fin ? Elle ne semblait jamais arriver tel une rencontre inopinée. L'air était pensant, sans doute dû au silence du bar habituellement bruyant. Il n'y avait pas un chat, à peine la serveuse lorsque celle-ci n'était pas en train de pourrir ses poumons dehors avec son bâtonnet de nicotine. Il était seul, définitivement seul. Il n'y avait même pas ce bon vieux Hopkins avec qui il aimait discuter. C'était une sensation étrange lorsque les deux hommes parlaient. Peut-être parce qu'il était physiquement plus vieux et que lui, écoutait comme un adulte écouterait les complaintes d'un enfant en détresse. Il ne pouvait pas l'aider, il n'aidait personne. Quand il passait à l'action, ce n'était jamais bon signe. Même si les mauvaises langues et les alcooliques se plaisent à dire que lorsque Zack' est au commande des boissons, il y a de fortes chances d'être couchés en moins de deux. Il sentait encore son ventre le lancer depuis la dernière altercation, son pas boiteux près à se vautrer au moindre obstacle que serait un carreaux de la faïence surélevé par rapport aux autres ou bien une marche trop discrète. Il avait profité du calme pour mettre une musique en particulière, sa musique. Lorsqu'il usait encore de ses cordes vocales pour se rendre utile lors des bals avant de partir en mission.
La même qui lui avait donné le déclic comme un vieux rappel à l'ordre. Il n'était jamais rentré à la maison. Pendant soixante-dix ans, il n'a jamais donné signe de vie. Quelle importance, il était mort, non ? Ce mécano de Broadway. Enterré trop vite à vingt ans à peine. L'automate semblait avoir … mal ? Cela est-ce possible. Il s'était arrêté pendant un instant dans sa vaisselle, regardant ses mains. Il venait de briser un verre dans une colère dont il ne s'était même pas rendu compte. Le sang coulé sur ses mains, il avait toujours coulé. Non pas toujours, il essayait de se rassurer ainsi. Mais à quoi bon, parler au passé ne changera rien.

La patronne était arrivée au mauvais moment et, mécontente d'avoir de la vaisselle encore en moins à cause de lui, il avait fallu que sa voix autoritaire ne résonne encore une fois Mais t'as fini de casser le matériel ! Tu me feras une heure de plus pour la peine, et ça sera enlever de ton salaire !. Bougresse, Zack' ne réagissait pas cependant. « Bien Madame » fit-il simplement en guise de réponse. Il le voyait dans son regard, cet air interrogé qu'elle avait malgré ses faux yeux sévères. Au fond, elle criait beaucoup mais, elle ne pouvait pas mordre plus fort que lui. Et peut-être qu'au fond, elle en avait tout autant conscience que lui. Ses talons l'avaient fais virevolté pour reprendre son poste initial dans l'arrière cuisine. Elle n'y faisait rien. Elle se contentait de descendre les paquets de Malboro à longueur de journée pendant que ses employés tenaient son bar. À croire qu'elle avait déjà jeter l'éponge. Il sera vendu l'année prochaine. Mais, ce n'était pas ses affaires. Il ne faisait que répondre aux ordres. Et les ordres en l'occurrence, c'était de récurer les verres pour qu'ils soient brillant. Trop bien dressé pour rechigner ou bien grogner aux taches ingrates, il était comme hypnotisé par ce qu'il faisait. Il répétait en boucle le même geste, essuyer l'intérieur puis, l'extérieur dans un mouvement circulaire allant de gauche à droite. Même pour ce qui est d'une tâche aussi simple que celle de laver des verres, il avait les gestes d'un robot.

Et puis, la porte d'entrée avait fini par crisser légèrement, le barman n'ayant même pas daigner à le regard. Trop prit entre un choix idiot. Penser ses blessures ou bien, continuer d'essuyer les verres ? Une question bête oui mais, il avait passé tellement de temps sans avoir le temps de prendre soin de lui que c'était une fonction effacée du programme. La serveuse avait fini sa cigarette, Pam' était revenue et elle voyait les mains de son collègue, soupirant doucement. Ce n'était pas la première fois qu'il lui faisait le coup après tout. Mais des deux, elle semblait être la seule un temps soit peu intelligente à faire attention au barman atrophié. Zack', tu te rends comptes que t'es en train de beurrer les verres de sang ? Soignes toi bon sang, tu sais où sont les bandages depuis le temps. Avait-elle dit avec une voix fausse en reproches. Mais, il n'avait pas bougé. Il n'avait pas reçu l'autorisation de quitter son poste. Il s'était simplement contenté de tourner brièvement son regard pour signifier qu'il avait bien entendu. Un regard maquillé de couleur vive, de rouge pour masquer les cernes du temps qui l'ont creusé. Pam' était revenue avec la trousse de premier soin, habituée à ce qu'il ne se déplace pas. Donnes moi tes mains. Allez ! Voyant qu'il refusait, elle avait insisté un peu. Juste un peu et il avait fini par lâcher son torchon et son verre pour les lui donner. L'automate ne réagissait pas plus que ça, ne comprenant pas la faute. On lui avait bien demandé de faire la vaisselle non ? Alors, qu'est-ce qui n'allait pas ? Ils étaient très beau ces verres avec leurs teintes de rouges. Puis, il avait fini par réaliser : il allait devoir recommencer parce qu'il avait peint les verres de son sang. C'était glauque, morbide et bien loin d'être courtois pour attirer la clientèle. La patronne parlait de fermer l'établissement, c'est bien ça ? C'est qu'il serait capable de précipiter la fermeture avec son inhumanité.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Lun 22 Mai - 22:40




Zackary Johnson. Un nom qui sonnait étrangement bien dans son esprit. Qui sonnait.. Familier : un peu comme Steve Rogers, mais en moins flagrant, moins important. Un soldat, comme lui ; plus tard une arme, comme lui. C'était étrange, les centenaires ou quasi-centenaires se faisaienet de plus en plus nombreux. Steve Rogers, Bucky Barnes (il était tout pile centenaire d'après ce qu'il avait lu au musée sur lui même), Natalia Romanova (elle était encore en vie pas vrai ? Il l'avait vu, elle l'avait défendu devant Stark et T'Challa... Elle n'avait pas changé), et encore, Zackary Johnson. Ils venaient tous du passé, plus ou moins -Natalia ou Natasha était plus jeune que les trois hommes qui avaient eu fait leur vie entre deux guerres et aussi en grande partie pendant la seconde. Quoi que, pour deux d'entre eux, ils avaient vécu bien plus qu'une guerre mondiale. Bucky avait vécu aussi une guerre froide, mené d'autres combats à l'extérieur comme à l'intérieur de son esprit. Tué deux Stark ; détruit mentalement le dernier sans le savoir, sans le vouloir. Torturé des dizaines de familles, pour le KGB, tué des femmes, des hommes ou encore des enfants pour HYDRA, volé des armes dangereuses pour les donner à des hommes encore plus dangereux. Même quand enfin il était proche de faire le bien, quand il se souvenait plus ou moins du James Buchanan "Bucky" Barnes, la chute des Hellicarier avait fait des morts : l'attentat qu'il n'avait pas commi mais qu'il portait quand même sur la conscience avait aussi fait des morts.
Mais Zackary -Sephiroth ?- devait aussi porter gros sur la conscience. Bucky se souvenait qu'il était jeune, très jeune quand il était avec lui à la guerre, il avait ce visage juvénile et cette blondeur qui faisait rire beaucoup de soldats, lui le premier. Il était toujours aussi jeune, aujourd'hui. Quand il avait tenté de le tuer, il avait remarqué qu'il n'avait pas beaucoup changé : à part ses cernes rouges et cette haine. Zack n'avait pas cette haine, il s'en souvenait, il était un homme bien avant qu'HYDRA ne les transforme en monstre.

Après leur combat et que Sephiroth le sauve malgré leurs blessures, Bucky était parti se soigner, plus ou moins. Enlever les balles, désinfecter, recoudre après avoir fait chauffer l'aiguille au briquet.
Des jours après, il l'avait cherché, fouillé, jusqu'à tomber sur un petit bar. C'était étrange, d'après ses recherches l'assassin travaillait là bas. HYDRA ne l'avait jamais laissé travailler, à part quelques massacres. C'était étrange, et au fin fond de lui, James était un peu jaloux. Pourquoi l'autre il avait cr droit qu'il n'avait jamais eu ?

Alors James l'avait observé pendant plusieurs jours, pour savoir les horaires des serveurs et quand la patronne était là ; quand les clients venaient et ne venaient pas.
Aujourd'hui, ce soir, était un moment parfait. Personne, juste une serveur, la patronne, et Zack. C'était exactement le moment.
Casquette sur la tête (toujours quand il était dehors), gants et veste pour cacher son affreux, immonde, monstrueux bras, il poussa la porte du bar. Le bar était calme, il n'y avait pas âme qui vive. Calme, peut-être un peu trop calme, mais c'était parfait pour le Winter Soldier qui repugnait la foule et le monde. Se faisant le plus petit possible, sans jamais levet les yeux, il s'approcha du bar. Les verres devant Zack étaient teintés de rouge, comme une fine pellicule de sang encore chaud. Il s'était coupé et n'avait même pas remarqué. Cela était plusieurs fois arrivé à James qui ne sentait quasiment plus la douleur ou qui passait outre sans s'en occuper, sans nettoyer, trop habitué.

Il s'installa au comptoir et sans lever les yeux, sans enlever sa casquette sombre, il parla. Sa voix était d'un calme olympien pour ne pas faire paniquer le blond. « On ne sent plus la douleur, on ne fait plus attention après quelques années, pas vrai ? » Bucky leva légèrement la tête, pour lui jeter un coup d'oeil. Ses loups cheveux foncés encadraient son visage, le rendaient plus sombre, accentuaient son côté ours mal léché avec sa barbe de quelques jours mal entretenues. « Un shot. Vodka. »






ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Mar 23 Mai - 23:40




Il n'avait fais qu’acquiescer légèrement de la tête aux ''ordres'' de la maîtresse des lieux. C'était des ordres et, il ne frémissait pas face à eux. Il avait entendu des voies bien pires, des demandes et de requêtes monstrueuses venant de la bouche de personnes tout aussi monstrueuses. Alors, ce n'était pas une femme approchant vaguement de la cinquantaine à vue d’œil et toxicomane qui allait l'effrayer. Son ''bien madames'' n'était qu'un retour de politesse. Une politesse macabre, les seuls mots que son programme lui accordait de répondre. Mais là, ce n'était ni l'assassin ni la machine d'HYDRA qui répondait. Simplement un homme perdu, dénué de raisons et de cœur qui cherchait à fuir. Il avait pensé ainsi : s'il travaillait comme un homme normal, s'il s'efforçait de se fondre dans la masse, s'il tissait de nouveaux liens alors, peut-être pourra-t-il … Revivre ? Il avait commis bien trop d'atrocité pour se sentir suffisamment courageux afin de les corriger. Il savait pertinemment qu'il ne pourrait pas effacer son ardoise. Que son tableau de chasses dégouliner de rouges. Il sentait cette sanglante douche raviver des souvenirs qu'il souhaiterait, pour du coup, qu'on lui efface de sa mémoire. Mais, cela serait une preuve de lâcheté. Dire que le bar était vide serait une erreur. Il y avait tout de même lui, le barman atypique du Hell's Verse qui ne réagissait pas. Qui souriait comme un automate aux rouages bloqués. Il avait laissé faire Pam' qui soignait ses mains alors qu'il attendait. Il devait retourner à la tâche, il devait faire ce qu'on luit avait demandé, corriger le tir. Et pourtant, elle le retenait d'un air déterminé.
Il avait toujours trouver cette femme étrange mais, pas plus que les autres. Le monde était étrange, les personnes qui le peuplent suivaient logiquement cette étrangeté générale à ses yeux. Plus rien ne le surprenait, pas même le faisait réagir. Il n'y avait même pas la moindre once d'un léger grognement émaner du barman. Juste une envie qu'elle lui lâche les mains pour pouvoir retourner au plus vite au travail. L'impatience était telle qu'il tirait légèrement dessus pour lui faire comprendre qu'elle n'allait pas assez vite. Son dos, quant à lui, grésillait légèrement de ce court-circuit, le métal ronronnant dans la douleur et la difficulté. Un moment de silence s'était opéré, elle lui avait demandé s'il avait entendu quelques choses. Il ne s'était contenté d'hocher lentement la tête de droite à gauche pour signifier que non.

Menteur, c'est une qualité requise sur le CV de l'hydre malheureusement. Une qualité qu'on lui avait implanté en même temps que sa haine profonde. Mais, dans ce genre de situation, le mensonge l'extirper de bien des mauvais pas. Elle avait fini par le lâcher d'un air suspicieux mais, à la fois malicieux. Un air dont il ne releva même pas l'existence et dont il s'était contenté d'ignorer comme tout ce qui lui ait inconnu. Et quand le monde dans laquelle il vit est l'inconnu pour lui, autant dire qu'il ignorait beaucoup de choses. Il entendait cette odieuse chef gueulait dans la cuisine mais, il ne fit aucuns signes d'exaspération, pas même un haussement d'épaule. Il n'avait plus qu'à recommencer ce qu'il avait fais. Au moins, ça allait l'occuper pour les dix prochaines minutes. Puis, il entendit une voix. Vaguement familière, tout juste connu qui le fit rehausser le regard sur le comptoir. Ah oui, la personne qui était entrée. Il n'y avait même pas fais attention avec tout ceci. Zack' souriait. Il fallait sourire aux clients, c'est ce que la mégère avait demandé. Mais son sourire était vide d'envie, faux et tout juste crédible. Fût un temps où ce même sourire était ravageur, rempli de malice avec l'envie de se faire bien voir par une demoiselle. Là, rien qu'une obligation sans vie dont il n'avait même pas le courage de se dire qu'elle était ridicule. Les gens qui entraient ici tiraient tout le temps la gueule, pourquoi il ferait un effort ? Et surtout, pourquoi se forcerait-il à faire quelque chose dont il n'avait pas envie sachant que les autres non ? Mais en sentant cette aura familière, peut-être qu'il n'y avait pas que du faux. Peut-être que Zack' était réellement ravis au fond de lui. Non, c'était stupide, totalement. Il ne se souvenait pas de l'altercation. Elle était de nuit, le robot avait fais son travail et la mémoire avait été subtilement effacé pour oublier cet échec. Car oui, la mission avait été un échec complet. Pour ce qui est de la mémoire effacée, il ne savait toujours pas comment ni pourquoi cela avait-il était possible.

« Quelques … années ? Hum, … oui, peut-être. Mais, je ne sais pas comment m'expliquer. » Un ton neutre avant qu'il ne se mettre à l’œuvre. Il n'avait pas tardé à mettre le vert à shot devant le nez de cet homme familier au visage masqué puis à sortir la bouteille de vodka. Toujours devant les clients, jamais dans leur dos. Au moins, ils savent ainsi à quoi s'attendre. « Première fois ici ? Vous êtes en avance sur les autres ». Pourquoi en avance ? Parce qu'il était quinze heure et qu'à cette heure, la majorité des fourmis était à l'ouvrage dans leurs diverses boulots. Les plus fidèles de ce taudis étaient bien souvent des ouvriers en âge de partir à la retraite qui viennent ici depuis leurs enfances, des petits salariés d'entreprises coincés toutes la journée au bureau et qui desserrent leurs cravates pour décompresser. Il n'enviait pas un tel quotidien. Il savait parfaitement que physiquement, il ne pourrait pas tenir plus de trois jours dans ce corps de métier. Incapable de tenir une poutre plus de dix minutes car sa prothèse le lancerait et incapable de tenir sur une chaise de peur d'y rester à vie dessus. Une fois servit, il avait rangé presque aussitôt ce liquide trop ressemblant avec l'eau. Il détestait l'odeur de la vodka. Il détestait la vodka tout court en vérité. Une odeur trop familière, trop récurrente et attacher à de trop mauvais souvenir pour qu'il daigne à vouloir la supporter. Être bavard n'était pas une de ses qualités, il essayait de faire de son mieux. Pourtant, il restait tout de même en alerte face au comportement du nouvel arrivant.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Mer 31 Mai - 1:05




Bucky compris directement pourquoi l'assassin agissait comme cela envers une ancienne mission ratée, aussi calmement : il ne se souvenait pas de lui. Bien sur. HYDRA était devenue pro des lavages de cerveau, une spécialisation bien spécifique. Se faire effacer la mémoire... Bucky ne s'en souvenait pas forcément : après tout, sans mentir, ne pas se souvenir est le but. Un but atteint par l'organisation à tête rouge : même pour James, presque pauvre repentit de cette machine infernale, c'était confus. Il se souvenait de la peur, de la douleur. De ce bruit incroyablement désagréable d’électricité proche, bien trop proche de son cerveau. Il se rappelle de la marque à gauche de son visage, cette marque de brulure.
Il se souvient, il se souvient... Mais ce ne sont que des parties, minuscules sur soixante-dix années, quasiment un siècle. Un grain de sable au milieu d'une plage de plusieurs kilomètres.
Zackary plaça le petit verre devant son nez avant de lui servir. Un visage neutre, une voix neutre, des mouvements extrêmement contrôlés. Quelque chose ne sonnait pas naturel dans cette position, toujours face au seul client de cette après midi : lui.

Le barman lui demanda s'il était nouveau ici, si c'était sa première fois dans ce bar, qu'il était en avance. Bien sur qu'il était en avance. C'était le but, c'était calculé. Mais James n'allait pas lui dire ça, pas exactement. Il savait parfaitement bien que faire de la subtilité ne fonctionnerait pas, pas en face d'un Sephiroth avec un cerveau broyé par le poids de l'oubli. La subtilité serait inutile.
Bucky attrapa son verre de sa main droite et esquissa le début d'un petit sourire, avant de lever son bras pour boire son shot en un coup. L'alcool coula dans sa gorge, brulant, pire que les feux de l'enfers le long de son œsophage : mais il appréciait. Il appréciait parce que depuis des mois, des années, il n'avait pas profité de l'alcool. HYDRA ne donnait pas exactement des biberons de whisky ou de vodka à son assassin favoris, et encore moins la KGB, malgré leur accent.

Il claqua le verre sur la table en soupirant, la gorge encore douloureuse. « Première fois que je rentre. » sa tête se leva légèrement, pour fixer ce barman pas vraiment inconnu plus intensément. « Mais ça fait des jours que je surveille les lieux, que j'étudie les horaires des habitués exactement pour me retrouver seul avec toi. » pas une once de subtilité, et pourtant Bucky n'avait pas peur, absolument pas. Il désigna son verre sans se démonter, comme si les deux hommes parlaient de la pluie et du beau temps. « Encore un. »




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Mer 31 Mai - 16:25




Oublier, ne pas laisser de traces. C'est ce que ce fantôme s'amusait à faire. À alléger le poids de sa culpabilité. Mais, il pourra effacer autant de fois les données, cela ne l'aiderait pas à se racheter. Pire encore, il avait l'impression qu'au fur et à mesure de ces reboots, il oubliait quelque chose d'essentiel. Et de ce fait, il s'en voulait encore plus. Que sa faute était plus grande aux files des souvenirs effacés que s'il se souvenait de tout. Le disque dur était rayé, complet. En soixante-dix ans d'accumulation, il aurait fais bien plus de plantages que maintenant. Donc, ce n'était pas tout à fait une faute de nettoyer sa mémoire de temps en temps. Il réfléchissait comme un robot, oui. Parce que c'est ce que HYDRA a fais de lui. Elle lui a retiré tout ce qui faisait partit du charme de sa personnalité pour implanter une arme de destructions massives. Il pouvait le comprendre, n'est-ce pas ? Cette perte d'humanité. Il le voyait dans ses yeux, il avait la même lueur dans le regard. Celle qui dénonçait un âme vide. Tu es un monstre. Un mot qui lui revenait en mémoire. Cette même voix rauque et neutre qui s'adressait à lui avec ce terme. Les mains du barman quittaient peu à peu les verres dans l'évier pour se glisser sur sa ceinture. Jamais sortir sans une arme, c'est devenu une seconde nature chez lui. Attends, il n'y avait pas d'hostilité dans le comportement de cet homme après un moment d'analyse. Qui lui garantissait que ce mot avait été prononcé par la même personne ? Il devait en apprendre plus, en savoir plus. Il ne devait pas lui laisser l'occasion de dicter ses pulsions et ses envies. Il avait fermé les yeux l'espace d'une seconde ou deux, le temps de pouvoir réinitialiser son esprit et sa vision des choses. Pas de jugement hâtif, il était libre de choisir la difficulté de la partie cette fois-ci.
Finalement, ses mains étaient revenus se poser sur le comptoir pour y prendre appuie. Pas d'armes dans celle-ci, juste les bandes que la serveuse lui avait appliqué pour soigner ses coupures. Petit malin, il s'amusait à les cacher avec les manches de sa veste bleue vive. « Lui aussi. » fit-il simplement. Qui était ''lui'' ? C'est là que les choses se compliquent. Lui était lui, le barman derrière son comptoir. Seulement, il avait tellement perdu sa personnalité durant ces dernières années que même se designer était devenu futile. Effacé de son esprit. C'était sa manière de parler de Zackary Johnson et de s'ouvrir un peu.

Lui aussi, c'était la première fois qu'il rentrait depuis longtemps. Ou du moins, qu'il reprenne un train de vie normal. C'était stupide et utopique, de penser pouvoir reprendre une vie normale après avoir été détruit de l'intérieur. Et, comme rien ne sera fait dans la subtilité, il était préparé. Le blond n'avait pas changé ni même témoigné de surprise aux paroles si franches de son interlocuteur. Il voulait quoi ? Le tuer ? Il allait devoir faire la queue avec tous les autres. Il n'avait rien répondu, il était resté figé à planter son regard sur ce visage quasi-couvert. Jusqu'à ce que l'ordre suivant soit donné. Un autre verre. C'est ce qui le fit bougé, un léger ronronnement métallique avait retenti encore une fois, signe d'une défaillance. Il était défaillant depuis cette fameuse altercation oubliée. Il était défaillant et, c'est ce qui le rendait étonnamment plus tranquille et calme. La défaillance comme humanité, cruel compromis. Le barman avait repris cette bouteille non loin de lui, comme s'il se doutait qu'il allait encore avoir besoin d'elle. Versant de nouveau ce liquide à forte senteur, il semblait avoir buger pendant quelques instants. Plongé dans une phase entre la léthargie et l'inconscience. Si bien qu'il avait déborder en servant. Pourquoi voulait-il le voir lui ? Ils lui répètent sans cesse qu'il n'a plus personne. Que plus personne ne le connaît. Il n'est plus personne. Donc, par suite logique, personne ne voudrait le voir ? À moins que, une fois de plus, ça ne soit pour le tuer. Ou pour se faire tuer pour les plus braves suicidaires. Il avait fini par reprendre conscience, encourager par l'électricité dans son dos. Un petit coup de jus pour le réveillait, au sens propre du terme. Pour autant, pas de panique ni un air désolé. Il s'était contenté de reposer sa victime à sa place, attrapant de quoi essuyer.

« Et pourquoi ? Il n'est pas très … loquace. Vous voudriez le tuer ? ». Sa question était horrible, il en était tout à fait conscient. Mais, ce regard inerte prouvait que l'automate ne s'en rendait pas compte. Qu'il posait sa question uniquement dans le but de savoir et de pouvoir comprendre. Les yeux figés de nouveau, il semblait perplexe. Il analysait encore et encore, il devait être facilement à sa centième recherche depuis le début de la conversation. Il cherchait pourquoi lui, pourquoi il était venu et qu'est-ce qu'il cherchait ? Qu'est-ce qu'il lui voulait ? Qu'il est une bonne raison de frapper s'il y a besoin.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Sam 3 Juin - 15:23




Bucky entendait clairement le bruit que la prothèse métallique faisait dans le dos du barman. Elle était sans un doute défaillante, son bras faisait parfois le même genre de sons quand quelque chose n'allait pas, quand il avait besoin qu'on fouille dans son bras. Ce n'était pas toujours douloureux, mais souvent. Ce n'était pas toujours pour son bien, même quasiment jamais. Encore aujourd'hui, surtout aujourd'hui d'ailleurs, James avait beaucoup de mal à accepter cette ignoble prothèse de métal, ce monstre attaché à son corps qui lui donnait la force d’anéantir une armée. Certes elle lui permettait maintenant de se défendre, et de protéger d'autres personnes, mais ce n'était pas son but de base, et c'était surement ça le plus dur à vivre. Porter chaque jour de sa vie, vivre avec une arme de destruction massive continuellement attachée à lui.
Peut-être que Zackary ressentait la même chose avec cet étrange prolongement de sa colonne vertébrale. Peut-être même en pire parce que lui, ce n'était pas un membre remplacé par un monstre, on lui avait tout simplement greffé une monstruosité sans laquelle il aurait très bien pu vivre. Sans laquelle il aurait aussi été beaucoup moins utile pour HYDRA, oui, mais James pensait sincèrement que ce n'était pas une mauvaise chose, au final. Il aurait surement préféré ça.

Le barman semblait être perdu bien loin d'ici, assez loin que pour cet assassin aux supers réflexes fassent déborder son shot de vodka. Bucky ne bougea pas, laissant ses mains dans ce liquide trop semblable à l'eau, sans rien dire. L'odeur russe lui monta au nez mais il ne fit rien, bien trop concentré sur le blond en face de lui. Ils avaient effacé sa mémoire. Mais surement à distance, et avec une machine différente de la sienne, sinon il en aurait encore les marques.
C'était étrange de se dire qu'HYDRA avait peut-être évolué. Plus performante pour laver les cerveaux comptait décidément comme une évolution, bonne ou mauvaise, un assassin centenaire ne pouvait pas réellement les juger.
Zackary se mit à nettoyer ce qu'il venait de renverser, mais James ne bougea pas plus. Deux assassins fassent à l'autre. Un plus ou moins sauvé, l'autre encore coincé dans la gueule du loup, un bras ressortant d'entre deux dents tranchantes. Mais James n'oublia pas qu'il restait un optimisé privilégié.  

Le tuer ? Pourquoi voudrait-il le tuer ? C'était le genre de phrase qui sortait de la bouche d'un robot, et qui énervait Bucky au plus haut point. De la pitié, il n'en n'avait plus depuis longtemps. Il avait l'impression que ce pauvre robot cherchait sa pitié, qu'il voulait qu'on le plaigne, ce pauvre bébé blond.
James tapa un grand coup sur le comptoir, son bras gauche s'enfonçant dans le bois comme dans de la crème. Ses yeux fixèrent le barman en face de lui alors que ses mots étaient violents, presque venimeux.
« Tu sais aussi bien que moi que si je voulais te tuer, je n'aurais pas montré mon visage et je l'aurais déjà fait. Arrête de chercher ma pitié. »




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Dim 4 Juin - 19:59




Là était le vice de cette chose dans son dos. Le même vice que ce bras immonde. Pourquoi mentir ? Pourquoi jeter des fleurs ? Ces deux choses ne sauvaient pas de vies, elles les prenaient. Autant celles de leurs possesseurs que d'autres plus ou moins innocentes. Ainsi soit-il, toutes les cibles d'HYDRA sont des ennemies potentielles de Sephiroth. Sont des ennemies tout court de sa patrie. Et si ce n'est pas le cas, elles le sont pour d'autres. Des raclures qu'il fallait éliminer pour le bien de l'humanité, n'est-ce pas ce qu'un soldat était tenu de faire de base ? Il ne se souvenait pas des bases. Juste de cette chose horrible dans son dos. C'était… La même sensation qu'une ombre. Une espèce de croque-mitaine qui ne le quittait pas d'une semelle. Il ne pouvait que la voir dans le reflet du miroir le soir sans jamais avoir pu contempler cette chose de haut en bas pour voir l'étendue des dégâts. D'où aussi le fait qu'il ne montre jamais son dos. Trop de hontes. Trop peu humain, ce qui résidait derrière lui. Il savait ce que c'était, n'est-ce pas ? Derrière son silence trop familier, le barman ne vacillait pas. Il n'était même pas certain qu'il sache ce que c'est de vaciller. La sensation de faiblesse avait été supprimée tout comme les émotions. La joie, la peur, l'affection. L'avantage de ne plus avoir qui que ce soit à perdre, c'est qu'il est plus facile à manipuler. Si seulement il savait. Si seulement ils étaient conscients que cette chose dans son dos signifiait bien plus qu'une simple ressemblance. Si seulement il reconnaissait cette personne en face de lui. Choisir ne lui avait pas été permis. Mais, si cela était encore possible, il dépendant bien trop d'elle dorénavant pour avoir envie de s'en débarrasser. Être cloué dans un fauteuil roulant à vie était un destin plus cruel que la mort pour un soldat aussi dévoué que Johnson. Son honneur n'a pas encore était tout à fait bafoué et c'est ce même honneur qui a valu ce déclic de sa part.
Curiosité, vilain défaut. C'était ça, non ? De la curiosité ? Zack' essuyait ses bêtises faites durant ce moment d'absence à défaut de ne pas pouvoir essuyer son tableau de chasse. Privilégié ? Heureusement qu'il n'avait rien entendu ou bien, que son audition n'était pas encore suffisamment affinée pour entendre les pensées, car c'est la rage qui l'aurait pris. Il n'avait rien demandé. Il n'avait pas demandé non plus à devenir un monstre, en quoi est-ce un privilège d'en devenir un ? Si cet homme était jaloux, il lui donnerait volontiers sa place. Mais, de ce qu'il comprend à son comportement, la sienne n'est pas à envier non plus. Alors pourquoi ? Pourquoi était-il venu ?

Les seules personnes qui acceptent de venir le voir sont celles qui veulent sa mort ou son arrestation. Il est donc logique pour l'automate de comprendre que soit c'était l'une, soit c'était l'autre puisque l'étranger assurant le surveiller depuis quelques jours n'avait rien dis de plus… Éclaircis. Par contre, son mouvement brusque avait réveillé les reflex de l'assassin. À savoir, dégainer son arme à la place du shaker. La voix haussée et le ton employé avait mis en alerte ses sens en moins de quelques secondes. Et donc, la volonté de se défendre comme un bon automate bien programmé face aux agressions. La queue en métal derrière lui avait pris les devants en déchirant sa veste au passage à cause de la lame au bout, saisissant son arme pour la lui mettre dans les mains. Prends et tais-toi, c'est clairement ce que cette chose dans son dos lui disait. Cette étoile rouge, parasite de Zackary Johnson, qui gigotait derrière lui comme un pendule pour l'hypnose. Un parasite, c'est le mot juste, qui lui dictait ses faits et gestes, tout en s'assurant que l'humanité du soldat reste bien enfoui. Ce qui expliquerait aussi pourquoi ce regard inerte, sans aucune émotion. Chargeant son arme, le doigt sur la détente, heureusement que personne n'était dans le bar à ce moment-là. La respiration du barman se faisait nerveuse, accélérée par ce coup de stress soudain. « Ce n'était pas le but recherché, ce n'est pas la recherche en cours. C'est : pourquoi venir ? ». Gardant cet homme en joue tout en regardant l'étendue des dégâts, le barman avait rebaissé son arme en voyant que rien d'autre n'était fait hormis deux trois planches cassées par coup de colères. Un grabuge qui avait alarmé la serveuse mitigée dans sa réaction en voyant deux personnes aussi froides et étranges en face-à-face. Mais finalement, elle avait croisé les bras, un air contrarié au visage alors que le barman lui, réfléchissait à un moyen de re-cacher cette chose dans son dos tout en remettant son arme à la ceinture.

« Il sait, pas le matériel. » Fit l'automate comme s'il s'attendait au commentaire qui allait suivre. Mais sa priorité a été tout autre pour le moment que de s'occuper du comptoir et de la potentielle prise de tête. Parce que le barman était… Mal à l'aise. D'une certaine façon. Il avait pris appui sur le mur derrière lui pour cacher la misère, enlevant sa veste bousillée au passage. Dommage, il l'aimait bien cette veste. Si la panique ne se lisait pas sur son visage, elle se lisait sur ses gestes. Il ne savait subitement pas où se mettre et s'il faisait fuir la clientèle, il était bon pour prendre la porte. Chose qu'il refusait pertinemment. Ce bar était une espèce de refuges où personne ne penserait à venir le chercher. Enfin du moins, avant que certains ne poussent leurs curiosités très loin. Déséquilibrer, et pas que physiquement maintenant, le barman était macabrement désorienté. C'était entre le doute, le dépourvu et l'interrogation. Sa tête s'était penchée sur le côté, essayant de voir ce que faisait Pam' avec le bout de tissu. C'est pas si terrible, je vais essayer de te réparer ça avant que les vieux arrivent. Tu ne bouges pas et ton copain a intérêt de rien casser d'autres avant mon retour, c'est compris ?!. Zack semblait interrogé du regard l'auteur des dégâts. Il y avait presque de la comédie dans cette scène. Une femme sûrement trois fois moins vieille que lui en train de faire la leçon à deux assassins… Elle n'a pas froid aux yeux et c'est pour ça qu'il lui faisait confiance. La serveuse était partie dans le vestiaire pour recoudre la fameuse veste. « Pas avoir eu le temps de dire si oui ou non. » fit-il avec un semblant d'air blasé. Pour changer de son expression habituelle.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Mer 7 Juin - 20:30




Bucky s'était peut-être très légèrement emporté. Il se surprenait parfois. Il avait des moments où il était complètement amorphe ; d'autres où il ressemblait un peu au lui d'avant, le soldat mort ; mais aussi, comme à l'instant, des moments où la rage lui brulait les entrailles, lui donnait envie de détruire des familles et manger des bébés chiots. Il ne s'en souvenait pas et pourtant, il avait apparemment écrit dans l'un de ses carnets que les moments de haine aux lèvres étaient quand il se rendait compte de ce qu'il lui était arrivé ; il se rendait compte enfin de toutes les années qu'il avait perdu, volées par quelques tentacules rouges. Volées par HYDRA, ou Pierce, ou tous ceux avant lui. Pierce était un vrai fils de pute, mais il n'était clairement pas le seul dirigeant d'HYDRA en soixante-dix ans. Qui plus est, HYDRA n'était qu'une petite partie, la face dévoilée de l'iceberg. HYDRA n'était clairement pas les soviétiques. C'est eux qui avaient inventés la machine à frire les cerveaux pour ensuite la vendre à l'organisation.
Donc oui, Bucky pouvait parfois avoir des sursauts violents mais heureusement pour la population, ils étaient aussi plutôt rares. Mais face à Zackary... Il avait encore envie de le secouer, surtout quand il lui dit de sa voix toujours aussi monotone que ce n'était pas le but recherché. Bien sur que non ce n'était pas le but ; après tout, il jouait très très bien le robot.

Zackary avait sorti son arme, et cela le rassurait plus qu'autre chose. Bien sur que le Soldat de l'Hiver ne sortait pas sans arme, mais savoir qu'il en avait une à disposition était toujours une bonne chose. Malgré le fait que pour l'instant cette arme soit pointée sur lui, il n'avait pas perdu son sang froid et absolument pas changé son air, toujours aussi impassible. James n'en n'avait tellement rien à foutre qu'il avait pris son verre au moment où la serveuse était arrivée pour le boire encore une fois cul sec, l'alcool brulant sa gorge, le gout immonde de la vodka était en train de réduire sa bouche en cendre. Mais c'était bon, quelque part. Comme un doigt d'honneur aux soviétiques et à HYDRA, une façon de leur montrer (même si aucun des deux ne le voyaient) que leur arme la plus précieuse profitait de la vie, de l'alcool, avait le choix ou non de ce qu'il buvait. Et puis, de la vodka ; produit typiquement russe pour rajouter un peu d'ironie.

James était maintenant bien plus calme. Son petit coup de nerf lui avait fait beaucoup de bien. « Non, je ne suis pas ici pour te tue. » il le fixa, sans bouge un muscle. « Je viens t'aider. » sans savoir quoi faire pour que l'autre assassin se souvienne de lui, il retira son gant pour dévoiler sa main métallique. Son arme n'était pas très loin, il savait quoi faire si Zackary ne prenait pas l'information bien. « Je suis venue te sortir de là. »




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Ven 9 Juin - 17:14




Légèrement ne serait pas le mot juste. Du point de vue du barman, ce qu'il avait vu était semblable à un animal en furie. Seulement l'espace de quelques secondes, mais suffisamment pour que cette chose dans son dos lui mette l'arme à la main. Qui était-il ? Pourquoi un tel coup de colère à cette question ? Ce genre de questions suscitait plutôt de la malice, des sourires odieux et puis, peu de temps après, des coups. Là, ce n'était pas la même chose. Juste quelques planches cassées et un retour au calme déconcertant. La pression n'avait pas pris le temps d’alourdir l'atmosphère, elle avait explosé d'entrer de jeu en laissant derrière elle une scène presque amusante. Le barman se posait beaucoup de questions dorénavant, cherchant dans sa base de donnée qu'était le peu de mémoire qu'il lui restait à disposition. Pam' était intervenue une nouvelle fois, lui arrachant sa veste des mains avec le comportement d'une enfant boudeuse. Pendant quelques secondes, Zack' avait la moue interrogé qui décorait son visage pâle et macabre : quoi ? C'était clairement ce que ses yeux réclamaient. Doucement les gars, ça fait beaucoup de choses en si peu de temps. Décollant son dos du mur, reprenant ses repères les paumes de main bien en avant près à réceptionner en cas de chute, l'automate avait fais craquer sa nuque sans fermer ses yeux. Il clignait très rarement des yeux, pour ne pas dire jamais. Ainsi, il était sûr de ne rien louper. Aux premiers abords, on pourrait croire qu'il avait décidé d'ignorer cet homme à la voix rauque et juste un peu moins monotone que la sienne. Mais, en observant un peu ses gestes, il était surtout en train d'occuper ses mains encore tout en l'écoutant. C'est son manque de réaction qui lui donnait son air ailleurs. Il était bel et bien présent.
Seulement, s'occuper les mains le rassurait un peu. Le temps de tenir un torchon ou bien des verres, un bouteille ou toutes autres trucs trouvables dans la main, c'était une arme en moins dans celles-ci. Ça lui évitait les mauvais réflexes. Sa prothèse remuait derrière elle. Quitte à ce qu'elle soit là, autant s'en servir comme d'une troisième main. Pour le reste, il verra plus tard. Le coup de balais, ce n'est pas son genre. Il a tendance à crever des yeux avec plutôt que de faire la gentille soubrette. Il avait un minimum de fierté tout de même. Surtout devant un homme si imprévisible.

Beaucoup de tensions qui ne semblait pas l'effrayer. Le barman s'était redressé, se remettant bien droit tout en retroussant ses manches dans un geste mécanique, presque habituelle. Pas un pli, rester présentable en toute circonstance. C'est ainsi l’uniforme qu'il devait porter dans ses lieux. Ça ne l'amusait pas d'imiter le robot, bien au contraire. Au fond de cet air perdu, il y avait Johnson qui ne devait plus avoir assez de larmes pour pleurer maintenant à fore de biens des appels au secours. Alors, qu'un étranger qui vient de briser son comptoir lui annonce qu'il veut l'aider après une étroite surveillance, il est normal que l'autre assassin rouge soit sur ses gardes. « Il vous en … Remercie. Apparemment. » fit-il tout en glissant son regard sur les mains de l'homme et en particulier, les phalanges brillantes et métalliques. Un moment de doutes, ses yeux figés sur cette partie découverte de l'étranger. Il avait entre-ouvert la bouche, mais ses mots n'étaient plus les siens. Alors, il l'avait refermé sans qu'aucun son n'en sorte. Il n'était pas du genre loquace et, voir ceci l'avait perdu dans ses procédures habituelles. Son regard avait basculé dans le miroir, regardant derrière cette chose tout aussi brillante que les doigts de l'homme. Il ne pouvait pas refuser. C'est ce qu'il se disait. Le manque de vivacité de la part de Sephiroth était flagrante, mais il ne prenait pas mal les propos de ce gars apparemment.
« C'est familier. Il y a … un arrière goût amer cependant. Les données sont perdues. Effacées... Un autre ? » demanda-t-il en pointant du doigt le verre dorénavant vide de vodka. Le soldat se réveillait petit à petit devant son sergent. Sergent … Ce mot aussi était familier. Il sentait au fond qu'il s'en était servi il y a peu.

Finalement, il regardait les verres autour de lui, le vide du bar. Il se demandait si c'était une bonne chose. Il avait envie de boire un verre aussi. Et puis, après une petite réflexion, il avait fini par oublier ça. Sa tête s'était baissée, un petit moment de veille pour reprendre ses repères et ses obligations. Il n'était pas si mal dans ce bar, il n'avait pas envie de partir. Cependant, il se doutait aussi que cet homme n'était pas venu pour l'extirper de son lieu de travail en journée. Il faisait un effort, il savait qu'il n'avait pas le droit, que la foudre risquait de s'abattre à tout moment pour le faire taire, mais il voulait savoir. « C'est ce qu'il essaye de faire. Depuis plusieurs semaines maintenant. Il est en fuite. Partout à la fois, tout comme eux. » Et le meilleur moyen de ne pas se faire repérer durant une cavale, c'est de ne pas cavaler. Le blondinet avait relevé le regard vers l'inconnu par si inconnu qu'il en avait l'air. Il essayait de lui expliquer, de refuser son aide. Son intuition lui disait que ce n'était pas une bonne chose de se rapprocher de lui. Car s'il lui était familier, c'est parce qu'il avait dû le prendre en chasse une fois. Et rien ne lui assurait qu'il ne recommencerait pas.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Ven 23 Juin - 1:05




Sephiroth -Zackary- était perdu et il n'y avait rien de plus normal. Bucky était le premier au courant de cette sensation de profondément savoir... Tout en passant pour le pire des ignorants. C'était déstabilisant, mais en même temps, après les quelques premières fois, on s'y habituait facilement. Bucky se souvenait de cette sensation, celle de savoir ignorer. Et puis, il y avait l'entrainement, le lavage de cerveau qui faisaient parfois tellement de bien. L’électricité traversant son cerveau était extrêmement douloureux, surtout avec les cheveux encore mouillés, il n'allait pas mentir... Et pourtant quelque chose lui manquait aujourd'hui, quelque chose qu'il regrettait : ignorer. Ignorer les sensations, ignorer ne rien savoir tout en connaissant une infinité de chose. Avec les mots, tout était plus simple, au fond, et c'est cette simplicité qui lui manquait : cette simplicité qu'il retrouvait en regardant le blond.
Bucky hocha simplement la tête quand l'autre lui proposa encore un verre. Pourquoi pas. La vodka adoucissait bien les meurs, pas vrai ? Ce n'était peut-être pas l'adage exacte, mais c'était le seul véritable à ses yeux. La vodka brulait l'indésirable, faisait tousser les plus faibles comme les plus forts. James ne pouvait pas non plus se saouler, et ce n'était pas plus mal. Il détestait ne pas avoir la main mise sur ses gestes, ne pas suffisamment se contrôler. Il avait passé assez de temps sans avoir le contrôle que pour détester ça.

Le Soldat comprenait ce qu'il faisait. La meilleure façon de ne pas se faire attraper était après tout, de ne pas fuir, pas vrai ? C'était logique, ça coulait de source. Après tout, le meilleure moyen de ne pas se faire mouiller était de ne pas rentrer dans l'eau.
Lui, Bucky, n'avait jamais pensé comme ça. Il voulait agir, en avait profondément besoin. C'était peut-être une méthode d'auto-flagellation, mais au moins, il se mouillait, plongeait la tête le première pour que les autres ne soient pas obligés de se mouiller. Steve disait que même avant il était comme ça, avant toute cette merde. Il faisait confiance en son ancien ami, alors peut-être qu'il avait toujours été comme ça. C'était compliqué à dire.

Le bar était vide, tout comme la tête de Sephiroth face à lui, il le sentait bien. La sienne tournait désormais bien trop rapidement. James avait entendu les paroles de Zack, il avait même vu les signes qu'il tentait de lui lancer, des signes qui criaient de ne pas agir, de ne pas le faire. Mais non, Buck allait se jeter dans l'eau, encore une fois, sans vraiment réfléchir. Il devait agir vite.
Se redressant sans un bruit, il le fixa. Zack devait lui faire confiance, un minimum. Le Soldat devait l'approcher, pour mieux pouvoir l'amadouer, l'attendrir -autant qu'on pouvait attendrir un assassin. Il avait une idée. Une idée à la fois brillante et ignoble et idiote. Un peu inutile.
« Ce que tu as dans le dos. En métal. Je peux regarder. » il fronça le nez, sans rien dire. « C'est endommagé, je l'ai entendu. C'est dangereux.
Et je m'y connais un peu.
» fit-il en montrant sa main métallique. Certes, il n'avait pas le niveau de Stark, mais il devait parfois prendre soin lui-même de son bras, alors il avait été regarder à l'intérieur et avait un peu touché, pour mieux comprendre. Sans attendre la réponse, Bucky sauta par dessus le comptoir, le plus souplement du monde ; finissant de l'autre côté sans un bruit, comme le plus souple des chats. « Laisse moi regarder avant que ta collègue revienne. »




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Ven 23 Juin - 16:37




Perdu ? Cela devait sans doute être le mot juste. Il ne pouvait que le croire. Avait-il envie de le croire pour commencer ? Le barman semblait ailleurs. Son esprit tournait dans le vide. Le vide sidéral qu'était ses souvenirs. Il fallait s'accrocher à des poussières, des petits fragments de mémoire pour y voir plus clair. Il avait besoin de comprendre. Un besoin primitif enfoui. Il reconstituait les morceaux. Lentement, mais sûrement. Il profitait de ces derniers tic-tac avant la remise à zéro. Il dépassait déjà depuis un petit moment le quota autorisé. La sensation de tout savoir et pourtant, de tout ignorer … En fixant cet homme devant lui, il ne pensait pas qu'il serait la meilleure personne pour l'aider. Parce qu'il savait. Il savait ce que c'était d'être mit en bouillie encore et encore pour qu'aucunes bribes subsistent. Pour que la compassion soit réduite en charpie, que son humanité ne se mette pas en travers de sa route et ne stoppe pas ses gestes pour les missions. Sauf que là, elle se réveillait. Elle faisait du bruit depuis quelque temps en lui. Les rouages de son cœur reprenaient leur fonction dans une cacophonie usée. Le temps les avait grandement affaibli, l'hydre l'avait fortement usé, ses propres sentiments aussi. En avait-il au moins, des sentiments ? Non. Pour le moment, il n'y avait rien sur ce visage. Le barman se contentait d'observer, de regard et de constater, sans faire preuve d'un quelconque étonnement. Il n'en avait pas la capacité. Il était entraîné et détruit pour qu'aucun n'indice ne soit donné à ses ennemies. D'où l'absence de stupeur, d'effroi ou même de déstabilisation qui pourrait lui causer de sérieux problèmes et offrir des ouvertures à ses adversaires. Un visage était un livre ouvert, le regard également. Une analyse dans celui-ci et tout pouvait être anticiper. Mais dans le cas de Sephiroth, ce regard était celui d'un défaut. Qui pourrait lire dans un regard dépourvu de vie et d'émotion ?
Alors, le blond avait détourné son regard sur la main. Il l'invitait, il semblait vouloir l'aider. Il tentait de stimuler sa mémoire en commençant par lui montrer un bout de cette chose. Marque métallique d'HYDRA, comme une emprunte maintenant greffée à vie. Il n'avait rien souffler pendant de longues secondes avant de finalement redresser sa tête et répondre avec difficulté. La loquacité n'était pas son point fort, il ne faisait que faire un effort pour être compris. Aligner des mots après un long silence de soixante-dix ans … ça aussi, il devait savoir ce que ça faisait. La difficulté ressentie.

Il fallait remplir un verre. L'automatisme de Zack' dans ses gestes était expliqué par l'habitude et sa facilité d'apprendre de nouvelles choses. Les données s'enregistraient quelque part dans sa mémoire interne, à l’abri des reboots de sa prothèse. Elle avait une emprise sur lui qui était devenue vicieuse. Elle lui avait fais tout oublié jusqu'à même l'époque où il pouvait marcher sans elle. Elle était aussi à l'origine de ses lavages de cerveaux, de ses souvenirs enfouis. Une volonté empoisonnante dans un concentré technologique. Il ne savait pas s'il devait en être fier ou bien, s'il devait en avoir honte. La honte était le sentiment qui revenait le plus souvent en effet. La raison pour laquelle il ne se montrait jamais de dos à qui que ce soit. Comme si sa mauvaise manie de soldat brave et téméraire avait été pervertis en un combat contre une humiliation. Ne jamais tourner le dos. Le verre était servi et finalement, le barman s'était permit un petit écart de conduite. Il ressentait la soif, sans doute une nervosité inconsciente que cet homme déclenché en lui. Inconsciente car aucun signe visuel ne témoignait de quelque chose. Cependant, ses choix pouvaient mettre sur la piste. Que quelque part, s'il voulait un verre, c'est parce que Zackary Johnson avait besoin de se remettre  les idées en place et de se manifester. Il parlait encore quelque part dans l'inconscience de cet automate dépourvu de vie. Automate qui, une fois son interlocuteur servi, avait sortit la bouteille de scotch pour se servir. Ça sera retiré sur sa paye, tant pis. Ce n'est pas comme s'il ne savait pas se débrouiller sans argent. Notamment en volant. Moche, n'est-ce pas ?

Il avait terminé, et de nouveau ce ronronnement mêlé au crissement électrique de sa prothèse se faisait entendre. Elle était là, encore. Elle lui disait non. D'où le fait que le barman ne voulait pas toucher à son faire finalement. Le liquide brun attendait sur un coin du comptoir près de l'évier et lui, il ne disait rien. Il ne savait pas quoi lui dire. Il pouvait seulement lui répondre de manière honnête à sa question. Si un peu d'honnêteté demeure en lui encore bien sûr. Elle était énervée, il lui désobéissait en répondant à cet homme. Il n'arrivait plus à la maintenir cacher, cette chose qui lui faisait tellement honte. Trop bruyante, trop agitée et pourtant, il ne semblait pas vaciller. Il se contentait simplement d'encaisser et d'attendre. Encore une fois, un crissement, mais le blond avait insisté cette fois-ci. Zola n'aimait pas ce trait de caractère de Johnson. Il avait toujours insisté et c'est ce qui lui avait coûté son état. Un robot endommagé dont les mouvements se bloquaient. Le barman avait finalement pris son verre, le buvant d'une traite. Il n'éprouvait … Rien. Quelque part, il avait envie de dire que ça lui faisait du bien, mais il n'en était pas sûr. Il avait reposé son verre dans l'évier pour le nettoyer. Ne pas laisser de traces, même dans un geste aussi simple et commun que celui-ci. La demande de l'homme l'avait bloqué dans son chargement. Pardon ? Pour la première fois, un éclat dans le regard de Zack'. Un éclat de honte et de stupeur. Très vite partit, il avait relevé la tête. Non. « Non. » Il ne doit pas « Il refuse » montrer quoi que ce soit. Il pourrait le finir, il pourrait le briser en deux. Ou bien, il pourrait le traiter de monstre. Tu es un monstre, à moins que cela ne soit déjà fait ? Un déclic et pourtant, lorsque l'autre passa par dessus le comptoir, il n'avait aucun aucun mouvement de recul. Ou plutôt si, pour lui laisser de la place et ne pas se faire écraser les pieds. Est-ce que c'était une bonne idée ? L'automate bloqué sur un rouage, celui de la raison. « Sergent... », cela lui revenait en tête subitement, comme la pièce d'un gigantesque puzzle à laquelle il cherchait l'emplacement. Il lui disait de lui montrer et quelque part, le soldat obéissait à son supérieur. Alors, il s'était retourné, retirant sa cravate nouée à la dernière minute et sa chemise. Il lui montrait l'interdit, cette chose ignoble qui le rendait monstrueux. Des vertèbres en vibranium, implanté directement dans le réseau de ses nerfs à l'aide d'aigille et diverses pièces fines pour maintenir la solidité de celle-ci, dépassant légèrement comme la crête dorsal d'un lézard. Avec le charme en moins. Elle prenait racine de sa nuque pour atteindre le corpus cérébral et elle se terminait dans le bas de son dos avec cette espèce d'appendice en plus. Les allemands et leur goût du design : à chier. Cette chose … Lui permettait de marcher. Il ne pourra jamais s'en débarrasser.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Ven 14 Juil - 18:08

never coming home.

FT. zackary johnson




Enfin, enfin il lui obéissait. Des vieux souvenirs revenaient à Bucky, quand il avait des hommes sous ses ordres, quand il était devenu un véritable Sergent -pas comme l'autre idiot blond avec son bête bouclier devenu Capitaine juste en claquant des doigts. Il avait mérité son poste de Sergent. Il avait bossé dur pour l'avoir, bossé dur pour pouvoir encore mieux prendre soin de ses hommes. Zackary avait été sous son commandement, il s'en souvenait plus ou moins clairement. Il se souvenait du soldat très jeune, mais très intelligent. Un ami d'Howard, qui l'a même aidé. Il avait cette image très précise du jeune blond et de l'ingénieur parlants ensemble, débattant sur quels moteurs utiliser, quels métaux utiliser.
Le blond qui le fixait, pas certain, comme un mauvais robot rouillé, n'avait plus rien à voir avec le petit jeune d'avant. Il avait vieilli. Il avait vécu des choses. Zackary avait subit des choses qui l'avaient fait changer, profondément ; James savait exactement de quoi il parlait.

Enfin, le presque zombi se tourna pour lui dévoiler son dos. Bucky avait juste l'impression d'assister à un cours d'anatomie : les vertèbres métalliques ressortaient de son dos, reliées par des pièces très fines d'acier et de métal, pour obliger ce mélange monstrueux à tenir, par la force. Il y avait un certain relief, et James pensa directement au dos d'un dragon. Oui, c'était définitivement le dos d'un immense lézard comme dans les contes.
Un nouveau crissement, un léger flash lumineux, et Le Winter Soldier savait exactement où regarder. Un joint avait été trop enfoncé, entraînant avec lui quelques pièces métalliques qui soutenaient maintenant mal sa colonne. Quelque chose semblait coincé entre deux plaques. Les choses coincées entre les plaques de son bras étaient surement les plus douloureuses, alors il n'imaginait même pas ce que Zack devait subir. « repos, soldat. J'vais t'enlever cette merde. »

Sans attendre une réponse, Buck tira avec son bras gauche pour que la plaque se remette en place, ne rentrant plus dans sa peau. Il n'était pas un pro de la mécanique, mais la logique lui fit placer les fines pièces dans les emplacements qui leurs semblaient réservés. Le Sergent restait méfiant, le petit soldat était peut-être docile, mais cela n'allait surement pas durer. HYDRA aimait la docilité, mais pas face à un ennemi. Il le savait parfaitement.

HYDRA, justement, n'allait pas laisser ses deux assassins favoris faire la causette sans rien faire, sans agir. Si Buck n'était plus sous leur contrôle, ce n'était pas le cas de Sephiroth. James l'entendit avant de la voir. Un objet passa par la fenêtre ouverte, et la grenade roula au sol, proche des deux assassins, son petit voyant lumineux rouge clignotant furieusement pour signaler son explosion imminente.




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


N°0 ★ S E P H I R O T H PROJECT
administratrice
avatar
the ghost of you
COULEUR RP : #F78181
DOLLARS : 2077
JUKEBOX : the ghost of you {my chemical romance} / assassin's creed III {lindsey stirling}
ÂGE DU PERSONNAGE : 96 ans
NOM DE CODE : Sephiroth
PROFESSION : assassin d'HYDRA - barman
RACE : Humain génétiquement modifié - Optimisé !
HUMEUR : perdu, perdu, perdu ...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    Mar 18 Juil - 18:22




Oui, il obéissait. Il n'avait aucune idée du pourquoi. Il se contentait de faire ce qu'il disait. Il devait avoir confiance quelque part, ne pas se laisser ronger excessivement par la méfiance. Le barman s'était retourné, il avait enlevé sa chemise pour montrer cette … Chose dans son dos. Il n'y avait aucunes fiertés. Bien des réponses, mais aucunes envies de se pavaner ou bien de la montrer. Cette chose qui le rendait sortit tout droit d'un film de science-fiction alors qu'il venait du passé. Les ingénieurs de l'hydre s'était surpassé pour le conserver et conserver sa faculté de marcher et de se mouvoir. Ça aurait été tellement dommage de jeter le premier optimisé connu au rebut. Il ne bougeait pas, il faisait étonnamment confiance à cet inconnu. Non, pas un inconnu. Il faisait étonnamment confiance à son supérieur. Oui, cela devait être ça. Un vague souvenir. Les images n'étaient pas encore chargées, mais le son était là. Il entendait sa voix, ses ordres. Il entendait le bruit alentour, la frayeur de ses coéquipiers et un sergent plaisantin pour leur remonter le moral. D'où venait cette bande son ? Il fermait les yeux, pour réinitialiser ses pensées. C'était encore là, une vieille hantise. Celle de décevoir. Avait-il déçu ? Peut-être. Maintenant qu'il y repensait, il lui semblait se souvenir que c'était la peur de décevoir qui l'avait mené sur les champs de batailles.
Non, c'était totalement stupide. Le barman avait simplement jeté un coup d’œil derrière lui pour voir ce que trafiquer son supérieur dans son dos. Il avait l'air sceptique, donc il y avait vraiment un souci dans cette mécanique. Possible, il ne se souvient pas de ses altercations nocturnes, alors ce n'est pas pour se souvenir d'un détail futile comme des soins. Il s'était contenté de laisser faire le mécano derrière lui qui semblait avoir détecté le souci. Il était ses yeux et son réparateur à l'heure actuelle. Le mieux, c'était de ne pas s'agiter. La nuit n'était pas encore tombée, ça ne serait tardé. En sentant la pièce coincée être enlevé de cette colonne de fer, il semblait retrouver de l'aisance. Le barman avait haussé les épaules, jouer avec les articulations de sa nuque et surtout fait un pas puis deux. Ce n'était plus bloqué, c'était parfait ! Une once de satisfaction. Pendant quelques instants, l'espace d'une fraction de seconde, le blond s'était retourné avec un regard vivant remplit de reconnaissance. « Merci beaucoup Sergent ». De la sincérité dans sa voix. Certes, celle-ci était gâché par l'usure du temps sur son corps et ses cernes immenses, mais elle était bien là.

Ça aurait été trop beau que cela continue ainsi, n'est-ce pas ? Le soldat avec son supérieur en train de boire un verre comme au bon vieux temps. C'était une idée stupide, Sephiroth en avait tout à fait conscience. Son regard s'était éteint de nouveau, retour à la pseudo-normalité depuis que les tentacules lui ont mis la main dessus. En voyant la grenade roulait prêt de leurs pieds, un moment de suspens et d'angoisses. Il devait trouver quoi faire. Mais pourquoi le faire sauter lui aussi ? Il avait relevé le regard vers la personne qui se trouvait à ses côtés, le questionnant ainsi. Qu'est-ce qu'il devait faire ? Qu'est-ce qu'il devait … La prothèse de nouveau en service dans son dos lui donnait une de ses migraines, un contrecoup du voltage. Non ! Il ne voulait pas se faire remettre à zéro, pas maintenant. Il y avait de la déception dans cet automate figé. Le temps ne s'écoulait plus dans sa perception, il avait besoin de repère. Il les cherchait, tendant l'oreille, scrutant la pièce avec ses yeux. La grenade ! Sa patronne n'allait sûrement pas être ravis s'ils faisaient tous les deux sauter le bar. Il l'avait renvoyé dehors quelques secondes avant qu'elle n'explose, se protégeant avec ses deux bras. Puis, il avait pris son arme, tâtant brièvement derrière lui pour la trouver à sa ceinture. Le chargeur était plein, mais ça ne lui donnait que treize coups. Il était revenu prêt de James, renfilant sa chemise rapidement pour que son dos soit de nouveau masquer. « Il n'a pas envie, pas maintenant. ». De quoi n'avait-il pas envie ? Pas envie d'être rebooter, bien sûr. Il commençait à se remémorer son avant-HYDRA, chose qui ne plaisait pas à la volonté dans son dos. Cette prothèse qui tirait sur les rênes de son destrier désobéissant. Pourtant, il semblait si impassible, si insensible à sa propre panique et prêt à accueillir quiconque passerait les portes où les fenêtres. Avant de se souvenir qu'ils n'étaient pas tout seul dans ce bar et que l'hydre avait la fâcheuse manie d'user des méthodes les plus vicieuses.






ESTUANS INTERIUS, SEPHIROTH !
dévoré intérieurement par une fureur violent, sephiroth !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: never coming home + ft. james    
Revenir en haut Aller en bas


 
never coming home + ft. james
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coming Home de Yhang Zimou (2014)
» Coming Home (2008, Éric Falardeau)
» [AIDE] Cookies Home Tab : problème Wallpaper étiré
» Question home cinema
» [TWEAK] Icône du menu démarrer sur le HOME impossible à modifier

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: New York City :: Brooklyn :: Broadway Triangle :: Hell's Verse-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: