AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 What have I become my sweetest friend ? (Bucky)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Sam 20 Mai - 14:55

What have I become my sweetest friend ?

FT. Bucky



SONG HERE.


Ce sont les voix de Clint et Scott qui réveillent le héros de son lourd sommeil. Ouvrant les paupières, un mur décharné lui fait face tandis qu’il se rappelle que son logis n’est autre que les égouts. Il s’agit de l’endroit idéal pour éviter de se faire repérer par l’HYDRA et les siens. Stark a des yeux partout, s’il est déterminé, Steve l’est bien plus. Ce désaccord ne fait qu’accentuer le divorce entre les membres des Avengers. Tout cela a débuté à cause des Accords de Sokovie, que Captain America refuse de ratifier. Si les Avengers appartiennent aux Nations Unies, ils ne pourront plus agir de manière indépendante, chose qu’il refuse catégoriquement. Les politiciens n’agiraient que pour leurs propres intérêts, éloignant les héros des objectifs initiaux : protéger la population des menaces. Qu’adviendrait-il dans ce cas ? Steve ne souhaite y penser ni participer à cette descente aux enfers. Désormais leader des Secret Avengers, le super soldat tâche de créer un réseau autour de ceux qui possèdent le même avis. Via des messages cryptés, des modes de communication anciens, il parvient à garder contact avec chacun d’eux. Notamment avec Bucky à qui il a laissé un message crypté sur le canard du jour. Se redressant de son lit, ou du moins d’un matelas légèrement abimé qui ne laisse un dos endoloris. Voir les deux affreux s’engueuler ne fait que le rendre encore plus las qu’à l’accoutumé. Autrefois héros adulé, il est maintenant un fugitif devant vivre dans l’ombre par crainte de se faire capturer par ses propres amis. Une situation inconfortable mais qui n’ébranle en rien sa volonté. Il ne changera en rien sa position, quitte à ce que le conflit ne prenne un tournant.

« Je reviens. » Un petit sourire adressé à ses deux compagnons de survie, et l’ancien soldat quitte la cave pour sortir, aveuglé par le soleil. Sa capuche dissimulant son visage, ses pas le mènent dans l’avenue du quartier. Parmi la foule, il est moins visible, ceux qui veulent le nuire ne se risqueraient pas à blesser des innocents. Quoique, certains agents de l’Hydra n’hésiteraient pas à mettre en danger des vies humaines pour parvenir à leurs fins. Dans la frénésie de la ville, il observe en marchant d’un pas rapide, rester dans des lieux publics n’a rien de bon. Trop vulnérable, trop recherché, il presse sa marche pour pénétrer dans les bas quartiers de Brooklyn. Un vieil immeuble désinfecté qu’il a connu durant son enfance, en compagnie de Bucky. Ils ont passé de nombreux moments, à rire, à pleurer, à parler. Tant de souvenirs habitent ce lieu. Steve retire sa capuche à mesure qu’il avance dans l’une des pièces. Désormais, il n’est plus Captain America, mais simplement un homme en quête d’une paix, en quête de son passé. Grimpant à l’étage, la silhouette du Soldat de l’Hiver est visible plus loin, de dos, un sourire vient illuminer le visage de Steve, s’en approchant. « Je craignais que tu ne viennes pas. » Sa voix est calme, empreinte d’une immense nostalgie. Retourner dans cet endroit ne fait que lui rappeler à quel point Bucky a pu être important. Il était celui qui le protégeait, l’entourait. Bien plus qu’un meilleur ami, un véritable frère. Avec son corps frêle, le gosse de Brooklyn n’aurait pu survivre sans lui. Il n’a pas oublié ce qu’il lui doit, et encore moins toute l’affection qu’il ressent. Son ami, son frère, son ange gardien et un allié de poids en ces temps troublés.



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Sam 20 Mai - 17:18

a better person, Steve, like always

FT. Steve Rogers



SONG HERE


Toujours se cacher, ne pas rester en groupe, se fondre dans la masse, ne jamais rester trop longtemps au même endroit. Bucky savait parfaitement comment passer inaperçu et se faire oublier. Pendant sept décennies, cela avait parfaitement fonctionné, alors technologie ou pas, il était et restait un fantôme. Il restait rarement avec les autres, le petit groupe de 'Secret Avengers' comme ils s'appelaient, pour la simple et bonne raison que James n'arrivait toujours pas à faire confiance aux autres. Ils étaient tous ou quasiment tous des super-héros, mais ça ne changeait rien. Avec eux, il avait l'impression d'avoir une cible peinte sur sa tête, ils n'étaient pas discrets et encore moins formés à la discrétion ; dérangeant pour un ancien espion.
Il ne restait pas avec eux mais savait exactement comment les contacter et eux savaient comment le contacter. Justement, Steve lui avait fait parvenir un message crypté le matin même, grâce au canard. Une adresse étrange, au fin fond de Brooklyn, et une heure. De quoi intriguer le célèbre Winter Soldier.

Il vida une vieille bouteille d'eau avant de sortir de sa planque, une casquette cachant en grande partie son visage. Une large veste pour cacher son bras, des gants pour cacher ses mains. Il ne devait pas se faire voir, pas se faire repérer. Surtout pas alors qu'il allait voir Rogers, sinon il les mettait tous les deux en danger.
James passa par les rues les plus fréquentées, l'air le plus détendu du monde, sans se presser. Malgré ses muscles détendus, tout en lui était crispé ; il ne rêvait que d'une chose, pouvoir partir en courant pour rentrer "chez lui", se cacher dans sa planque et ne ressortir que pour déménager.
Mais il ne pouvait pas, il avait rendez-vous avec l'ancien héros préféré des Etats-Unis. Bucky s'enfonça dans le vieux Brooklyn, le quartier le moins accueillant de cette partie de New York. Prendre ce chemin secouait étrangement son esprit, comme s'il voulait absolument se rappeler de quelque chose.

L'adresse était devant lui, un immeuble en ruine. Étrangement, il avait dans ses souvenirs une image beaucoup plus reluisante du bâtiment, avec le bruit en fond d'éclats de rire, de discussions enflammées... Sans plus attendre, il pénétra sans un bruit dans l'immeuble. James -Soldat ?- était en avance, comme d'habitude. Il repéra les sorties possibles, jugea les hauteurs si jamais il devait sauter -sa jambe était encore légèrement fragilisée par sa rencontre avec Sephiroth. Bucky prévoyait tout, sans savoir ce qu'il pouvait arriver, si jamais l'un de deux avait été suivi ou repéré. Rien ne pouvait être laissé au hasard.
Le Soldat remarqua directement les pas derrière lui, qui montaient à l'étage. Il reconnaissait cette manière de marcher, alors il ne se retourna pas. Il savait parfaitement qui arrivait, qui s'approchait de lui.

« Je craignais que tu ne viennes pas. » lui dit Steve, et Bucky se retourna enfin, juste à temps pour voir le visage du fugitif s'éclairer d'un sourire. Il était toujours aussi lumineux, toujours aussi beau. Cheveux blonds, yeux clairs, il paraissait angélique, particulièrement à côté du Soldat de l'Hiver.
Steve paraissait juste nostalgique ici. James détourna les yeux et hocha lentement la tête : « Je voulais venir. Je voulais te voir. » sa voix était calme, monotone, sans montrer une seule émotion, exactement comme son visage. Ses muscles étaient tendus, malgré le fait qu'au fond de lui-même il savait parfaitement qu'il pouvait avoir confiance en Steve ; mais il n'y arrivait pas. « Je reconnais cet immeuble. On est déjà venu, avant. » avant. Avant cette guerre civile, avant sa tentative de meurtre sur le héros national, même avant la Seconde Guerre mondiale.

James avait toujours un peu de mal avec ses souvenirs, qui se mélangeaient, ressemblaient parfois plus à des rêves que des images de son passé. Mais il aimait en parler avec Steve, pour voir ce qui était vrai et ce qu'il avait inventé de toutes pièces.
Le regard de Bucky se perdit un instant dans le vide : « On est venu pour ton anniversaire ici, je crois. Plusieurs fois. »




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Lun 22 Mai - 20:09

What have I become my sweetest friend ?

FT. Bucky



SONG HERE.


La vie de fugitif n’est en rien une vie à laquelle est habituée Captain America. Toujours adulé par la population, le voici déchu de son titre pour rejoindre les pestiférés, ceux dont la société ne veut plus. La seule raison ; pour s’être opposé farouchement aux Accords de Sokovie. Ces derniers ont sonné comme le glas de l’entente entre les Avengers. Deux clans se démarquent, les recensés et les non-recensés. Aucun ne compte changer d’avis, tous persuadés que leurs idéaux sont les bons, les plus pertinents. Peu formé à l’espionnage ou à la discrétion, il doit s’y plier malgré lui et vivre entre quatre murs, loin du tumulte de la civilisation. Les égouts n’ont rien d’agréables, et encore moins depuis l’arrivée des affreux ; Scott et Clint. Le Faucon possède un humour bien à lui, et parfois, cela s’effrite un peu. Néanmoins, ils restent de fidèles alliés en ces temps si troublés où tout est chamboulé, où l’ordre établi n’est plus. Steve ne sait combien de temps cela va durer, sans doute de longs mois, voire des années à vivre dans l’ombre. Usant de moyens de communication anciens, dignes de la Seconde Guerre Mondiale, le héros sait que grâce à ceux-là, il ne pourra être repéré. Ils sont obsolètes, les contemporains ne songent à jamais qu’ils peuvent encore être utilisés par certains. Si son statut l’oblige à ne pas sortir ou à se dévoiler, il n’hésite pas à adresser un message personnalisé à son meilleur ami, Bucky. Les amis ne se sont pas revus depuis plusieurs semaines, la surveillance dont fait preuve Stark et l’HYDRA ne permettant pas un seul écart. Une existence dans les ténèbres qui est loin de plaire à l’intéressé, navré par la tournure des événements. Il est attristé de voir les Avengers se déchirer, et aujourd’hui ne plus vraiment exister. L’harmonie qu’ils représentaient n’est plus, tandis que de nouveaux justiciers apparaissent. Les temps changent, peut-être que Captain America est dépassé. Mais non. Steve refuse de se résigner et de donner raison à ses détracteurs.

Dans l’allée où la foule est assez conséquente, ses sens sont aux aguets, car malgré la présence d’innocents, l’HYDRA n’aurait aucune pitié à les blesser pour l’atteindre. Attentif au moindre geste suspect, il marche rapidement, ne voulant s’attarder plus longtemps. Il faut se fondre dans la masse, ne pas se faire remarquer. Si autrefois, l’ancien soldat ne craignait rien, aujourd’hui, il ne sait plus qui croire, les anciens alliés deviennent des ennemis. Et inversement. La donne n’est plus la même. Désormais, il ne parvient plus à dormir, par crainte que ceux qui veulent le nuire ne profitent de cela pour agir. En une seconde, tout peut basculer. En une seconde, une vie peut être totalement chamboulée.

Devant l’immeuble désinfecté et délaissé, Steve est assez déçu, se rappelant d’un endroit rempli de joie, de sourires et de rires. Ce lieu a abrité de nombreuses fois des soirées arrosées dont se souvient précisément le blond. Pénétrant dans ce qu’il en reste, ses prunelles repèrent les potentielles sorties au cas où l’un d’eux aurait été suivi. Marchant lentement, il devine aisément les pièces, détruites mais que son esprit a photographiées. Un sentiment de nostalgie l’envahit à mesure qu’il s’enfonce en ce lieu empreint de son histoire et celle de son ami. Grimpant les marches, la silhouette de Bucky est remarquable, ce dernier est arrivé plus tôt comme à l’accoutumée. Au fond, Steve craignait sincèrement qu’il ne vienne pas. Pourquoi ? Il ne sait pas vraiment, leur relation n’est plus la même, bien que la complicité est toujours présente. Quelque chose s’est brisé en lui, tout cela à cause de l’HYDRA. Ce visage dénué d’émotions, tendu n’est que trop éprouvé. Le super-héros sait néanmoins qu’il est le même qu’avant. Le destin a voulu les séparer, mais, envers et contre tous, les voilà de nouveau réunis. Un léger sourire se dessine sur les lippes de l’ancien soldat, nostalgique de cette époque où tout semblait facile. « Je suis heureux que l’on puisse se retrouver ici. » Instinctivement, la main de Steve se pose sur l’épaule de son ami, son frère. Avec force, comme ils le faisaient auparavant. Un geste de soutien. « Oui, nous faisions la fête jusqu’à l’aube. Tu te souviens que je dansais terriblement mal ? »



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Mar 23 Mai - 17:39

a better person, Steve, like always

FT. Steve Rogers



SONG HERE


C'était étrange. Un lieu plein de souvenirs, avec maintenant, rempli d'un souvenir sur pattes. Il avait l'impression de voir un vieux film par dessus la réalité, comme un filtre déformant. En voyant Steve -Rogers, Captain America, mission failed- avec son grand sourire, il voyait au même endroit un autre Steve, plus petit, plus faible, moins traumatisé, l'esprit plus léger. James voyait double : un petit blond quelque peu inutile, mais mignon, fidèle ; et un autre grand blond, aux épaules larges. Le sauveur de la nation, le héros américain par excellence... Bucky était triste, triste de voir un super-héros réduit à ça, à devoir se cacher, devoir mettre des pulls à capuche pour se dissimuler dans l'ombre alors que son seul désir était de faire le bien.
Le petit Steve, inutile et faible, voulait la même chose, faire le bien, plein de rigoureuses valeurs.
Il avait changé, lui aussi, et pas forcément en bien. Physiquement, d'abord : un nouveau bras tout brillant (mais monstrueux, monstrueux, monstrueux...), des cheveux plus longs, un visage moins expressif. Mentalement, il avait changé aussi ; le dire était un euphémisme. Il n'était plus le même. Il n'était plus le James souriant et rigolant qu'il voyait sur les vidéos au Smithsonian, il en était loin, si pas son contraire.

Et pourtant, quelque part, ils restaient les deux gosses de Brooklyn. Leur relation avait changé, mais leur complicité ne les avait pas quitté. Brisée, elle tenait par la force de l'habitude : par la force des années passées ensemble. Ils avaient fait la guerre ensemble, vécu la grande dépression à deux : bien plus tard, ils s'étaient battu contre HYDRA pour libérer Buck de leur contrôle, avaient lutté contre les accords de Sokovie : lutté contre Iron Man lui même. Cela forçait le respect et au fond de lui il était fier de se battre pour la bonne cause... Même s'il ne savait pas trop ce qu’était le bien et le mal sur le moment, aujourd'hui il savait et faisait la différence.

Steve exprima à quel point il est était heureux avant de poser une main sur son épaule, une poigne forte, pour le soutenir surement. Étrangement, Bucky ne réagit pas plus que ça. Il restait tendu, pas complètement à l'aise, mais il savait que jamais Steve ne le trahirais et au cas où, il avait déjà plusieurs pistes de fuite à empreinter en cas de pépins. Alors il le laissa faire, laissa la main de son ami sur son épaule.
Steve lui rappela ensuite à quel point il était un mauvais danseur et la phrase arracha au dangereux assassin un micro sourire. Parce que oui, oui il se souvenait du "talent" de Steve pour la danse. « Tu étais le pire. Tu me faisais toujours rire. » il s'arrêta un instant, pas habitué. « Et je suis certain que tu es toujours le pire. » son sourire n'avait pas quitté son visage, mais il était tellement petit qu'il paraissait être accidentel, juste un muscle de ses lèvres trop crispé.

Bucky regarda quelques secondes autour d'eux. Il était bien plus à l'aise dans le silence, habitué au manque de son. Il préférait même la paix qu'apportait le silence : mais l'assassin savait aussi à quel point le commun des autres humain détestait ça. « L'oiseau et l'insecte vont bien ? »




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Mer 24 Mai - 15:24

What have I become my sweetest friend ?

FT. Bucky



SONG HERE.


En ce lieu les souvenirs du passé envahissent Steve. Plus faible, frêle, Bucky a été son protecteur. Sans lui, il ne serait peut-être pas là. Un protecteur et un frère. Si aujourd’hui tout est différent et que les rôles se sont inversés, il n’a pas oublié tout ce qu’il lui doit. Les deux gosses de Brooklyn ont changé avec le temps, et pas forcément en bien. Les traumatismes de la vie sur leurs épaules sont encore vivaces. A l’époque, tout était plus simple, plus innocent. Le visage du Winter Soldier était alors plus souriant, les trais plus reposés et qui n’avaient pas encore été mis à l’épreuve par toutes ses mésaventures. Le temps a fait son œuvre sur les deux dinosaures désormais façonnés par ce qu’ils ont vécu respectivement. Aujourd’hui, ils se retrouvent dans l’ombre, obligés de se cacher. Ancien héros adulé, il n’est désormais plus que l’ombre d’une ère révolue. D’une époque qui paraît trop loin pour les jeunes générations qui n’ont pas connu la guerre et ses horreurs. Pour certains, ils ne connaissent même pas son existence. Une tristesse l’étreint quand ses prunelles détaillent le visage de son ami, défiguré par les malheurs. La réalité est frappante tant et si bien que le cœur de Steve se serre. Se battre pour la bonne cause a engendré tant de sacrifices, tant de pertes. Mais dans ce tumulte de souffrance, de sang, de larmes et de cris, leur amitié est restée envers et contre tout. Les obstacles ébranlés, ils savent qu’ils sont plus forts à deux. Une évidence pour Steve qui ne peut imaginer un monde sans lui, pas après tous les efforts faits pour qu’il revienne à la raison. L’assassin s’en est allé, Barnes doit maintenant renouer avec sa part d’humanité longtemps bafouée et mise à l’écart. S’il a ouvert les yeux, les visages de ses victimes le hantent sans aucun doute, et son bras est recouvert de leur sang. Inutile de dire que pour Steve, il n’a aucune part de responsabilité. Manipulé par l’HYDRA, dénué de son libre arbitre, il s’était contenté de suivre les ordres, non pas par choix, mais par obligation, comme un automate. Le vrai Bucky est loin de l’être, il a du cœur. Sous ce visage neutre se cache un être humain, et pas n’importe lequel.

Sa poigne forte sur son épaule, il peut sentir sous ses doigts le métal de son bras. Un geste qu’ils ont toujours eu l’habitude de faire pour se soutenir. James est extrêmement tendu, mal à l’aise avec ce qui était autrefois quelque chose d’anodin. L’ancien soldat ne le trahirait jamais, mais il comprend la méfiance dont il fait preuve. Ce qu’il a subi l’a marqué, et ce, de manière irréversible. Des cicatrices invisibles à l’œil nu mais que Steve n’ignore pas. Délicatement, il retire son étreinte, empreint de nostalgie, et en particulier sur son talent de danseur médiocre. Le sourire de son ami est difficilement remarquable et Steve ne peut s’empêcher d’y répondre avec un sourire sincère, venant naturellement. « Pourtant, je me trouvais pas trop mal. Je n’étais pas objectif. » Il soupire avant de finalement faire quelques pas pour s’asseoir sur une vieille chaise restée là. « Je n’ai pas eu le temps de m’exercer. » La vie de super-héros ne permet pas de prendre du temps pour soi, de vivre normalement. C’est une existence parsemée de sacrifices, bien loin du confort de la vie d’un mortel lambda. Sa question engendre un léger rictus amusé qui s’efface vite. « Oh ils survivent. Et toi Bucky, comment vas-tu ? » A cette question, ses opales claires se lèvent vers celles plus sombres mais pas moins belles de son ami.   



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Mer 31 Mai - 21:13

a better person, Steve, like always

FT. Steve Rogers



SONG HERE


Le sourire de Steve était presque le même : radieux, énorme et naturel. Bucky l'enviait presque, mais il voyait au fond de son ami que lui non plus n'était pas sorti indemne de son parcours mouvementés. Il n'était plus le garçon dangereusement joyeux qui croyait en l'humanité toute entière, cette brindille que James adorait protéger, le sortir du pétrin de temps en temps. Oh, ce Steve, ce Captain America, était prêt à beaucoup : débuter une guerre civile pour commencer, mais il faisait moins confiance. Bucky soupçonnait l'homme de vouloir rentrer dans le moule que d'autres avaient fait pour lui. Un moule rigide, celui d'un vieil homme qui ne jure jamais (alors que soyons réaliste, monsieur language avait fait la guerre et côtoyé des soldats), celui soldat sans conscience, un exécuteur d'ordres et rien de plus. James ne se souvenait pas de tout, mais il souvenait de ce pitoyable blond, prêt à enfreindre la loi pour faire la guerre, un bout d'homme prêt à se sacrifier pour saucer un continent qui avait fait de lui une image, une propagande, rien de plus.
Pas objectif ? Un euphémisme. Son sourire s'agrandit sans qu'il puisse réellement se contrôler. « Moi je dansais bien, les dames aimaient beaucoup danser avec moi. Toi tu leur marchais sur les pieds. En plus, elles te dépassaient quasiment toutes d'une tête. » il était quelque part dans son esprit, pas vraiment présent. Steve en profita pour s'asseoir, ce que l'assassin ne pouvait pas faire. Malgré son sourire, son expression un tout petit peu plus ouverte, il n'était pas détendu. Impossible pour lui de s'installer, il aurait trop peur des menaces. Bucky préférait être totalement prêt si jamais il devait fuir.

Bien sur qu'il n'avait pas eu le temps de s'exercer. Ils étaient tous les deux des héros en fuite : leur priorité n'était pas de prendre quelques heures pour une leçon de danse. Et puis, Bucky ne savait plus du tout comment s'y prendre, tout son talent avait été détruit certainement avec l'ancien Bukcy Barnes, celui tué par le Winter Soldier lui-même après des séances de tortures et de... Dressage.

Steve lui expliqua que les deux autres idiots survivaient très bien avant de lui demander si lui, il allait bien. C'était une question très compliquée, peut-être même une question piège. James haussa les épaules, pour éluder la question à laquelle il ne désirait pas répondre. Il allait bien, au fond. Cela faisait quelques jours qu'il n'avait rien avalé de chaud ou de vraiment consistant, mais il allait bien.
Bucky fixa son ami, ses yeux couleur ciel. Et lui, est ce qu'il allait bien ? James n'arrivait pas à la poster, cette question, plus aussi à l'aise qu'avant. Il s'inquiétait pour sa mission son ami, mais sans rien lui dire, sans rien avouer. Est ce qu'il avait encore le droit de savoir après avoir attente à sa vie ? Il en doutait aujourd'hui. James haussa encore une fois les épaules sans savoir quoi dire avant qu'un bruit dehors, le simple bruit d'un couvercle de poubelle rencontrant le sol, le surpris. Légèrement honteux de sa paranoïa même en face de son ami. « Aucun soucis ses derniers temps ? J'ai... Rencontré une vieille connaissance et ce n'était pas... Convivial. » une manière de changer de sujet tour en se jetant dans la gueule du loup.




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Mer 7 Juin - 15:03

What have I become my sweetest friend ?

FT. Bucky



SONG HERE.


Le destin peut changer des vies, des parcours, et des caractères. Si Steve croit encore en l’humanité, sa joie de vivre s’en est allée avec le temps et les pertes qu’il a dû assumer, affaissant ses épaules sous la culpabilité. Il aurait voulu sauver tout le monde, avoir une vie plus normale et ne pas perdre son amour, Peggy. Mais la vie a continué, les années avancées. Le voilà dans un monde méconnu qu’il appréhende à présent. Ce même monde qui ne le connaît plus, qui le considère comme un fugitif, tout cela pour avoir osé s’opposer aux idées de Stark. Cette querelle ne se terminera peut-être pas ou la finalité sera terrible voire funeste. Pour l’heure, Captain America ne compte pas changer sa position, mettant ainsi en danger l’unité des Avengers dont l’existence ne tient plus qu’à un fil. Désormais dans l’ombre, il tâche de survivre dans cet environnement inhospitalier où tous veulent sa peau. Alors, revoir Bucky est une libération, un instant où il peut se replonger dans son passé. Loin d’être détendu non plus, il ne peut s’empêcher d’avoir les muscles prêts à réagir, et ses sens aux aguets. Les paroles de son ami le font sourire tandis qu’il se remémore ses échecs amoureux à cette époque. Son apparence avait tendance à repousser. Un sourire nostalgique étire ses lippes. « C’est vrai qu’elles étaient très grandes, tout comme toi. » Ce passé de rires, de sourires est révolu. Si ce bâtiment a connu leurs fêtes frénétiques, ce dernier n’est plus qu’un vestige de ce temps révolu. Une carcasse vide prête à s’écrouler à chaque instant. Tout comme Steve qui s’assoit, le manque de nourriture consistante maltraite son estomac. Et surtout le manque de sommeil criant visible sous ses yeux creusés par des cernes. Jusqu’où tout cela ira ? Il l’ignore ainsi que comment cela s’achèvera. Sûrement pas bien.

Deux héros déchus fatigués par la vie. Deux amis voulant revenir en arrière pour revivre ces années d’innocence et d’un faux bonheur. Loin de leurs airs enjoués, c’est aujourd’hui les visages fermés et graves qu’ils se tiennent là, dans cet immeuble à l’abandon. Cette triste réalité dont Steve est le responsable après tout. S’il avait signé ces Accords, il n’en serait pas là. Mais c’est tout bonnement impensable de bafouer ses valeurs ce en quoi il croit intiment.
Redressant ses opales claires vers le Winter Soldier, sa question est d’une banalité étonnante mais cache une sincérité. Il s’inquiète pour lui surtout en ce moment où ils sont pourchassés. Si autrefois ils n’étaient pas les proies, les rôles se sont inversés. Soudain, un bruit d’un couvercle de poubelle tombant au sol le fait sursauter, ainsi que Steve. Tous deux à cran, l’ancien soldat ne peut que se trouver également honteux d’avoir réagi ainsi. « Prendre des vacances nous ferait le plus grand bien. » Dit-il en soupirant avant de finalement tiquer sur ses mots et rebondir aussitôt. « Que s'est-il passé ? Qui était-ce ? »   



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Mer 14 Juin - 21:09

a better person, Steve, like always

FT. Steve Rogers



SONG HERE


Peut-être avaient-ils tous simplement besoin de vacances ? Bucky s'y voyait bien, au milieu d'un beau paysage, en débardeur, des lunettes de soleil sur le bout du nez. Il en avait envie maintenant ; envie d'aller voir des paysages qu'il n'avait vu qu'à cause de missions. L'Italie, il irait bien en Italie, maintenant qu'elle n'était plus en guerre. Il paraissait que ce pays était devenu très beau après sa reconstruction ; et qu'en plus il y faisait très beau et très chaud. Le rêve.
Quoi que, maintenant qu'il y réfléchissait, James ne pouvait pas vraiment trainer dans les rues italiennes en débardeur, soleil ou pas. Pas avec son bras : trop dangereux, bien trop reconnaissable. Dommage, mais au fond, cela ne lui faisait pas grand chose. Avant l'Italie, avant l'Europe, il avait surtout envie de visiter une figure emblématique des Etats-Unis : Le Grand Canyon.
Mais tout cela n'avait pas d'importance. Les deux soldats avaient besoin de vacances, bien entendu, mais le monde comptait bien trop sur eux. Ils devaient rester droits, ne surtout pas se laisser aller.

Steve, toujours aussi réactif, lui demanda qui il avait rencontré. Bucky se posa pendant une petite minute la même question, les yeux dans le vide, les muscles tendus. Pendant une minute il avait lui-même oublié ; avant que le visage si reconnaissable de Sephiroth lui revienne en tête. Distraitement, James replaça une mèche de cheveux derrière son oreille avant de fixer son ami, la voix monotone. « Sephiroth.
Johson, Zackary.
» il fit encore une pause, pas vraiment certaine de ce qu'il allait dire après. « Il a essayé de me tuer. Plusieurs balles. » Cela ressemblait bien trop à un rapport de mission alors le Soldat de l'Hiver préféra se taire. Il ne voulait pas retomber dans une mauvaise passe, pas devant Stevie...

Il se passait quelque chose, dehors. Les bruits n'avaient pas beaucoup changé, mais Bucky le sentait, au plus profond de lui-même... Un très, très léger bruit métallique confirma ses craintes. Ils n'étaient plus seuls. Ils auraient du être encore plus prudents, mieux prévoir leur rencontre. Peut-être devaient-ils déjà changer leur moyen de communiquer ?
Trop de questions et Bucky eut juste le temps de pousser son ami au sol avant que des coups de feu ravagent le mur devant lequel les deux hommes se trouvaient une minute avant.




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Jeu 15 Juin - 23:16

What have I become my sweetest friend ?

FT. Bucky



SONG HERE.


Des vacances. Ce genre de futilités auxquelles les deux soldats n’ont jamais eu droit. Pas même lorsqu’ils étaient plus jeunes. Certes, à l’époque, ils étaient plus innocents mais pas moins mêlés à la guerre et ses horreurs. Si Bucky rêve de partir loin pour souffler il en est de même pour Captain America dont les nerfs sont en train de lâcher. La ville est sous tension en proie à des traques contre ceux qui ne se sont pas recensés. Une ère de terreur a débuté, glaçant le sang de la population et agaçant encore plus le leader des Secrets Avengers. Cette ambiance tendue n’a rien de bon pour la suite des événements. Comment se termina le conflit ? Nul ne sait, mais pas de la meilleure des façons. Le combat rude qu’ils ont mené contre Stark l’a prouvé. Ils auraient pu commettre l’irréparable. Suite à cet échange musclé, Steve avait abandonné son bouclier dont il n’était plus digne. Mais à présent, ne peut-il pas récupérer son dû impératif pour sa survie ? La question est encore en suspens, quelque part dans la tête du soldat surmené ces derniers temps. Tout comme son ami dont les traits sont tirés par la fatigue et la nervosité. Toujours avoir les sens aux aguets, les yeux partout, n’importe qui pouvant vous nuire. Les ennemis peuvent être l’humain lambda, même si cela est proche de la paranoïa, Steve préfère être trop prudent que pas suffisamment.

Evidemment que le sujet de Zackary arrive sur le tapis. Ami commun, ou du moins connaissance. Steve se rappelle l’avoir libéré avec les autres soldats du régiment de Bucky. Aujourd’hui, il l’a rencontré dans son bar, il a bien changé, la vie l’a brisé. Hochant la tête, il n’ignore pas son affiliation à l’HYDRA. « Je l’ai également croisé, mais en journée. J’avais la sensation de parler à un pantin. » Un peu comme James au départ. Dénué d’humanité, le regard vide, il avait eu la sensation d’avoir en face un pantin désarticulé traînant avec lui sa souffrance. « Lui et moi sommes allés au musée, pour essayer de lui faire récupérer la mémoire. » Un espoir auquel il se permet encore de croire puisque Bucky est parvenu à retrouver son identité.
Mais son attention est rapidement attirée par l’extérieur dont les bruits suspects le font tiquer. De toute évidence, des agents de l’Hydre ont dû les suivre, preuve de leur imprudence. Steve se retrouve au sol tandis que les balles pleuvent. « Merde. » Ne peut s’empêcher de jurer le soldat dont les dents se serrent. « On doit partir d’ici au plus vite. » Des snipers sont placés sur les immeubles aux alentours laissant les mouvements compliqués. Néanmoins, ils n’ont pas d’autre choix avant que des renforts n’arrivent. Levant son regard vers le soldat de l’hiver, il se lève et profite de ce moment d’accalmie où les agents doivent recharger leurs armes pour se diriger vers les escaliers et ainsi descendre. De là, ils pourront probablement s’échapper de la fenêtre, la distance étant honorable. Mauvaise idée, ils doivent justement les attendre. « Passons par les sous-sols. » S’ils ne sont pas effondrés. Et par chance, la vieille porte s’ouvre, laissant place à des couloirs sombres inhospitaliers mais menant à une sortie.



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Ven 23 Juin - 1:54

a better person, Steve, like always

FT. Steve Rogers



SONG HERE


Peut-être que tout ça, c'était une mauvaise idée. Cette rencontre. Ils auraient du attendre un peu plus longtemps. Tout le monde était beaucoup trop sur les nerfs en ce moment à cause de tous les événements récents; qui plus est, les autorités patrouillaient bien plus pour attraper les quelques nous recensés. Bucky avait beaucoup trop relaché sa garde, et ses épaules extrêmement crispées le montraient bien, maintenant qu'ils étaient couchés au sol pour éviter la pluie de balles. Il savait que la vie de fugitive était compliquée, plus une survie qu'une vie, mais à ce point ? Il aurait presque du rester avec HYDRA, ça aurait été pareil. Maintenant, il était à la fois poursuivis par le reste d'HYDRA, par les autorités, par Stark... Les mauvais choix de vie n'arrivaient pas qu'aux pauvres étudiants croulant sous les dettes finalement. Steve jura entre ses dents serrées et Buck n'était pas loin de l'imiter, mais il préférait garder ses forces.
Enfin un moment de calme, juste le temps de recharger son arme. Buck savait exactement le temps que cela allait prendre, en tout cas pour les plus rapides d'entre eux. Fixant son ami dans les yeux, ils se relèvent au même moment pour descendre les escaliers en courant. Ce lieu plein de joyeux souvenirs était maintenant criblé de balles, encore une fois à cause de lui. Ils auraient pu directement tirer sur ses souvenirs que cela aurait été pareil pour le Soldat.

Steve veut les faire passer par la fenêtre, mais c'est encore une fois une mauvaise idée. Le blond propose les sous-sols et Bucky le suit sans rien dire, pressé de sortir pour retourner se cacher. Le couloir sombre n'est pas très accueillant, mais le Soldat ne fait pas la bonne bouche et s'engouffre sans même réfléchir une seconde fois. L'important est de sortir. James a une main sur le couteau accroché à sa hanches, les phalanges tendues. Il préfère se préparer au pire, même si ici, les snipers ne les voient plus... Et ils ne voyaient rien non plus. Le Soldat espérait de tout coeur qu'aucun agent aurait l'excellente idée de les suivre, parce que dans le noir, tout était beaucoup plus compliqué. Il faisait sombre et son bras ronronna bruyamment, ne l'aidant pas plus pour se détendre.
« Première fois qu'on passe par l'entrée des artistes, pas vrai ? » sa voix n'était qu'un chuchotement, mais il essayait de les calmer tous les deux.  

Un bruit, derrière eux et une balle ricoche sur un mur non loin. Evidemment qu'ils ont été suivis. La vie ne leur a jamais fait de cadeaux, alors pourquoi elle commencerait aujourd'hui ? Bien sur qu'elle leur fait des coups de pute. Buck se tourne vers la très vague forme de son ami, et il se surprend à s’inquiéter. Lui a été entrainé pour être la plus silencieuse des ombres ; Steve pas. Ils n'ont pas le temps. Sans aucune douceur, Bucky attrapa le bras de Steve pour le tirer vers ce qu'il pense être la sortie. Ils doivent courir. Ils doivent sortir.
Le bruit de leur course attire bien évidemment les balles. Il les entend non loin de ses oreilles, mais n'est jamais plus que frolé. Il espère qu'il en sera de même pour Steve...




ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 875
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Dim 2 Juil - 20:29

What have I become my sweetest friend ?

FT. Bucky



SONG HERE.


L’imprudence dont ils ont fait preuve est presque risible. Steve sait que la situation est tendue, que l’Hydra et les autorités sont à leur recherche, sur le pont. Les balles pleuvent, ramenant le soldat à la terrible réalité. La mélancolie laisse désormais place à une implacable méfiance tandis que ses muscles se tendent de nouveau. A dire vrai, il ne parvient plus à se détendre depuis que cette guerre civile a débuté. Depuis que les non recensés sont traqués car jugés dangereux. Cette ambiance délétère ne lui permet pas d’agir à découvert ou de venir en aide à la veuve et l’orphelin. Cette frustration se mêle à la fatigue physique et mentale. Son existence est rythmée par les courses, les fuites, tout ce que peut détester Captain America. Ces choses-là lui sont méconnues. S’il connaît les rouages de la guerre, il n’en n’est rien pour la vie de fugitif. Leurs regards se croisent tandis que les tirs cessent. Ils n’ont pas besoin de parler pour se comprendre et se lèvent en même temps pour rejoindre les escaliers qu’ils dévalent en courant. De nouveau, les hommes parsèment le bâtiment de balles. Cet endroit où l’on pouvait autrefois entendre des rires est en train de souffrir en silence. La mâchoire serrée, les poings également, il ne peut qu’en être témoin. Son impuissance est réelle, en particuliers maintenant que son armure et son bouclier ne sont plus. Il est vulnérable, incapable de se défendre, car il faut avouer que le sérum ne sert à rien dans ces moments critiques tels que celui-ci.

Les deux gamins de Brooklyn s’engouffrent dans un couloir exigu, où la lumière du jour ne parvient pas à s’immiscer. Steve ne réfléchit pas trop longtemps et s’empresse d’y pénétrer. C’est leur seul et unique échappatoire. Les pas pressants, il ne souhaite qu’une chose : fuir pour retourner dans les égouts et ne plus en sortir avant longtemps. Malheureusement l’obscurité est telle qu’ils sont obligés d’avancer lentement, sans rien voir devant eux. Comme dans une plongée dans l’inconnue, Steve n’apprécie pas, il est crispé peu enclin à la discussion. Les dires de son ami engendrent néanmoins un petit sourire et a le don de calmer les battements effrénés de son cœur. Mais l’instant de répit ne dure pas, une balle ricoche tandis que des pas s’approchent. Ils ont été suivis, nouvelle peu surprenante. La main de Bucky agrippe son bras et ils se mettent à courir afin d’éviter le pire. De nouveau, les balles pleuvent, frôlant leurs corps, mais une parvient à se loger dans le tibia. Un gémissement étouffé pour que le winter sodlier ne le discerne pas. Ils parviennent à sortir, mais la douleur le fait boiter, tituber. « Bucky…. » Chuchote-t-il d’une voix suppliante dans laquelle on peut sentir la douleur qui l’irradie.



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   Sam 15 Juil - 12:22

a better person, Steve, like always

FT. Steve Rogers



SONG HERE


Les balles frôlent son corps sans jamais réellement l'atteindre, heureusement. Bucky ne s'arrête pas, voit la lumière au bout de leur parcours, ils doivent y arriver et rapidement. Heureusement pour eux, leurs poursuivants ne semblent pas mieux voir qu'eux dans le noir, sinon ils seraient très probablement tous les deux morts, une balle dans le dos. Courir en ligne droite vers une porte n'aide pas, mais le Soldat avait raison, les agents n'avaient pas prévu de devoir tirer dans le noir.
Ils sortent, enfin. La lumière du jour l'aveugle une seconde, mais il ne peut pas se laisser distraire. James essaye de tirer Steve a sa suite, pour le faire courir, le faire fuir, mais le blond ne va plus aussi vite, comme si quelque chose le retenait. Son nom, chuchoté dans un gémissement de douleur, le fait tout de suite comprendre. Il est blessé. Bucky se retourne rapidement vers son ami pour observer les dégâts : son mollet saigne abondement, la balle n'est pas ressortie de son tibia. Il fixe Steve dans les yeux, paniqué une seconde, sans vraiment savoir quoi faire. Il sait qu'il doit agir, pour les protéger tous les deux.

James hoche rapidement la tête et tire un grand conteneur en métal pour le placer devant la porte la porte. Il se penche pour arracher sans trop de difficulté les deux premières roues de la poubelle. Avec une force humaine, ils n'arriveraient jamais à bouger ce conteneur.
Satisfait, Bucky retourne vers Steve pour passer un bras autour de ses épaules, le forçant à mettre une partie de son poids sur lui, et non plus sur sa jambe. Ils doivent se séparer, le Soldat le sait, c'est le mieux à faire. Pourtant, il n'a pas envie de laisser Steve dans cet état là. « On va t'enlever cette balle pour que tu puisses retourner dans tes égouts Stevie. »

Ils ne peuvent pas passer inaperçu comme ça, alors Buck décide de ne pas aller très loin, tout en passant par des petites rues pourries. Après quelques minutes de marche pendant lesquelles il ne laisse pas le blond s'appuyer sur sa jambe blesser, James s'arête devant la porte condamnée d'un vieux bâtiment en ruine. Sa main en métal détruit le cadenas sans même forcer et ils entrent, Bucky fermant bien la porte derrière eux. Ils sont plus ou moins en sécurité, en tout cas pour quelque temps.
le Soldat fait doucement glisser Steve contre un mur et reprend une seconde son souffle. Il a bien besoin de ça. James regarde son ami, qui fait tout pour cacher sa douleur, comme d'habitude. Des flashs lui reviennent, mais il ne peut pas se le permettre, pas maintenant. Bucky se met à genoux face au blond pour attraper délicatement sa cheville. La blessure n'est pas belle ; qu'une seule entrée, autrement dit, la balle est restée dans son tibia. Il a peur que la peau de Steve se referme sur la balle. Il n'a pas le temps, sinon il aurait bien appelé Mira -sa merveilleuse docteur aux doigts magiques-, mais il doit agir bien trop vite. « Je dois enlever la balle. Ça va... piquer un tout petit peu. » Sans prévenir, avant même d'avoir terminé sa phrase, il glissa deux doigts dans la blessure.



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What have I become my sweetest friend ? (Bucky)   
Revenir en haut Aller en bas


 
What have I become my sweetest friend ? (Bucky)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bucky o hare contre les krapos
» [Poupée] Juin 2007 : my best friend (petites photos)
» Personnage de comics : Bucky (Captain America's Sideskick)
» Happy tree friend
» [SOFT] FRIEND ME : Facebook adapté à Honeycomb

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: New York City :: Brooklyn-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: