AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 You're only human after all (Aza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: You're only human after all (Aza)   Ven 19 Mai - 18:31

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


Si les Avengers ont toujours été ensemble dans l’adversité, il n’en n’est rien à présent. Ils se déchirent à cause des Accords de Sokovie. Certains se sont recensés et d’autres non, comme Captain America qui est à présent à la tête des Secret Avengers. Ceux possédant le même avis que lui et refusant d’être contrôlés par les Nations Unies. La guerre lui a appris que les politiciens agissent seulement pour leurs propres intérêts. Par conséquent, si les super-héros sont sous leur contrôle, ils perdent toute liberté de choisir là où ils jugent bon d’agir. En perdant le libre arbitre, ils perdent également l’indépendance. Steve n’est pas prêt de concéder ou à changer d’avis, persuadé que ses idées sont les plus justes. Une guerre interne secoue l’équipe dont le divorce est presque consommé. Triste ironie pour des défenseurs de la population. Ils s’éloignent de leur première mission, trop absorbés à s’entretuer. Autrefois héros adulé, il est maintenant un fugitif ne cessant de fuir pour sa vie, traqué par les siens pour ne pas s’être recensé. Par conséquent, il agit dans l’ombre, tâchant de créer une cohésion avec ceux qui ont rejoint sa cause. Leurs noms sont connus et en tant que meneur d’hommes il tâche de garder contact avec chacun d’eux. Via messages cryptés dans les journaux ou par mail lorsque la chance d’avoir un ordinateur se présente, un petit réseau occulte se met en place. En ces temps troublés, il faut se méfier de tout, alors, parfois, user de moyens de communication anciens est plus judicieux. Tout est épié et en particuliers le net où rien n’échappe à Stark à l’affût de la moindre information. Si Tony est déterminé, Steve l’est bien plus. Tous deux persuadés de la justification de leurs positions respectives, prêts à faire exploser les Avengers. Les deux hommes n’ont jamais été très proches, Steve voit en lui quelqu’un d’instable et ne partage pas son humour. Sa personnalité n’est absolument pas compatible avec la sienne, ce n’est pas faute d’avoir essayé.

Si la vie est difficile avant, le fait d’être un fugitif ne fait qu’empirer la chose. Le risque de se faire prendre en chasse ne le quitte jamais, même pendant la nuit. Même au bout de la galaxie, on le retrouvera toujours. Par conséquent, en guise de cachette, Steve a opté pour les égouts. Un endroit aux conditions spartiates, loin du confort habituel. Lorsque la faim tiraille ses entrailles, il est bien obligé de sortir hors de sa tanière qu’il squatte avec Scott Lang et Clint Barton. Ces deux-là ne s’entendent pas, un vrai sketch duquel il préfère fuir. Soupirant discrètement, le héros quitte les lieux, glissant une épaisse capuche sur son visage afin d’éviter de se faire remarquer. Arpentant les ruelles sombres du quartier, Steve a le cœur tambourinant, ses sens sont aux aguets. La situation exige de rester sur ses gardes, ne jamais se reposer sur ses lauriers. La ruelle qu’il empreinte est d’abord calme, plongée dans la pénombre de la nuit. Soudain, des bruits suspects l’interpellent, des bruits remarquables. Une lutte a lieu plus loin. Avançant à pas feutrés, il peut observer la scène caché derrière le mur. Des agents d’HYDRA attaquent un homme qui ne peut se défendre. Steve ne peut rester les bras croisés face à un tel spectacle. Sans son bouclier trop volumineux et visible qui pourrait le trahir, il doit utiliser ses poings qui rencontrent l’un des hommes de l’organisation responsable de tant de maux. L’homme valse quelques mètres plus loin, se tournant vers le second, Captain America lui assène un coup de pied suffisamment puissant mais pas trop pour l’assommer. Les deux hors d’état de nuire, l’ancien soldat repose son attention sur l’inconnu. Ses prunelles le dévisagent et c’est avec surprise qu’il repère l’existence d’une queue. Qu’est-il ? « Rien de cassé ? »



boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Ven 19 Mai - 21:21




Il y avait une petite pointe de fatigue dans le regard du démon. L'inquiétude sans doute. Cela faisait plusieurs jours que son colocataire n'était pas rentré à la maison et qu'il tournait en rond dans l'appartement en attendant comme un animal trop fidèle au point d'en devenir fou. Il n'avait pas mangé, pas dormit. Il avait veillé sur le canapé à descendre la bouteille de Tonton Jack comme dirait Redha pour s'occuper. D'ailleurs, merci à ce sympathique cerbère de lui avoir donner le goût de l'alcool. Il ne serait pas contre la présence de Kallista dans ces moments-là mais, elle était si loin. Un soupir, un autre. Il avait fini par se décider à bouger ses fesses pour signaler la disparition de son ami à la police. Quoi que, non, ce n'était pas une bonne idée en fin de compte. Il ne pouvait pas aller chez les flics sinon, il risquait de se retrouver les menottes aux poignets. Et merde, cet éclat de génie l'avait pris seulement après avoir fais la moitié du chemin. Les mains dans les poches, il ne pouvait que relever légèrement son col pour palier le vent froid qui s’engouffrait dans sa nuque. Il faisait nuit depuis une heure ou deux maintenant et, il devait décidément avoir une horloge décalée pour sortir toujours au pire moment de la journée. Azazel marchait sans réel but dorénavant. Il s'était rendu compte que son idée était stupide et qu'il était sortit pour rien. Que faire ? Il pourrait aller à Staten Island voir si ce crétin ne se serait pas endormi dans son laboratoire. Le connaissant, il en serait bien capable.
Azazel avait du coup changé de direction, prenant celle opposée pour reprendre ce trajet devenu habituel maintenant. Il avait froid, quelle drôle de sensation. En même temps, c'était un démon, une créature à sang-chaud qui supportait très bien les hautes-températures. Par contre, pour ce qui était des basses, c'était une tout autre histoire. Ou alors, peut-être était-ce les trois nuits blanches d'affilées qui le rendait plus frileux à cause de la fatigue ? Possible aussi.

Épuisé mais, loin d'avoir abaisser son bouclier de méfiance. Ses sens étaient toujours en alerte à la moindre odeur qu'il sentait. Et là, cette fois-ci, elle était revenue. Cette odeur de sang et de métal connu et dont le souvenir avait été ravivé il y a peu. Ne pas céder à la panique ni à la peur, il ne voulait pas mettre le feu à la rue après tout. C'est pour cette raison qu'Azazel faisait comme si de rien était. Qu'il continuait tout droit. Mais, ils l'avait très vite rattraper. Ces agents de l'hydre étaient décidément bien têtus. Il avait mis du temps à le retrouver tout de même, il pensait que des personnes aussi pointilleuses sur l'espionnage traîneraient moins que ça. Cependant, il était dépourvu d'arme et de volonté de se battre. Le démon n'aimait pas se battre, il trouvait ça idiot et totalement irresponsable. Il avait été entraîné dans une ruelle à l'abri des regards indiscrets, encaissant les coups du mieux qu'il pouvait. C'était devenu un habitude maintenant. Il ne voulait pas se défendre, il refusait de se faire remarquer pour des personnes aussi immorales. Avec du recul, il se disait qu'il avait bien fais de sortir de son appartement. Au moins, sa localisation actuelle n'était pas connue. « Atten...Attendez... », attendre quoi ? Ils semblaient être pressés en plus d'être rapide, frappant là où ça fait mal. À savoir le ventre, les côtes et les genoux. Le démon ne faisait qu'esquiver les coups, repousser les assaillants mais, à deux contre un, il y avait un certain avantage pour eux.

Sa queue battait faiblement derrière lui, le démon croisant les bras devant lui en guise de seul défense pour encaisser. Il était d'avantage concentrer à ne pas les laisser sortir qu'à réellement prêter attention à eux. Jusqu'à ce qu'une des deux odeurs ne se retrouve propulsé plus loin. Azazel avait redressé doucement la tête pour voir ce qui se passait. Le second venait de voler à quelques mètres et il n'y avait plus cette pluie de coup. Soulagé, il n'avait pas retenu son soupir propre à sa réaction avant de se laisser glisser contre le mur pour s'asseoir cinq minutes. Juste cinq petite minutes. Le temps de laisser sa régénération effacée toutes traces d'agression. Il avait relevé la tête vers cet homme qui l'avait aidé, l'air légèrement étonné. C'était la deuxième fois qu'on l'aidait et, un fin sourire timide se dessinait sur son visage. Ce n'était pas désagréable. « Non, je vous remercie. Qui êtes-vous ? Que je puisse donner un nom à ce visage amical. » demanda-t-il poliment.







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Lun 22 Mai - 19:01

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


La vie est faite d’événements incontrôlables, impossible à prévoir même pour les plus intelligents et visionnaires. Il y a quelques années auparavant, Steve n’aurait jamais songé devenir un fugitif recherché par tous pour assumer haut et fort ses idées et son point de vue. Les Accords de Sokovie ne sont qu’une bonne raison pour les politiciens d’avoir la main mise sur eux. Avec cette organisation, les Avengers perdront leur indépendance, et par conséquent leur rapidité d’action qui a évité à plusieurs reprises que la situation ne s’aggrave. Ils ont certes causé d’énormes dégâts, mais ces derniers auraient sans doute été encore plus graves s’ils n’avaient pas été là. La guerre ne peut pas être toujours évitée, la diplomatie ne permet pas de régler tous les conflits. User de la force avec méthode s’avère plus efficace dans certains cas. Refus catégorique du Captain America de signer, il prend alors conscience que cette décision risque de marquer l’avènement d’une nouvelle ère où l’unité de l’équipe n’est plus. Où des clans se forment entre ces derniers pour s’opposer farouchement annonçant les prémices d’une véritable mutinerie. S’il est entouré par ceux qui partagent son avis, Stark l’est aussi, ce qui n’annonce rien de bon. Triste ironie pour des héros dont les intérêts sont censés dépasser les petites querelles internes. Ils sont aujourd’hui plus que jamais affaiblis et éloignés de leurs objectifs initiaux : combattre les menaces. En tant que fugitif et homme à abattre, Steve doit pour l’instant agir dans l’ombre et tenter de lutter comme il le peut. Un sentiment d’impuissance qui a tendance à l’attrister, lui qui a toujours été le protecteur des populations et adulé pour cela. Voilà qu’à présent, sa célébrité n’est plus, bien au contraire. Considéré comme un traitre par certains, il reste néanmoins solide quant à sa position et ne changera pas, sa volonté restant inébranlable malgré les obstacles se dressant sur son chemin. Ses opposants redoublent d’ingéniosité, malheureusement pour eux, ils ne font pas face à n’importe qui.

Quelque peu agacé de devoir vivre quatre pieds sous terre, il décide d’aller faire un tour. La nuit est un moment où l’HYDRA agit encore plus que la journée. La ville offre alors un tout autre visage, ce n’est pas la même population qui arpente les rues, ce qu’il ne manque pas de remarquer à peine arrivé. L’air frais a cependant le don de lui faire un bien fou, balayant son sentiment d’étouffement. Et pour cause, vivre dans les égouts n’a rien d’agréable, et encore moins de confortable. Surtout accompagné de Clint et de Scott, son désir de partir s’accentue. Non pas qu’il les déteste, mais ces deux-là ont une forte propension à se chamailler. Si sa marche est silencieuse et se passe sans encombre, ses prunelles regardent partout tandis que ses autres sens sont également aux aguets, prêts à intercepter la moindre chose suspecte. Les agents de l’Hydre agissent très rapidement, la nuit ne les effraie pas. Toujours sous pression, il aimerait parfois pouvoir souffler un peu, mais le seul endroit où il le peut, c’est sa cachette plus que glauque et dont il se lasse.
Des bruits de luttes attirent son attention. Steve décide donc de s’en approcher, et, adossé contre le mur il peut apercevoir deux hommes battre un pauvre type, recroquevillé et tâchant d’éviter leurs coups. Cette scène ne peut se continuer, il ne peut rester les bras croisés. Les temps sont durs mais l’ancien soldat n’a en rien perdu son humanité et son altruisme légendaires. Ses poings rencontrent les agents qui sont rapidement mis hors d’état de nuire, de simples agents, pas des gradés. Les renforts ne tarderont pas à arriver.
Ses opales claires détaillent cet homme arborant une queue étrange qui lui fait froncer un peu les sourcils, il se demande encore sur qui il a pu tomber. « Je suis Steve. Nous devons partir avant que d’autres n’arrivent. » Il tend sa main vers l’inconnu pour qu’il la saisisse, sans un sourire mais avec une bienveillance qui lui est propre. « Vous pourrez vous reposer lorsque nous serons en sécurité. » Désormais repérés, il sait qu’il faut faire vite avant que les autres agents ne soient alertés par ce petit tapage. Tout se sait, ils ont des yeux partout. Si ce n’est pas l’Hyde, ce sera Stark.




boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Lun 22 Mai - 22:28




Beaucoup de personnes se posent la question également. D'où venait-il ? Qui était-il ? Pourquoi il avait l'air si différent ? Des questions qui le hantent depuis son enfance. Pourtant, il y avait tout de même cette candeur sur son visage. Il était légèrement froid, c'est vrai. Sans doute, les traits taillés à la machette typique des êtres des Enfers. Mais, Azazel souriait légèrement. C'est ce qui permettait de rassurer les autres à son sujet bien souvent. Il souriait parce qu'il était heureux de voir que quelqu'un était venu l'aider pour le tirer de ce mauvais pas. Qu'est-ce que les agents d'HYDRA lui voulaient à la fin ? La question semblait idiote dite comme ça, mais cela faisait trente ans qu'il n'avait pas vu l'ombre d'une étoile rouge planait au-dessus de sa tête. Pourquoi maintenant ? Pourquoi après tout ce temps ? Il n'en savait rien, mais il ne voulait pas le savoir. Maintenant que ses agresseurs étaient à terre, peut-être allait-il être tranquille. Juste quelques minutes, lui laisser le temps de reprendre son souffle et un état un peu moins pitoyables. Azazel s'était tourné vers ce nouvel ami en lui demandant son nom. Quoi que plus classique ? Il voulait pouvoir l'appeler par son vrai nom et pas seulement un surnom trouvé à la volée. Surtout que pour ce qui était de trouver des surnoms, le démon était nul. Il n'arrivait pas à en trouver, sans doute parce qu'il ne trouvait pas ça drôle d'écorcher le nom de quelqu'un.
Steve ? Pourquoi cela lui évoquait vaguement quelque chose ? Il ne pouvait pas lui poser la question maintenant. Cette main tendue vers lui, lui demandait gentiment de bouger ses fesses. Ils ne pouvaient pas rester là, c'est vrai. Avec toute cette agitation, la police n'allait pas tarder à rameuter et Dieu sait qu'il n'aime pas les policiers. Enfin non, il n'avait rien contre eux au sens propre du terme, mais il n'était pas le bienvenue libre et dans les rues à se promener comme si de rien était. Il avait donc saisi cette main qui voulait l'aider à se relever. Plus tard, le repos s'il avait bien compris. Les oreilles du démon avaient légèrement vibré tout comme son nez en sentant les odeurs environnantes s'agiter de nouveau. « Vous pouvez me tutoyer si vous voulez. » fit-il en guise de précision. Le vouvoiement était trop … Juste trop pour lui.

Cela lui rappelait bien trop vivement son rang, sa fonction, la raison de sa naissance… Un sang maudit et royal qu'il ne savait pas s'il devait l'aimer ou le détester. L'un comme l'autre, il n'y avait aucune raison pour l'aimer, tout pour le détester, mais là encore, c'était au-delà des habitudes d'Azazel. Et, c'était pour le mieux, car il était très mauvais de se mettre dans le collimateur du démon. Il avait fini de se faire attendre, de nouveau sur ses deux jambes et sa queue qui battait nerveusement de gauche à droite. Il les avait sentis. Ses agresseurs se relevaient petit à petit. L'un plus rapide que son collègue, sans doute à cause de la puissance du coup qui n'avait pas été la même pour l'un et pour l'autre. « Azazel. » Fit-il simplement afin de lui rendre la politesse et de lui donner son nom. Il n'avait toujours pas envie de se battre, surtout si c'était pour se faire remarquer par les habitants et les passants curieux. À la place, il analysait la situation, essayant de trouver une solution à celle-ci. Première priorité, se débarrasser de ces agents. Mais, comment ? Il pouvait les immoler, broyer leurs os et leurs chairs, étouffer leurs cris, mais non, le démon avait tout sauf envie d'employer de telles méthodes. « Et comment on fait pour y aller ? En sécurité ? » Demanda-t-il d'un air légèrement naïf. À moins si cette personne savait voler -ce qui serait fort pratique à l'heure actuelle-, il ne voyait pas trop d'alternative entre courir ou se battre afin de pouvoir courir.

Et puis, le bruit d'un coup de feu, le deuxième ayant fini par émerger de son inconscience. La balle était venue frôler la joue d'Azazel. De la peur ? Oui, une pointe de colère inexpliquée et bestiale. Il ne devait pas s'énerver. Un poing serrait, l'autre main essuyait le sang de la coupure d'un revers de la main avant que celle-ci ne disparaisse sans laisser de traces par magie. Le démon avait du mal à maîtriser ce feu qui voulait se défendre et se battre. Elles sentaient le danger approcher, la bonté de ce Steve qui était venu l'aider. Elles voulaient les aider à leur tour, profiter de la situation pour laisser rugir la rage bouillonnante. Il ne voulait pas être un poids pour cet homme qui n'avait rien à voir dans cette histoire à première vue. Ses yeux avaient aux bicolores avec ce bleu et ce rouge ardent, les flammes commençant à apparaître doucement sur la pointe de ses crocs. « Je ne veux pas vous faire peur ni revenir sur votre acte, mais c'est ce que je m'efforce d'éviter depuis tout à l'heure. Je ne sais pas les retenir ». Difficile d'avoir des flammes avec une volonté propre qui n'en faisaient qu'à leurs têtes. Azazel éprouvait ce besoin de se défendre et de défendre sa condition. Finalement, les flammes bleues avaient surgi pour témoigner de leurs colères. De cette colère et de cette haine que le démon refoulait pour ''le bien de l'humanité''. Pas pour le sien, ça ne lui viendrait même pas à l'esprit le songe de défendre sa vie. Cependant, elles avaient beau entouré les deux hommes et les agresseurs, elles ne brûlaient que ces agents sortis de nuls part. Pour son sauveur, il n'y avait qu'une sensation de chaleur douce et rassurante. Ce n'était pas un ennemi, ceci avait été très clair dans l'esprit d'Azazel et elles respectaient cette décision.







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Mer 24 Mai - 14:02

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


Durant son existence, Steve a pu en croiser des choses extraordinaires, des gens peu communs. Mais là, c’est une toute autre histoire. Cet inconnu arbore une queue semblable à celle du diable ou d’autres créatures surnaturelles. Ses prunelles s’écarquillent légèrement lorsqu’il repère celle-ci. Qui est-il ? Sans doute pas un humain, et encore moins un mortel. Il ne sait sur qui il a pu tomber, mais en tout cas ce dernier est plus que jamais en danger. Si l’HYDRA a envoyé des agents pour lui, c’est que ses pouvoirs sont intéressants et qu’ils veulent les maîtriser et en faire l’un de leur soldat. Néanmoins, la réflexion ne doit prendre toute la place. La situation est tendue, les agents à terre, les renforts ne devraient pas tarder à arriver pour le soutenir. Si Steve n’a pas été reconnu, cela ne tarderait pas à se savoir, et la situation pourrait gravement dégénérer, et pas forcément à son avantage ni de celle de celui qu’il vient de sauver. Hésitant à donner un faux prénom, il se ravise et se contente de donner son prénom. Un prénom commun qui ne laisse en aucun cas imaginer qui se cache réellement derrière. Captain America n’est plus qu’un héros déchu obligé de se cacher pour survivre. Ses principes n’ont cependant pas changé. Les menaces n’auront pas le dernier mot. Il sait qu’il n’est pas seul dans cette guerre et que les soutiens sont là. Malgré tout, la solitude ne le quitte pas, et dans l’ombre, il peine à mettre en œuvre une organisation. Certains ne sont pas habitué à être discrets, problème supplémentaire. La réalité le rattrape, et Steve tend sa main pour aider le démon à se lever, tout simplement parce qu’il faut rapidement bouger. La police, l’Hydre et Stark auront vite vent de ce tapage. « J’essayerai, mais je ne promets rien. » Dit-il après l’avoir aidé à se remettre sur ses deux jambes, un petit sourire sur les lèvres qui disparaît bien vite. Il n’a pas le cœur à sourire. Sa vie a pris une tournure inattendue, les Avengers ne sont plus ou du moins ce qu’il en reste. De nouveaux héros surgissent et peut-être qu’à présent, Captain America est jugé comme obsolète. Hors de son temps. Ce serait mal le connaître que de penser qu’il abandonnera sa lutte.

De nouveau, ses prunelles ne peuvent s’empêcher de se poser sur cette queue, se mouvant de droite à gauche. Steve est perturbé par cette vision tant et si bien qu’il ne remarque que trop tard que les agents sont en train de se relever. Fronçant un peu les sourcils, il tâche néanmoins de reprendre ses esprits, la voix du démon l’extirpant de ses pensées. « Je connais un endroit. » Les égouts. Il voit déjà Scott et Clint s’étonner face à une telle créature, et les blagues fuser à son sujet. Ces réflexions sont brisées par le bruit d’un coup de feu frôlant la joue d’Azazel. La suite du spectacle l’étonne encore plus. Et encore une fois, il se demande de quel monde provient cet homme ? S’il en est un. Des crocs se font entrevoir ne faisant qu’accentuer l’incompréhension. Ce n’est pas un simple mutant, non, ces pouvoirs sortent de l’ordinaire. « Qu’est-ce-que ? » Les cris de douleur des agents causés par les brûlures sont insupportables. Voir autant de souffrance ne plait pas à Steve. « Ils vont mourir, ça suffit. » Ses prunelles se posent sur le démon, attendant qu’il cesse le calvaire pour ces agents. Ils sont certes des agents de l’HYDRA, mais Steve refuse de tuer n’importe quel être vivant. Un principe qu’il tente de ne pas bafouer malgré la situation.




boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Ven 26 Mai - 13:37




Il pourra tout lui expliquer plus tard, les circonstances ne se prêtaient pas forcément aux dialogues pour le moment. Ils avaient besoin de calme et, surtout pour les explications qu'il avait à lui donner. Car, ce visage surprit en voyant sa queue dans son dos ne lui avait pas échappé. Ce n'était pas le premier. À chaque fois qu'elle finissait par tomber en dehors de sa chemise, c'était les mêmes yeux écarquillés de surprises. Amusant en premier temps, cela devenait de plus en plus l'objet de malaises chez le démon en voyant que ce détail était si frappant à chaque fois. C'est aussi pour cette raison qu'il ne se justifiait pas pour le moment. Plus tard, bien pus tard. Si bien que le démon avait eu le réflexe de la cacher de nouveau pour ne pas avoir encore ce regard surpris qui lui plombait l'envie de dire quoi que ce soit. Il l'avait coulé sous sa veste, un peu à la voler, loin de faire attention comme il le faisait en temps normal le matin. « Désolé... », il s'excusait immédiatement. Il était désolé d'être différent, de ne pas avoir un physique qui l'aiderait à cacher cette différence. Il était désolé de ne rien faire, de ne pas chercher à se défendre. Et surtout, il était désolé d'avoir mêlé Steve à cette histoire. C'est vrai, combien de fois l’aîné lui avait dis que sa place n'était pas parmi eux ? Et de ce fait, il devait rester toujours seul, de peur que celui-ci s'en prenne aux gens avec qui il s'entoure. Blackheart est vicieux, il s'en prend toujours aux personnes qu'il aime et avec qui il est patient pour mieux le détruire de l'intérieur. Et de ce fait, s'il s'attache à cette personne qui venait de l'aider, il s'en prendra également à lui. Même la plus grosse puissance de ce monde ne peut rien faire face à une créature comme Cœur Noir. Il est une espèce de Satan numéro deux : Azazel n'est que le numéro trois.
Pourtant, il lui avait demandé tout de même de le tutoyer. Il avait horreur qu'on le vouvoie. Parce que premièrement, il n'était pas si vieux contrairement à certains Dieux ou Démons. Et deuxièmement, il n'était qu'une personne qui s'efforçait à être lambda. À ressembler à quiconque dans ce monde et donc, à ne pas se faire vouvoyer. Et puis, le vouvoiement est tellement officiel, c'est ennuyeux à force. Le démon lui avait rendu ce sourire brièvement avant que ses agresseurs ne se relèvent.

Ils auraient dû rester couchés. Ils auraient dû abandonner. Ils auraient dû attendre qu'il s'en aille. Car Azazel se laissait déborder par les émotions, la peur et ses flammes qui voulaient absolument le protéger. Même sur leurs intentions, le prince n'était pas sûr. Si ces flammes bleues voulaient le protéger lui ou bien, seulement ce corps qui devait servir de réceptacle à son géniteur. Ça n'est pas dans le genre des démons de donner son aide gratuitement. Il n'y a que lui pour faire part d'une telle générosité. Et encore, le voilà dépassé. Totalement dépassé. Il ne savait pas quoi faire et, il n'avait rien trouvé de mieux que faiblir et laisser une ouverture à ce feu rugissant et venant d'un autre monde. Le démon s'était mis à trembler légèrement, conscient que les reproches allaient être pour lui. Que c'était de sa faute s'il n'arrivait pas à les dompter et les pousser à suivre ses ordres et ses désirs. Il ne pouvait que regarder ce spectacle, terrorisé par ses propres capacités. Il les entendait que trop bien, ses cris de douleur de la part de ses agents de l'hydre dont l'odeur dégagée une forte odeur de chair brûlée. Devant un tel spectacle, Azazel semblait absent. Deux choses le faisaient trembler de peur : Blackheart et lui-même. Ou du moins, le simple fait d'ôter la vie avec une facilité déconcertante. Comme si la vie n'avait aucune valeur pour ses flammes. Ce n'était pas ce qu'il voulait. Il souhaitait simplement qu'elles les effraient suffisamment pour gagner du temps. Mais non, elles n'en avaient fait qu'à leurs têtes une fois de plus et cela tétaniser le démon. Il avait dit d'une voix faible et timide que c'était exactement ce genre de situations qu'il voulait éviter. Qu'il ne savait pas tenir les rênes de ses pouvoirs. Que c'était aussi à cause d'eux qu'il n'arrivait pas à trouver une situation stable avec un travail, une famille, ce genre de connerie. Mais c'était sa nature, qui pouvait lutter contre son propre soi ?

Le rappel à l'ordre de son sauveur le coupa dans ses songes de terreur. Il avait relevé le regard bicolore vers ce grand gaillard qui faisait facilement deux têtes de plus que lui, l'air totalement dépassé. « Je voudrais bien, mais... Je... Assommez-moi. ». Drôle de demandes, n'est-ce pas ? Mais, c'est la seule idée qui lui était venue à l'esprit pour stopper la torture dont il n'arrivait pas à canaliser. Allait-il accepter ? Il lui avait demandé gentiment et, ça ne fera qu'un coup de plus à encaisser. Faisant son maximum pour prendre sur soi, il avait grimacé légèrement en expliquant un peu mieux sa demande. « Je ne sais pas les arrêter, mais elles dépendent de ma conscience. Si je tombe dans les pommes, elles se stoppent. C'est pour ça, assommez-moi si vous voulez les arrêter. Je suis vraiment désolé... ». Des excuses, encore alors qu'Azazel avait tourné le regard de honte, n'osant pas regarder l'homme en face. Il ne faisait qu'attendre. Il fallait fuir, peu importe où, mais la priorité était de les ''sauver''. Ou du moins, faire en sorte qu'ils survivent à cette immolation.







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Mer 31 Mai - 17:08

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


Manquant terriblement de discrétion lors de son admiration de ce physique plus qu’étrange, Steve s’en rend compte lorsque l’inconnu s’excuse. C’est plutôt à lui de s’excuser d’avoir été ainsi irrespectueux. Il sait à quel point le regard des autres peut être douloureux. A l’époque où sont corps était plus frêle, les mêmes regards surpris se posaient, ce qui avait le don de l’agacer, de lui donner envie de se cacher loin. Le super-héros se sent subitement stupide et aussitôt, de manière spontanée, sa tête se secoue tandis que d’un ton ferme il reprend. « C’est à moi de m’excuser, tu n’y es pour rien. » La différence n’est pas quelque chose qu’il faut pointer du doigt mais plutôt apprendre à apprécier. Malheureusement, l’humanité ne cesse de dénoncer ceux qui sont jugés différents et aussitôt isolés du reste de la société. Mais au final, qu’est-ce la normalité ? Les êtres humains ne sont-ils pas tous uniques ? Il semblerait que non et c’en est navrant. Plus que jamais mal à l’aise, il détourne le regard d’Azazel pour se concentrer sur le danger immédiat qui plane au-dessus de leurs têtes. Le temps n’est pas à parler, mais à fuir pour sauver leurs vies. D’autres agents de l’Hydre vont rappliquer s’ils ne bougent pas rapidement. Sentant la menace approcher, il pose ses prunelles bienveillantes sur le jeune homme à ses côtés avant de prendre conscience que les agresseurs se relèvent. Et la situation dérape prenant une tournure fortement déplaisante. Des flammes bleues apparaissent autour d’eux. Steve est étonné par la sensation de chaleur qui l’envahit soudainement. Il n’ignore pas que le brun en est la cause, et que bientôt, cela risque de devenir dangereux. Ces flammes paraissent maîtrisées mais ne le sont plus pour très longtemps. Si au départ elles sont seulement là pour repousser les assaillants, ces derniers hurlent de douleur, la souffrance du feu devenant insupportable. Voir un tel spectacle sans rien faire n’est pas dans l’habitude de notre protagoniste qui s’empresse de tirer hors de ses pensées le jeune homme à ses côtés. Celui-ci commence à trembler, montrant des signes d’une sorte de démence.

Si au départ les volontés de l’homme sont louables, ces flammes n’obéissent plus, atteignant la limite de l’insupportable pour ces hommes aussi vils soient-ils ne méritent pas un tel châtiment. Désormais retourné à la réalité. Sa demande surprend Captain America. « Qu-quoi ? » Dit-il, le visage témoignant de son incompréhension quant à ses mots. L’assommer ? La suite de ses explications paraît éclaircir le tout. Le choix n’est pas de mise à présent, il faut faire vite pour éviter que leurs ennemis n’aient des blessures irréparables si ce n’est déjà le cas. « Très bien, je vais t’emmener en sûreté, fais-moi confiance. » Aussitôt il donne un petit coup au niveau de la nuque afin de le faire perdre connaissance. Désormais sans vie, Steve le porte, s’empressant de retourner dans sa tanière, là où ils ne pourront être repérés. Azazel sur le dos, il continue sa course jusqu’aux égouts. Arrivé dans cet endroit disgracieux et aux conditions spartiates, le super-héros dépose le mutant sur son lit, et s’asseyant plus loin en attendant qu’il ne se réveille.




boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Jeu 1 Juin - 11:11




Gêné par ce regard insistant, il est certain qu'Azazel n'en menait pas large. Cependant, il n'avait pas songé pendant un instant que ce regard insistant n'était pas par dénis mais, par admiration. Ce n'est pas souvent qu'on ''l'admire''. Autrefois aussi, il croyait qu'il était admiré au début. Avant de comprendre que c'était la même curiosité que celle d'un humain face à un animal en cage dans un zoo. Et, comme dans tout Freak Show, il y aura toujours un ou plusieurs petits malins pour en faire trop et vouloir se faire remarquer. La méfiance a grandi dans l'ombre du retrait, son monde était un zoo et l'extérieur, un lieu remplit de curieux près à lui jeter des pierres si jamais il faisait un faux-pas. Il pouvait le comprendre, non ? En vue de son attitude héroïque mais, torturé, le démon avait descellé une sorte de perte dans son regard. Il avait perdu quelque chose, quelque chose de très important. Ou bien, une blessure plus profonde, pas forcément visible à l’œil nue. L'avantage d'être différent, c'est d'être capable de voir ce qui sort de la banalité. L'humanité voit la douleurs comme un fait, un quotidien avec lequel, il fallait faire sa journée comme s'ils allaient chercher leur pain à la boulangerie du coin. Azazel non. Il n'était pas banal, il sortait de celle-ci et de ce fait, il voyait plus de choses. Il n'avait pas ces œillère qui masquait la vérité. Bien sûr, il n'était pas comme son aîné. Il n'était pas omniscient -ou du moins, s'en approchant un maximum-. Il apprenait encore et, beaucoup de choses. Aujourd'hui encore, il avait appris à réfléchir avant d'agir. Cela lui éviterait des situations embarrassante comme celle à laquelle il est confronté en ce moment.
Car, elle était vraiment malaisante. Tétanisante même. Voir ces hommes brûlés ne le réjouissait pas. Tout comme Steve n'avait pas l'air joyeux à l'idée de changer ces agents d'HYDRA en combustible pour barbecue. Il voulait lui expliquer mais, il n'arrivait même plus à réfléchir. Si bien que la première idée qui lui était venu était de l'assommer. Sur le moment, celle-ci peut paraître brutale mais, elle reste la plus efficace. Comme quoi, Azazel faisait vraiment confiance à ce grand gaillard alors que ça ne faisait que quelques minutes qu'il le connaissait. Mais, il l'avait senti. Il y avait une aura rassurante qui planait autour de lui. Et s'il voulait le tuer, il ne serait pas fatigué à le débarrasser de ses agresseurs. Il lui faisait confiance, il savait qu'il n'avait pas de raisons de s'inquiéter.

Il avait simplement hoché la tête pour répondre oui avant de sombrer dans l'inconscience. Dans la même foulée, les flammes s'étaient dissipées comme le démon l'avait prédit. Elles ne consumaient plus la chaire de ces hommes de main bien que leurs états étaient proches de la mort. L'arrêt s'était déroulé peu de temps avant que la faucheuse ne vienne les cueillir. Pour être exact, il n'y avait plus de trace nul part. Seulement sur les corps de ces hommes. Après tout, leur cible était bien précise et ne concernait pas la pauvre poubelle à côté ou bien les habitations. Il avait fallu un petit temps avant qu'il ne se réveille. En partit grâce à l'odeur des égouts. La faute à son odorat aussi développer que celui d'un animal. En quoi est-ce étonnant ? Il était fourni avec la queue et les crocs sans doute. Azazel n'était pas du genre agité au réveil. Et cela pouvait se comprendre, imaginez au petit matin un incendie dans l'appartement sous prétexte ne pas avoir eu son café. Ça craint un peu. Cela ne l'empêchait pas de s'agiter un peu, ne serait-ce que pour se retourner … un peu trop près du bord. Le démon s'était vautré par terre, chose qui le fit se relever directement. « Mais ! C'est quoi cette odeur ? Ça pue », de quoi lui donnait les larmes à l’œil en mettant les mains sur son nez. Comme si ça allait aider à quelque chose. Mais bon, passons.
Il avait regardé autour de lui, reconnaissant cette masse imposante de muscle devant lui. L'avantage d'avoir bonne mémoire. Car le flair pour le moment était inefficace pour identifié quelqu'un. Il était remonté sur le lit après ce fiasco. Rester assis pour le moment, ça pouvait aider à beaucoup de choses, à commencer par retrouver son calme. Les conditions étaient spartiates mais, elles restaient moins mouvementées qu'à la surface. Les yeux verts du démon s'étaient de nouveau figés sur Steve, le grand sourire aux lèvres tous crocs dehors. « Merci ! T'es impressionnant, t'as mis ces types à terre à main nue. T'as fais comment ? ». C'était comme s'il ne s'était rien passé pour le démon. Il restait cet éternel naïf ouvert à toutes personnes qui en avaient besoin. Légèrement engourdit avec toute cette agitation, il ne laissait rien paraître cependant. Il ne voulait pas se montrer pénible ou bien pitoyable. « C'est marrant, ça m'arrive de plus en plus en souvent de croiser des gens qui m'aident. Ça fait partit de vos traditions en Amérique ? ». Sa queue battait la mesure derrière lui comme celle d'un chat face à une pelote de laine. Il était un peu espiègle sur les bords quand il se montrait curieux mais, vaut mieux le voir ainsi que tout feu tout flamme.  







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Mer 7 Juin - 14:40

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


Un regard insistant, sans doute trop pour que cela ne soit pas gênant pour le démon. Steve s’en rend compte un peu trop tard et il ne peut s’empêcher de s’excuser d’agir ainsi avec un tel manque de respect. La différence est toujours montrée du doigt. Lors de son enfance, il se souvient à quel point les moqueries fusaient quant à son apparence frêle semblable à celle d’un malade. Incapable de se défendre, il a toujours été aidé par Bucky. Lui aussi différent à cette époque, il ne connaît que trop bien les rires, les paroles blessantes et les yeux se posant sur lui. Cela lui a appris la compassion, et visiblement, celle-ci ne lui a pas servie à cet instant. Steve se sent évidemment stupide mais la situation exige une réaction immédiate, et de sortir aussitôt de ses pensées pour reprendre pied dans la réalité. Les flammes continuent d’affluer et de blesser gravement les hommes qui risquent de devenir des combustibles. Les blessures doivent être déjà presque irréversibles mais autant éviter qu’ils ne meurent dans d’atroces souffrances. Leurs cris sont insupportables pour Captain America qui souhaite que l’horreur cesse enfin. Qu’Azazel arrête les flammes. Ces hommes ne méritent pas un tel châtiment surtout qu’ils sont déjà hors d’état de nuire avec de telles brûlures. Sans doute qu’ils les auront pour toute leur vie. De toute évidence, la solution est toute trouvée. L’assommer. Assez étonné, ses prunelles s’écarquillent avant de finalement hocher la tête. Si c’est la seule manière d’arrêter ce triste spectacle alors il n’hésite pas. Frappant au niveau de la nuque afin de le faire sombrer dans l’inconscience, les flammes disparaissent aussitôt, laissant des corps lourdement endommagés. Nul besoin de dire que les soins les plus efficients ne pourront rien faire. Les lésions ne sont pas soignables. Attrapant la carcasse du démon, il se précipite dans une rue adjacente plus discrète afin de parvenir aux égouts.

Arrivé sur les lieux, il dépose Azazel sur ce qui lui sert de lit. Un ridicule matelas très peu épais qui n’est guère confortable mais suffisant. Steve a connu la guerre avec des conditions bien plus modestes que celles-ci. Ce qui le dérange le plus c’est de rester enfermé des heures durant dans ce trou à rats sans pouvoir intervenir en surface. Cette impuissance est frustrante, désormais considéré comme un fugitif il lui est impossible de sortir le visage découvert. La ville est sous tension, et ce, plus que jamais. Assit non loin du dormeur, ce dernier se réveille d’un coup après être tombé. Un léger sourire trône sur le visage du héros déchu. « Nous sommes dans les égouts, ça ne sent effectivement pas la rose. » Conditions spartiates, hygiène douteuse, Steve vit dans cet endroit depuis trop longtemps. Heureusement que certains de ses alliés ouvraient leurs portes de temps à autre. « Mes capacités physiques ont été accrues grâce à un sérum. » Plus que l’ombre de lui-même, il ne sait trop quoi répondre à sa dernière phrase. Evidemment qu’il reste encore des personnes altruistes, mais ces dernières sont désormais une minorité. « Tu as simplement eu de la chance de tomber sur de telles personnes. »




boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Ven 9 Juin - 17:09




Steve ne devait pas s'en vouloir. Pour Azazel, ce regard insistant était déjà oublié. S'il devait s'arrêter de vivre dès lors qu'une personne le regardait de travers, cela ferait longtemps qu'il serait entre quatre planche maintenant. Il y avait plus grave, bien plus grave à gérer pour le moment qu'une petite crise de complexité sur son physique. Surtout qu'en vérité, il fait de son mieux. Il essaye de ne pas trop complexé sur ses petites différences et de vivre comme si de rien était. Mais des fois, c'était dur. Très dur. Tellement dure qu'il avait du mal à s'aimer. Il prenait soin de lui, c'était déjà un bon point. Certains ne faisaient même pas ce petit effort. Et puis, il faut dire que ses facultés de régénération rapide lui facilité grandement la tâche. Le seul problème, c'est l'alcool. Il pouvait toujours être ivre. On peut pas tout avoir, n'est-ce pas ? Tout comme ses agresseurs n'auraient aucunes aides venant de sa part. Il voulait bien se montrer généreux, mais ses flammes n'étaient pas de cet avis. Elles voulaient les voir brûler, souffrir et pour finir, mourir. Car elles étaient la haine du démon, la colère et la malice. Elles réagissaient à ses peurs et ses angoisses, leurs volontés de protéger leurs possesseurs étaient vicieuses. Il ne pouvait pas les contrôler. Pas tant qu'il demeura trop gentil avec les autres et qu'il se laissera faire sous prétexte qu'il n'avait pas le droit de se défendre. Qui lui avait dis ça ? Hum, des prêtres. Ces hauts placés du Vatican qui n'attendaient qu'une chose : le faux-pas d'Azazel pour l'exécuter. Il n'avait pas songé que ce n'était pas les premiers à vouloir sa mort. Mais à choisir, il préférait se faire tuer dans son combat contre ses propres démons plutôt que par le glaive de ses bienfaiteurs parce qu'il aurait céder à leurs appels.
C'est dans cette même voie qu'il avait demandé à Steve de l'assommer. Il lui faisait confiance, il savait quoi faire. Il semblait les connaître et il était sans doutes plus expérimenter que lui. N'importe où hormis ici serait le mieux de toutes manières. Il se souviendra de leurs visages. De la douleur qu'ils portaient sur ceux-ci. De ce qu'ils étaient avant d'être calciné. Les flammes du diable n'étaient pas cruelles pour rien : elles étaient tout de même native du lieu le plus damné qui soit. Et, quand dans leur cas, même les âmes brûlaient sous leurs chaleurs glacials, difficile pour de la chaire d'y résister.

Azazel s'en voudra sûrement, mais il fera de son mieux pour le cacher. Car là n'était pas le but. Ce n'était pas ainsi qu'il fallait remercier la personne qui lui était venu en aide. C'était en souriant et en témoignant de sa reconnaissance. Pas en s’apitoyant sur son sort. Bien que pour le sourire, ça ne sera pas pour tout de suite. Le réveil avait été … difficile, pour son odorat. Après tout, les égouts ne faisaient pas partis de ses lieux habituels de promenade et, il ne s'attendait pas non plus à atterrir dans un endroit pareil. Ce qui le mettait sur la voix cependant, c'est le fait que ceux-ci étaient aménagés et que Steve était là aussi, à patienter de son réveil. Un réveil qui lui avait valu une chute du lit, mais ce n'était pas le premier qui se passait ainsi. Et ça ne sera sans doute pas le dernier non plus. Il était rassuré de le voir ici aussi. Tout seul dans un endroit pareil, il aurait sûrement paniqué à se faire des films tout seul. Mais, ce n'était pas le cas. Sans grande mesure, il l'avait remercié. Parce qu'il ne savait pas s'il en avait eu l'occasion à la surface. Peut-être pas. Après tout, ce n'est pas comme s'ils avaient eu le temps de s'attarder en politesse. « Crois-moi, ça ne peut pas être pire que lorsque je me tape la corvée de lessive avec un geek à la maison. Ça pique juste un peu on va dire » fit-il tout en mettant son écharpe sur le nez. Avec une odeur aussi forte, il avait l'impression que ses narines brûlaient vives de l'intérieur. Et venant d'un connaisseur en matière de brûleur, il ne fallait que le croire. Bien que la remarque sur le linge sale ne soit pas très sympathique pour le colocataire soit dit en passant, mais c'est la triste réalité. Il ne lui en voulait pas pour ça, ça devait être son petit côté maniaque s'était permit un commentaire déplaisant. Bon sang, avec le nombre de fois où il pense et parle de lui, le pauvre Lewis doit avoir des acouphènes à force de sifflements dans ses oreilles.

« Donc, si je suis ta logique, j'ai eu la chance que tu passes par-là. », indéniable mon cher Watson. Pourtant, ce que venait de dire Steve l'intriguait. Un sérum ? C'est-à-dire ? Le démon rencontrait pour la deuxième fois une personne dotée de capacités physiques extraordinaire sans se promener avec des oreilles en pointe. Deuxième car, il se doutait bien que les facultés de James n'étaient pas dû à une carrure naturelle. Un homme normal serait mort après avoir subit un étranglement de la part de son aîné. Mais, il ne se souvenait plus s'il avait eu le temps de s'attarder sur la question. Curieux, Azazel avait légèrement penché sa tête sur le côté, reniflant discrètement Steve. « C'est vrai que maintenant que tu le dis, tu as une légère odeur de médicament. C'est quoi un sérum ? ». Le démon n'avait aucunes notions en médecin, pas même une idée des premiers secours alors, un terme aussi savant sonné comme le parfait inconnu dans ses oreilles. Il se demandait ce que cela pouvait être, si ça se buvait comme un simple soda ou bien si c'était plutôt sous la forme d'un comprimé. Son sauveur venait de le plongé dans un état d'interrogation assez imaginatif sur la question.







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Jeu 15 Juin - 18:48

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


Si son regard insistant est oublié pour le démon, il n’en n’est rien concernant Captain America qui ne peut s’empêcher de culpabiliser. Durant son existence, il a pu faire de nombreuses rencontres originales, mais celle-ci s’avère réellement unique. Un être aussi étrange et en même temps attise sa curiosité. Azazel ne ressemble pas à un mutant, sa nature est différente, bien plus complexe. Cette différence est pointée du doigt, souvent décriée. Les regards insistants comme le précédent sont le lot quotidien. En tant qu’être frêle, il a connu aussi la pression de la société, les opales des passants se posant sur son corps hors norme. Plus que jamais, Steve compatit à son mal-être. C’est d’ailleurs pour cela que le sérum lui a été injecté, tout simplement parce que son passé fait qu’il connaît la compassion et que ses valeurs ne disparaîtront pas. Loin d’être un banal soldat suivant les ordres, le gamin de Brooklyn a hérité de la justice de son grand-père. Ses principes sont ancrés en lui à l’encre indélébile. Par conséquent, en observant ainsi ce jeune homme, il n’a pas respecté ce pourquoi il se bat depuis des années. Accepter les différences, accepter de ne pas avoir une définition de la normalité et encore moins l’archétype. La société a défini la normalité, mais celle-ci est relative selon les points de vue. Chacun a une vision, chacun est unique et ça devrait être considéré comme une richesse. N’oubliant pas cet épisode gênant, la situation exige d’agir rapidement et en conséquence. D’abord surpris par sa réponse, il prend conscience que l’assommer est peut-être le plus judicieux. Plutôt cocasse, Steve ne sait pas quoi faire mais les cris de douleur l’obligent à agir dans la précipitation. Son coup part, Azazel sombre dans l'inconscience et enfin les flammes s’arrêtent. L’horreur cesse, les carcasses presque calcinées s’effondrent avec des blessures probablement trop graves. Insoignables. Ils ont évité le pire de peu, mais leur état n’est-il pas pire que ça ? Il n’a guère le temps de s’attarder que les sirènes des policiers résonnent déjà. Steve s’empresse de rejoindre sa tanière avec le démon sur l’épaule.

Ce dernier déposé sur le lit de fortune, le matelas peu épais qui lui sert de lit. Les conditions sont plus que spartiates, mais c’est ainsi, la vie de fugitif n’a rien de drôle. Bien que le confort lui manque, les raisons qui le poussent à rester dans sa position survolent tout. Steve est déterminé à garder sa ligne de front quitte à mettre sa vie en jeu. Assit en face de l’homme semblant simplement endormi, il fixe le sol crasseux où trônent des crottes de rat et autres rongeurs. L’odeur n’est plus un problème, son odorat s’y est accoutumé. Bien que parfois, l’envie de sortir respirer l’air frais se fait ressentir. Sa vie n’est évidemment plus la même, elle est rythmée par la fuite et les cachettes. Une existence de pestiféré loin du faste d’avant. De la célébrité transformée en une faiblesse. Un léger sourire se dessine sur le visage fatigué du super-héros, amusé par les paroles de son invité. Ce dernier ne supporte pas l’odeur, et pour cause, les égouts ne sentent pas la rose, loin de là. Entre la putréfaction et les autres déchets, ce sens est plus que jamais mis à rude épreuve. « Je suis navré, malheureusement les temps sont durs, nous sommes obligés de nous adapter. » Une phrase mélodieuse cachant la terrible réalité qui ne l’est absolument pas. Devoir se cacher à cause de la traque l’empêche de se détendre. Ses muscles tendus chaque seconde qui passent, à aucun moment il ne pense pas à autre chose. Cette situation le dévore de l’intérieur au point de nuire à sa santé. Haussant les épaules, il hoche ensuite la tête, et s’étonne encore une fois d’entendre ses mots. Ainsi, son odorat est plus que sensible pouvant discerner celle du sérum circulant dans son organisme. Steve se souvient parfaitement de la souffrance endurée lors du jour J. Les irradiations, ses muscles endoloris au point de souffrance jamais égalé. Et le voilà aujourd’hui. « Tu as un odorat très aigu. Des scientifiques ont mis au point un sérum pour donner naissance à des super-soldats. C’est un liquide inséré dans notre organisme afin d’accroitre nos capacités physiques. »




boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Dim 18 Juin - 18:00




Un lit restait un lit aux yeux d'Azazel. Il n'avait que le sang de royal, pas d'exigences ni de caprices. Quoi, quand il n'avait pas ce qu'il voulait et qu'il estimait que ce n'était pas juste, c'est que le démon pouvait se montrer capricieux un peu. Mais, cela demeurait rare. Après tout, ce n'est pas comme s'il était gâté de bases. La modestie était une vertu qu'il fallait préservé. Sans quoi, le risque de tomber dans l'arrogance voir la démence était grand. Il avait fini par se faire à l'odeur environnante, souriant. Avec une écharpe sur le nez, cela passait largement. Il n'y avait pas à dire, le lieu de vie de Steve était déplorable. Cela ressemblait d'avantage à une cellule de prison qu'à un refuge. Le démon cherchait du regard tout ce qui pourrait être familier. Puis, il avait fini par se rallonger sur le lit, ses jambes repliaient sur lui-même. Il préférait être coucher en ce moment. Il ne savait pas pourquoi, mais la position couchée semblait l'aider à maintenir son calme. À trouver une certaine aisance pour parler. Parler calmement avec une nouvelle tête, cela faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Cependant, si le grand blond regardait bien, le regard d'Azazel faisait de bref aller-retour sur le plafond, désignant ainsi la surface au-dessus d'eux. Le démon était inquiet, il ne pouvait pas le cacher. Son inquiétude dévorante, sa position aussi confortable soit-elle, était en train de le rendre légèrement  triste. Attristé pour des agresseurs, des personnes qui voulaient lui faire du mal. Trop de bonté dans le cœur du démon.
Les paroles de Steve avaient raccroché Azazel à la conversation. Pourquoi s'excusait-il ? Le démon avait  reporté son regard sur ce grand gaillard, l'air interrogé. « Pourquoi tu t'excuses ? », une question qui avait accompagné sa moue tout naturellement. Pourquoi il s'excusait ? Ce n'était pas sa faute. Quoi que, il fallait vraiment se sentir obligé pour s'abriter dans les égouts, mais c'est bien le dernier coin que quelqu'un irait fouiller. Ou alors, un petit malin se dit : tiens, s'ils étaient dans les égouts justement parce que personne se douterait qu'ils sont là-bas ?

Il ne fallait pas qu'il ait de tels pensées. Il ne fallait pas qu'il s'empoisonne l'esprit de doutes. C'était bien souvent ainsi qu'on le perdait. Il fallait se concentrer sur le présent et à commencer par Steve. L'odorat bestial d'Azazel avait repéré cette odeur de médicaments sur lui, sans doute dû à ce fameux sérum ou bien, un contre-coup. C'était une faculté tellement commune pour le démon maintenant qu'il ne pensait pas qu'elle serait tape à l'oeil. Et ce n'était pas vraiment le genre de réponses qu'on lui donnait en temps normal. Après tout, son dû était bien souvent une claque aller-retour pour avoir manquer de politesse. Là, ce n'était pas le cas, c'était même une agréable politesse qui avait détendu un peu plus Azazel. Il avait relâché sa position, cessant légèrement de se rouler en boule. Il est très bien ce lit … Mieux que le part terre après une nuit trop arrosée en tout cas. Le regard du démon se faisait moins sûr, bien plus timide. Il ne savait pas comment interpréter le message, si c'était un reproche ou non. Ça ne sonnait pas ainsi en tout cas. Sinon, Steve ne lui aurait pas expliquer ce que c'était qu'un sérum. Il avait relevé le regard vers lui, comprenant bien que ce n'était pas un reproche, ne perdant en rien son sourire tout crocs dehors. « Oui, ça fait partit … Des plus je dirais. Mais là, l'odeur des égouts me le couvre donc c'est pas non plus au mieux. Je vois alors du coup, tu es comme James ? ».
Se rendait-il de l'importance de cette question ? Se rendait-il compte qu'il risquait de toucher un point sensible ? Il n'en était pas sûr. Tout comme il ne se doutait pas d'un lien entre eux. Pas d'un lien puissant et indestructible du moins. Puis, Azazel rebaissa son regard vers le sol, admirant ces magnifiques crottes de rat par terre. Envie de vomir, encore. Mais, il avait de la tenue. Puis, il avait relevé son regard. Peut-être … Que Steve attendait des explications ? Sur cette soudaine attaque, sur le fait qu'il connaisse HYDRA ? Possiblement sur James aussi ? « Hum …. Je connais ces personnes, mais ça faisait longtemps que je ne les avais pas vu. Facilement … depuis un peu moins de trente ans ? Et depuis peu, l'étoile rouge revient, je ne sais pas pourquoi. Je t'assure que je ne voulais pas t'embarquer là-dedans, je ne savais même pas qu'ils me suivaient. Je pensais qu'ils m'avaient oublié... ». Azazel s'était de nouveau recroquevillé sur lui-même. Il n'avait pas envie de dire qu'il avait tué deux personnes cette nuit-là de la même façon que celles qui avaient échappé à la mort ce sort. Steve n'aimait pas les meurtres, il allait se faire mal-voir s'il lui disait.







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Captain America ✽ I hurt myself to see if i still feel
avatar
COULEUR RP : #00cc00
DOLLARS : 876
JUKEBOX : Boulevard of broken dreams - Green Day.
ÂGE DU PERSONNAGE : La trentaine apparant mais 98 ans en réalité.
NOM DE CODE : Captain America
PROFESSION : Ancien membre du SHIELD, Leader des Secret Avengers.
RACE : Simple humain modifié par le serum du projet "Super Soldat".
HUMEUR : Sceptique.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Dim 2 Juil - 19:49

You're only human after all

FT. Azazl E. Heartless



SONG HERE.


Le héros déchu a perdu la notion du temps, mais également celle du confort et de l’inconfort. Et pour cause, cela fait des mois que sa vie est rythmée par la crainte de se faire attraper. La traque ne faiblit pas, il n’y a pas un seul jour sans que Steve ne craigne pour sa vie. Par conséquent, ses sorties se font rares, il évite soigneusement les lieux publics où il pourrait être une cible vulnérable. Certains tireurs n’ont plus qu’à se positionner en haut d’un immeuble et tirer pour commettre l’irréparable. Les égouts ne sont donc évidemment pas souhaitables, mais le choix ne lui appartient pas. Vivre en haut serait trop risqué au vu de la situation et de la tension qui y règne. Les muscles tendus, le soldat s’habitue à ce lieu inhospitalier. En plus des odeurs, ce sont parfois les bruits qui hantent ses nuits. Peu habitué à cette existence de fugitif, il ne connaît pas les rouages de l’espionnage, et encore moins la discrétion. Steve n’est pas quelqu’un de discret, bien au contraire, il se contente d’obéir aux ordres. Les soldats ne reçoivent pas les conseils d’espions, surtout qu’il ne s’attendait pas à ce que son cas ne change ainsi. Tout cela à cause des Accords de Sokovie, tout ça parce qu’il a osé faire part de son désaccord. Aujourd’hui, il est puni pour cela et chassé par tous. Ses anciens camarades sont devenus ses ennemis, la défiance est désormais maîtresse de son cœur. Cette prison aux conditions spartiates ne fait qu’augmenter sa frustration de ne pouvoir agir, de ne pouvoir venir en aide à la population. Il n’est plus que l’ombre d’un souvenir, d’une époque révolue. S’il intervient à visage découvert, personne ne connaît l’issue sans doute funeste. Une balle dans la tête et sa vie s’arrête, lui rappelant sans arrêt à quel point celle-ci tient à un fil. Cette fragilité n’est pas supportable, notamment au vu de son état mental et physique. Un état de fatigue avancé tout simplement parce que les moments de détente se font rares. Même maintenant, son corps est tendu. La présence du démon ne l’apaise pas, rien ne le peut en ces temps si troublés. A dire vrai, Azazel pose une question dont il ne peut répondre. Il ne sait pas pourquoi il s’excuse. Alors, en guise de réponse, un léger sourire désolé étire ses lippes alors que ses épaules se haussent légèrement. Parfois, il s’étonne de penser ainsi. De se dire qu’après tout cette traque est arrivée uniquement par sa faute. Qu’il aurait dû signer ce papier.

Mais c’est impossible car ce serait bafouer ses principes. Steve en est incapable. Ses valeurs, le gamin de Brooklyn ne peut marcher dessus ainsi. Pas après s’être autant battu pour. La liberté des Avengers est primordiale. Allongé, il observe le démon d’un air distrait, son esprit sans arrêt en proie à de nombreuses questions. Toujours en réflexion, jamais tranquille, les traits de son visage le prouvent largement. Il arbore tout le temps cet air sérieux, et pour cause, la situation est grave. La tension est à son comble. Elle se ressent parfois jusque-là, plusieurs kilomètres sous la terre. Personne n’en réchappe. Néanmoins, la question de l’homme lui fait arquer un sourcil. « Tu connais James ? Mais oui, bien que pour sa part, il n’a pas eu le choix, l’HYDRA a injecté le sérum malgré lui. » Ses poings se serrent instinctivement, prouvant de sa haine féroce envers cette organisation. Ces enfoirés méritent d’être punis pour tous les maux qu’ils ont causés. « Ce n’est pas grave, l’HYDRA n’oublie jamais en tout cas, surtout pour leurs propres intérêts. »





boulevard of broken dreams
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5984
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   Lun 3 Juil - 14:58




Il ne savait pas trop comment se mettre. Ce n'était pas de la faute à l'environnement. Enfin si, un petit peu. Alors, pour reprendre de manière plus claire, ce n'était pas de la faute de Steve. Azazel comprenait très bien que ce n'est pas lui qui avait choisi de se terrer dans un endroit pareil. Lui aussi avait la sale manie de se cacher en permanence. Mais, c'était justement parce qu'il était discret qu'il ne s'imposait pas de telles conditions car il n'y avait que les plus vicieux pour songer à venir le déloger. Il n'était pas déclaré comme colocataire de Flytwick, tout comme Knightwalker n'était pas non plus censée être là officiellement. Pauvre astrophysicien quand il y pense, deux exorcistes en cavale dans son appartement, c'était son jour de chances. Car, il ne pouvait pas les supporter. Il avait beau y réfléchir, il fallait vraiment être confronté à l'Apocalypse pour qu'il accepte de dormir avec les rats. Par la force des choses, oui, il s'obligerait sans doute à accepter des conditions aussi spartiates. Pas quand ce n'est qu'un registre qui lui tombe sous le nez. Il acceptait de s'isoler, certes. Mais il n'acceptait pas d'être réduit à l'état de bête à chasser. Tout comme il n'acceptait pas céder à la colère et à la haine face à ce bordel que les humains créaient d'eux-même. Parce que Lucifer n'avait pas connu la guerre. C'est sans doute pour cette raison que son esprit semblait aussi … Enfantin finalement. Il était chassé depuis sa plus tendre enfance, on avait sans cesse remis la faute sur sa nature démoniaque que c'était devenu normal alors qu'il était tout sauf normal. Cette perpétuelle méditation sur lui-même permettait à Steve de se retrouver face à un personnage comme Azazel devant lui. Un garçon qui semblait être uniquement guidé par la bonté même s'il était une créature du mal.
Il avait rendu le faible sourire de Steve en étirant ses lèvres à son tour. Il ne faisait qu'imiter les hommes bons parce que sa mère lui avait demandé de le faire. De ne pas céder à la colère, de ne pas se montrer violent envers les autres et de ne pas se laisser envahir par la haine parce que le monde le déteste pour ses racines. Il ne sait pas encore combien de temps il tiendra. Il ne sait pas si c'était une bonne idée de venir à New York avec cette ambiance de troubles. Il aurait peut-être mieux fais de rester au Japon et de s'isoler des ennuies. Pas mettre le nez en plein dedans pour une chasse à la sorcière. Il ne savait pas quoi lui dire, c'était difficile. Le démon était impressionné.

Alors, il tentait d'entamer la discussion, mais le blond n'était pas très bavard. « Tu me fais pas confiance, hein ? » fit-il hasardeusement. Il avait vu tellement de doutes et de méfiances à son égard qu'il n'avait plus de mal pour les desceller. Cependant, il n'en tenait pas rigueur à son sauveur. Bien au contraire, il continuait de sourire, heureux de rencontrer quelqu'un qui connaissait James et qui pouvait l'éclairer sur son sujet. « Oh, c'est pour ça … Il disait qu'il voulait me protéger et qu'il reviendrait me voir. Mais, je n'ai pas le droit de le laisser faire. Il … Il va se faire tuer à cause de moi s'il fait ça. ». Les poings du démon s'étaient resserrés. Blackheart. Il avait tellement eu peur ce soir-là, en voyant son grand-frère étranglé ce vaillant soldat comme s'il n'était qu'une feuille de papier. Il la sentait encore, cette barre de métal l'empaler juste parce qu'il s'était servit de lui pour le distraire. Il jouait avec les émotions. « Qui est HYDRA à la fin ? C'est quoi ce truc ? ». Le démon montrait de la perte dans son regard. Il était chassé par un ennemi qu'il ne connaissait pas. Ou du moins, qu'il pensait connaître. Ses mentors, les prêtent, avaient profité de la confusion de l'attaque pour le lancer à la poursuite d'une femme qui finalement n'avait rien à voir. Un homme qui disait appartenir à l'étoile rouge l'avait sauvé. Il ne comprenait plus rien. Ce sentiment de perte, de brouillard. Il ne faisait que grandir les doutes qu'Azazel portait envers le Vatican. L'impression qu'on lui avait menti et .. Qu'on continuait à lui mentir.







La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You're only human after all (Aza)   
Revenir en haut Aller en bas


 
You're only human after all (Aza)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAFT PUNK - HUMAN AFTER ALL - (RAH 266 et 267)
» Being Human, la confrérie de l'étrange
» human timebomb
» The Human Goddess:
» Angel : Only Human

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: New York City :: Brooklyn-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: