AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 i need you ⊹ ft. harriette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: i need you ⊹ ft. harriette   Ven 14 Avr - 22:35

I NEED YOU

FT. HAROLD T. OSBORN




Comme toujours, le ciel s’était assombri à la pensée que le fils du Diable ne se balade dans les rues de New York City. Blackheart était revenu à Christ’s Crown il y a peu, afin de poursuivre son règne. Cependant, récemment, son père était revenu le voir afin de lui sortir les fesses du trône et de se remettre à chercher son jeune frère Azazel. Une idée qui a déplu au Roi Noir, mais il valait mieux ne pas s’opposer aux ordres de Satan. Blackheart avait beau être sûr que son père mordrait la poussière s’il en venait à le confronter, il préférait l’avoir en vie et à ses côtés plutôt que d’être chassé jusqu’à ce que mort s’en suive. Bien que dans son cas, la mort était un principe plutôt flatteur envers le prince des ténèbres. Lui qui était constitué de toute la mauvaise atmosphère d’une ville entière, la mort n’était qu’une de ses plus fidèles alliées. Sans compter que lui-même faisait partie de ces entités l’incarnant.

Blackheart avait suivi son frère à la trace jusqu’à New York City. Qu’est-ce qu’il détestait cette ville, il n’était pas évident de passer inaperçu. Le seul bon côté des choses, c’était que l’on savait tout ce qu’il se tramait. Le prince avait eu vent de l’évasion des actuels Sinistres Six et il voyait en ces individus un potentiel à exploiter à sa – juste – cause. Se faire des contacts dans la ville où créchait son frère n’était pas une si mauvaise idée, bien au contraire. Posséder des « hommes de mains » un peu partout allait lui être utile. Il devait bien avouer que ces criminels s’étaient bien camouflés. Il le savait : ils préparaient quelque chose. Dans tous les cas, Blackheart n’allait pas y prendre part. Les affaires terrestres ne l’intéressaient que très peu – si l’on mettait de côté sa ville natale – et son but premier était de retrouver Azazel, aux risques de se faire taper sur les doigts par Roarke.

L’on n’échappait pas aux démons. Et encore moins à l’un des plus puissants qu’était Blackheart. Certes, ces Sinistres Six – car c’était ainsi que les médias les appelaient, lui avaient donné du fil à retordre quant à leur localisation. Ils étaient tous séparés, dans des coins très opposés de la ville. Mais celui qui intéressait le maléfique être était le leader de cet étrange groupe, ainsi c’était vers ce dernier qu’il choisit de se tourner. Harry Osborn, reconnu aux quatre coins de ce pitoyable monde. Une documentation peut avant leur rencontre avait été nécessaire à Blackheart, lui qui voulait et devait tout savoir. Ce fut un entrepôt abandonné, reculé de la plus grande partie de la population. Un endroit délaissé en soi, qu’on ne visitait et qu’on ne visiterait plus jamais. Bon choix pour se planquer le temps que son propre plan ne se mette en marche. D’un claquement de doigt, la téléportation de Blackheart se mit en œuvre et il arriva dans l’entrepôt. Là, il tomba nez à nez à cette tristement célèbre armure qui était un atout principal du Bouffon Vert. Et plus loin, se trouvait son rendez-vous. Se raclant la gorge dans le but de se faire remarquer, l’homme – ou plutôt démon – attendit que Harry se retourna pour lui adresser son plus beau sourire de vilain et ses premières paroles. « Surprise. »

Revenir en haut Aller en bas


avatar
COULEUR RP : #006600
DOLLARS : 885
JUKEBOX : johnny cash ✿ hurt
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans
NOM DE CODE : the new green goblin
PROFESSION : propriétaire et gérant d'oscorp
RACE : humain génétiquement modifié
HUMEUR : impassible
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i need you ⊹ ft. harriette   Sam 15 Avr - 1:55
i need you
la nuit est sombre et pleine de terreurs


Le mauvais temps avait régné tout le long de la journée, et lorsque l’atmosphère diffère, la nuit approche, peinée. L’air est glacé. Entrant par mes narines, crevant mes poumons comme une bouffée de cigarette, rude comme l’acier. Mon regard perdu scrute quelques bouts de papier sur lesquels résidents plusieurs mots-clés. Vengeance, chaos, lucidité. Le tout pour un plan préparé, organisé. La nuit est sombre et pleine de terreurs. Et lorsque la terreur s’abattra sur New-York, ses habitants se verront contraints de vivre dans la peur. Jusqu’à en oublier leur labeur. Et, chaque jour, ils tenteront de survivre, la mine déformée par d’innombrables pleurs. Et viendra ainsi leur heure. Évidemment, ce projet sert de prétexte afin d’attirer nos héros bien-aimés ; il n’est pas entièrement réalisable. Tout ne se joue pas dans l’action, il faut aussi prétendre, imposer des limites, être raisonnable. Mais la raison me manque et l’envie de tout détruire prend le dessus, envie à satisfaire, tels les désirs d’un gamin. Tout un travail d’être un « vilain ».

Je n’y vois presque plus rien. Tout est si sombre ; bientôt je ne ferai plus la différence entre ce qui est mal et ce qui est bien. Staten Island, je trinque à nos longues nuits passées dans ce noir qui m’enfonce, m’accable ! Une autre glorieuse soirée à réfléchir, seul, sur cette foutue table. Seul, seul et toujours seul à devoir tout planifier pour que tout, absolument tout, soit parfait. Et pour cela, il me fallait un endroit isolé, loin de tout, quoi de mieux qu’un vieil entrepôt où uniquement moi y vagabondais ? Abandonné et délaissé comme la peste, ce fut compliqué d’en apprendre l’existence. Pourtant, je suis là, enfermé depuis maintenant quelques jours, à élaborer toutes sortes de stratégies, aussi pourries et sans succès soient-elles. Six à travailler sur un bon plan fixe, et pas une perle. Pas une putain de perle qui en ressort, rien, le vide, le néant. Et dans ce noir, je m’enfonce, m’enfonce, m’enfonce, ce qui m’accable, encore et encore. Trop de bruit dans mon cerveau et pourtant si peu d’idées. L’air devient de plus en plus glacé. Peut-être trop. J’ai même l’impression que les ténèbres dévorent l’obscurité à petit feu. Mais est-ce seulement une impression ? Un brin de lumière, juste ce qui faut. Plus sombre et c’est la panique. Panique. Suis-je paniqué ? Non. Oppressé ? Ce serait l’effet de cette atmosphère pesante. Mais pourquoi si pesante ? Rien ne m’angoisse, habituellement. Habituellement...

Quelque chose m’a poussé à me retourner. Une vieille sensation désagréable, comme un sentiment de déjà vu -mais est-ce le cas ? Un son raisonne. D’où provient-il ? Juste en face de toi, Harry. Voix rauque. Pénible. Agaçante, et encore plein d’autres adjectifs baignés dans l’abus. « Surprise. » Un mot, un soupir. Dans la pénombre, je tente de bien observer mon interlocuteur ; suffisamment pour me rendre compte de l’intérêt que je pourrai lui donner. Enfin... Encore faut-il le connaître. « Toi... je commence, doucement. Comment es-tu entré ici ? » Ma propre voix sembla s’étrangler sur la fin. Mauvais présage, de la peur ou de la colère ? Ou les deux ? La peur... Inconcevable. La colère ? L’agacement, plutôt. Rien que sa façon de se tenir semble être familière ; cet homme est trop familier. L’idée de me défendre me frôla, plus d’une fois. Tout est à ma portée, mais rien sur ma personne. Seulement muni d’un flingue, et encore... A proximité. Merde, merde et triple merde. Quelques regards furtifs à l’arrière, sans pour autant oublier cette présence oppressante devant moi. « Et qui t’en as donné l’autorisation ? » Je dois me reprendre. Paraître à l’aise, tout contrôler. Ma seule arme étant, pour le moment, le self-control, j’ai souri. J’ai souri à en perdre mes dents.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: i need you ⊹ ft. harriette   Sam 15 Avr - 17:18

I NEED YOU

FT. HAROLD T. OSBORN




Le prince aimait les entrées théâtrales. Chaque fois qu’il venait à l’encontre d’un être humain, il aimait générer cette atmosphère pesante – mais pas pour lui – sans oublier la puanteur constituée d’un mélange d’encre brûlée et de rose. C’était une odeur facile à repérer sur plusieurs mètres et qui attirait les regards. Des regards de dégoût en constatant cette mine affreuse malgré sa volonté de camoufler sa véritable nature. Blackheart était unique en son genre : son odeur était particulière, sa démarche envoûtante, son physique affolait, sa voix raisonnait comme dans une caverne. Ses traits d’humain demeuraient lorsqu’il foulait la terre de cette planète, pourtant il fallait se rendre à l’évidence : ils ne servaient qu’à passer inaperçu. Cette apparence  était un déguisement, ses traits étaient un véritable masque derrière lesquels il était contraint de rester. Sa forme, sa réelle et véritable, était d’autant plus monstrueuse. Elle l’était tellement qu’il était difficile d’en placer des mots, elle l’était tellement qu’il était difficile de le décrire. Il était le démon parfait, successeur du Diable en personne. Sa réputation le précédait, craint de tous ceux qui le connaissaient et par les croyants, tandis qu’il demeurait une légende dans ce monde.

Par ailleurs, ces imbéciles ne déclenchaient qu’une amertume plus profonde envers l’humanité qu’un sourire empli de moquerie lorsqu’il faisait face à croix, rituels douteux et leurs avertissements dans le vent. Blackheart était celui qui ne craignait pas tous ces signes religieux. Seul son père était susceptible d’en être victime. Même son jeune frère en demeurait insensible. Si le Roi Noir en avait l’occasion, il rétablirait la vérité concernant toutes ces histoires racontées dans la Bible. Il la leur éclaterait au visage comme une gifle, jusqu’à ce qu’ils ne se rendent à l’évidence, jusqu’à ce qu’ils acceptent cette dure réalité – pour eux – qu’ils étaient les seuls dans ce monde et que toutes ces années de croyance ne se résumaient qu’à du gâchis. Et chaque fois, ces sombres pensées qui avaient pour but de ne faire pencher la balance de l’humanité en faveur du mal tiraient un sourire en coin au fils de Mephisto. C’était un bon plan, certes, qu’il se réservait pour le jour où il reprendrait le pouvoir aux Enfers. Mais pas avant. Pour le moment, il devait se concentrer sur cet horrible objectif que son père lui avait assigné sans lui laisser la moindre chance de répliquer. Et il faisait face à l’un de ses futurs pions. Il en était sûr : les humains tenaient beaucoup trop à leur misérable vie pour refuser un pacte avec le Diable. Et ils avaient beau être stupides, ils ne l’étaient pas assez pour comprendre que s’ils tentaient de lutter, ils seront littéralement brûlés de l’intérieur.

L’humain devait avoir du mal à décerner qui était son interlocuteur. La pénombre s’était doucement installée en cet endroit. Et Blackheart ne se montrait pas. Non, pas encore. Pourtant, il pouvait le voir. Et sa réaction lui entraîna un sourire d’amusement. Il avait l’air surpris. Il craignait d’avoir été grillé. Une chose qu’il n’aurait pas calculée ? On n’échappait par au futur Roi. « Toi... Comment es-tu entré ici ? » Une sacrée surprise n’est-ce pas ? Encore une fois, Blackheart se félicita mentalement pour cette entrée magistrale dont il avait fait preuve. Puis il s’interrogea sur ce que ce énième abruti ferait en découvrant sa véritable nature. Lui aussi allait brandir une croix en sa direction ? Comme toujours, Les Ténèbres elles-mêmes feinteraient être atteinte par un tel objet, mais il se redresserait en rigolant par moquerie. Cependant, cet Harry Osborn tentait de garder son sang-froid, une réaction qui continuait encore à amuser le démon. Il n’y avait pas à dire, les humains restaient fascinants, du moins dans un sens. « Et qui t’en as donné l’autorisation ? » Blackheart s’avança, avant d’arriver à l’extrémité de ce faisceau de lumière qu’une faible lampe éclairait, la seule source d’énergie de cet entrepôt. La pâleur de son visage se fit apercevoir, tout comme le reste de son apparence, sans oublier l’odeur qu’il dégageait. « Vois-tu, mon « ami » : je vais où je veux. » Il leva un doigt, pour lui faire signer de ne pas le couper. « Ici. » Sans crier garde, il disparut et réapparut juste derrière le jeune homme. « Ou là. » Sa nature sinistre s’était grandement rapproché de celle de Osborn, tandis qu’il guettait sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: i need you ⊹ ft. harriette   
Revenir en haut Aller en bas


 
i need you ⊹ ft. harriette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que sont-ils devenus ?
» Le livre (nouvelle fantastique)
» Harriette Rebecca Crosby
» Harriet, la petite espionne [Michelle Trachtenberg]
» [Disney Channel Movie] Harriet l'Espionne : La Guerre des Blogs (2010)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: La Pause Café :: Cimetière :: Anciens rps-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: