AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mar 11 Avr - 23:05
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
C'était plaisant. Ces quelques notes de musique. Cette fois-ci, Believer d'Imagine Dragons. Un morceau qu'il aimait particulièrement pour le rythme rappelant les tambours indiens derrières et le récital aux racines hip-popienne. Les mains dans les poches, il voulait se rendre chez le marchant de journaux pour ramener le journal que lui avait demandé son colocataire. En temps normal, il aurait refusé. Ce n'était pas son chien après tout et il n'avait pas de raisons d'être gentil avec quelqu'un qui passe son temps à être collant. Mais là, étant donné qu'il n'était pas sortit de la journée et que l'air frais commençait à lui manquer, Azazel n'avait pas pu refuser. Et ça, Lewis en était sûrement conscient et l'a pris à tiré à son avantage. Le regard un peu hasardeux, il ne prêtait pas attention aux autres. A ce qu'il pouvait voir de lui, juger sur ses travers, sa pâleur et son allure de maigrichon. Il aurait pu continuer sa route tout droit mais, en voyant qu'une vieille dame voulait que son chat redescende d'une fenêtre voisine, il avait hésité un petit moment. Il se faisait tard après tout, personne n'aurait le courage ni l'envie de l'aider. Ezeckiel était aller chercher son chat perché en escaladant l'immeuble. Il doutait bien que les propriétaires de la fenêtre n'allait pas le laisser rentrer et sortir en mode ''Salut, je fais que passer !''. Des exclamations de stupeurs et de frayeurs parcouraient l'assistance curieuse qui ne faisait que grossir au fur et à mesure. Difficile de rester discret dans ces cas-là cela dit, c'est accordé.
Cependant, si le regard se penche sur un petit détail, une femme au sourire charmeur et mesquin venait de raccrocher le téléphone qu'elle avait à présent remis dans son sac à main. Remettant ses lunettes de soleil sur les nez, le spectacle n'avait plus d'importance pour elle. La dernière trace qu'elle laissait était un simple filet de fumer de cigarette qui ne manqua pas d'accrocher l'odorat d'Azazel.

Une fois redescendu avec le chat dans ses bras, il cherchait cette odeur du regard. Personne, il n'avait même pas pris attention à la petite vieille qu'il venait d'aider et qui était en train de le remercier. C'est bête, pour une fois qu'on lui disait merci. La sonnerie de la flicaille et l'amas de voiture avait fais très vite rabaisser les ardeurs de tous. Tout particulièrement lorsque les forces de l'ordre ordonna aux habitants du quartier de s'éloigner d'Ezeckiel. Il était sans doute préférable de ne pas traîner plus longtemps ici. Le démon n'avait pas mis longtemps avant de détaler en courant. Bien entendu, ces policiers n'allaient pas se contenter de le regarder gentiment sans aller. Il les entendait, les oreilles en pointe bien tendu. Arrêtez ou on tire !, tirer ? Ça ne serait pas la première fois, ce genre de menace ne prend plus avec lui maintenant. Et c'est sous ce constat que les balles avaient commencé à fuser, Azazel usant de son agilité pour atteindre les chemins les plus compliqués pour être sur de les semer. Commençant son ascension pour rejoindre les toits, l'élan du démon avait été coupé par une balles dans les cotes. Lui qui pensait qu'il avait à faire à des novices niveau tir, il commençait à se demander s'il ne fallait qu'il se mette devant eux pour qu'il arrive à le toucher.

Loin de là l'idée de s'en plaindre. Bien au contraire même. Azazel avait perdu l'équilibre, se rattrapant à la dernière minute tout en plaquant sa main sur sa blessure. Stupide reflex, comme si ça allait la soigner. Cependant, la cadence avait ralentit parce que cette fois-ci, ils prenaient le temps de viser. Et l'un d'entre n'avait pas loupé de lui tirer dans le bras pour lui faire lâcher prise. Un petit futé qui fit tombé Azazel du sixième par terre. Sonné par sa chute, il n'entendait que des vagues brouhaha, le bras et ses cotés en sang. Des sifflements dans sa tête, une vue brouillée le temps que la tête compense le choc en hydratant le cerveau. Il sentait une poigne s'accrocher à son bras intact pour l'emmener et le forcer à se lever mais, il n'y arrivait pas et il ne voulait pas.

CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mer 12 Avr - 22:36
seeing the beauty through the... pain!

       

James ne se souvenait pas de grand chose dans sa vie en général. Les seules choses incroyablement précises qui se jouaient devant ses yeux dès qu'ils les fermaient étaient les hommes, les femmes et les enfants qu'il avait froidement assassiné. Il se souvenait d'absolument tous les visages : sans pouvoir se rappeler celui de sa mère ou encore celui de sa soeur. Elles lui apparaissaient vides dans ses rêves, le visage entièrement creux. Il ne se souvenait pas trop des bases où ils l'emmenaient, juste de quelques scènes. L'entrainement des autres supers-soldats. Le réveil. Les mots-clefs qui ouvraient la serrure à son cerveau, à son bras pour mieux tuer. Ce livre rouge ; celui là, impossible de l'oublier. La couleur de l'étoile sur son épaule métallique était comme un reflet, comme un souvenir à même la peau, pour que chaque jour, chaque heure, chaque seconde, Bucky s'en rappelle toujours un peu plus.
Mais il se souvenait de quelque chose : un mot, un nom plus précisément, chuchoté par ses supérieurs de l'époque. Petit, James a appris à fuir ce nom, le craindre pour mieux cracher dessus, parce que toutes les écoles suivaient scrupuleusement la bible. Cela avait fait écho, étrangement, même quand il n'était qu'une poupée désarticulée.
Lucifer. Un démon, apparemment : et même s'il ne croyait pas à ses choses là, il devait reconnaître que les brûlures qu'il avait vu sur les cadavres carbonisés n'étaient pas normales, encore moins l'oeuvre de l'Homme, malgré toute sa cruauté.

James avait était curieux. Cet homme était-il toujours en vie ? Attrapé par HYDRA/SHIELD ? Alors il avait fait des recherches, utilisant à la fois la violence et tout ce que l'entrainement lui avait apporté. Merci le KGB et la période d'espionnage de masse, grâce à qui Bucky avait découvert de nombreuses choses. Lucifer n'était qu'un nom de code, mais le monsieur était bel et bien un démon. Il avait longtemps été utilisé par le Vatican, si James avait bien compris, avant de fuir dans un pays asiatique.
Heureusement, grâce au deep wek (ah, merci internet !), il avait aussi appris que ce Azazel était revenu aux Etats-Unis, qui plus est pas trop loin. Pas trop loin, comme dans New York.

James ne comptait rien faire. Juste regarder son appartement. Peut-être le suivre un petit peu ! Rien grand chose quoi. La routine, pour cet assassin sur-entrainé. Casquette basse sur la tête pour bien cacher, cheveux longs et presque gras, six couches de vêtements, gants, et Bucky est prêt.
Mais bien sur, encore une fois, la routine lui fut arrachée des mains comme une sucette. Les forces de l'ordre étaient déjà là, a tirer comme pour attraper le plus dangereux des criminels nazis. Pourtant, le jeune homme qu'ils visaient ne semblaient pas si dangereux. Bien sur, avec ses cheveux en batailles et son air pas réveillé, il ne faisait pas pensé au bon citoyen lambda de NY, mais de là à tenter de le tuer ? C'était idiot. Bien caché, James regarda la balle toucher les cotes du démon : un tire sans effet, deux centimètres trop à gauche que pour toucher un organe un peu important... Ensuite le bras. La paume aurait été plus pratique, mais Bucky n'était pas vraiment décidé à donner des conseils aux policiers, ne leur faisant absolument pas confiance.

La forme tomba de ce qui semblait être le cinq ou sixième étage. L'assassin se dépêcha de sauter par dessus les poubelles pour arriver avant la police. Son agilité l'aida énormément, et enfin, il était là. Face à ce souvenir, face à ce visage qu'il n'avait jamais vu et qui pourtant éveillait tant de choses en lui.
James se repris rapidement et tira sur le bras du démon étalé sur le sol... Démon qui n'avait pas l'air de vouloir beaucoup bouger. Sans prendre la peine de réfléchir, il bloqua les mains de l'homme de sa poigne pleine de chair, avant de le porter sur son épaule avec son bras métallique, sans aucune peine. Ils devaient bouger, bouger avant que la police n'arrive à les repérer. James les entendait approcher, malgré le ronronnement de son épaule.

Rapide et agile malgré le poids mort sur son épaule, Bucky -James ?- réussis à s'extirper de ce guet-apens pour les cacher dans une ruelle sombre pas trop loin. Il voyait encore les lumières des véhicules de police se refléter, mais il avait confiance en leur débilité.
James déposa le corps à moitié évanoui par terre, caché par une benne et le fixa une minute sans savoir quoi dire. Il savait que l'avoir bougé était idiot, mais pour le coup, il n'avait pas exactement le choix non plus.
« Je t'ai tué ? » repliqua-t-il finalement d'une voix un peu brusque, un peu trop rauque, sans vraiment avoir l'air de s’inquiéter de la réponse.


(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Jeu 13 Avr - 15:04
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Les choses s’étaient déroulées trop vite pour qu’il ait le temps de comprendre. D’abord sortit pour aller chercher un journal, il s’était retrouvé à décrocher un chat de son putain de balcon et maintenant, à se faire tirer dessus. Azazel devait bien l’admettre : la mentalité américaine et leurs manies d’en faire trop commencer grandement à remettre sa foi pour les hommes en jeu. Pourtant, il n’avait rien rétorqué. Il positivait. Ce n’était qu’une bande de crétins stupides qui ne faisaient que leur boulot. Pour autant, il ne fallait pas prendre Ezeckiel pour un idiot. Il savait pour le registre. Il était tout de même au courant d’un minimum de choses dans le monde. Cependant, le démon n’aurait pensé que le rappel à l’ordre serait aussi … musclé. Tout était de sa faute, il aurait mieux fait de faire un doigt à la grand-mère et de continuer son chemin. Sauf que voilà, même si c’est un être démoniaque, c’est contre sa nature plus humaine que certain de ne pas venir en aide à quelqu’un. Le retour à la réalité avait été aussi brutal que sa chute entre le cinquième et le sixième. Il les sentait, ses vertèbres surement brisé par sa chute, les balles qui se promenaient dans son corps et sa conscience qui vacillait. Il s’en remettra, il s’en remet toujours et plus vite que la normale. Il sentait aussi cette main venue l’empoigner pour le traîner mais, n’arrivant pas à distinguer clairement la silhouette, il avait cru aux premiers abords que c’était un de ces flics venu le ramasser comme un fruit tombé de son arbre.
Azazel avait tenté de résister dans sa confusion, essayé de se débarrasser de cette emprise mais, la faiblesse de son esprit se sentait dans son refus. Il n’arrivait pas, pas même à parler. Le démon pouvait seulement se sentir porter et entendre dans un flou auditif des ordres criés au loin. Il y avait encore ces sirènes qui lui cassaient les oreilles. L’odeur du métal aussi. L’odorat d’Ezeckiel semblait être la seule chose en état de fonctionner. Cet odorat animal tout comme sa queue noire qui avait glissé hors de sa chemise avec tout ce bordel.

Et pourtant, il ne les entendait plus. Il ne sentait plus l’odeur des armes et de transpiration causée par la peur des policiers. Juste, cette odeur de métal bien plus proche et qui n’avait pas pris la peine de le finir. Des fois, il y songeait oui, en effet. Lors de ces passes où, qu’importe le nombre de balles ou de coups qu’il prenait, il s’en sortait. Il avait entendu les membres du Saint-Siège et les autres exorcistes parler de ce pari. Les mauvaises langues qui ne jugeaient qu’aux apparences premières. Là, il n’entendait rien. Juste les pas et la course alors qu’il avait l’air d’une loque. Ce n’est qu’une fois l’ambiance un peu plus posée qu’Azazel avait fini par bouger de nouveau. Il avait ouvert les yeux en l’entendant. Je t’ai tué ?, drôle de questions pour un réveil. Mais une peur soudaine. Et si c’était un autre qui tentait sa chance ? S’il venait tirer simplement profit de sa mésaventure ? Ca ne serait pas le premier après tout. Des sueurs froides avaient envahis Azazel mais, il s’efforçait de penser le contraire. Non-non, s’il voulait le tuer, il n’aurait pas pris la peine de le sortir de ce guêpier. Le démon avait relevé la tête vers son … sauveur ? Peut-il l’appeler ainsi ? Il avait reproché les jugements hâtifs à un autre, cela serait dommage de tomber dans la même erreur. Mais en même temps, s’il n’arrivait pas à faire confiance, vers qui pourrait-il se tourner ? « Non-non » répondait-il simplement en hochant négativement la tête.
Après tout, derrière cette voix rauque et brusque, il sentait l’interrogation, le doute et la perte de cet homme. Dieu merci, il ne savait pas qui il était. Il ne savait pas pour cette étoile rouge sur son bras, caché par ses vêtements. Tout comme il ne savait pas son lien avec HYDRA. C’est peut-être pour ça qu’il ne portait aucun jugement envers sa personne. Qui était-il pour juger ? Ce n’était pas le fils de Dieu après tout. Loin de là même.

Un parfait inconnu qui venait de l’aider donc, c’est ainsi que Lucifer avait décidé de le voir. Ses blessures étaient déjà en train de se résorber, son corps rejetant les deux balles qui tombaient à terre avec le même son qu’une pièce. A peu de chose près. Il n’y avait même plus de trace physique sur sa chute hormis le sang qui tâchait sa chemise. « Il en faut plus pour m’abattre. » malheureusement pensa-t-il en guise de fin de phrase. Baignant moins dans la douleur, Azazel pouvait se concentrer pleinement sur son interlocuteur. Il ne lui faisait pas peur, il avait vu bien pire. « Pourquoi t’as fait ça ? ». C’était nouveau pour lui, normal que le démon se montre légèrement curieux. La voix d’Azazel semblait encore somnolente mais, il était en état de parler au moins.

CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Lun 17 Avr - 16:49
seeing the beauty through the... pain!

       

Une queue. L'inconnu -ou presque- qu'il venait de sauver, avait une queue, qui venait tout juste de glisser de son haut. James la fixa longtemps, sans savoir quoi dire, sans trop savoir comment réagir. Est-ce que c'était normal ? Il fouilla dans son esprit morcelé sans trouver de réponse. Il imaginait bien que pour un homme plus ou moins démoniaque, capable de contrôler les flammes, une queue devait faire partie de la normalité, quelque chose vu tous les jours.. Il ne jugerait rien. Bon sang, il était celui avec un bras métallique, alors il n'allait rien dire qui risquait de vexer celui qu'il cherchait depuis quelque temps maintenant ; ce souvenir un peu trop lointain, un peu trop proche, que James aurait préféré oublier sans en être capable.
Ce souvenir qui d'ailleurs, bougeait enfin. Pas grand chose, juste ses muscles qui se tendaient et finalement, des yeux ouverts. Bucky le fixa sans rien dire, n'osant pas, ne voulant pas prendre le risque de lui faire peur et de le voir encore une fois partir en courant.

Enfin, le démon finit par le rassurer, comme quoi, non-non, il ne l'avait pas tué, tout en secouant la tête. Bucky -James ?- ne le quitta pas des yeux, sans pour autant ouvrir la bouche. Il n'avait rien à dire et préférait de loin le silence. Maintenant qu'il avait ce qu'il cherchait devant les yeux, l'assassin ne savait pas exactement quoi lui demander. "excuse moi, est-ce que tu te souviens des hommes que tu as tué il y a longtemps ? Brulé. Ouai, ben je les ai vu, je bossais pour leur organisation illégale et cruelle et nazie, et je voulais savoir si tu allais bien ? En fait j'ai fais quelques recherches sur toi... Pendant des années, quand je pouvais. Bizarre ? Non ce n'est absolument pas bizarre." James se voyait mal commencer leur conversation par cette explication là. Mentir ? Il n'était pas prêt à mentir non plus, alors quand enfin, son interlocuteur lui demanda pourquoi il avait fait ça, Bucky ne fit rien de mieux que le fixer, les poings serrés, sans savoir quoi dire pendant plusieurs minutes.

Il avait remarqué que ce genre de silence m'était les gens mal à l'aise. Utile pendant les assassinats ou les interrogations ; beaucoup moins quand il s'agissait de faire la conversation à la personne qu'il venait de sauver d'une horde de policiers en colère. « moi non plus ! » lâcha-t-il d'un coup, sans prévenir, presque violemment. James voulait tellement briser le silence que son cerveau avait lâcher la première phrase trouvée pas trop flippante. « Hum. Moi non plus, je ne suis pas recensé. » il haussa les épaules, comme si ce n'était qu'une toute petite information inutile. Il ignora le cliquetis de ses doigts ou encore le ronronnement de son bras se recalibrant après avoir porté l'équivalent d'un cadavre ; Bucky était bien trop habitué au bruit que cela faisait. Autant son bras, que le cadavre.
Cherchant presque désespérément à continuer la conversation, il secoua la tête, ses longs cheveux bruns partant dans tous les sens. « Je suis James. Je... Je sais que tu es Azazel. Je te cherchais. »


(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mar 18 Avr - 14:47
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Normal, il ne savait pas mais gênant, arriver au bout de quelques minutes, oui. Assez même pour faire réagir Azazel. Ce n’était … Pas normal, non. Il en était tout à fait conscient puisque sinon, il ne prendrait pas la peine de la cacher pour sortir dans la rue.  C’était aussi un point faible, un handicap, une zone à éviter sans risque qu’il sorte les crocs. Heureusement, il n’en avait rien vu. Il était trop dans un état vaporeux pour apercevoir cette fixette sur son appendice dorsal qui s’était mise à remuer faiblement. Ce n’était pas un animal mais, quelques réactions s’en approchaient venant de sa part. D’abord perplexe, Azazel n’avait senti aucunes agressivité émaner de cet homme. Chose qui l’avait rassuré grandement pour qu’il se décide à ne pas fuir. Mais il y avait cette odeur. Une odeur … Quelque peu familière venant de cet homme. Il était incapable de mettre le doigt dessus, celle-ci lui faisant remonter trop loin dans ses souvenirs pour qu’il arrive à en trouver la source. Et il ne se voyait pas non plus demander à cet homme pourquoi. Ne serait-ce que pour qu’il ne croît pas qu’Azazel l’ait flairé comme un chien sans gêne. Surtout que ce n’était pas vraiment volontaire, cela faisait un petit moment qu’il l’avait repéré.
Les voilà bien partit donc. L’un comme l’autre, ils ne savaient pas comment entamer la discussion. Du côté d’Azazel, il s’agissait surtout d’une inhabitude. Après tout, ce n’était pas souvent qu’on lui venait en aide. Ses origines auraient plutôt tendance à lui attirer les chasseurs de démon ou autre assassin spécialisé dans l’éradication d’une erreur de la nature. Pourtant, ce n’est pas faute de vouloir faire ses preuves. Ezeckiel ne ferait pas de mal à une mouche. Et même si les flammes rugissent, il ne maîtrise rien du tout. Il a simplement appris à ne plus avoir peur et gérer sa colère. Il y a encore du progrès à faire mais, c’était dans sa nature. La colère n’était pas une mauvaise chose en soit. C’est ce qui permet de libérer sa puissance. Il essayait de se ressasser les paroles de son mentor pour se rassurer. Oui, ce n’était pas une mauvaise chose à la base mais, quand des innocents se font tuer dans cet excès de colère ou bien de peur là, la gravité est énorme. Un peu comme les opérations des Avengers. Azazel comprenait les intentions du monde. Le ras-le-bol des humains à perdre leurs proches dès lors que ces héros interviennent. L’homme n’est pas un objet. L’homme est bien plus que ça. L’humanité est belle, le démon convoite cette faculté.

Cette faculté, il la sentait chez son sauveur. Il voyait derrière le torrent de question qui défilait dans ses yeux que c’est cette même humanité qui l’avait poussé à lui venir en aide. Même s’il ne veut que des réponses, il aurait pu les avoir et employé des méthodes bien plus sévères. Hors là, ça n’avait pas été le cas. Raison qui le poussa à ne pas lui reprocher le malaise planant. Azazel avait ouvert la bouche, prêt à le briser pour entamer la discussion mais, l’homme auparavant silencieux l’avait doublé sur ce coup-là. Un moi non plus ! lâché avec un naturel sans nom et une brutalité que la queue noire d’Azazel s’était dressée derrière lui de stupeur. D’accord, il n’allait pas dire le contraire mais, s’il pouvait être plus explicite sur cette affirmation, cela rassurerait peut-être le démon qui ne savait plus quoi dire maintenant qu’il était coupé dans son élan. Le recensement. Il avait fallu un petit temps pour le bâtard de Satan de trouver le rapport avec la situation. Seulement quelques secondes pour se souvenir pourquoi il avait dû encaisser de telles blessures. La course poursuite, oui. Il avait refusé de se rendre parce qu’il n’était pas recensé. A cette affirmation, Azazel avait baissé de nouveau sa tête, honteux. Il avait la sensation que c’était un reproche mais, ça ne lui semblait pas logique. Il avait l’impression que cet homme allait lui faire la morale alors que non, pas du tout.

Il n’y avait pas la moindre once de reproches dans sa voix. Et donc, aucune raison de s’en faire. Azazel avait redressé la tête, tendant ses oreilles pointues pendant quelques secondes. Il n’avait pas rêvé ? Il l’avait entendu et, pour lui, ce n’était pas un bruit habituel. Le même genre de bug que l’inconnu qui venait de se présenter comme étant James avait eu en voyant le petit plus dans son dos. Le démon avait eu un tic, son nez ayant bougé le temps de capter de nouveau cette odeur. Cela lui revenait, les armes que ces hommes portaient quand ils étaient rentrés dans sa chambre plus jeune avaient exactement la même. Comment aborder le sujet ? Azazel n’en savait rien mais, il commençait à les ressentir de nouveau. Ces frissons, ces tremblements grandissants qui crispaient ses mains. « Enchanté James, je … hum, je n’ai pas besoin de me présenter je crois en faites. ». Palier cette peur, ne faire comme si de rien était. Le démon souriait tous crocs dehors alors que son tic nerveux l’avait poussé à se frotter l’arrière de son crâne.

Un sourire qui n’était pas partit, seulement adoucit quand il avait enfin trouvé le courage de poser sa question. Si l’inconnu ne voulait pas oser en parler alors, il allait le débarrasser de ce blocage en prenant la peine. « Tu as une odeur familière sur toi. Je la connais. Enfin je t’ai pas reniflé si ça peut te rassurer, hein ? » Autant corriger le tir tant qu’il en était encore temps. Bon même s’il s’était peut-être gruger tout seul sur ce coup-là.
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mer 17 Mai - 16:51
seeing the beauty through the... pain!

       

James ne comprennait pas vraiment. Celui qu'il avait -il n'osait pas encore l'appeler par son prénom- avait cette drôle de... Queue ? Qui agissait étrangement. Un appendice dorsale qui fonctionnait comme la queue d'un chat. Elle se redressa vivement quand il essaya de lui expliquer (mais Bucky n'était pas l'homme le plus comprehensif et clair) qu'il n'avait pas non plus été recensé. Comment expliquer à un homme qu'on cherchait qu'en fait, sous pretexte de quelques souvenirs horribles et flous, il venait le voir ? James lui même ne savait pas exactement pourquoi il était là. Au fond, il se doutait : est ce qu'Azazel était libre aujourd'hui ? Était il toujours "the asset" comme lui a pu l'être ? Sauveur de la veuve et de l'orphelin, c'était douloureux pour Bucky -meilleur ami de Captain America, le patriotisme et la bonne action même- de se dire qu'il avait perdu une grande partie de son empathie : surement entre deux lavages de cerveau. S'il ressentait quelqur chose, c'était pour ceux qui vivaient comme lui, forcés, sans libre arbitre. En entendant ce nom, Lucifer, le Winter Soldier le voyait comme le larbin de service du Vatican, où c'est en tout cas ce qu'on lui avait dit. "S'il n'avait pas fuit il aurait fait un parfait Red Soldier" avait-il entendu un jour, le cerveau encore légèrement sonné, mais pas assez que pour lui faire tout oublier à la seconde d'après.
Avec humour (ou peur, il ne savait pas vraiment) Azazel retorqua qu'il ne devait pas vraiment se présenter. Encore une fois, son nez avait reniflè quelque chose. James le voyait bien, observateur comme il était. Il se demandait ce qu'il pouvait bien sentir : le sang des innocents sur ses mains ? Son âme noircit et pourrit par ses actions ignobles ? Peut être des choses moins spirituelles, mais Bucky -James ?- était vraiment curieux.

Enfin, malheureusement ou heureusement, Azazel reprit la parole. Heureusement, parce que le Soldat de l'Hiver ne savait vraiment pas comment commencer cette conversation bien trop délicate : il le savait au plus profond se lui, il allait tout faire foirer, faire peur à l'homme qu'il cherchait depuis un certain temps. Malheureusement, parce que la question était maladroite. James ne savait pas quoi Répondre, comme récupérer la question pour qu'il passe un peu moins comme le connard de service.
« On s'est croisé. Il y a longtemps." ça commençait très très mal, malheureusement. « Pas physiquement. Mais j'ai souvent entendu parler de toi. » James lacha un profond soupire, pas réellement prêt pour la suite. « Je ne veux pas te faire peur et pourtant tu vas avoir peur. » il n'était que réaliste dans ce qu'il disait. « J'étais dans une organisation, pendant très -trop- longtemps. Pas vraiment par choix, mais j'y étais. Et ils n'étaient pas vraiment les gentils dans l'histoire »

Encore aujourd'hui, il avait du mal à comparer HYDRA aux méchants : pendant des décennies, il pensait agir pour le bien. On lui disait, lui répétait. James n'avait pas le choix, mais parfois, pendant un quart de seconde de conscience, il se répétait aussi ce qu'on lui disait : "tu as refait le siècle. On a encore une fois besoin de toi, pour l'humanité, pour le bien du Monde." il savait, vraiment, qu'ils lui avaient fait des choses inhumaines, horribles, presque autant que le Winter Soldier, mais pendant des années c'est ce qu'on lui avait apprit par coeur, qu'il le veuille ou non, le KGB et HYDRA lui avaient fait croire au bien alors qu'il ne faisait que le mal.  Des 'valeurs' incrustées dans son cerveau par la force, comme des parasites rouges qu'on lui aurait fait avaler et qui refusaient de le lâcher aujourd'hui.

En dernier ressort, il baissa légèrement la tête pour être encore mieux caché sous sa casquette et chuchota, la voix d'un seul coup moins certaine mais toute aussi rauque :
« hail hydra ? »

Spoiler:
 

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mer 17 Mai - 22:12
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Cela devenait réellement gênant à force, que cet inconnu fixe sa queue en train de gigoter derrière lui. Elle ne faisait que réagir à ses sentiments telle celles des animaux les plus communs. D'un autre côté, il pouvait comprendre. C'est le genre de petit détail assez déroutant. Quand il y repense, il était le seul gosse de l'école à avoir une queue dans son dos. Peut-être parce que chez le commun des mortels, l'humanité n'en est pas doté. Elle était souvent l'objet de moqueries, de mauvaises farces aussi. Les enfants restent des enfants, une innocence qui justifiait le moindre fais et gestes, même le plus violent. Lorsqu'il était à la maternelle, les autres gamins marchaient régulièrement dessus ou bien tirer sur celle-ci pour voir Azazel se crisper de douleur et se mettre à pleurer parce qu'il avait eu un mal de chien. Aujourd'hui, elle faisait partit du décor pour lui. C'était un peu comme un troisième bras qui l'aidait de temps en temps à l'appartement quand deux mains ne suffisaient plus. Mais de là à la fixer ainsi, il avait l'impression de retourner à l'école. Qu'il allait chercher à lui faire mal ou bien à s'en servir pour lui tirer les mots de la bouche. Il faut dire que ce James ne mettait pas vraiment en confiance avec sa moue patibulaire et ce regard dépourvu de sentiments. Mais s'il était réellement un ennemi, s'il était réellement si mauvais qu'il le prétendait être, il l'aurait déjà tuer depuis longtemps, non ?
C'est sous cette logique que son instinct lui disait de l'aider. Comme il en avait aidé bien d'autres sous les ordres du Vatican. Il était toujours sous ceux-ci d'ailleurs, loin de se douter que la situation là-bas avait changé. C'est aussi pour l'aider qu'il avait entamé le dialogue. Deux maladroits qui essayent de communiquer ? Ça donne la situation actuelle. Azazel avait posé sa question sans avoir une arrière pensée. Il avait tout de même trouver utile de se justifier à la dernière minute. De ce qu'il avait vu, ça ne faisait pas bien de renifler les autres. Mais là, ce n'est pas comme s'il l'avait cherché cette odeur, elle était venue à lui de son plein grès.

On s'est croisé, il y a longtemps ... Ah bon ? C'est du moins la première réaction qu'avait eu le démon en entendant sa réponse. Il ne se souvenait pas de ce visage. Mais, comme tous le monde, il y avait une limite à la mémoire donc, il était tout à fait disposer à croire James quant à leur précédente rencontre. Puis, la suite avait fais naître le doute dans l'esprit d'Azazel. Comment ça, lui faire peur ? Beaucoup de choses lui faisait peur en vérité, il ne faisait qu'essayer de garder son calme en toutes circonstances. Mais, sa méfiance était éveillée. Elle était grandissante même. Si bien que les tremblements que le démon tentait de cacher se faisaient de plus en plus grands. Et par réaction logique, il sentait ses flammes s'agitaient dans son corps et son esprit. Elles voulaient réagir repousser cette menace que son sauveur faisait planer. « Et alors ? Tu ne me fais pas peur. » Ou du moins, c'est ce qu'il essayait de croire lui-même.
De quoi ? Il n'avait pas rêvé ? Le démon n'avait pas entendu ces quelques mots depuis longtemps mais, ça suffisait amplement pour lui faire ravaler son élan de confiance en soi. Il avait eu un mouvement de recul aussitôt, ses flammes ayant fini par apparaître pour le défendre. « Non, non, NON ! Restez tranquille ! Mai- ! », prenant sa tête entre ses mains, Azazel était tranché entre la panique, la peur et la non-envie d'agresser qui que ce soit. James venait de l'aider face aux policiers, il n'avait pas de raisons de se défendre, si ?

Il n'en savait rien mais en attendant, les flammes bleues consolidaient la bulle que le démon avait créé en se recroquevillant sur lui-même. « Je crois que je m'en souviens. Ces types qui étaient venus dans ma chambre avaient dis la même chose. Il voulait tuer maman pour m'emmener et j'ai... Je les ai ... T'es venus les venger, c'est ça ? ». Un jugement trop hâtif, peut-être mais en même temps, il n'avait pas été très explicite quant à la raison de sa venue.
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Jeu 18 Mai - 16:35
seeing the beauty through the... pain!

       

Tout était une très mauvaise idée. Pourquoi, bon sang pourquoi avait il choisis cette phrase ? James se serait frappé pour sa stupidité. Bien sur qu'Azazel aurait peur, paniquerait. Il aurait pu faire un salut juif devant une synagogue que les gens auraient moins paniqués. Même en lui, cette phrase avait fait écho, horriblement, réveillant un drôle de sentiment en lui. Du coin de l'oeil, il avait l'impression de voir la chaise, prête à lui vriller le cerveau ; de l'autre côté, il entrevoyait son caisson glacé, sa petite boite pleine de condensation qui n'attendait qu'une chose : se renferme sur Bucky, l'avaler pour le recracher quelques années plus tard.
Les flammes bleues n'étaient pas vraiment surprenantes : impressionnantes, certes, mais vu la maladresse du brun, la réaction du démon était la plus normale possible. Bucky le fixa se recroqueviller, prendre sa tête entre ses mains, lui dire "non" plusieurs fois. Il avait envie de paniquer avec lui et pourtant, ses yeux restèrent vides, ses bras ballants. Quelques semaines avant, il aurait fuit, lâchement. Pour faire une crise d'angoisse, hyper-ventiler sans publique. Mais aujourd'hui, il avait juste envie de savoir ; savoir si lui aussi avait pu fuir les griffes du Vatican.

Les venger ? Il était heureux de le mort. Maintenant il se réjouissait d'avoir pu observer leur cadavre carbonisé. Ils le méritaient tous, mourir. « Non. Je ne suis pas là pour les venger. Ils sont morts, c'est une bonne chose. » Bucky hocha la tête fermement, comme pour bien appuyer ses paroles. Il recula d'un pas pour ne pas être blessé par les flammes, et encore une fois, fixa l'étrange queue qui montrait à quel point son possesseur avait peur, paniquait. Il se sentait coupable, maintenant : un poids en plus sur ses épaules déjà voûtées.
« Je te cherchais. Pas pour les venger. Je ne te veux pas de mal. » il l'avait déjà dit avant, il y a des années, avant de tuer un petit garçon qui tenait un bébé dans ses bras. Mais cette fois, il le pensait vraiment. James n'allait pas le blesser, pas consciemment.
« Je veux savoir... Si tu es libre ? » il fronça les sourcils, la seule chose qui changea sur son visage impassible, ses yeux vides restèrent vides.

« Je ne veux pas qu'ils t'attrapent. Ni, HYDRA, ni le gouvernement, ni le Vatican. » il avança d'un pas avant de se figer. Ses muscles étaient crispés, sa forme imposante. Encore une fois, son bras ronronna, agrippant le tissus de son haut et de sa veste, les plaques métalliques faisant un bruit de tous les diables, non loin de déchirer le tissus. Il ne devait pas, il devait cacher son bras au monde : après l'attentat qu'il n'avait pas commis, les gens connaissaient sa tête et encore plus ce bras si connu.


(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Jeu 18 Mai - 18:52
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Il ne pouvait pas l'aider à répondre à cette question. Tout ce qu'il voyait pour sa part, c'est un homme étrange qui prononce le serment d'un groupe occulte et dangereux. Que ces quelques mots en allemands lui donnait des frissons. Il ne savait même pas ce que c'était réellement, HYDRA. Il n'avait eu qu'un vague souvenir de deux personnes masquées et armées qui venaient pour l'emmener avec eux. Pour aller où ? Pour faire quoi ? Il n'en avait aucune idée mais, ce jour-là, ces deux personnes sentaient la malfaisance à plein nez. La même odeur pestilentielle de malsain que portait Père et Frère. Ceci était des événements passés, il devait se calmer. Ça ne sera peut-être pas la même rengaine. Mais le meurtre ne faisait pas partit des principes catholiques que sa mère lui avait inculqué. Azazel s'en était voulu pour avoir tuer deux hommes. Les premiers d'une série d'accident en chaîne. Il se fichait bien de savoir d'où ils venaient, il les avait tué. Point, cela suffisait pour lui à s'en vouloir. Il avait eu peur, énormément peur et elles étaient intervenues sans demander son avis. Par la suite, le Haut-Conseil a jugé bon de le passer devant le tribunal. Cela lui était interdit de faire apparaître ses flammes dans le lieu sacré. La frayeur des victimes de ces mêmes flammes qui craignaient voir un second Satan venir finir le travail qu'avait commencé son géniteur. Là, encore une fois, il avait eu peur devant  tous ses regards remplis de haine à son égard mais sa mère était là pour lui dire de ne pas s'en faire.
Des jugements hâtifs. Il luttait depuis des années contre et voilà qu'il tombait en plein dedans à l'égard de cette personne qui essayait de lui dire quelque chose. Dans la foulée, sa question sonnait aussi de manières hâtives. Pourquoi avoir posé une telle question, c'était idiot. Totalement idiot et pourtant, il lui avait répondu que la mort de ses collègues ne l'avait pas ébranlé. Au contraire, il semblait être soulager.

Azazel avait redressé légèrement la tête pour mieux apercevoir son interlocuteur qui prenait ses distances. Il l'avait fais sourire l'espace d'une seconde. « Moi non plus je veux pas t'en faire. » fit-il en guise de réponse à la première remarque. Bien que, tout comme lui, il n'était pas sûr de pouvoir réaliser ceci, pas en toute connaissance de causes en tout cas. Il lui avait posé une bien étrange question, s'il était libre ? Il n'en savait rien. Parce qu'il ne s'était jamais réellement posé la question. Est-ce que la liberté existait véritablement au moins ? Est-ce qu'on pouvait l'obtenir, cette immunité aux ordres. Le démon n'en était pas convaincu alors que les mouvements nerveux et temporisés de sa queue derrière lui s'étaient ralentis pour ne pas dire totalement arrêté. Même ses flammes bleues avaient réagis à ce retour au calme de la part du démon. Il était surpris d'entendre une telle question, comme s'il s'inquiétait de son sort. Pourtant, c'est bien lui qui disait avoir été dans le camp des ''méchants'', non ?

Le prince des Enfers avait mis du temps avant de réaliser et répondre. Mais, sa position recroquevillée s'était affaissée un peu, laissant de nouveau paraître son visage et surtout, ses crocs au fur et à mesure qu'il parlait. « Libre comment ça ? Ce soir, je fais rien oui. Demain, je sais pas. Pourquoi tu demandes ça ? », sa réponse était complètement à côté de la plaque mais en même temps, il ne faisait que demander ce dont il avait compris sur le sujet de l'interrogation. Il était bien trop dévoué au Vatican par la force des choses qu'il ne se rendait pas compte où son sauveur voulait en venir. Jusqu'à ce qu'il lui confie sa volonté. L'attraper ? Mais il n'avait rien demandé et le Vatican était sa maison, non ? Le doute revenait petit à petit en repensant à l'incident de la dernière fois. De ces mêmes exorcistes de sa ''maison'' qui lui avaient tiré dessus sous prétexte qu'il n'était plus le bienvenu. Les oreilles en pointe relevaient, il avait entendu ce bruit de métal, ce même métal qui avait permis à Azazel de se souvenir de l'odeur qu'avait l'hydre. La surprise était amoindrie mais, toujours aussi présente sur le visage du démon alors que sa queue s'était redressée derrière lui. « Pourquoi tu ne veux pas qu'ils m'attrapent ? Tu cherches à t'expier de tes péchés ? ». Tout en posant sa question, le démon s'était approché de James. Pour bien deux raisons distingues. La première, pour lui prouver qu'il n'avait pas peur de lui malgré son élan de panique. Qu'il avait bien compris qu'il ne lui ferrait pas de mal. Et qu'il ne lui ferra rien également. La seconde, c'est pour voir l'origine des grognements. Lui qui se promenait avec une queue dans le dos, l'homme à casquette devait bien se douter que ça ne serait pas Azazel qui se permettrait de juger sur une petite différence corporel par rapport au reste du commun des mortels. « Je l'ai sentis, c'est lui qui t'as démasqué » fit-il alors en désignant le bras du doigt tandis qu'il s'approchait à son tour avec beaucoup de méfiance et de peine avec les résidus de ses blessures. « T'es pas obligé de la cacher avec moi. J'ai … un peu le même soucis avec ma queue et mes oreilles. » nerveusement, il s'était frotté l'arrière de son crâne comme un tic. Il essayait de rendre l'atmosphère moins pesant maintenant qu'il était rassuré. Cela dit, ça ne voulait pas dire qu'il avait baissé sa garde.  
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Ven 19 Mai - 15:31
seeing the beauty through the... pain!

       

Bucky ne comprenait pas très bien sa réponse. Après lui avoir dit qu'il ne lui ferait pas de mal non plus Azazel lui avait gentiment dit qu'il ne faisait rien et que demain non plus. L'assassin se figea, détestant ne pas comprendre ce que l'autre voulait dire par là. Pourquoi Lucifer lui parlerait-il de ses plans pour demain et ce soir ? Quelque part, Bucky s'en fichait de ses plans ? Il secoua la tête, confus, et leva les mains devant lui, comme pour vraiment lui demander de ne pas s'approcher. Il détestait ça, être confus, et pourtant, il passait une grande partie de sa nouvelle vie plongé dans la confusion jusqu'au cou.
James voyait bien les crocs de l'autre, surtout lorsqu'il parlait, et il ne put s'empêcher de les fixer. Décidément, il ne s'habituerai jamais. Et pourtant, il savait exactement à quel point il détestait qu'on fixe son bras, qu'on le regarde comme un montre. Mais lui, lui il était seulement curieux. Une queue, des crocs, des oreilles pointues ? Azazel était de plus en plus vu par le Winter Soldier comme un étrange chat. Ses réactions étaient félines, tout en lui criait le félin : à part peut-être, les flammes bleues. Justement, alors qu'il y pensait, la queue du démon se leva dans son dos, surement raidit par le bruit métallique de son bras.

Ses péchés ? Oh, si seulement c'était possible. Mais Bucky -James ?- n'y croyait plus. Il se souvenait vaguement de l'école catholique, des cours donnés par des bonnes soeurs ; il se rappelait parfois des dimanches à la messe avec sa famille : il n'arrivait pas à voir leur visage, effacé par l'usure du temps, mais il savait profondément qu'il était toujours entre sa mère et sa soeur.
Mais non, il n'y croyait plus, et quand bien même trouverait-il le moindre "repos" en Dieu, est-ce qu'il pourrait réellement expier tous ses péchés ? Vu les valises et les valises de péchés qu'il trimbalait chaque jour sur son dos, Dieu aurait besoin d'une éternité pour pardonner la moindre chose. Non, il n'avait rien à expier : il devait assumer, assumer et essayer de changer les choses par lui-même, c'était la seule solution, la plus mature.
« Trop de péchés, impossible. » murmura-t-il, autant pour lui que pour le démon.

Bucky était tellement perdu dans ses pensées, dans ses vieux souvenirs poussiéreux, qu'il n'avait pas entendu Azazel s'approcher. Très mauvaise idées. Il détestait baisser sa garde, parce que la reprise était toujours violente avec lui. James se figea d'un coup, son bras vrombit une dernière fois avant de définitivement déchirer le tissus de son haut, laissant passer un éclair de métal, laissant entrevoir l'étoile rouge sur son épaule. Juste au moment où Azazel lui avouait qu'il ne devait pas le cacher avec lui. Trop tard, il n'avait plus le choix. Raide comme un piquet, les yeux sombres et vides qui fixaient un point au dessus de l'épaule du démon, il tira sur les lambeaux de tissus, qui glissèrent hors des plaques avec facilités. Son bras était là, métallique, horrible, brillant, puant la puissance à plein nez.

James -Bucky ?- sentait bien que son interlocuteur essayait de détendre l’atmosphère, les mettre à l'aise. Ce n'était jamais chose facile avec un ancien assassin en face.
Il était trop proche. Beaucoup trop. Mais James n'osait rien lui dire, pas maintenant qu'il semblait rassuré. Il n'avait pas envie de le faire fuir encore une fois. « Les gens me reconnaissent quand ils voient mon bras. » avoua-t-il très calmement, même si le ronronnement de son muscle métallique prouvait bien qu'il était tout sauf calme. « Je ne suis pas fiché. Je suis un fugitif, un peu comme toi. » il préférait dire ça comme ça, plutôt que "si on te poursuit pour te ficher, c'est en grande partie de ma faute".

Ce fut un simple mouvement malheureux. Un micro geste de la part d'Azazel, un muscle qui se crispe, et James réagit au quart de tour. Sa main métallique se leva pour agripper son poignet avec assez de force que pour lui briser les os. Il ne contrôlait pas, Bucky avait réagit à l'instinct. Juste un malheureux mouvement...
« Мне очень жаль. » Je suis désolé.

(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Ven 19 Mai - 19:33
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Ce n'était pas ce genre de liberté dont James parlait ? Pourtant, c'est ainsi que lui l'avait compris. C'était une certaine forme de liberté de décider ce que demain sera fait, non ? Azazel semblait l'avoir perdu pendant quelques secondes. Comme tous, il ne connaissait pas la véritable liberté, il ne pouvait pas l'avoir avec le nombre de personnes qui lui couraient après. Ayant chacune un raison différente de le chasser bien sûr. Il est né pour abriter l'esprit du diable, même son propre corps ne semblait pas lui être libre de droit. Alors, la liberté … Non, il ne pouvait pas donner une meilleure réponse que celle-ci. Ce n'est pas vraiment un plan, plutôt un programme. Il s'ennuyait dans son appartement toute la journée et le fait de ne rien avoir de prévu justement, ça le décevait un peu. Il avait besoin de bouger, comme ce soir, sans être concilié dans sa chambre. On voulait l'enfermer ou même le tuer parce qu'il était considéré comme dangereux. Mais son avis à lui, on s'en fout ? Quoi que, ce n'est pas comme s'il arrivait à avoir un réel avis sur la question. Il avait été éduqué pour ne rien refuser ni même donner signe de rébellion sinon, c'était la gorge tranchée. Pas le droit de se mettre en colère ni d'avoir peur. Quelques parts, Azazel se retrouvait dans cet homme mais, il ne serait pas dire pourquoi exactement. D'où la patience qu'il faisait preuve avec malgré son petit élan de panique.
De la panique non contrôlé, une peur pour deux mots prononcés à la légère. Ce n'était pas vraiment un traumatisme, seulement un jugement hâtif dont il s'en voulait de l'avoir exercer. À la question suivante, il n'avait peut-être pas choisi les bons mots pour. Après tout, hormis l'odeur de métal sur lui, il n'avait rien qui pouvait l'aider à distinguer une quelconque émotion. Comme par exemple, pour voir qu'il l'avait froissé ou bien, perdu. Cependant, il sentait sa confusion. Ses oreilles avaient légèrement bougé, signe qu'il avait entendu un son qui ne lui plaisait pas tant que ça. Ou du moins, qu'il ne le mettait pas en confiance.

Il s'approchait, doucement, sans aucune gêne. Il ne connaissait pas cette chose qu'on appelait espace vitale, ce manque constant d'affection le faisant se comporter comme un félin en manque de caresse. Aucunes brutalités donc, il voulait simplement voir ce bras. Il ne le connaissait pas lui. Il ne connaissait pas non plus ce que les médias disaient sur le Winter Soldier ou encore moins la bête noire de l'armée. Il se fichait bien de ce que racontait les autres. Il voulait faire son propre jugement.  « Vaut mieux trop que pas assez, sinon c'est vite corrigé et y a plus rien à faire. ». Le démon tentait de le dialogue, tentait de percer cette coquille de froideur. Il ne pensait pas que s'approcher était une aussi grosse erreur de sa part. D'autant plus qu'il n'était pas armé, il avait laissé Akatsuki à l'appartement donc, aucunes raisons de s'en faire. Bon, peut-être hormis pour les flammes bleues qui ronronnaient d'envie de rugir. Elles ne sentaient pas cet homme, Azazel ressentait leur agitation dans son âme qui vibrait d'envies de réagir. De se défendre puis de fuir comme il le ferait en temps normal. Il ne craignait pas non plus les blessures. Son corps serra les résorber et effacer toutes traces d'agression comme il l'avait fais pour ses policiers. « Et alors ? Je ne suis pas les gens, je ne le connais pas moi. Cet odeur, c'est la même que leurs armes cette nuit-là, c'est comme ça que j'ai sû. ». Les yeux d'Azazel brillaient de curiosité et de malice. Le regard d'un enfant émerveiller qui découvrirait un nouveau jouet. C'est la première fois que le démon croise un homme qui mêle métal et chair. Cela dit, en voyant ce petit bout d'étoile rouge, il sentait aussi cette souffrance. Il ne savait pas si il était bon de la relever ou non, d'où le fait qu'il n'ait rien dis à ce sujet pour l'instant.

« Fiché ? Oh mais j'ai l'habitude. Le simple fait que je sois né est une erreur apparemment. Je suis un fugitif depuis ma naissance. Pourquoi toi, t'as fais quoi ? ». S'il pouvait le faire parler. Sans aucune rentabilité pour lui derrière. Non-non, il voyait bien que James avait besoin de parler. Et oui, il l'appelait bien James, c'est ainsi qu'il s'était présenté à lui, non ? Cependant, Azazel ne pensait pas qu'un tic nerveux stupide le conduirait à un poignet brisé en miette. Il le savait, il aurait dû se méfier. Le démon poussait de faibles gémissements de douleurs mêlé à des grognements de frustration. Qu'est-ce qu'il avait fais bon sang ? « Arrêtes, tu me fais mal, je t'ai rien fais... ». Il sentait ses os broyés sous sa chaire, cette main devenue quasi-inerte à cause de la motricité rompue. Pourtant, même si le grand gaillard lui faisait mal, il ne cherchait pas à se débattre. Il avait bien réussi à discuter avec lui, il était possible de le raisonner, non ? Le démon ne comprenait pas ce qu'il avait fais pour que ça dégénère ainsi. Peut-être qu'il ne l'avait pas fais exprès. Mais en attendant, sa queue en pointe était venu se coincer entre ses jambes, celles-ci tremblaient doucement d'ailleurs. Il recommençait à avoir peur, ce n'était pas bon. Elles allaient revenir. Il fallait qu'Azazel continue de lui parler et de le raisonner pour leur prouver qu'il maîtrisait -ou pas- la situation. « Je sais pas ce que j'ai fais pour que tu réagisses comme ça mais, c'était pas mon intention. »  
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Sam 20 Mai - 10:27
seeing the beauty through the... pain!

       

Malgré le regard émerveillé et enfantin du démon, malgré ses paroles gentilles, ses questions innocentes posées dans l'unique but de le faire parler et de le soulager d'un poids, malgré tout cela, Bucky n'avait pas réussis à rester calme et se contrôler. Il s'était excusé, mais en russe, sans même s'en rendre compte. Il ne sentait pas les os brisés sous ses doigts métalliques -il ne sentait quasiment rien- il pouvait imaginer la sensation, rien qu'avec ses souvenirs. Il en avait brisé des os : poignet, bras, jambe, cotes, doigts, il avait tout fait, avec ou sans la monstruosité qui lui servait de bras. Alors James -asset ?- se perdit un instant dans ses pensées, toujours en serrant le poignet du démon, à s'imaginer qu'il sentant les os sous ses doigts froids, à s'imaginer pendant quelques secondes qu'il n'était pas un monstre disproportionné, qu'il avait toute sa tête, tous ses souvenirs, et que les langues qu'il parlait parfaitement était ses langues maternelles, et pas des années d'apprentissage et des mots plantés dans son cerveau comme une puce dans un ordinateur. Mais il était un monstre, une créature à peine humaine, difforme, fou, à peine capable de se souvenir du visage de son meilleur ami ou de sa mère.

Ce furent les gémissements pitoyables du démon qui le sortirent de ses pensées sombres, pour le replonger dans une réalité pas beaucoup plus lumineuse. Azazel, étrangement, ne cherchait pas à se débattre. Pourtant, il avait plus ou moins vu ce dont il était capable : les flammes bleues dévoraient tout ce qu'elles touchaient. Pourquoi il ne se défendait pas ? Bucky -soldat ?- était perplexe. Il fixa cette queue tremblante se cacher entre les jambes de son propriétaire. Azazel souffrait. Pourquoi il souffrait ?
Tout se mélangeait dans sa tête, il était perdu dans son propre corps comme dans un labyrinthe. C'est vrai. C'était à cause de lui qu'il souffrait, à cause de son poignet en miette. C'était toujours dans sa faute quand quelque chose se passait mal.

« Tu étais trop poche. » c'était totalement un reproche, malgré sa voix monotone, comme enregistré. Son accent russe ressortait et c'était quelque chose de mal : il avait appris à cacher tous les accents, pour ne pas se faire repérer. Un anglais parfait, un russe parfait, un allemand parfait... Il gérait parfaitement sa langue, sauf quand quelque chose se passait mal.
James sentait la peur de l'autre, cette douce odeur, cette sensation qu'il pressentait la plupart du temps chez les autres quand il était présent. Il était habitué, quelque part, mais ça piquait quand même.
« Tu ne peux pas te rapprocher. Je suis dangereux. Je pourrais te tuer. » il n'était que réaliste. Il ne voulait pas le tuer, mais il pourrait le faire, sans aucun mal. « Tu devrais partir. Me fuir. Me blesser. Почему ? Pourquoi tu ne le fais pas ? »


(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Sam 20 Mai - 13:35
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Azazel n'en était même pas conscient, de cet entêtement dont il faisait preuve. C'était étrange car, cela venait naturellement chez lui. L'éducation de sa mère sans doute qui jouait beaucoup sur son comportement. Jamais de haines, jamais de violences, jamais battre en retraite, jamais se rendre. Le même dialogue qu'elle avait eu avec lui pour calmer le démon et empêcher sa colère, Azazel essayait de le faire de même avec James. Il n'avait rien contre lui, d'autant plus que cet homme avait bien dit qu'il ne voulait pas lui faire du mal. Mais, il était aussi pleinement conscient que l'on peut faire du mal sans consentement. Que les instincts réagissent à leurs places lorsque le cerveau tire sur la corde alarmante. Il en payait trop souvent les frais de cet instinct de survie. D'où le fait qu'il se voyait quelques parts dans cet homme qui avait l'air à peine moins âgé que lui. Alors non, le démon ne fuirait pas face à lui. Il était solide, même s'il sentait ses os se brisaient, il savait pertinemment qu'ils reprendront leurs places et leurs constitutions d'origines dès lors que plus aucunes pressions ne s'exercera dessus. Il ne laissera pas ses flammes faire non plus, cela ne ferait qu’empirer la situation comme à chaque fois qu'elles apparaissent. Il ne fuira pas non plus, il ne pouvait pas trop étant donné sa position actuelle.
Il avait l'air pitoyable, et alors ? Il savait pertinemment qu'il était pitoyable, que lorsqu'on le regardait, c'était soit pour le détester, soit pour avoir pitié. Difficile d'aimer se montrer en public dans ces cas-là. Difficile d'aimer la foule, d'aimer aller à un concert, au cinéma, dans les magasins. Azazel avait toute les raisons du monde pour laisser ses origines se déchaînent, montrer la bête que le monde s'amusait à pointer du doigt au lieu de voir le garçon qui a grandi parmi les humains. Mais non, il refusait. Parce qu'il ne voulait pas devenir ce monstre dont on le traite tant.

« Et alors ? C'est une raison valable pour me démolir le poignet ? T'as passé trop de temps tout seul visiblement pour avoir une telle réaction », contrairement à son nouvel agresseur, ce n'était pas un reproche qui traversait sa bouche. C'était un alibi, une raison pour se défendre avec les mots. Ça ne serait pas très catholique d'avoir le même comportement violent que lui. Quoi que, en y repensant, son mentor ne se serait pas gêné pour. En même temps, ce curé était un peu spécial. Kalista aussi aurait eu ce genre de comportement en dégainant son sabre. Mais, elle tenait beaucoup de lui comme s'il s'agissait de sa propre fille. Ce n'était pas le cas d'Azazel, c'était un démon bien éduqué qui n'allait pas s'enflammer pour un petit poignet cassé. Quand il l'avait entendu de nouveau, il y avait une once de provocation dans son regard. De la bonne provocation, celle qui donne envie de jouer ou bien, de dépasser quelqu'un au sport. Il en fallait beaucoup physiquement pour mettre le démon à terre. Peu psychologiquement cela dit. C'était délicat dans son cas où, son corps pouvait encaisser énormément de coups mais, pas son esprit. Alors oui, il était faible ou totalement idiot. Mais, c'était aussi une force de vouloir pardonner à tous le monde, non ? « Bah si, tu vois bien, j'ai réussi sinon tu me tiendrais pas. » si on exclue le fait que ça lui a coûté un poignet, techniquement oui. Azazel avait réduis les distances de manières aisées puisque James n'avait pas reculé en le voyant approcher. Il avait juste fallu un tic bête comme le monde pour qu'il se montre agressif.

D'ailleurs, le démon ne comprenait pas une telle réaction pour un geste aussi bête que celui de se frotter l'arrière du crâne. Ça lui apprendra de vouloir se montrer rassurant. Les yeux verts fixés sur cette personne, il essayait de canaliser sa souffrance. De ne plus la rendre audible si cela pouvait lui permettre de ne pas passer pour un animal blessé et malheureux. Et aussi, pour ne pas susciter la pitié. « Je comprend pas le russe. Mais, j'ai pas envie de partir. Tu l'as dis toi-même que tu me ferais rien et puis, tu m'as aidé. Je t'en dois une donc je vois pas pourquoi je devrais fuir. Tu ne me fais pas peur. Je suis habitué à ce que les autres veulent me tuer, ça doit être pour ça. ». Une habitude, un quotidien dont il s'était accommodé à tel point qu'il n'en voyait plus la gravité. Il était tellement habitué à encaisser que c'est ce qui l'a rendu fragile et aussi, la raison pour laquelle il avait peur. Parce que ça, malgré tout, il ne pouvait pas le cacher et sa queue ne l'aidait pas non plus. Il regardait souvent par la fenêtre du monastère autrefois pour voir les gens normaux passer devant lui. Il n'arrivait pas à les cerner justement parce qu'ils n'avaient pas une queue dans leur dos qui réagissait à leurs émotions et leurs réactions. Et ça, il leur enviait en quelque sorte. Pour le point de la discrétion. Jusqu'à ce que la nounou le retire de sa fenêtre pour lui dire de se remettre à étudier. Écrire, lire, apprendre l’histoire, la bible et les choses qu'il devait évité comme l'eau bénite et les lieux saints. Le piano était une pause dans son apprentissage mais, il n'aimait pas cette pièce, il y a passé trop de temps à l'intérieur où on lui disait que le monde avait peur de lui. Mais lui, il voulait voir le monde.
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Sam 20 Mai - 22:58
seeing the beauty through the... pain!

       

« T'as passé trop de temps tout seul visiblement pour avoir une telle réaction. » Bucky, encore une fois, se figea. Parce que quelque part, c'était exactement ça. Après qu'HYDRA l'ait attrapé et transformé en un montre, il a passé soixante-dix ans sous la douleur, sous les ordres. En soixante-dix ans, personne ne l'avait touché ou approché avec l'intention de faire le bien. Il ne savait plus ce que c'était, être proche de quelqu'un, vraiment proche. James avait eut pendant quelques semaines Natalia -il se souvenait de cet éclair de rage rouge) mais c'était la seule et unique fois qu'on le touchait sans le vouloir du mal. Physiquement, il devait tout réapprendre, tout en étant un fugitif craint de tous, cela n'était pas facile.
S'il avait réussis ? Il avait surtout de la chance d'être encore en vie. De la chance que James était dans une bonne période, dans une période où il était plus Bucky que le Soldat de l'Hiver, tout simplement.

James sentait bien qu'Azazel essayait de se reprendre en main, qu'il tentait de ne pas être aussi pitoyable, sans grand succès. L'assassin sentait sa douleur, voyait bien ses jambes trembler et cette étrange queue se cacher tant bien que mal entre ses cuisses. « Je comprend pas le russe. Mais, j'ai pas envie de partir. Tu l'as dis toi-même que tu me ferais rien et puis, tu m'as aidé. Je t'en dois une donc je vois pas pourquoi je devrais fuir. Tu ne me fais pas peur. Je suis habitué à ce que les autres veulent me tuer, ça doit être pour ça. »
James fronça le nez. Le démon était bien trop gentil, cela risquait de lui retomber dessus un jour, si cela n'était pas déjà arrivé. Trop bon trop con lui souffla une petite voix au fin fond de son cerveau, reflétant exactement ce qu'il pensait. Azazel avait peur, il le savait, le sentait. Et franchement, ne pas partir parce qu'il lui a dit qu'il ne lui ferait pas de mal alors qu'il était exactement en train de lui en faire ?

Il était triste. Attristé par les paroles du démon, ce qui était vraiment bizarre pour Bucky. De l'empathie. Il ressentait de l'empathie. Quelque chose qu'il n'avait plus ressenti depuis l'histoire avec Iron Man. Un sentiment qu'il avait bloqué pour survivre, surtout alors qu'il n'était qu'un fugitif, bien plus qu'avant.
Lentement mais surement, il lâcha enfin son poignet, dans un mouvement presque robotique. Son bras vibra, des plaques bougèrent quelques secondes, avant qu'il ne fasse plus un bruit, discret, presque comme n'importe quel bras.
« Tu ne me dois rien. Tu ne dois rien à personne. » c'est ce qu'on lui disait parfois, c'est ce qu'il lisait sur internet quand il cherchait des informations sur les thérapies. « Je ne veux pas te tuer. Si je le voulais, tu serais mort Azazel. » il fit une légère pause. « Mais je sais ce que ça fait. Que les autres veulent ta mort à ce point. »


(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Dim 21 Mai - 13:10
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Azazel avait ce comportement et cette facilité presque innée chez lui pour ce qui était de toucher le cœur des autres. Parce que oui, il était convaincu que derrière ce bruit de métal s'entrechoquant, il y avait un cœur. Toute personne vivante était dotée d'un cœur après tout. Le sien était trop pesant pour lui mais, on lui répétait souvent que c'est ce qui le différencier des autres démons justement. Le blesser reviendrait à le tuer mentalement et laisser le prince déchaînait sa colère et sa haine. C'est pour ça qu'il était aussi forgé mentalement. Il savait pertinemment que sa force et ses capacités pouvaient tuer sans aucunes difficultés. Lui aussi, n'est-ce pas ? À en juger par son comportement et cet étrange bras qui sentait l'arme à plein nez, il était dans le même cas. Une arme forgée pour détruire. À une différence, c'est qu'il a passé trop de temps à se déchaîner qu'il en a perdu toutes son humanités. Le démon voulait réellement l'aider comme il venait de l'aider. Il ne faisait pas ça pour l'amadouer ou quoi que ce soit d'autres. Non-non, ça ne lui traverserait même pas l'esprit. Il pouvait faire quelque chose pour lui, il en était convaincu. Il se fichait pas mal de savoir s'il était trop gentil. Il n'avait pas le droit à la colère ou bien la méchanceté. Le moindre faux pas lui coûterait sa tête. Le Vatican attendait cet écart de conduite depuis bien trop longtemps pour laisser passer une nouvelle fois. La dernière, lorsqu'il avait été confronté à son ''grand-frère'', était passée de justesse parce que son mentor avait encore de l'influence sur le Haut Conseil.
Là, est-ce qu'il pourrait y échapper une nouvelle fois ? Son petit doigt lui disait que non. Que le fait de ne pas avoir de nouvelles de son mentor l'inquiétait autant que le fait d'avoir été attaqué par des exorciste de son ordre. Qu'il aimerait savoir la situation au siège mais, que personne ne lui répondait. Il ne fallait pas penser à ça maintenant, ne pas faire preuve de faiblesse.

Le démon attendait dorénavant. Il attendait la suite des événements, voir si cela avait marché ou bien, s'il avait touché un quelconque point sensible. Analysant la situation, il avait masqué sa peur comme il le pouvait pour bien faire comprendre à son esprit et à lui que ce n'était qu'une mauvaise passe. Un mauvais reflex, certes douloureux mais, dont il ne tiendra pas rigueur parce qu'il avait déjà encaisser pire que ça. En sentant son poignet être lentement délivré, le sourire était revenu sur le visage d'Azazel. Il avait fallu un petit temps pour qu'il le lâche mais, il avait fini par l'écouter. Preuve qu'il n'était pas totalement irrécupérable. Il écoutait James avec intention, ne comprenant pas vraiment tout ce qu'il voulait dire mais, cela le rassurait d'un certain côté que sa bouche s'ouvre pour lui faire part de son opinion. Sans avoir à y ajouter du russe qu'il ne comprendra pas. « C'est comme ça que maman m'a éduqué. Même si je ne dois rien à personne, je dois aider ceux qu'en ont besoin plutôt que de leur faire peur. ». Le sourire d'Azazel s'était élargit, tout crocs dehors alors qu'il avait repris sur un ton plus sérieux. « Alors si tu sais, tu comprends aussi pourquoi je me suis approché. Ce n'était pas pour te faire mal, je voulais juste voir ton bras. Je peux … non, je veux t'aider. T'es pas comme eux. ».
Eux, ses attaquants. Cela remonte à tellement longtemps. Cette nuit où des hommes étranges et armés étaient entrés dans sa chambre pour l'emmener. Cette nuit-là, il avait fais exactement pareil. Il ne s'était pas défendu, juste montrer curieux à leur demander qui ils étaient. Sauf qu'au lieu de l'immobilisé, le viseur était pointé sur lui. Ce n'était pas des balles mais plutôt, ses fléchettes anesthésiante qui, en temps normal, étaient administrées aux animaux dangereux. Sa mère s'était interposée pour les empêcher de leur tirer dessus et elle avait reçu cette fameuse fléchette à sa place. Il était entré dans une colère noire. Sa mère, sa précieuse maman, était la seule personne à qui il ne fallait surtout pas toucher. C'est pour cette raison qu'il les avait immolé, parce qu'ils avaient blessé quelqu'un qui lui était cher.

Mais maintenant, il était tout seul. Il n'avait personne à protéger et donc, pas ce couteau sous sa gorge. Il pouvait choisir si, oui ou non, il devait se défendre. Il n'avait plus de réel but ni même une personne qui avait besoin de lui. D'où le fait qu'il se montrait aussi patient avec James. Il n'avait plus peur maintenant qu'il était libre, massant son poignet atrophié alors que sa queue rebattait derrière lui d'un air content. « J'peux recoudre ta veste à la maison si tu veux. Même si je trouve que ton bras, il est cool. Ça te donne un style à part. ».
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Lun 22 Mai - 22:39
seeing the beauty through the... pain!

       

Il était étrange, Azazel. Bucky le fixait, toujours impassible, sans bouger, tout en réfléchissant beaucoup. Il n'avait pas eh l'occasion de trop penser avant, alors il en profitait beaucoup ses derniers temps. Étrangement, pour un démon, ce Lucifer n'était pas méchant. Lui, démon, aux noms et surnoms venant tout droit des enfers... Était bien plus gentil avec James que la plupart des humains soient disant chrétiens qu'il avait rencontré en quasiment soixante-dix ans. Et il souriant le bougre, un grand sourire qui dévoilait ses crocs, alors qu'il lui expliquait bien gentiment qu'il tenait ce trait de caractère de sa mère. Bucky n’écoutait pas réellement, ses yeux fixant les crocs étranges dans la bouche du brun, du démon, de l'ante-Christ qui était divinement gentil avec un ancien assassin.
Il voulait juste voir son bras ? D'habitude, les gens fuyaient son bras : ils ne voulaient pas s'approcher d'une arme de destruction massive, ne voulaient pas se dire "il n'y a pas de chair en dessus, juste un horrible petit moignon", non, d'habitude, le commun des mortels refusait de s'en approcher, suintant la peur ou le dégoût. Mais... James se foutait de la tête de qui ? Bien sur qu'Azazel n'était pas le commun des mortels, bien au contraire. Il voulait l'aider. Pas par pitié, pas par orgueil ou encore par profit, juste par envie, juste parce qu'il en avait l'occasion. Bucky n'était plus habitué à cette gentillesse gratuite et quelque part elle lui faisait un peu peur.

Mais James lui avait fait du mal, l'avait blessé malgré tout. Il ternissait tout ce qu'il touchait, en fait. Alors mieux vaut ne plus toucher au démon, mais le protéger de cette noirceur au fin fond du Soldat de l'Hiver. La queue toujours aussi... Bizarre battait l'air comme l'appendice d'un félin sur le point de recevoir une friandise quand Lucifer lui parla encore.
Un style à part ? Peut-être. Peut-être, mais Bucky s'en fichait du style. Son bras était une monstruosité, son bras était horrible, son bras était couvert du sang des innocents. Une horrible et difforme formation de métal, comme un monstre récupéré d'une déchetterie mais qu'on aurait fait brillé. James se sentait comme ça, parfois : comme sorti des poubelles pour mieux y retourner.
« Mon bras n'est pas un style, c'est une arme. » il répétait ça comme s'il était en train de le lire dans un manuel. Le manuel du parfait petit Winter Soldier peut-être. « Je suis exactement comme eux, Lucifer. Je suis eux. » Bucky voulait vraiment lui faire comprendre. Certes, il n'avait pas le choix : mais ça ne changeait rien. Il avait fait tout ça, et savoir qu'il n'était pas consentant ne ramenait pas les familles qu'il avait tué à la vie : ne ramenait pas les pères qu'il avait enlevé à leur enfant, ou pire, les enfants qu'il avait enlevé de force à leurs parents. Être au courant était inutile : il était comme eux.
« Je vais jeter la veste. La bruler. Il ne peut rien rester de moi, odeur, ou cheveux. » peut-être était-il légèrement paranoïaque, mais il préférait largement la paranoïa à la prison gouvernementale ou encore pire : à HYDRA.


(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mar 23 Mai - 20:35
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Non, en effet, il n'était pas comme le commun des mortels. Il avait appris bien des choses, à commencer par se montrer patient avec les autres. James l'avait aidé. C'était à présent un acte gravé dans son esprit qui l'empêchait de fuir. Il se sentait étrangement rassuré à ses côtés, qu'il dise être un assassin ou non. Pour le moment, ce n'est pas ce qu'il avait en face de lui. C'était un homme qui avait de la solitude dans son regard. Et un bras en métal, c'est vrai que ce détail peut en rebuter plus d'un. Peu en effrayer plus d'un. Mais, le démon n'était pas vraiment le mieux placer pour en juger, avec sa queue dans le dos, ses oreilles en pointe et ses crocs. Il ressemblait d'avantage à une bestiole qu'à un être pleinement humain. Et pourtant, il avait tellement baigné dans la bonté qu'il se montrait bien plus tolérant que la majorité humaine. Parce qu'il voulait leur ressembler. On l'avait fuit trop longtemps à cause de sa force démoniaque, de cette queue dans son dos, de ses flammes qui venaient le défendre sans prévenir. Il ne se montrait pas haineux pour autant. La haine entraîne la haine, c'est un cercle vicieux à laquelle il est bon de ne pas plonger la tête la première dedans. Et si, malheureusement par le fruit des circonstances, il se noyait, il n'avait plus qu'à se débattre pour remonter à la surface afin de prendre une bonne bouffée d'air frais. Il avait déjà oublié cette blessure à son poignet, cette main qui ne voulait plus répondre. Ses os étaient déjà à l’œuvre pour se reformer, retrouvant petit à petit sa fonction. Il ne s'était rien passé, le démon avait effacé cet accident de son esprit aussi rapidement que son corps avait effacé la blessure.
Il était près à l'écouter, à le raisonner si besoin. Azazel n'était pas un prêtre ni un saint, il ne fallait pas pousser sa bonté trop loin. Il reste un démon avec ses vices et ses défauts. Mais ses fameux défauts, c'est ce qui le rendait attachant avec du recul. « Non-non, ne m'appelles pas comme ça. » rechigna un peu le démon en entendant ce pseudo. Lucifer était … Lourd, très lourd en signification. Trop lourd même pour lui. Et puis, cela risquait de l'attirer lui. « C'est une arme, d'accord mais, si tu ne l'avais pas, tu ferais comment ? ». La question n'avait pas pour but de le déstabiliser. Simplement de détecter l'objet de ce dégoût qui se lisait sur son visage. Tout comme cette attitude paranoïaque.

Le démon n'avait pas cacher sa surprise en voyant celle-ci. Pourquoi la brûler ? Pourquoi s'en débarrasser pour une toute petite déchirure. S'il la gardait avec lui, personne ne lui mettrait la main dessus. Ce n'était qu'une toute petite déchirure. « Pourquoi tu veux la jeter, tu ne l'aimes pas ? C'est qu'une toute petite déchirure, ça se répare. Et puis, tu pourras la garder avec toi, au moins tu es sûr que personne ne mettra la main dessus. ». Ça semblait si simple pour le démon dit de cette manière. Il ne connaissait pas son histoire, il ne savait rien. Hormis qu'il avait la même odeur que ses agresseurs il y a trente ans. Qu'il avait cette étoile rouge sur son avant-bras. Qu'il n'avait aucuns comportements agressifs, juste de mauvais reflex. Le démon semblait perturbé, il ne savait plus vraiment quoi faire. Et, il s'inquiétait. Azazel commençait à s'inquiéter oui, enfin. Mais, pas à cause de James, à cause d'une autre personne. La seule personne avait qui il n'arrivait pas à retenir sa haine et sa colère au point que la dernière fois qu'il l'a croisé, il est tombé dedans à s'en noyer et à ne jamais remonter. Il fuyait cette personne, continuellement. Lucifer est un surnom qui lui colle tellement à la peau qu'il en est devenu son titre aux Enfers. De quoi aider à le localiser pour les plus attentifs. Le démon s'était remit à trembler, faisant preuve d'une nervosité soudaine. Il se massait le poignet puis la nuque, concentrait son odorat autour d'eux pour sentir une quelconque odeur suspect. Il n'avait pas son sabre, il ne le sortait quasiment jamais de chez lui. Trop voyant, trop bizarre. Ce n'est pas comme s'il arrivait à le couler dans un sac à dos après tout, trop grand pour.

« On devrait bouger d'ici et, prestement. ». Il ne voulait pas rester à cette place, il avait tout intérêt à ne pas rester sur place. Le Roi Noir est quelque peu rapide une fois qu'il entend ce qu'il l'intéresse. Le démon était si nerveux que cette fois-ci, ce n'est sans aucune prudence qu'il avait posé ses mains sur James pour le pousser, l'inciter à quitter la ruelle. Il y avait bien plus urgent que de se montrer délicat à présent. Il était à ce point pressé de partir, oui. Mais, encore une fois, il n'avait pas été suffisamment rapide. Ou bien trop imprudent. Cette masse de fumée noire avait fais son apparition, un homme macabrement malsain dans la foulée. Cette éternelle sourire moqueur, Azazel en avait une sainte horreur. Bien, bien, bien. Trêve de politesse, tu me fatigues à courir partout. Tu t'es trouvé un nouveau doudou ? La langue du serpent sifflait dans son oreille, celles-ci vibraient de nervosité. Il l'énervait, il l'exaspérait. Pire, il le faisait exprès, il s'en amusait. Foutu aîné et foutu démon. Azazel avait repris ses distances volontairement. Comme il le faisait à chaque fois. « J-Je ne le connais pas. » répondit-il simplement. Oui, cela était logique pour lui. Peut-être que s'il faisait en sorte de s'éloigner de James, Blackheart le laissera tranquille ? Naïf, encore. Courir, c'est ce qu'il savait fais le mieux en effet et c'est pour ça qu'Ezeckiel avait fini par s'enfuir. Pour éloigner son ''grand-frère'' de cet homme si perdu. Il a bien dit que toutes personnes étaient dotés d'un cœur, oui. Rectification, tout humain. Car, cette personne-ci n'avait pas de cœur et il s'en vantait.  
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mer 31 Mai - 0:49
seeing the beauty through the... pain!

       

Ils n'étaient plus exactement seuls, Bucky le savait, il le sentait. L'assassin n'écouta pas réellement quand Azazel lui expliqua qu'il pouvait parfaitement bien garder sa veste. Il sentait le danger s'approcher à grands pas, l'écoutait prendre des respirations sifflantes. James se figea, ses yeux n'osant même plus regarder son interlocuteur, plongés dans un autre temps, un moment passé, peut-être joyeux, peut-être triste.
James devait surement avoir raison, qu'une menace arrivait vraiment. Il en fut certain quand, sans aucune prudence, même pas alors qu'il venait de lui briser le poignet pour moins que ça, Azazel le poussa -ou plutôt, tenta de la pousser. Bucky était planté sur le sol, ses épaules tendues, son imposante forme crispée le plus possible ; comme un golem impossible à déplacer.

Une épaisse fumée noire qui laisse apparaitre un homme et James n'a toujours pas bouger, n'ose pas decrisper des muscles. Il sent la détresse de Lucifer en même temps, et cela ne l'aide pas du tout, que du contraire. L'homme -ou plutôt, l'apparition- ne lui inspire pas du tout confiance. Il était l'opposé exacte du "on lui donnerait le bon Dieu sans réfléchir". Oh non, celui là on ne lui donnerait même pas une cuillère en plastique de peur d'y perdre un oeil ou pire, la vie. Même son sourire hurle le malsain, le futur méfait. Bucky n'est pas bien, la Terre tourne autour de lui, il n'entend que son sang battre dans ses tempes. Il voit l'étrange homme en noir parler sans pouvoir entendre ce qu'il raconte, mais vu la réaction d'Azazel, ce n'est pas une bonne chose. Pas une bonne réaction. Le démon semblait paralysé d'un mélange de peur et d'horreur, s'éloignant de l'autre.
Bucky n'a pas suivi, n'a pas compris. Il n'est pas au même endroit, pas au même moment. The asset est de nouveau plongé en Sibérie, un Handler en face de lui qui lui demander protection. Azazel est ce Handler. C'est Azazel qu'il doit protéger, à tous prix, même à celui de sa vie.

Sans un mot, dans quelques mouvements hyper calculés, le Soldat se place entre l'homme et Azazel, le cachant en partie du regard de l'autre : « Обработчик должен быть защищен. » Handler must be protected. Bucky ne sait plus. Quel langue a-t-il utilisé ? Il ne s'en souvient pas. Son cerveau fonctionne en automatique, comme si Azazel poussant son torse avait activé le bouton auto-pilot du Soldat de l'Hiver.


(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mer 31 Mai - 18:42
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Seulement, avait-il était efficace dans ses explications ? Avait-il était au moins intéressant pour daigner à capter son intention ? Pas du tout. L'attention était ailleurs, concentré sur autre chose. Autre chose que le démon avait senti venir. Dans les deux sens du terme. Cette odeur pestilentielle qui le suivait partout. Ce parfum de rose brûlée avait fait monter l'inquiétude dans l'attitude d'Azazel. De Lucifer. Car, il n'était plus nécessaire d'omettre ce nom dorénavant. Il était là, il approchait. Et le Golem, gardien des âmes perdue, qu'était James refusait de bouger. « S'il te plaît. Il ne faut pas rester là, vraiment… » Avait-il demandé dans une énième formulation plus descente tout en continuant de le pousser pour essayer de le faire bouger. L'assurance et l'émerveillement du démon s'étaient évaporés. Peut-être que s'il lui demandait gentiment et poliment, il allait bouger. Il ne voulait pas forcer non plus pour briser la cage thoracique de son nouvel ami. Mais, celui-ci ne bougeait toujours pas. Alors, la détresse avait envahi le corps d'Azazel. Pas lui, pas lui, pas lui… Ce sont les quelques mots qui traversaient son esprit. Il n'y arrivera pas. Pas à temps du moins. Trop lent pour échapper à sa téléportation, accompagné d'une personne étrange en plus de ça, comment comptait-il y échapper.
Qui aurait confiance en ce démon ? Ce roi noir et sans cœur ? Quelle ironique quand on y pense, ce surnom. Blackheart le portait à la perfection, mélange de malice, de message subliminal et d'une triste réalité concernant l'état de son cœur. Il sifflait, ce vil serpent tentateur tandis que son cadet n'avait rien trouvé de mieux pour épargner James que de s'éloigner. Ne serait-ce que pour trouver le temps d'établir un plan d'actions. La dernière fois, c'était dans l'église durant une journée très spéciale. L'anniversaire mortuaire de sa mère. À croire qu'une fois encore, il l'avait fait exprès. Il y a des jours plus faciles que d'autre pour trouver Azazel et, celui-ci n'avait pas fait exception. Il ne se souvient plus très bien comment il avait réussi à s'en échapper. Il sentait juste une pression immense plaquant son épaule contre la pierre sainte de l'établissement.

Mais, la réaction n'avait pas été celle estompée. James se dressait devant son aîné. Il allait lui briser les jambes en moins de deux, voir pire. Le démon refusait de voir ça, pas une troisième fois. Pas encore à cause de lui. Pas devant lui. Il connaissait ce regard émanant du plus vieux en voyant le geste qu'il jugeait sans doute stupide de son ami cyborg. Un regard mêlant malice et vice, témoignant d'un plan encore une fois horrible psychologiquement pour Azazel afin de l'affaiblir. Le roi noir avait parfaitement compris qu'il fallait s'en prendre aux autres pour faire vaciller son petit-frère décidément trop sensible. « Non, ne fait surtout pas ça ! » Cria le démon. S'il n'avait pas entendu sa première demande, peut-être que celle-ci passerait en haussant le ton. Tu devrais l'écouter, soldat. Il lui arrive de dire des choses intelligentes. Cette moquerie, cette arrogance. Elle débordait dans le ton de sa voix, saupoudré une fois encore de son sourire malicieux. La main du premier fils était venue saisir à la vitesse d'un battement de cils le cou du cyborg, forçant celui-ci à suffoquer à l'aide du soufre et de sa force. Une force qui fit lever James au-dessus du sol comme s'il s'agissait d'une poupée de chiffon. Blackheart était beaucoup moins avenant et tendre que Lucifer. De très loin même, il n'avait pas de cœur après tout. Du moins, techniquement si, mais celui-ci n'était qu'une décoration inerte dans sa poitrine. De cette manière, il avait pu se dégager le passage sans manquer de lâcher sa prise sans aucune douceur en jetant son nouvel ami contre le mur. La queue d'Azazel battait nerveusement derrière lui, les jambes tremblantes. Il ne devait pas avoir peur, il ne devait pas.

Que faire et comment ? Le démon se posait une tonne de questions dans son esprit. Mais, dans son élan de bonté, il ignora son agresseur pour rejoindre James au plus vite et analyser son état. Il espérait encore qu'il soit suffisamment solide pour résister à une telle étreinte. Puis j’entendis une autre voix qui disait, du ciel : « Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n’ayez à pâtir de ses plaies ! Car ses péchés se sont amoncelés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités. Payez-la de sa propre monnaie ! Rendez-lui au double de ses forfaits ! Dans la coupe de ses mixtures, mélangez une double dose ! À la mesure de son faste et de son luxe, donnez-lui tourments et malheurs ! Je trône en reine, se dit-elle, et je ne suis pas veuve, et jamais je ne verrai le deuil… Voilà pourquoi, en un seul jour, des plaies vont fondre sur elle : peste, deuil et famine ; elle sera consumée par le feu. Car il est puissant le Seigneur Dieu qui l’a condamnée. ». Peut-être avait-il jugé bon de cité ce passage, approprié à la situation. Lucifer entendait encore ses sifflements dans son oreille, mais il n'y avait pas qu'eux. Autre chose, la voix de sa propre conscience qui lui dictait de riposter. Il avait la sensation de brûler de l'intérieur avec ses paroles. Comment osait-il réciter la bible avec autant d'ironie ? « Je suis désolé, vraiment désolé. C'est pour ça que je ne voulais pas que… Ça va ? Je suis désolé. » Le renouvellement insensé des excuses d'Azazel prouvait que le démon était dépassé. Est-ce que cela comptait réellement de s'excuser ? Le mal était déjà fait après tout. Le démon était au bord des larmes, preuves qu'il était le plus humain de tous. Il allait encore craquer. Encore une personne à se faire blesser par sa faute. C'était insupportable pour lui. Jusqu'à ce qu'il sente quelque chose le transpercer de part en part. Au moins là, je suis sûr que tu ne vas pas te sauver. Il l'avait planté. Littéralement. Il avait usé de sa force pour arracher le premier panneau de circulation venue et planter Lucifer au sol avec. Le démon ne disait plus rien, il se contentait de respirer et de pas s'agiter. Ça ne ferait qu'aggraver la chose. Comment se défaire de là ? Son sang coulait encore, mais cette fois-ci, en abondance. Son corps n'arrivait pas à réparer cette blessure puisqu'il y avait toujours cette barre métallique. Il fallait qu'il l'enlève, mais ses mains tremblaient. Il pouvait l'enlever, il avait la force pour. Alors, ses mains ensanglantaient par son propre sang avait saisi cette intruse dans son corps pour la retirer du bitume. Il n'y était pas allé de mains mortes cette fois-ci l'enfoiré. Le Roi Noir regardait le spectacle avec toujours le même sourire. Voilà un beau tableau qui se présentait devant lui. Son petit-frère devrait définitivement faire attention à sa propre vie plutôt qu'à celle de ces humains pathétiques.
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Sam 3 Juin - 15:23
seeing the beauty through the... pain!

       

Bucky n'était plus réellement Bucky, mais un peu plus le Soldat. Un soldat qui ne désirait qu'une chose : protéger et servir. Pas son pays, ou sa patrie, mais bien son unique Handler du moment. Un Handler qu'il avait blessé alors il avait besoin de se racheter.
Il n'a pas eu le temps de se racheter que l'étrange homme apparu dans la fumée l'attrapa par la gorge, en le faisant suffoquer. Dans un grognement de frustration, le Winter Soldier essaya de tordre le bras de l'homme, sans réussir. Il semblait être faire de pierre, rappelant au Soldat les golems juifs. James fut soulevé avant d'être envoyé contre un mur. Mais il en fallait bien plus que cela pour assommer un assassin modifié, bien plus. En quelques secondes, au moment même où le plus jeune arriva, il était de nouveau sur pied, prêt à mettre encore une fois sa vie en danger pour protéger le petit homme.

L'homme avec l'étrange barbe se mit à réciter des paroles, belle paroles qui faisaient écho en Barnes. Il les avait entendu, les avait appris par coeur, il y a de cela des années, des décennies. Il était un peu plus Bucky, un peu moins un soldat. Il se souvenait, se souvenait parfaitement de la suite ; le genre de savoir qu'on apprend à un enfant qui ne fait que réciter mais qui n'arrive pas à l'oublier après. Bucky voyait encore la nonne lui apprendre ce passage précis ; La Bible de Jérusalem, Apocalypse, chapitre 18.
Sans répondre à Azazel -il s'appelait Azazel, ce n'était pas son Handler, Azazel, Azazel-, il se redressa pour faire encore une fois face à l'homme. Mais trop tard, beaucoup trop tard. Ce dernier avait déjà planté le démon, comme un vulgaire papillon épinglé à une plaque en liège. Bucky fut comme bloqué, incapable de réagir. Il avait presque l'impression que c'était lui, avec son bras en métal, qui venait de planter Azazel. Cela ne l'étonnerait même pas. Il restait un monstre, un assassin. Une arme ambulante.

Heureusement que le démon n'était pas comme lui, et qu'il avait réussis comme un grand à enlever la barre de métal. James s'approcha, pour le soutenir, pour lui éviter de se mettre à genoux devant cet ennemi. Plus pour lui-même que pour les deux bruns, James se mis à réciter, lui aussi pouvait le faire. Pas que les méchants aux airs de méchants. « Ils pleureront, ils se lamenteront sur elle, les rois de la terre, les compagnons de sa vie lascive et fastueuse, quand ils verront la fumée de ses flammes, retenus à distance par peur de son supplice : " Hélas, hélas ! Immense cité, ô Babylone, cité puissante, car une heure a suffi pour que tu sois jugée ! " » Bucky haussa les épaules et ajouta : « Ouai, moi aussi je peux réciter des trucs sans aucun sens. Pas besoin de porter une barbe ridicule. » son accent de Brooklyn était violemment ressorti, comme si après avoir été le Winter Soldier, il était quelque part totalement Bucky Barnes.


(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Lun 5 Juin - 1:10
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Il y avait trop de choses si subitement. Bien de trop pour qu'Azazel arrive à garder son calme. La panique était due à un mélange houleux entre de la crainte, de la colère et une haine immense. Mais cette panique était aussi contrecarrée par la volonté de garder son calme et de ne pas s'enflammer. Dans tous les sens du terme possible. D'où l'état déstabilisé du démon qui ne savait pas comment penser pour se sortir de ce guêpier. Sans y mêler James mais, pour ce dernier point, cela risquait d'être grandement compromis. Il ne bougeait pas, il semblait ailleurs. Écoutait-il au moins le démon l'implorait de partir ? Azazel avait vu déjà bien trop de proches, bien trop de gens mourir des mains de cet aîné présomptueux, telle était sa malédiction. Ce n'était pas le Vatican et son pari idiot la première de ses inquiétudes, c'était lui. Un bras en métal ne suffirait pas à détruire le Roi Noir, la plus immonde création du malin. Il avait cette force démesurée, ce soufre prêt à rompre le souffle de tout ce qu'il touche. Il était puissant et, la fuite n'était pas une faute. C'était un choix censé pour préparer une contre-attaque. Bien qu'en l'occurrence, pour le plus jeune, c'était surtout un bon moyen d'éviter des morts et des soucis en plus. Il ne pleurait pas encore, le cadet des deux. Comment trouver sa place lorsque, quel que soit le camp, on reste une immondice. Une chose contraire qui n'avait même pas de droits sur sa propre vie. Alors pourquoi les autres s'embêteraient à la défendre ? Oui, Azazel n'avait pas encore percuté qu'il faisait tout ça pour se racheter. Pour expier sa faute avec le seul moyen dans laquelle, il était un expert. Si son esprit n'était pas aussi affolé, le démon l'aurait sans aucuns doutes remerciés pour son geste. Tout comme il l'avait fait lorsque James l'avait extirpé de ces policiers. Mais là, ce n'était pas qu'un simple humain avec un flingue et un uniforme qu'il avait en face de lui. C'était au-delà de toutes attentes.
S'excuser, encore et toujours. C'est sûrement ce qui avait été à l'origine de cette sadique manière de la part du grand-frère de le clouer sur place. Au sens propre comme au sens figuré. Mais Lucifer ne lui avait pas donné la satisfaction de gigoter et se débattre. Il était moins idiot que ça tout de même. Il avait mal, il souffrait énormément à sentir cette étrangère chatouiller ses organes vitaux. Forte heureusement, évités de peu. Mais, Azazel ne voulait pas lui montrer une once de douleur. Il s'en amuserait avec, il jouerait jusqu'au ce qu'il soit suffisamment mal en point et épuisé pour pouvoir le traîner jusqu'aux Enfers. Il voyait flou, mais en tournant la tête en direction d'un James debout, pétrifié, il avait pu voir la silhouette d'un traumatisme. Un visage déconfit de manière abstraites. Chose qui l'avait motivé d'avantages. Il ne devait pas s'en faire. Ce n'était pas lui. Ce n'était pas ce bras qu'il trouvait si monstrueux. La preuve, il y avait bien pire comme monstre non loin.

Rassemblant ses forces pour prouver à James que, quoi qu'il fasse, il s'en remettra toujours, il avait pris à pleine mains cette barre. Son sang envahissait son œsophage, le faisant cracher du sang à cause de la blessure qui a mis le bordel dans son organisme. Mais, aussi grave soit-elle, Lucifer se battait. Il se battait contre le sans-cœur. Parce que le sien était le plus fort des deux. Il était les deux à la fois. Il avait la bonté de l'ange et la force du diable. D'où le fait qu'il soit aussi particulier et convoité par Satan. Et que là, il avait une bonne raison de le faire. Il ne voulait pas qu'on le protège parce qu'il a trop longtemps été au dépend des autres. C'était son choix de se battre en solitaire pour ne pas inclure d'autres personnes. James, lui, insistait. Sinon, il ne se serait pas relevé. Il ne savait pas ce que le pire de l'humanité lui avait fais mais, tout comme il l'aidait, Azazel voulait l'aider en retour. À commencer par ne pas le bloquer sur sa position très inconfortable. Faisant preuve d'une force tout aussi démoniaque que son aîné, il avait fini par l'enlever mais, la garder en main dans le but d'une potentielle défense. S'il arrivait à mettre le pied devant l'autre. Il était à bout, il avait besoin de temps. Il allait finir par s'écrouler, se mettre à genoux face à son Némésis. Il sentait ses jambes flanchées tout comme sa respiration se faire de plus en plus délicate. Il fallait que son corps se soigne, au plus vite sinon, il n'allait pas tenir. Mais, il avait aussi sentit qu'on était venu l'aider à tenir debout. Que de nouveau, James était venu l'aider pour lui éviter une humiliation cuisante. Blackheart applaudissait mais, avec sarcasme. Son grand sourire scotchait aux lèvres comme satisfaits du spectacle. Bien, bien, bien. Belle représentation, beau récital. L'ironie perçait sa voix. Il se fichait bien du récital, c'était la situation qui l'amusait. Bien qu'en vérité, il devait être un peu contrarié d'être à deux contre un pour se montrer aussi éloquent.

Avec autant de sang sur les mains, je ne te pensais pas aussi poète. Allez, si tu me le donnes, je tâcherais de t'épargner. Fit-il en guise de mise en garde. Un honneur pour quelques vers, il était vraiment lubrique. Cela dit, Lucifer avait relevé la tête, essayant une dernière fois de sonder les intentions de son bienfaiteur. Il le voyait dans son regard. Ce n'était pas la détermination d'une machine, mais celle d'un brave soldat. Comme ceux dont il s'amusait à imaginer le courage étant petit dans sa chambre. Un héros, tout simplement. Il ne pouvait pas non plus le laisser se faire tuer sans au moins l'aider à s'échapper. Juste un peu de temps, encore un peu. Azazel était encore secoué mais au moins, cet incident lui avait donné l'envie de se battre pour protéger celui qui lui veut du bien. « Le corps-à-corps ; c'est son point fort. Il n'a rien pour … le combat … à distance. », révéler au moins le point faible de l'ennemi pour mieux guider James sur la piste d'une riposte. La téléportation de Blackheart servait justement à contrecarrer cette faiblesse en temps normal. Une situation déjà vue, non ? « Évites vraiment le corps-à-corps avec lui... si tu veux vraiment te battre. ». Le démon semblait … Différent. Le plus jeune du moins. Il semblait dans une espèce de phase avec la conscience dans un autre monde. Il n'était pas conscient de ce qu'il faisait ? Possible, sa blessure l'avait sonné suffisamment pour laisser la volonté du feu du diable l'envahir. Voilà, ce qu'il tentait tant d'éviter avait fini par arriver. La dernière fois qu'il était dans cet état, les rues de Rome avait flambé de milles feux, ravageant tout le quartier Ouest. Mais Lucifer s'était embrassé d'un éclat bleuté. Des flammes qui ne brûlaient pas James cependant. Pour lui, ce n'était qu'une douce chaleur rassurante semblable à un feu de cheminé. Pour le Roi Noir, ça ne sera pas la même douceur. Sa queue battait la mesure derrière lui alors qu'elle s'était également embrasée. Le Prince des Enfers s'était réveillé, son regard brillant d'une lueur rouge et bleue alors que ses flammes formaient des cornes sur le haut de son crâne et que ses crocs se faisaient plus grands, tout comme ses oreilles et ses ongles qui s'étaient métamorphosés en griffes acérées. Voilà à quoi le Winter Soldier avait échappé cette nuit-là, il y a trente-ans. Voilà à quoi les porteurs de l'étoile rouge s'étaient heurtés : le bâtard du Diable lui-même. Lucifer ne parlait plus, ne semblait plus penser. Il se contentait simplement de se concentrer sur son objectif à savoir repousser son frère.

Son but : offrir à ce soldat héroïque des ouvertures. Resserrant sa poigne sur la barre en métal imbibait de son sang, il avait foncé tout droit. Oui, il faisait l'exact contraire de ce qu'il avait conseillé à James mais, parce que lui pouvait se soigner et encaisser la force de quiconque. Que ça soit celle d'un bras en métal ou d'un roi démoniaque. La brasier océan avait fais diversion pour masquer l'arriver de Lucifer à porter du corps-à-corps. Une glissade contrôlée que le plus jeune des deux démons avait utilisé pour s'approcher en silence. Il se servait de l'objet de sa torture comme d'un sabre, visant à le déstabiliser, à commencer par les jambes sur laquelle il était aussi fièrement cramponné. Ma foi, t'as toujours autant de temps au démarrage. Un simple grognement de la part de Lucifer en guise de réponse qu'il s'était contorsionné en arrière pour éviter la main prédatrice de son aîné et de ce foutu maléfice de souffre. Il attendait James, voir quel angle d'attaque il voulait choisir pour contre-attaquer. D'où le coup d’œil vers le cyborg. Un coup d’œil qui lui avait coûté d'être envoyé valser à plusieurs mètres pour atterrir dans le bâtiment. Pas le temps de lésiner cette fois-ci. Il était revenu à l'assaut, bondissant telle une panthère de feu vers le plus âgé, toutes griffes dehors vers lui et cet emplacement vide qu'était son cœur. Il faisait diversion, il était l'objet de la diversion.
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Mer 14 Juin - 21:01
seeing the beauty through the... pain!

       

Le cerveau de James était un peu perdu, il était long à la détente. Il avait du mal à comprendre ce qu'Azazel lui racontait alors qu'il parlait dans un anglais simple : comme si sa tête était plus en mode allemand ou russe. Peut-être que c'était simplement vrai. Peut-être qu'après son petit relâchement, tout n'allait pas pour le mieux. Il espérait juste de tout coeur que cela n'allait pas s'aggraver et que le dangereux Winter Soldier resterait derrière eux, comme une ombre menaçante mais pas dangereuse.
Eviter le corps à corps. Oh. Rien de plus facile pour un des meilleurs snipers sur cette terre. Bucky esquissa un sourire et quand Lucifer s'en alla pour faire exactement ce qu'il venait de lui dire d'éviter, James n'hésita pas une seconde. Il avait besoin d'opportunités, et Azazel les lui fournirait surement.

Bucky avait une arme à feu -pas vraiment la meilleure pour la distance, mais elle allait devoir faire l'affaire. Rapide, il ne se laissa pas distraire par le combat qui se déroulait non loin. Il empreinta les escaliers de secours d'un des immeubles pourris pour grimper le plus haut possible, s'aidant parfois de sa main métallique pour aller plus vite. Il les voyais encore, ce qui était à la fois une bonne et une mauvaise chose. L'arme n'était pas assez puissante pour monter plus haut, alors il resterait à ce niveau.
Se concentrant, ses vieux reflexes prenants le dessus, Bucky pointa l'arme vers le plus sombre des deux démons. Il pouvait le faire. Il devait le faire : tout en évitant Azazel. Il y a avait des flammes, des coups, un peu de sang aussi : jusqu'à ce que James remarque le corps d'Azazel fait un vol de plusieurs mètres. Il était assez loin, c'était exactement le bon moment. L'autre démon ne remarquerait pas tout de suite sa position, il devait absolument en profiter. James serra mieux l'arme entre ses doigts avant de tirer, visant entre les deux yeux du démon... Démon qui décida de bouger au dernier moment. La balle traversa tout de même sa peau, à quelques centimètres de sa jugulaire, brisant sa clavicule sur son passage. Mais ce n'était pas assez, jamais assez.
Bucky ne réfléchi pas une seconde fois et profita qu'Azazel ce soit lancé sur l'homme pour tirer une seconde fois, la balle traversant cette fois-ci son bras.

Maintenant son cerveau était réveillé. Il savait exactement ce qui allait se passer maintenant : la police allait arriver, alertée par les coups de feu. Ils devaient s'en aller, et rapidement. « Azazel,
on s'en va ! Dépêches toi !
» Bucky sauta purement et simplement de son perchoir pour atterrir plus ou moins simplement sur le sol.


(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


L U C I F E R ✝ HELL'S PRINCE
administratrice
avatar
Souriez, vous êtes filmés !
COULEUR RP : #a9d0f5
DOLLARS : 5983
JUKEBOX : Snap out of it - {Arctic Monkeys}
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
NOM DE CODE : Lucifer
PROFESSION : Chomeur croyant - exorciste
RACE : Démon - Truc occulte chelou
HUMEUR : Paumé, pour ne pas changer
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Dim 18 Juin - 17:48
JAMES
&
AZAZEL
Seeing the beauty through the...   Pain!
Ce n'était que des indices, quelque chose pour le mettre sur la voix. Azazel avait bien compris que James n'allait pas rebrousser chemin aussi facilement. Pire encore ! Il semblerait que ce dernier ait éveillé la colère de son aîné. Un aîné qui avait encore tout gâché pour la énième fois. Plaisir qu'était de détruire le cadet à ses yeux, Lucifer était dépourvu de moyen, de raisonnement et surtout, de gentillesse. Oh oui, cette gentillesse presque angélique d'Ezeckiel disparaissait petit-à-petit, se faisait consumer par les flammes bleues face au Roi Noir. Il ne voulait pas d'un trône, il ne voulait pas être une enveloppe, il voulait être lui-même, libre ! En quoi c'était difficile à comprendre ? La haine était son dû pour sa liberté face à son passeur qui n'était autre que Blackheart. Il était cependant incapable de lui porter un coup mortel. Aussi triste cela soit, le même sang coulait dans leurs veines. Ce sang pourri qui avait déjà été versé en abondance du côté d'Azazel. D'où les coups du plus jeune des deux démons qui n'étaient portés sur aucun point vitaux de son ennemi. Là intervient James. Il n'avait aucune connaissance de la personne qui venait d'apparaître, aucuns lien de chair et de sang. Il ne voyait qu'un seigneur immonde prêt à tout pour accomplir sa mission. Si seulement … Si seulement Azazel ouvrait les yeux. Si seulement il savait qu'autrefois, la personne qui tenait son fusil en hauteur faisait partit de ses démons, de ses assassins. Si seulement il se rendait compte qu'à côté de lui, Blackheart était plutôt du genre sociable. Lucifer avait toujours du mal à se tisser des liens. Pendant trop longtemps rejeté à cause de sa queue dans son dos, de ses crocs ou bien de des oreilles, ce rejet a donné naissance à une timidité énorme et le doute d'aller vers les autres.
Il ne voulait pas savoir le passé de James. Pour le moment, il s'était arrêté au fait qu'il l'avait aidé. Ça lui suffisait pour être persuadé du bon en lui. Bien des humains avaient assisté à cette scène. Aucuns, sauf lui, n'avaient réagi. Alors, qui était le plus mauvais et qui était le plus héroïque ? Pour le moment, Lucifer se concentrait sur sa cible. Une cible amochée. Le tir l'avait blessé, entravant la mobilité de sa nuque avec cette clavicule explosée. Mais, ça ne l'empêchait pas de se mouvoir. En matière de blessures, Blackheart était résistant. Ses capacités de régénération étaient quasi-identiques à celle d'Azazel, d'où le fait qu'il affichait une mine contrarié, voir même bouillant d'une colère en se tournant vers le tireur. Oh non, Azazel savait ce qui lui trottait en tête, mais il était hors de questions qu'il bouge d'ici. Le plus jeune était revenu à l'assaut pour rappeler qu'il était encore là, toujours debout et pas prêt de le suivre.

Le Roi Noir ne disait rien, preuve qu'il prenait à présent la situation au sérieux pour avoir perdu son éloquence. Azazel bougeait agilement et efficacement pour ne pas prendre un coup empoisonné par son souffre, bien loin du gars que James avait sauvé. Il ne montrait plus de doutes, plus cette attitude un peu empotée. Jusqu'à ce que les sirènes sonnent. Les deux princes avaient tourné simultanément leurs têtes en direction de la rue plus loin, celle dont l'ouverture de la ruelle permettait d'entre-apercevoir. Puis, Lucifer avait jeté un œil sur James qui était descendu de son perchoir pour se sauver. Est-ce qu'il réagissait ? Il fallait partir, partir … Où ? Le sourire malicieux de son aîné avait bien une réponse à cette interrogation, mais il refusait de l'écouter. Il savait bien où il voulait l'amener pour le finir. Les flammes au sommet de son crâne qui formaient deux cornes s'étaient amplifiées, signe que l'attitude moqueuse de son frère était en train de le mettre dans une rage bouillonnante. Empoignant le col de sa veste, il avait plaqué au sol le plus vieux démon de toutes ses forces. Une force qui avait fendu le bitume pour former un cratère. Des grognements émanés de la bouche d'Azazel, plus aucunes paroles. Il ne fallait pas que James se méprenne, il l'avait bien entendu. Seulement, il voulait s'assurer que son aîné ne les suive pas … à sa manière. De l'autre main, celle qui tenait l'objet de sa précédente torture, Lucifer avait à son tour cloué au sol son aîné en l'empalant. Il allait s'en remettre, il le savait. Il avait survécu à son étranglement et à sa poigne, ce n'était pas un pauvre petit panneau de circulation qui allait le tuer. « Au moins.... là.... je suis sûr …. que tu ne vas pas nous suivre » poussa-t-il entre deux-trois râles. Reprenant mot pour mot les propos précédents de son ''grand-frère'' pour marquer ses esprits, il avait lâché le col de celui-ci. Il était assuré qu'il ne bougerait pas avant un petit moment. Suffisamment pour pouvoir reprendre leurs distances bien sûr. Pourtant, sa démarche était bancale, douteuse et le dos voûté. Il les entendait, ces sirènes lui sciant ses oreilles sagittales de manières stridentes à lui faire plaquer les mains dessus. Elles étaient proches, elles se rapprochaient de plus-en-plus et ça semblait l'abrutir. Comment retrouver son calme avec un tel bruit. L'odeur s'affinait, preuve qu'ils n'étaient plus très loin de cette scène. Il perdait son temps, le précieux temps qu'il avait décidé d'accorder. Personne n'avait le droit de l'attraper avant lui, c'est peut-être pour ça que Blackheat avait tiré cette appendice arrière pour le faire réagir. Une réaction digne d'un animal. Lucifer avait hurlé de douleur avant de donner une baffe griffue au bras qui le retenait. Il avait lâché prise, ne cherchant pas à le retenir. Bien au contraire, en voyant Azazel rejoindre James dans sa course, il avait haussé le ton pour se faire entendre. Personne d'autre que moi n'a le droit de jouet au chat et à la sourie avec toi.

Une fois de plus, aucune idée pour savoir si Lucifer l'avait entendu ou bien écouté. Il était terrorisé. Terrorisé de faire peur, ses flammes transformant cette peur en volonté de survivre. L'instinct de survie, le plus bas de l'espèce humaine. Est-ce que James aurait peur de lui après ça ? Non-non, il ne fallait pas. Impossible de toute manière, ils étaient aussi effrayant l'un que l'autre. C'était sa façon de se rassurer. Il n'allait pas le tuer. Il lui avait dis. Il l'avait dis à Azazel, le dirait-il encore une fois face au démon, au prince des Enfers. Le vrai cette fois-ci, pas le chétif et fragile petit chômeur de Brooklyn. C'est cette même peur, ce même instinct qui le faisait courir auprès de James, optant pour user de ses quatre pattes quand des murs devait être franchi, quand de la hauteur devait être prise, quand un obstacle se dressait. Il ne savait pas où il courait, il se contentait simplement de le suivre. Parce qu'il savait qu'il pouvait lui faire confiance et qu'il savait ce qu'il faisait lui. Après plusieurs minutes de courses, la cadence avait été ralentit. Toujours aussi en feu et à quatre patte, Lucifer tendait l'oreille. Il n'entendait plus les sirènes, ou alors un vague son fluet. Preuve qu'ils s'étaient suffisamment éloignés. Mais le démon semblait figé dans sa propre perte de contrôle. Il cherchait à retrouver son calme, le bas de son dos le lançait encore à cause de ce foutu frère et de sa mauvaise blague. Il lui avait déjà fait plus d'une fois, vous savez pourquoi ? Parce que son point faible était là. C'était le point faible le plus ridicule, le plus flagrant qui soit et il était valable pour tous les démons.
CODAGE PAR AMIANTE




La terre entière a été dévastée par les œuvres apprises d'Azazel : impute à celui-ci tous les péchés — I Hénoch X, 8
Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2527
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   Dim 25 Juin - 0:54
seeing the beauty through the... pain!

       

Ils fuyaient à toutes jambes, pour que le monstre ne le rattrape pas. Bucky avait l'impression d'être un enfant, fuyant le monstre sous son lit, la peur au ventre d'être attrapé. Mais bon, avant il n'avait pas peur de mourir. Quand il était petit, tout paraissait bien plus simple. Il ne connaissait pas la le principe de vie ou de mort, juste celui de s'amuser, celui de famille, celui de l'école et d'être sage avec les bonnes soeurs. Tout était plus simple...
Azazel -à moins qu'il soit plus Lucifer maintenant ?- avait énormément de mal à se calmer. Les flammes bleues étaient vives et Bucky savait parfaitement bien que s'il s'approchait de trop, il allait se faire blesser. Il ne voulait pas que l'autre se sente encore plus coupable alors il fit très attention, conduisant le démon pour le mettre en sécurité. C'était le mieux.

Il l'emmena dans une de ses anciennes planques. Pas très propre, mais au moins, personne ne viendrait ici. Bucky avait une multitude de cachettes, d'endroits où habiter sans se faire repérer. Il fixa le démon et hocha la tête, encore une fois sans l'approcher ou même le toucher ; il faisait très attention maintenant.
« Tu peux rester ici le temps que tout se calme Azazel. » il ne voulait pas que quelque chose arrive au démon. « Je reviendrais te voir. Bientôt. Quand tout ira mieux. » James tendit la main avant d'abandonner, et de tourner les talons. L'instant d'après, il avait disparu, disparu lui et son odeur de métal.

(c) REDBONE



ready to comply
"Longing, Rusted, Seventeen, Daybreak, Furnace, Nine, Benign, Homecoming, One, Freight Car. Good morning, Soldier." ©alas.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james   
Revenir en haut Aller en bas


 
Seeing the beauty through the... Pain! + ft.james
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Torrefaction dans une MAP (Machine à Pain)
» Compote de poires au pain d'épices ( 8 mois )
» gingerbreadman (bonhomme de pain d'épices)
» Le dernier des Mohicans (James Fenimore Cooper)
» James : toujours partant pour un spin-off sur Spike

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: La Pause Café :: Cimetière :: Anciens rps-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: