AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 (Jaméa) The Museum of Moving Image.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2415
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Dim 9 Avr - 23:55
musée du cinéma

       

James ne comprenait pas grand chose à la vie, aujourd'hui. Certes, il s'y connaissait déjà mieux qu'un certain autre blond tout aussi fugitif que lui, mais HYDRA ne lui avait jamais donné des leçons de mathématiques ou, la crème de la crème, laisser regarder un classique sur grand écran. Lui qui, jeune, se souvenait aller de lui-même à des musées qui parlaient des technologies du futur ("elle est où ta voiture volante, Stark ?"), ne s'y connaissait plus autant. C'était vraiment étrange, de se dire qu'il pouvait parler plusieurs langues parfaitement, qu'il savait comment démonter et remonter quasiment toutes les armes à feu, qu'il était capable de transformer à peu près n'importe quoi en une arme fatale, mais qu'il ne savait pas du tout faire fonctionner un micro-onde ou encore se faire des nouilles instantanées.
Il avait heureusement appris pendant les quelques mois de tranquillité entre la chute du SHIELD et la loi idiote qui les avait tous mi dans la merde ; mais encore aujourd'hui, il en apprenait tous les jours et cherchait à en savoir toujours plus.

C'est pour cela que cette nuit, il décida de s'introduire dans un musée qui lui faisait de l'oeil depuis un certain temps : le musée du cinéma. Le musée du grand écran, des films, de l'animation, de ce qui bouge.. Cela lui plaisait.
La nuit était tombée depuis longtemps et il faisait déjà froid dans les rues du Queens. Il était seul dans le quartier, ou quasiment, mais il était discret et rares étaient les personnes à remarquer une ombre les dépasser ou tourner la rue. Habillé de sa casquette sombre et délavée, ainsi que d'au minimum cinq couches de vêtements de couleurs différentes, Bucky -James ?- marchait tout en regardant le sol, obstinément. Il refusait de regarder devant lui, de peur de croiser le regard de quelqu'un, de peur d'attirer l'attention sur lui. Une fois on l'avait reconnu, ce vendeur de journaux, il était fermement décidé à ne plus jamais refaire cette erreur quasiment fatale -et pas que pour lui, malheureusement.
Avec la discrétion et l'élégance d'un chat, James -Bucky ?- passa toutes les pitoyables sécurités du musée pour finir à l'intérieur. Son visage impassible ne le montrait pas, mais il était content d'enfin visiter un musée plutôt intéressant.

Il était bien, dans ce silence, sans personne. Les quelques légers bruits étaient les vrillements des lumières, un bruit répétitif, qui détendaient énormément le brun.
Pendant plusieurs minutes, il ne fit rien d'autre que marcher en toute tranquillité entre les affiches, les animations éteintes, les jeux interactifs. Il évitait sans peine les quelques caméras, les quelques détecteurs de mouvements, sans même regarder. Il faisait encore attention, bien sur, ne pouvant pas s'empêcher de regarder une fois ou l'autre par-dessus son épaule pour fixer le vide et l'ombre, mais il était bien plus calme que les jours précédents. C'était surement le manque de monde, de foule, qui lui faisait autant de bien. Pour une fois, il était véritablement seul. Personne pour le surveiller, personne pour s’inquiéter, juste Barnes et la voix dans sa tête, rien qu'eux, en tête-à-tête.

Il faisait sombre, et pourtant, il le remarqua directement. James ne savait pas dire ce qu'il avait remarqué exactement, mais quelque chose était là, avec lui. Quelque chose d'humain, pas d'animal : il aurait reconnu le bruit caractéristique des rats, des chauves-souris ou des chats, mais ce n'était rien de tous ça. Sans quitter son air incroyable froid, presque frigide, il se déplaça rapidement pour être caché par une ombre, non loin d'une issue de secours. Il était déjà prêt à fuir, fuir pour sauver sa peau sans devoir encore une fois blesser quelqu'un.


(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Lun 10 Avr - 14:01

The museum of moving image

FT. James B. Burnes



Il n'y avait pas de cinémas ni même de films d'où Clea venait. C'est avec fascination qu'elle avait découvert ces images qui bougeaient, capturant des morceaux de vie, sur les pubs énormes que l'on trouvait sur certains buildings. Elle avait même manqué de se faire écraser par une de ces drôles boîtes de métal sur roues bruyantes et malodorantes qu'affectionnaient les humains pour se déplacer tant elle avait été captivée par le spectacle. Et si elle répugnait assez de s'enfermer quand elle avait tant à découvrir dehors, elle faisait volontiers une exception pour les cinémas, où elle mettait un point d'honneur de se rendre une fois par semaine, et les musées. Car il y avait des choses que l'on ne pouvait pas apprendre dans les livres, et qu'il valait mieux voir de ses yeux. Ainsi, quand elle avait découvert qu'il existait un endroit mêlant les deux, au détour d'une conversation avec un collègue, elle avait aussitôt décidé de s'y rendre. Enfin pas aussitôt car cela aurait signifié quitté son travail, et ce n'était pas très conseillé si elle voulait garder la liberté financière et la couverture de normalité qu'il lui assurait, sans compter la source de connaissances en matière d'humains, mais le soir même.

Quand elle était arrivée, le muée était fermé. Ce qui n'était pas très grave, les établissements sur Terre ne le restait jamais bien longtemps pour elle. Et puis, elle aimait bien, pourvoir visiter tranquillement, à son rythme, sans se soucier de risquer de gêner quelqu'un en restant trop longtemps devant une oeuvre ou un objet exposé. Même si ici, cela restait dommage pour toutes les animations qui ne marchaient pas. Mais elle fit rapidement fit de ce détail et se plongea avec délectation parmi les affiches, les décors et les costumes, en lisant avec attention chaque explication, s'éclairant à la lueur violette de la flamme magique qui englobait sa main.

La jeune femme aux cheveux blancs était en train de regarder des photos montrant les cinémas du siècle dernier quand une présence la tira de sa contemplation. Elle ne l'entendit pas, elle ne le vit pas, mais elle avait senti ce quelque chose dans sa tête qui indiquait qu'il y avait d'autres êtres pensants dans les environs. Son premier réflexe fut d'éteindre sa magie, le deuxième de se retourner pour essayer de repérer la personne, mais elle vit personne. Désolée de l'avoir sans doute effrayée, elle parla doucement, pour ne pas alerter de potentiels gardiens:

Ce n'est pas la peine de vous cacher vous savez? Je ne travaille pas ici, et ce musée est assez grand pour deux. Peut-être même pourriez vous m'aider?

Elle se retourna pour se remettre à regarder les photos. Déjà à l'époque du noir et blanc, les pots de maïs sucrés et gonflés foisonnaient dans les salles, et cela représentait un grand mystère pour elle.

Pourquoi est-ce que vous mangez spécifiquement du pop-corn dans quand vous allez au cinéma? Pourquoi ne pas manger autre chose quand vous allez voir un film? Pourquoi un aliment si bruyant? Pourquoi ne pas en manger ailleurs si vous aimez ça?

Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2415
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Mar 11 Avr - 21:24
musée du cinéma

       

L'intru était en réalité une étrangère. Elle était étrange et ne venait surement pas d'ici ; peut-être une mutante ? James en avait entendu parler, mais il ne ne connaissait que Wanda -si connaître pouvait décrire cette relation. Après tout, cette magir qui illuminait la pièce autour de sa main et ses cheveux blancs n'étaient certainement pas caractéristique d'une humaine lambda. Apparemment, même sans le voir, elle avait repéré sa présence : pas mal, lui qui avait l'habitude de n'être pas plus remarquable qu'une ombre dans le noir, elle avait réussis à titiller le peu de curiosité qu'il lui restait, bien cachée au fin fond de sa poitrine. Elle était belle, avec son visage mature et ses yeux presque trop clairs.
La voix de l'étrange étrangère le fit intérieurement sursauter -le Winter Soldier ne sursaute pas. Elle lui expliqua très calmement qu'elle ne travaillait pas ici et qu'ils pouvaient bien se partager le musée. Dans le silence de la pièce, sa voix paraissait presque sureelle, encore plus quand elle lui proposa de l'aider. Aider ? Bucky -James ?- ne savait plus exactement le sens de ce mot, pas quand il ne s'agissait pas d'aider quelqu'un à se battre ou sauver une personne au bord de la mord : aider était un mot vide, creux pour lui.

Elle était un peu comme un fantôme : sans les flammes qui illuminaient son visage, elle n'était qu'une forme sombre, une silhouette vague sans début ni fin. Les épaules de James étaient maintenant crispées : il savait parfaitement comment se battre dans le noir, les yeux fermés, avec une main dans le dos, mais il ne connaissait pas les capacités exactes de la mutante et s'en méfiait de plus en plus.
Elle lui adressa encore une fois la parole, alors que Bucky n'avait pas bougé dun cheveux. Pourquoi le pop corn ? C'était quoi comme genre de question ? Un pièce peut-être ? Une façon de le perturber ? James resta un instant perplexe. Assurément, elle se moquait de lui... Quoi que. En voyant sa vague forme toujours tournée vers les photos, il en douta. Elle était peut-être sérieuse. Peut-être bien que finalement, elle ne venait vraiment pas d'ici.

James fit quelques pas vers elle, sa forme musclée et courbée, un peu pitoyable ; pas de quoi s'approcher, mais pour prévenir de sa présence et qu'il était au courant de la sienne. Un signe aussi qu'il acceptait plus ou moins cette conversation. C'était une bonne question, au fond. Pourquoi le pop corn ? Pourquoi pas les bonbons, pourquoi pas des légumes ? Pourquoi pas des fruits secs ? James connaissait des langues étrangères sur le bout des doigts, connaissait les armes, et pourtant, il se sentait presque honteux de ne pas savoir quoi répondre à cette question. Bucky -James ?- ouvrit la bouche plusieurs fois, sans savoir quoi répliquer.
Quand enfin sa voix se laissa faire, elle semblait rauque à cause du manque d'utilisation. Ses cordes vocales rouillaient dans le fin fond de sa gorge :
« Je ne sais pas. Je n'en ai plus mangé depuis des années. » Il fit une pause, pour reposer quelques secondes sa gorge, plus habituée à autant de mots en une fois. Sa voix n'était pas plus forte qu'un chuchotement. « Je sais qu'on mange du maïs à d'autres occasions, mais pas sous cette forme la. »

Encore une pause. James avait peur de ce qu'il allait dire ensuite. « Je suis James... Enfin je crois. Et toi ? » ses traits n'avaient pas une seule fois changée lors de son discours, restant d'un impassible presque flippant.


(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Mar 11 Avr - 23:28

The museum of moving image

FT. James B. Burnes



Pour être honnête, Clea ne s'était pas attendu à ce qu'on lui réponde. La personne aurait très bien pu l'ignorer et partir, elle ne lui aurait pas couru après. Et pourtant, l'homme, car ça en était sûrement un d'après sa voix si rauque ne s'enfuit pas. Il s'avança même vers elle. Et si sa réponse ne l'éclaira pas, elle hocha légèrement de la tête. Bien que n'étant pas à l'aise avec un tutoiement aussi direct, qui était contre les règles de politesse qu'on lui avait inculqué, elle l'adopta aussi, pour s'accorder avec son interlocuteur. Sur Terre, faire comme les terriens.

Oui, j'en ai déjà mangé. Les épis de maïs dégoulinants de beurre que des gens vendent parfois au coin des rues. Un peu trop salissant à mon goût mais très bon.

Elle n'avait aucune idée de pourquoi elle lui racontait ça. Cela ne devait pas l'intéresser, mais la princesse avait passé tellement de temps seule dans sa Dimension sans presque personne avec qui parlait qu'elle prenait plaisir jusqu'au moindre bavardage sans importance.
Elle ne détacha son regard des photos que lorsque James se présenta à elle, d'une façon qui releva la commissure de ses lèvres en un très léger sourire. De là où elle était et dans la pénombre, elle ne voyait qu'une forme bien charpentée et penchée, qui allait bien avec la voix et ce qu'elle disait. L'ensemble lui plut, parce qu'elle renvoyait l'image de quelqu'un de gentil, même s'il n'avait pas l'air très à l'aise ou même très habitué à la présence des autres. Ce qui convenait parfaitement à la jeune femme, elle-même manquant bien trop de pratique et d'assurance pour être une grande sociable, malgré son envie d'en découvrir plus sur les autres et les humains.

Enchantée. Je m'appelle Clea et j'en suis sûre. plaisanta-t-elle gentiment, un peu confuse de ne pas avoir songer à se présenter avant, alors qu'elle avait pris la parole en première. Après ça, le silence revint sans qu'elle ne cherche à l'interrompre de suite alors qu'elle se déplaça lentement en direction de James. Pas pour se rapprocher de lui, mais parce que c'était le sens de de l'exposition. Mais maintenant qu'elle ne pouvait plus utiliser sa magie (elle préférait éviter, même en ne sachant pas s'il l'ait vu ou non), elle avait du mal à lire. Elle discernait juste des images qui semblait venir de vieux films. Elle soupira.

Il y a tant de films à voir. Même avec des siècles devant moi, j'ai l'impression que je ne pourrais jamais rattraper mon retard. Tu me conseillerais quels films à voir absolument?

Elle vivrait sans doute encore de nombreuses centaines d'années, mais elle ne pourrait les consacrer qu'au visionnage de films, surtout qu'il y avait tant de choses à voir sur Terre et que son objectif ne lui laisserait au final pas beaucoup de temps tant qu'il ne serait pas atteint. Peut-être après. Ce serait avec plaisir qu'elle amènerait le goût des films terriens dans la Dimension Noire en tout cas.


HS:
 

Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2415
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Sam 15 Avr - 0:01
musée du cinéma

       

Cette forme, ce fantôme, était en tout cas décidé à parler et ce, même pour ne rien dire. Cela ne dérangeait pas vraiment James. Il ne parlait pas beaucoup, mais on lui avait déjà dit que cela faisait de lui un très bon écouteur. Il n'avait pas vraiment compris sur le moment : juste, quand il n'avait pas envie de se forcer, et que rien ne semblait ressembler aux justes mots, il fermait sa bouche. Bien souvent, les gens lui parlaient alors qu'il n'écoutait même pas, perdu dans ses pensées, perdu dans des souvenirs lointains ou dans des effusions de sang récentes. Il ne disait rien, pas un mot, pour mieux vivre la violence de son esprit trop bruyant. Et puis même, parfois mieux valait ne rien dire. Le silence était une vertu perdue aujourd'hui, et cela attristait le centenaire, trop habitué au silence des cellules et des entraînements.
Encore une fois, il s'était perdu dans sa tête, avait pris un tournant de trop pour accéder à ses pensées et avait perdu le fils. Heureusement, elle était juste en train de se présenter. Cléa. Plutôt un joli prénom... Mais décidément, en plus du silence, les gens d'aujourd'hui avec aussi perdu les prénoms classiques ! Les seuls James, Steve, George qu'il croisait étaient des personnes âgées. Clint, dans leur fuite, avait fait un jour la remarque que James était exactement ça, une personne âgée. Son nez cicatrisait toujours.

Les épaules de Bucky se crispèrent quand la forme sombre, Cléa, s'approcha de lui sans prévenir. Elle ne cherchait pas à attaquer, son instinct de presque-prédateur ne lui hurlait pas de l'attaquer, ce qui était une bonne chose. Non, elle semblait simplement continuer son inspection de l'expo.
Et peut-être pour la première fois, James se demanda ce qu'une femme blonde aux capacités étranges pouvait bien faire dans un musée à cette heure. Peut-être une question d'argent ? Elle n'avait pas les moyens ? Ou, comme lui, elle préférait peut-être le calme de la nuit sombre ? Tant de questions, et pourtant, il refusait de parler. Lui-même ne voudrait pas répondre à ses questions, alors il comptait bien rester silencieux encore un petit peu et profiter de cette voix irréelle dans cette obscurité qui détendait lentement mais surement ses épaules. Il y a tant de films à voir. Même avec des siècles devant moi, j'ai l'impression que je ne pourrais jamais rattraper mon retard. Tu me conseillerais quels films à voir absolument?

C'était quelque chose d'assez étrange à dire. Elle avait encore des siècles à vivre ? Bucky -James ?- réfléchi bien trop longtemps à cette petite phrase, mais il ne pouvait pas s'en empêcher, penché sur lui-même, courbé comme un vieillard. « Blanche-Neige », lacha-t-il sans même s'en rendre compte. Comme un automatisme, il voyait des brides du film, des brides de son passé. Il l'avait vu, au cinéma, ce film. Très certainement son dernier film : le dernier souvenir d'un écran autre que l'écran de sa chaise électrique ou que celui d'un rapport de mission.
James se perdit encore un peu dans son cerveau, silencieux, perturbé et perturbant. « C'est. C'est un bon film. Vieux, je crois, pas rapport aux autres. » il n'était jamais sûr, jamais sûr de rien. Les deux seules vérités étaient le ciel bleu là haut et le sang de ses mains, en bas. Plus proche de l'enfer que du paradis.

Bucky -James ?- recula d'un pas, sans aucune raison. Juste pour être certain. Il ne voulait pas se faire attaquer par cette forme -Cléa ? Il n'était plus certain- ; mais il ne voulait surtout pas l'attaquer. Pour faire fuir la seule personne qui lui faisait la conversation sans rien attendre en retour ? Non. Non, l'assassin garderait ce précieux moment rien que pour lui. « Cléa...
Cléa c'est bien ça ? Je ne me suis pas trompé ?
» marmonna-t-il rapidement, comme une fois de plus perdu dans sa tête : « Il y a des listes, maintenant. Sur internet. Pour que tu ne rates pas un classique. Je crois que c'est... Sam ? Sam me l'a dit. »

Spoiler:
 



(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Dim 16 Avr - 12:11

The museum of moving image

FT. James B. Burnes




Le temps que James lui réponde, elle s'était encore rapprochée, malgré que celui-ci avait reculé. Quand on avait pas à lire les textes, ça allait bien plus vite, mais elle était déçue de louper autant d'informations. Peut-être que si elle demandait à l'humain si elle pouvait mettre un peu de lumière, celui-ci ne s'enfuirait pas en courant en voyant revenir la flamme violette? Car elle ne voulait pas le faire fuir, elle appréciait trop sa compagnie pour l'instant. Toutefois il l'avait peut-être déjà aperçu, et il était toujours là. Mais ça faisait beaucoup de si et de peut-être.
Plongée dans ses réflexions, elle faillit louper la réponse à sa propre question. De nouveau, elle s'arrêta pour le regarder, attendant sans impatience que la suite vienne. Une chose était sûre, James croyait beaucoup. Quelque part, il paraissait aussi déphasée qu'elle, par rapport aux autres terriens qu'elle avait pu rencontré. Elle hocha doucement la tête.

Oui, c'est bien Cléa. Et je ne suis pas très familière d'Internet. Je n'ai même pas d'ordinateur, ou de portable. Je préfère les livres. Ou demander aux gens. Mais je regarderais.

Les seuls écrans qu'elle regardait, c'était les écran de cinéma, ceux des télés quand elle en apercevait et ceux des ordis des bibliothèques qu'elle avait fréquenté dans la recherche de celui qu'elle s'était mis à appeler son docteur. C'était d'ailleurs les bibliothécaires qui lui avaient appris à s'en servir, et malgré leur professionnalisme, elle les avait senti amusés par son incapacité à ne serait-ce qu'en allumer un. Ça allait un peu mieux maintenant, ils avaient l'habitude de la voir, et elle serait sûrement capable de trouver toute seule les listes dont James parlait sur Google.
Le silence menaçant de s'étirer encore entre eux, elle le rompit, les sourcils légèrement froncés alors qu'elle cherchait quelque chose.

Blanche-Neige... Je crois que j'en ai déjà entendu parlé?

Pour la première fois depuis le début de la conversation, elle était aussi peu assurée que son interlocuteur. Elle avait beau chercher, ce nom s'amusait à lui échapper, alors qu'elle avait l'impression que c'était là quelque chose qu'elle aurait dû connaître. Dommage pour elle, elle n'était pas allée assez loin dans sa visite, car une partie était réservée au géant Disney, et une sous-partie à ce premier long-métrage d'animation qui avait révolutionné le cinéma. Et elle ne pouvait encore avancer, car elle avait confusément compris que James ne voulait pas s'approcher d'elle, bien qu'elle n'avait aucune idée du pourquoi. Peut-être avait-il bien vu la flamme violette, et ne c'était pas enfui de peur qu'elle l'attaque par-derrière? Et il était tellement inquiet par cette probabilité qu'il n'arrivait pas à bien se concentrer sur le conversation, un simple subterfuge alors qu'il réfléchissait à comment s'enfuir? Elle soupira, et détourna son regard de lui. Elle ne résolut pas à lui demander, pas encore, elle voulait que cela dure encore un peu, même si ce n'était qu'un mensonge. A la place elle demanda, un peu au hasard

Quelle est l'histoire de ce film?

HJ:
 


Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2415
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Dim 7 Mai - 12:32
musée du cinéma

       

Au plus il lui parlait, au plus il l'avait l'impression de lui ressembler, quelque part. Elle avait l'air tout aussi perdue, elle ne semblait pas en connaître plus que lui sur le célèbre cinéma américain. Clea -Clea, Clea, Clea, se répétait-il mentalement pour être certain de ne pas oublier son prénom-, avait ce petit côté hors du temps, tout comme lui, d'autant plus quand elle lui avoua ne pas être à l'aise avec la notion d'Internet. Oh, James s'y connaissait  : HYDRA, étrangement, avait prévue le coup et avait appris à son assassin favoris comment fonctionnait les nouvelles technologies, mais jamais dans un bon but. Il savait pirater des caméras de sécurité, pénétrer dans les comptes bancaires, abuser de l'identité de quelqu'un à travers de cet objet presque magique, Internet. Mais faire des choses normales, les choses que tout le monde fait sur le net (des recherches, parler avec des personnes de l'autre bout du monde, se poser des questions), tout ça, il ne savait pas faire. Sa mauvaise expérience avec Internet, l'utilité qu'il en avait fait avant pour traquer, il ne voulait plus s'approcher d'un écran pareil. D'autant plus quand ce genre d'écran rappelait à James des souvenirs qu'il ne voulait plus, qu'il préférait troquer contre son passé.

Bucky fixa la blonde alors qu'elle cherchait quelque chose, comme si le nom Blanche Neige lui échappait. Elle ne connaissait pas ? Pourtant, il en avait encore entendu parlé, comme quoi Snow White était et serait toujours un classique Disney, imbattable, inévitable. Peut-être que finalement, elle ne venait effectivement pas d'ici.
James était tendu : mais il passait sa vie tendu. Aujourd'hui, il n'arrivait plus à se détendre, jamais totalement. Pas quand il était un fugitif recherché par le célèbre Iron Man -Anthony Stark, Stark - Howard et Maria Stark, mission réussie-, pas quand il avait des litres de sang encore chaud sur les mains. L'assassin frémit, sorti de ses pensées noires par la question de Clea. L'histoire du film ? Il s'agissait là d'un véritable défi pour le pauvre brun. Il se souvenait par brides, de dessins colorés, quelque chose de beau. D'après Steve, il y en avait des centaines aujourd'hui, des films Disneys, même après la mort de ce dernier. Un autre film était sorti pendant qu'ils étaient à la guerre, James s'en souvenait plus ou moins : l'histoire d'un petit cerf ? Il ne savait pas vraiment, ce n'était pas bien claire dans son esprit.
Mais elle ne parlait pas de ce film, elle parlait de Blanche Neige. Pourquoi parlaient ils de ce film ? Bucky ne savait plus, mais habitué à oublier des brides de conversations, il fit comme si tout allait bien dans son cerveau malade, gangrené par l'oubli.
« C'est un conte. Blanche Neige. Белоснежка. Je me souviens.. D'une reine jalouse, jalouse de la beauté de Blanche Neige. Elle voulait la tuer... Parce que son miroir lui avait dit que Blanche Neige la detronnait. » James avait l'impression d'être fou : parler d'un film aussi étrange, alors qu'il se souvenait à peine du but de cette conversation. « Il y avait des nains aussi ? Qui vont l'aider... » tout de mélangeait un peu dans son esprit. Il recula encore d'un pas pour éviter de blesser la blonde dans un geste malheureux. Le poids du poignard dans sa manche augmenta d'un coup, maintenant, James était douloureusement au courant qu'il était armé. Bien sur, il ne sortait jamais sans une arme -son bras était déjà une arme-, mais maintenant qu'il était en face de Clea -Clea, Clea, Clea- il avait peur de faire une connerie.
« Mais.. On m'a dit que c'était vraiment un bon film, un classique, imbattable. » il parlait, les yeux dans le vide, comme une poupée sans but. « il en a sorti d'autres, ce Walt. Des succès, tous. » son accent de Brooklyn ressortait légèrement, à sa grande surprise. Bucky la fixa, hésitant une demie seconde
« on ne voit plus rien, sans ta lumière. » sa voix était calme, trop calme.

Spoiler:
 



(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Mar 16 Mai - 23:41

The museum of moving image

FT. James B. Burnes




Les humains avaient les mêmes problèmes que chez elle. La jalousie, les meurtres, cela lui parlait. Mais peut-être parce qu'elle avait passé sa vie dans l'ombre d'un tyran. Par contre les nains et les miroirs parlant, cela lui paraissait déjà un peu plus fantaisiste. Mais elle avait remarqué que les terriens avaient beaucoup d'imagination. Il n'y a qu'à voir tous les livres, toutes les histoires, qu'il y avait rien que dans la librairie où elle travaillait. Ou leur passe-temps favori qui consistait à se faire des films (expression qui allait particulière bien avec le lieu) pour tout et pour rien. Mais cette histoire de miroirs, vraiment... Elle haussa un sourcil.

Il existe des miroirs qui parlent?

Clea n'avait jamais rien entendu à leur sujet, mais peut-être était-ce une des nombreuses merveilles technologiques qui lui restaient encore inconnues. En tout cas, elle approuva. Oui, pour qu'elle-même connaisse Disney, c'est que ça devait être quelqu'un de vraiment très prolifique et doué. Elle était allée voir le dernier, avec une princesse et un demi-dieu. Elle avait trouvé les images magnifiques et c'était promis d'aller voir cette mer turquoise, un jour, si l'occasion se présentait. Elle avait même regretté de devoir rester à New York, mais c'était plus simple pour ses recherches.

Son cœur rata un battement quand James lui confirma, intentionnellement ou non, qu'il avait bien vu qu'elle n'était pas une humaine lambda. Peut-être devrait-elle fuir? Mais elle chassa cette idée, c'était inutile maintenant. Autant aller jusqu'au bout. Elle confirma tout aussi calmement.

C'est vrai.

Elle alluma le feu de ses mains, les deux, et les leva à la hauteur de son visage pour éclairer droit devant elle. Elle voulait voir le visage de son interlocuteur. Mais tout ce que la femme aux cheveux blancs décelait sous la lumière violette, c'était la barbe foncée qui mangeait le bas de son visage et la casquette enfoncée sur la tête. Elle demanda, curieuse et un peu effrayée par sa future réponse:

Je ne te fais pas peur? Je pensais que les gens étaient effrayés par les personnes comme moi. Que c'était pour ça que vous les avez fiché.

Revenir en haut Aller en bas


administratrice
avatar
ready to comply
DOLLARS : 2415
JUKEBOX : devil devil - milk
ÂGE DU PERSONNAGE : 100 ans
NOM DE CODE : Winter Soldier
PROFESSION : ancien bras armé d'HYDRA et du KGB, assassin, nouvellement héros en fuite
RACE : arme ambulante
HUMEUR : [ABSENTE]
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    Mer 17 Mai - 22:47
musée du cinéma

       

James devinait bien que cela devait paraître extrêmement étrange : un miroir qui parle ? Elle ne venait définitivement pas d'ici, pas avec ce genre de question. Certes, la technologie permettait des miracles incroyables aujourd'hui ; des trucs que James n'aurait jamais pu même imaginer, mais jamais des miroirs qui parlent. Encore heureux. Il n'aimerait pas du tout le principe, un miroir doué de conscience capable de juger tous ceux qui passeraient devant lui ? Très peu pour lui.
Elle venait d'où, du coup ? James devenait de plus en plus curieux, alors enfin, enfin, il osa faire allusion à ce qu'il avait vu : cette étrange lumière, ses flammes violettes. Clea -Clea, Clea, Clea- ne sembla pas trop apeurée par sa remarque, quoi que... Il n'arrivait peut-être pas vraiment à lire la voix de son interlocutrice. Aurait-il donc perdu de ses talents à force de ne plus être intensivement entraîné par HYDRA ?

Enfin, elle éclaira la salle, ses mains allumées de ses flammes bizarres. Bucky -James ?- sentait son regard sur lui, figé, il n'osa plus faire le moindre geste. Devait-il avancer pour se montrer un peu plus, ou au contraire, reculer pour mieux se cacher ? Il détestait son apparence, détestait son air vide, détestait son visage trop innocent malgré les années passées à massacrer des innocents. Il se souvenait vaguement d'avant : lui, beau, rasé, charmant et charmeur. Il n'était plus le même être humain, plus la même âme, aujourd'hui recroquevillée et noircit.
Finalement, elle ouvrit la bouche pour lui demander s'il n'avait pas peur. Si James n'était pas autant ignobles, il aurait esquissé un sourire, mais même ses muscles avaient oubliés comment faire. Peur ? Elle devrait avoir peur, elle était la jolie blonde en face d'un dangereux assassin qui connaissait des douzaines de façons de la tuer à l'instant, ce même avec une main dans le dos et les yeux bandés.

Il secoua la tête, légèrement :  « je ne voulais pas les ficher. Je ne voulais pas me ficher. »  il serra la mâchoire, comme s'il en avait trop dit. Mais elle ne venait pas d'ici, et semblait si innocente. Après tout, elle montrait bien ses flammes, avouait cette partie d'elle devant lui. Il pouvait bien lui rendre la pareille.
Hésitant, sursautant presque comme un robot, Bucky s'approcha de la lumière, dévoilant son visage : ses longs cheveux légèrement gras, ses yeux vitreux, gris-bleus, sa barbe de quelques jours mal taillée. Prit d'un étrange élan, il décida de ne pas s'arrêter là. Elle avait montré plus que son visage : elle avait montré ce qui faisait d'elle un être exceptionnel, un être qui devrait être fiché. James retira le gant qui cachait sa main métallique, faisant doucement, trop doucement, cliqueter ses doigts de métal contre ceux de chairs et d'os. Lui aussi était exceptionnel, même si parfois il préférait ne pas s'en souvenir, et même de pas l'être. « Je suis comme toi, un peu. » il pensait être tout sauf comme Clea -magnifique blonde venue de nul part. Il la fixa, ses yeux un peu moins vide que d'habitude : des yeux traumatisés mais intéressés. « Tu es quoi ? Tu viens d'où ? »


(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (Jaméa) The Museum of Moving Image.    
Revenir en haut Aller en bas


 
(Jaméa) The Museum of Moving Image.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» transfert d'image..
» Qualité d'image sur écran Full HD
» Quizz Le cinéma d'horreur en Image N°4
» rogner une image?
» Qualité de l'image peu satisfaisante

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: La Pause Café :: Cimetière :: Anciens rps-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: