AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Sam 8 Avr - 22:30
Une équipe, ça fonctionne comment au juste? Il y en a un qui accomplit une tâche, et un autre accomplit une autre tâche qui est censé améliorer ou réussir le tout. Pour ce qui est de réussir, Sue et moi sommes les meilleurs. Bonnie and Clyde enchainaient les holds ups réussis comme un pâtissier sa fournée de pains. Imaginez que nous faisons la même chose, sans armes ni violence. On conquiert le marché de la chimie et la pharmacie, avec seulement notre sens des affaires. On ne peut pas dire non plus qu'il y ait une tête pensante et des muscles, nous ne fonctionnons pas de manière aussi basique et ridicule. On n'a pas non plus de rôle prédéfini, ce serait d'un ennuie... Pas de fonctionnement connu ou précis. On sait juste que quand on nous met tous les deux sur un coup, on ne perd jamais.

Devinez donc qui a reçu sur son bureau une copie d'un dossier à plusieurs centaines de millions de dollar, avec un seul coup d'essai possible. Je rentre d'une intervention en tant que Red Light, plusieurs petits braquages dans des épiceries en même temps, j'ai vite plié ce travail. Je me pose sur mon fauteuil, me calant en posant mes mollets croisés sur la table pour lire les documents. J'utilise ma super vitesse pour feuilleter le dossier en le lisant, pour finalement quitter mon propre bureau et me retrouver devant celui de Susanne. Ces temps- ci, notre relation ne semble plus pareille. Il y a quelque chose de différent quand je me retrouve à taper à sa porte... En moi. Une émotion familière que je refuse de reconnaître, j'avais pourtant décidé de ne plus jamais la ressentir après le drame qu'une telle passion a engendré dans ma vie. Ce sentiment est bien le seul que je veux absolument éviter, les autres, je me contente de les masquer.

"Salut Sue! T'as reçu le nouveau dossier? Je suis excité d'avance!"

Je souris en entrant. Oh non, ces palpitations, cette joie sortit de nulle part, ces images peu catholiques qui me passent par la tête quand je vois ma collègue... Non, je ne dois pas céder à ce genre d'émotion, encore moins au boulot. Elle n'est qu'une collègue, au mieux une amie. C'est tout. ça doit être tout.

"J'ai plus harponné une baleine aussi grosse le contrat avec l'organisation humanitaire qui voulait un vaccin pour le tiers monde. Et dire que c'est un simple entrepreneur, il y a des gens honteusement riches dans ce monde! Heureusement qu'on est là pour rééquilibrer les choses en les délestant d'un peu de leur poison, pour en redistribuer à d'autres honteusement riches!"

J'attrape un siège que je tire jusqu'à la mettre à côté d'elle, avant de m'asseoir pour parcourir le dossier avec elle. Mes manières, c'est vraiment ce qui la répugnait avant, c'est ce qui a rendu notre relation assez laborieuse au début. J'imagine qu'elle a du laisser tomber maintenant, elle sait que je serais bien incapable de changer. Je n'agis que selon mon propre code, grande entreprise ou pas. Or mon code ne m'interdit pas de débarquer dans le bureau de mon amie et squatter la moitié de son espace vital. Je colle mon épaule à la sienne, mon genou au sien, analysant la baleine dans la bonne humeur.

Le vendredi suivant, Suzanne et moi prenons le client dans la limousine dédiée par l'entreprise à ce genre de négociation. Je nous serre du champagne durant le trajet, dans ma tenue la plus classe: un costard bleu nuit à deux mille dollars. On a réservé les places VIP d'une des plus grosses boîte de nuit de la ville, on y entre en montrant seulement nos bouilles. Le vigile commence à nous connaître, c'est notre lieu fétiche de négociation. Je laisse Suzanne emmener le client à l'étage d'où on peut voir toute la piste de danse et le DJ lui- même. C'est la meilleure vue. Avant de la laisser s'en aller avec la baleine, je pose doucement ma main sur son dos, au niveau des reins et chuchote à son oreille.

"Je crois que le simple fait de t'avoir vu dans cette tenue l'a mis dans de bonnes disposition, je te laisse commencer et mener les négociations ce soir. Il a un petit faible pour toi."

Je me détache en souriant d'amusement, avant de partir commander au bar. Puis je monte avec les verres, les posant sur la table, en donnant un à chaque convive. La discussion semble avoir bien avancé, tout est en place.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Dim 9 Avr - 1:45

UN SIMPLE DUO... OU PLUS ?

FT. RANDALL KEEGAN

Étrangement, mon corps réclamait un quota d’énergie qui me permettait de passer inaperçue. J’aurais été plutôt mal barrée si j’avais eu besoin de l’énergie d’une ville entière pour survivre. Mes pouvoirs m’effrayaient, alors je me contentais de les camoufler au plus profond de moi-même du mieux que je le pouvais. Je n’en avais parlé à personne, ni à Simon, ni à Eric, ni à Randall. Non seulement car je craignais leur réaction quant à mes aveux, mais également car je comptais garder ce secret pour ma seule et petite personne. Mais parfois, ce pouvoir traversant mes veines pouvait demeurer incontrôlable. Malgré ma volonté, il m’arrivait parfois de ne plus avoir la moindre lumière, de ne plus pouvoir utiliser le moindre appareil technologique pendant des jours. Et je croisais chaque jour les doigts pour que ce genre d’incident ne m’arrive ni au travail, ni au café, ni au bar, ni ailleurs. Ce n’était par conséquent guère étonnant que je sois régulièrement sur mes gardes et surtout frustrée. Au fond de moi je le savais, la seule chose qui pouvait me sortir de cette impasse était de laisser mes pouvoirs se manifester. Mais chaque fois que j’y pensais, je bloquais.

L’hésitation s’empara de ma main alors que je tentais de repositionner le calepin négligemment posé sur mon bureau. Bordel, j’espérais vraiment que cette journée se passe sans accrocs. Mais c’était sans compter l’apparition de mon très cher collègue. « Salut Sue ! T'as reçu le nouveau dossier ? Je suis excité d'avance ! » Le pire, c’est qu’il me surprit, sa voix m’extirpant de mes plus sombres pensées. Malencontreusement, je sentais mon cœur s’accélérer, et je demeurais quelque peu muette durant plusieurs secondes. Wait. Le nouveau dossier ? Me reprenant, je fronçais les sourcils et secouais négativement le visage. « J'ai plus harponné une baleine aussi grosse le contrat avec l'organisation humanitaire qui voulait un vaccin pour le tiers monde. Et dire que c'est un simple entrepreneur, il y a des gens honteusement riches dans ce monde ! Heureusement qu'on est là pour rééquilibrer les choses en les délestant d'un peu de leur poison, pour en redistribuer à d'autres honteusement riches ! » Bon sang, voilà qu’il n’arrangeait pas les choses en se rapprochant. Je secouais légèrement la tête de gauche à droite ; il fallait vraiment que je me reprenne. Il fallait dire qu’il m’avait un peu prise au dépourvue – bien que ce ne soit qu’une excuse. A sa remarque, j’eus un léger rire. Randall était de ce genre de personnes à s’emporter un peu trop rapidement, comparé au fait que, pour ma part, j’avais toujours considéré que tant qu’une affaire n’était pas bouclée, ce n’était pas dans la poche. « Du calme speedy, rien n’est encore joué. »

Nous avions eu une semaine pour étudier l’affaire au mieux et d’organiser nos arguments, afin de mettre le plus de chances possible de notre côté. Étonnement, l’affaire me paraissait carrément plus simple que certaines autres, alors que la somme était plus élevée. C’était un gros coup assez aisé à résoudre. C’était une bonne chose, cependant je ne pouvais m’empêcher de trouver ça suspect. Je savais bien qu’il fallait que je relâche la pression de temps en temps. Mais mes convictions faisaient que ma collaboration avec Randall marchait à merveilles ; sans celles-ci, nous ne pourrions gérer correctement nos affaires. J’avais des choses que Randall n’avait pas, et Randall en avait que je ne possédais pas, toutes ces qualités toutes aussi importantes les unes que les autres. C’était ainsi qu’indirectement, on se complétait parfaitement. Et c’était une chose qui était bénéfique à l’entreprise. Il était véridique qu’en nos débuts, Randall m’avait déplu. Mais le temps et le rapprochement m’ont donné une toute autre opinion de lui au fil des premiers mois, m’attribuant désormais une impression positive le concernant – et ce malgré quelques-uns de ces agissements que je continuais à ne pas approuver. . Il y a cependant une chose que je n’arrivais pas à m’expliquer : la réaction de mon cœur qui s’emballait, cette envie de me reprocher proche de lui, et même parfois celle de vouloir passer le plus de temps possible en sa compagnie, malgré ô combien il pouvait parfois m’être insupportable. C’était jusqu’ici une chose que je m’étais efforcée de laisser de côté et à laquelle j’essayais de ne pas penser. Mais plus le temps allait, plus cette sensation s’intensifiait, et moins il était facile de la mettre de côté.

J’avais beau être, tout comme le reste de ma famille avant moi et mon frère Simon aujourd’hui, pleine aux as, je n’étais pas du genre à en profiter. J’aimais les choses simples de la vie. Il était pourtant clair que la robe que je portais ce soir-ci ne pouvait être achetée par n’importe qui, mais elle demeurait assez banale. Je devais bien avouer que les paillettes et couleur pétantes, c’était trop peu pour moi. Pareil pour les maquillages beaucoup trop chargés. A mon sens, une femme n’avait pas besoin de se maquiller telle une prostituée et porter une robe susceptible d’attirer tous les regards masculins sur le décolleté pour se montrer ravissante. C’était un principe que je m’efforçais à tenir, bien que je n’aie jamais eu d’opinion bien haute de moi. On entre dans la boîte de nuit, immédiatement agressés par la musique et cette chaleur étouffante. On monte à l’étage, j’invite notre client à s’asseoir. Je sens une légère pression contre mon dos, mais je réalise à sa voix que ce n’était que mon collègue. « Je crois que le simple fait de t'avoir vu dans cette tenue l'a mis dans de bonnes dispositions, je te laisse commencer et mener les négociations ce soir. Il a un petit faible pour toi. » Ce fut une réflexion qui me tira un sourire, un sourire qui échappa à mon contrôle ; qu’il était bête. Mais soit, j’allais gérer. Ce n’était guère une chose qui me dérangeait. Après tout, je n’avais pas obtenu ce job dans une pochette surprise. Quelques sourires par-ci et par-là, parfois ma main qui frôlait la sienne, il était bien dupe. Dès qu’il avait le dos tourné, je ne pouvais retenir une expression presque dégoûtée. En attendant, mon charme se trouvait être dans cette situation un atout et plus les heures passaient, plus je sentais que l’on gagnait. Et c’est exactement ce qu’il se passa. Lorsque notre client signa, je ne pus m’empêcher de lancer un regard complice à mon collègue, arborant même un sourire en coin un peu fière que l’on ait réussi. Bientôt, l’homme partit plus loin profiter un peu de l’ambiance et quitta la boîte de nuit. Tout sourire, retrouvant ma joie de vivre et ma bonne humeur, ce fut d’un enthousiasme incontrôlé que je me jetais presque dans les bras de mon partenaire. « On a réussi !! » Mon sourire s’évanouit assez rapidement lorsque je me rendis compte de ce que je venais de faire. Me décollant de Randall et reculant même d’un pas, j’arborais une expression confuse. « Excuse-moi, je ne voulais pas… » Évidemment que c'était un mensonge. Mais c'était surtout inapproprié.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Dim 9 Avr - 9:45
Les raisons pour lesquelles notre équipe marche autant sont multiples, toutes gonflées par la chance. Mais il y a bien une chose dont je suis conscient lorsque je bosse avec Sue, c'est qu'il n'y a aucune concurrence entre nous. Les employés de notre entreprise sont incapables de ne pas tenter de voler la vedette à leurs partenaires. Pas pour une promotion ou une prime, juste le plaisir d'écraser l'autre. Allié ou pas. C'est l'effet pervers de la mentalité de gagnant.

Nous deux n'en sommes plus là. J'étais comme ça aussi, même envers ma propre petite-amie de l'époque. Mais la rupture m'a fait réaliser toutes les valeurs que j'ai abandonnées stupidement pour de petites victoires mesquines... Je mentirais en disant que je m'y suis tenu en entrant à Rand. La rage de vaincre, les mauvaises habitudes... Mettez ça sur le compte de ce vous voulez. Puis j'ai eu ma première affaire en partenariat avec Sue. Sa manière de travailler était déjà peu communes, axée sur plus de sincérité que les autres, qui plaisait à nos clients. Mais ce qui m'a transformé définitivement en un autre homme d'affaire n'est arrivé qu'à la conclusion du contrat, quand elle dut faire son rapport. Je n'etais pas invité, ce n'était que ma troisième affaire dans l'entreprise après tout.

Dans des circonstances pareilles, n'importe qui aurait sauté sur l'occasion pour mettre en avant ses propres qualités et sa participation. Exagérant certaines actions. Pas Sue, elle ne dit qu'une chose: c'était un travail d'équipe. Je ne connais personne dans le monde des affaires qui aurait dit ça de bute en blanc à la personne qui décide de ses subprimes et de ses promotions. Comment je le sais? J'ai piraté les caméras du bâtiment pour surveiller depuis mon QG. Ce jour-là, j'ai découvert qu'on pouvait garder son âme en étant ce qu'on est. Et que c'était avec Suzanne seule que je voulais travailler sur les grosses affaires. Elle venait de m'aprivoiser sans le réaliser.

Maintenant, il est facile de comprendre toute l'importance que cette femme a pour moi, elle m'a littéralement faite. Je ne le lui montre pas, gardant mon comportement insouciant et sarcastique. Mais en comparant le comportement que j'ai envers elle et les autres, c'est le jour et la nuit. Je n'étais pas prêt à m'ouvrir, mais ce soir, quelque chose me rend plus audacieux. Et elle aussi, on dirait, puisqu'elle me saute dans les bras impulsivement, dans sa joie d'avoir conclut ce contrat sans le moindre écart. Son parfum explose dans mes narines, créant un effet enivrant qui me pousse à placer mes bras autour de sa taille de guêpe. Son sourire est irrésistible... C'est ce que j'aime le plus chez elle.

Mon regard gourmand passe de ses yeux à ses lèvres, puis de ses lèvres à ses yeux, avant de sentir ma collègue se détacher. Je maintiens délibérément l'étreinte malgré le fait que je la sens me repousser. C'est juste pour le plaisir de lui résister légèrement, avant de céder et de la voir faire un pas en arrière. Je sens un vide que j'aimerais combler en trouvant d'autres raisons de la voir sourire. Je crois à peine ses excuses, elle est incapable de me mentir correctement. Mais je joue le jeu, pour ne pas qu'elle se sente mal à l'aise.

"Aucun problème Sue, je te connais assez pour savoir que tu peux te montrer parfois excessive dans tes réactions."

Dis-je un sourire ironique sur les lèvres. La vérité c'est que pour une femme aussi riche, Suzanne est des plus simples en bien des domaines. Elle est tout le contraire de l'excès, il suffit de voir comment elle est habillée et maquillée. Le strict minimum et c'est déjà suffisant pour me faire tourner la tête. Je dois avouer que son charme passe beaucoup par sa nature modérée. Même quand je lui assure qu'on est gagnant d'avance d'après mes calculs minutieusement faits, elle préfère rester prudente. Elle a toujours la tête sur les épaules, de nous deux, c'est sur elle qu'on peut le plus compter.

"Après ce qu'on vient d'accomplir, je propose qu'on se reserve cette soirée. Allez viens!"

Je lui tends le bras pour qu'elle le saisisse, avant de descendre rejoindre les clients ordinaires. Je me poste avec elle devant le bar et commande deux verres. Je prends le mien et le bois. Comme toujours, ça ne me fait aucun effet. Ma physiologie absorbe les effets de l'alcool instantanément, bien trop vite pour que j'en ressente quelque chose.

"Je ne déteste pas ce genre d'endroit, mais que dirais-tu d'aller dans un endroit plus sympa dès que tu auras terminé ton verre? Des amis m'ont invité à une fête que j'ai refusée en croyant que je ne pourrais pas y être à temps. Mais il n'est qu'une heure du matin, la fête doit encore battre son plein."

Je ne me sens pas très à l'aise dans ce genre d'endroit, j'aimerais profiter des bonnes dispositions de Sue pour l'emmener en terrain connu. Là, je pourrais tout donner.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Dim 9 Avr - 22:29

UN SIMPLE DUO... OU PLUS ?

FT. RANDALL KEEGAN

« Aucun problème Sue, je te connais assez pour savoir que tu peux te montrer parfois excessive dans tes réactions. » J’avais vraiment agi comme une imbécile. Le contrôle, c’était ce qui te permettait de survivre. Et plus le temps passait, plus je perdais le mien. Sans compter que Randall était mon collègue, notre relation ne devait relever que du professionnel uniquement. Mais ces foutus… sentiments ? Me gâchaient la vie. Et le pire, c’est que j’avais beau tenté de les mettre de côté, ils me revenaient toujours à la figure. Une gifle de leur part et j’étais ramenée à cette dure réalité. A dire vrai, je n’ai jamais ressenti une telle chose pour un être humain. J’étais de nature assez sociable et pourtant j’avais été loin de m’approcher de trop près à la gente masculine. Il fallait croire que malgré mon côté extraverti, je m’étais toujours mieux sentie accompagnée par moi-même. Je n’avais jamais vraiment eu l’occasion de connaître d’avantage quelqu’un comme je connaissais Randall. Peut-être qu’au fond, c’était pour cette raison qu’il se trouvait être si unique à mes yeux. Il fallait dire que peu de personnes en ce monde m’étaient chères. Au temps de Chicago, je ne m’étais guère accroché aux gens. J’avais trouvé ça assez inutile, et j’avais été beaucoup trop concentrée sur ma carrière pour cela, en plus du fait à chercher à fuir sa propre famille.

Je me doutais bien que Randall n’était pas dupe ; mes excuses étaient bidons mais j’imaginais que mon partenaire avait conscience de cette limite qu’il valait mieux éviter briser. Même si honnêtement j’avais parfois envie de jeter toute cette histoire de règle par la fenêtre et de franchir le pas. Cependant, il y avait une chose dont je n’étais pas sûre : la réciprocité. Me jeter dans le vide n’était pas le but souhaité. « Après ce qu'on vient d'accomplir, je propose qu'on se réserve cette soirée. Allez viens ! » Alors qu’il me l’offrait, j’attrapais son bras et l’accompagnais jusqu’au rez-de-chaussée. Soit, passons le reste de la soirée ensemble. Qu’est-ce qu’il pourrait bien se passer de mal de toute façon ? Avalant mon verre sans réfléchir, je le reposais devant moi. Je savais que ce n’était qu’une question de minute avant que mon corps n’évacue l’alcool. Bon sang, je risque d’être mal si lui finit ivre et que moi non alors qu’on aura bu la même chose. Mais changement de plan. « Je ne déteste pas ce genre d'endroit, mais que dirais-tu d'aller dans un endroit plus sympa dès que tu auras terminé ton verre ? Des amis m'ont invité à une fête que j'ai refusée en croyant que je ne pourrais pas y être à temps. Mais il n'est qu'une heure du matin, la fête doit encore battre son plein. »

Je laissais un air songeur prendre place sur les traits de mon visage, allant même jusqu’à vaguer mes yeux en hauteur. « D’accord. Mais pas longtemps, ça m’a épuisée. » Je reportais mon attention sur lui, accompagnant mon regard d’un petit sourire incertain. Je jetais un regard aux personnes autour de nous. Partir d’ici serait en effet une bonne idée. Je commençais à ne plus supporter la chaleur étouffante et la musique qui devenait beaucoup trop forte pour mes oreilles. « Décidément, c’est une chance qu’on ne travaille pas demain. » Je lui adressais un nouveau sourire avant de me redresser, et de me diriger vers la sortie le plus rapidement possible. Une fois que je retrouvais l’air frais de l’extérieur, je restais quelques secondes à la respirer, me sentant un peu mieux. Bon sang, j’aurais été capable de faire une crise d’angoisse si on était restés plus longtemps à l’intérieur de cette boîte de nuit. Puis une pensée me traversa l’esprit. L’idée de retourner cloîtrée dans une voiture m’en donnait des frissons. Je me retournais vers Randall, arborant un joli sourire. « C’est loin ? On pourrait y aller à pied, ça nous changerait. » J’avais remarqué qu’il y avait beaucoup moins de monde qu’habituellement et l’atmosphère était plutôt agréable. Alors pourquoi pas ?

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Dim 9 Avr - 23:54
Je le sens. Quelque chose... Quelque chose est possible entre nous. ça ne peut pas qu'être mon imagination. Je sais comment elle est, ses inclinations envers moi, ces mimiques nouveaux, son air parfois charmeur...Je ne laisse pas Sue indifférent. Je veux le croire, sinon je n'y survivrais pas. Le problème des gens aussi renfermés que moi, c'est qu'une fois qu'elles s'accrochent à quelqu'un, elles deviennent comme... dépendantes. Je serais littéralement détruit si elle venait à me rejeter, alors je vais faire les choses correctement. Lutter contre mon impatience de lui dire à quel point son sourire est ce qui me rend le plus joyeux quand on est ensemble, et me donne envie de la taquiner aussi souvent que possible. Il faut que j'arrive à placer cette phrase quelque part dans nos conversations. Pour ça, je vais d'abord en avoir la légitimité.

Elle réfléchit un instant -ou fait semblant de réfléchir je sais jamais- avant de répondre par l'affirmative. J'aurais voulu crier un "yes", mais ce n'est pas le moment de lui foutre la trouille. Elle me sourit deux fois de suite, c'est comme des récompenses pour moi. Je la laisse avancer vers la sortie, étirant les lèvres dans sourire victorieux.

"Vraiment? On ne travaille pas demain? J'en avais aucune idée..."

Quand je vous disais que je suis irresponsable, je n'en avais vraiment aucune idée. De toute façon, avec mon métabolisme, je récupère beaucoup plus vite. Je pourrais passer plusieurs jours sans dormir, mais à éviter pour être au top de mes capacités et de mon humeur.

Ce que j'ai envie de lui prendre la main... Ce que j'ai envie... On dirait un gosse qui découvre l'amour, c'est tellement puéril. Et en même temps, ce n'est que mon deuxième crush, c'est un peu comme si c'était mon premier amour... Pour la deuxième fois. Je laisse Sue respirer dehors un moment, pour aller donner des directives au voiturier et au chauffeur de la limousine pour le client. Puis, je reviens vers elle en poussant une moto rouge que j'ai fait livrer pour moi par avance. En effet, j'avais prévu de rentrer en moto avec Sue et laisser le client tout seul, bourré, rejoindre son immeuble à son nom en limousine. Il n'en aurait de toute façon rien eu à faire. On change juste légèrement le plan pour nous deux.

"J'ai beaucoup mieux! J'espère que tu ne crains pas la vitesse Sue!"

Au vu de sa taille, je l'aide à monter sur l'engin, en Amazone à cause de la robe, avant de lui passer un casque. J'enfile ensuite le mien, avant d'enfourcher la moto. Une fois bien installés tous les deux, j'attrape son poignet droit pour placer le bras autour de mon buste, sous mes aisselles, puis je fais pareil avec son bras gauche, juste au-dessus de ma taille. C'était inutile et gratuit... Juste le plaisir de sentir la peau nue de ses bras sous ma main, et la sentir m'agripper avec ses bras. C'est mal je sais...

"Accroche- toi blondie, ça va décoiffer!"

Je baisse la visière et accélère d'un coup, faisant un bruit monstre qui alerte les quelques peu de personnes dans les rues. Les routes nationales sont peu fréquentées, je peux faire des slalomes, sans dépasser les soixante-dix kilomètres heures non plus. C'est déjà beaucoup, mais bon... J'ai toujours aimé la vitesse. Je tourne régulièrement la tête derrière moi pour vérifier que Sue va bien, j'espère que cette balade lui plaît. Je ralentis en arrivant à Central Park, pour ne pas nous faire remarquer en nous garant. Je m'arrête dans un parking.

"On est y est!"

Speed, toujours speed. Je descends du bolide, avant d'aider mon amie à faire de même, récupérant son casque pour le ranger. En me retournant pour partir, je saisis au passage sa main l'air de rien, glissant mes doigts entre les siens. Pour passer ce moment de gêne, je lance calmement en passant l'entrée:

"Tu ne vas probablement pas tout de suite croire ce que tu vas voir, c'est un secret très bien gardé..."

Je l'emmène à travers les chemins, les petits bois et enfin, nous débouchons dans une clairière plutôt large. Elle dois me prendre pour le type le plus louche du monde à l'emmener au milieu de nulle part. Personne n'a jamais dit que je le suis pas... Mais au lieu de tomber dans un endroit désertique, il y a d'innombrables personnes rassemblées. Une fête illégale.

"C'est une sorte de club secret qui n'a même pas de nom. Personne ne sait jamais où et quand elle aura lieu, mais c'est toujours blindé de monde."

Je la balade entre les gens, beaucoup de feux ont été allumés, certains servant à faire cuir quelque chose. Il y a divers choses autour de nous, certaines étranges, d'autres moins. Des gens se font tatouer, allongés sur l'herbe. D'autres sont recouverts de peintures fluorescentes, d'autres sautent à l'eau nager nus sans aucune pudeur, d'autres font des mini- concerts de leurs instruments, accompagnés ou non par des chanteurs, d'autres fument avec leur chicha... Il y a de tout et c'est bien plus sain que la boîte de nuit. On est à l'air libre, en liberté. C'est l'esprit même de cette fête clandestine. J'emmène Sue à un barbeuc en particulier près de l'eau, prenant une brochette pour la lui tendre.

"Salut Thiery, merci de m'avoir invité mon pote!
- Comme toujours, on est heureux de t'accueillir mon frère! C'est qui? Ta cousine?"

Même lui -une personne que je côtoie assez peu comparée à Sue- sait qu'il y a peu de chance que j'emmène une fille étrangère avec moi, parce qu'il sait trop bien ce que ça signifierait et qu'il ne me voit pas avoir ce genre de pensées. Je souris, pas du tout vexé.

"Non, c'est une amie.
- Et ben... Elle est canon!
- Tu te calmes mec..."

Il n'a pas demandé son nom, personne n'a de nom ici. On est "frère", "pote", "cousin" ou autre. Je prends une brochette pour moi et m'éloigne en croquant dedans. Comme toujours, la viande est tendre et juteuse comme je l'aime. Je m'arrête devant un concert de guitare, Sue et moi sommes les seuls debout.

"Dis- moi que tu t'amuses, Sue."

Je tourne le visage vers elle, offrant le profil de celui- ci au concert.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Mer 12 Avr - 17:14

UN SIMPLE DUO... OU PLUS ?

FT. RANDALL KEEGAN

Cette boîte de nuit n’était généralement pas l’endroit que je préférais. Je n’étais pas comme toutes ces autres filles superficielles qui y allait parce-que c’était « cool ». Non, je devais bien l’admettre, j’aimais les soirées calmes devant une série avec un bon chocolat chaud entre les doigts. J’aimais passer du temps avec mon frère – même lorsque c’était moi qui me faisais engueuler – ou encore traîner au café du coin. Le bar avec Randall, c’était le soir après le travail afin de décompresser. J’étais loin d’être une fille compliquée et j’aimais la simplicité, quelle qu’elle soit. Même lors de ma tendre enfance, j’ai toujours aimé garder une certaine banalité. J’aurais très bien pu devenir l’une de ces filles aveuglées par l’argent. Mais je me suis contenté de valeurs plus justes et surtout humaines. C’est ainsi que les limousines, ces robes à un prix indéfinissable étaient beaucoup trop pour quelqu’un comme moi. C’était l’une des raisons qui me poussait à rejeter un nouveau et énième voyage dans ce carrosse d’un noir impeccable. « J'ai beaucoup mieux ! J'espère que tu ne crains pas la vitesse Sue ! » Je n’ai même pas vraiment eu mon mot à dire. Il en faisait beaucoup trop, comme toujours. Je devais pourtant accepter que le voyage ne fût pas désagréable. Où m’emmenait-il ? Lui-même ne me l’avait pas révélé.

« On est y est ! » Son avertissement me tira hors de mes pensées alors que je m’extirpais à mon tour du bolide. Inconsciemment – du moins d’après moi, il m’agrippa la main. Je ne tentais même pas de l’extirper de son étreinte, appréciant la chaleur de sa paume contre la mienne. « Tu ne vas probablement pas tout de suite croire ce que tu vas voir, c'est un secret très bien gardé... » Que cachait-il encore ? Je n’osais pas lui demander. Dans tous les cas, si cette virée nocturne dégénérait, je serais en mesure de me défendre. Autant lui faire confiance, malgré son caractère bien trop opposé au mien, il y avait certaines choses sur lesquelles il restait fiable – et ce malgré ma déception lorsqu’il faisait des bêtises. Les arbres défilaient à nos côté et les chemins se faisaient de plus en plus étroits. Le nôtre déboucha sur une grande clairière. Les festivités éclatèrent à mes yeux que je laissais parcourir autour de moi au fur et à mesure que Randall m’entraînait avec lui. Nous nous arrêtâmes et il me tendit une brochette. Haussant les épaules, je la pinçais entre mon pouce et mon index et me retournait pour laisser mon regard profiter de la bringue, mordant dans la viande.

« Dis-moi que tu t'amuses, Sue. » Terminant ma brochette et la jetant dans une poubelle à proximité, ma tête se hocha. « Plutôt oui. Je ne pensais pas que tu aimais ce genre d’endroit. Enfin, d’un côté, ça ne m’étonne pas plus que ça. » J’émets un léger rire afin de ponctuer ma phrase et retourne mon visage vers le concert de guitares qui nous faisait face. Sans réfléchir plus, je glissais ma main dans la sienne et étirais un petit sourire réconforté. Cette soirée avait pris une tournure que je n’aurais jamais pu imaginer, et j’avais pu découvrir des choses nouvelles. De plus, je la passais en très bonne compagnie. Laissant échapper un souffle, je me tournais à nouveau vers mon partenaire. La fatigue m’avait rattrapée, et malgré l’ambiance de cet endroit que j’appréciais de plus en plus, je crois que j’étais à deux doigts de ne plus tenir sur mes jambes. Un nouveau sourire accompagna mes paroles. « Que dirais-tu qu’on aille dans l’un de mes endroits ? » Une idée m’avait traversé l’esprit. Et maintenant qu’il m’avait montré ses fréquentations, je considérais que c’était à mon tour, que je devais lui rendre la magie.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Mer 12 Avr - 21:18
Je souris à sa réponse suivi d'un rire quelque peu amusé, elle sait trop peu de choses sur moi. Pour elle, je devais être le collègue excentrique mais efficace, et c'est tout ce qu'elle devait avoir besoin de savoir pour bosser avec moi. Mais ce n'est pas suffisant pour moi, pas quand je vise une relation plus profonde. Je reviens au concert avec un petit sourire satisfait. Pour mon plus grand étonnement, sa main se glisse dans la mienne, une main chaude et douce. J'essaie de ne pas montrer ma joie, mais main tremble légèrement. Cette petite sortie est un succès!

Perdu dans la musique et la sensation de sa main, il me faut un court moment pour descendre de mon petit nuage en sentant le regard de Sue sur moi. Je me tourne pour lui faire face, séparés par nos deux mains liées. Je ne peux m'empêcher de sourire en découvrant le sien, même si son sourire est assombrit légèrement par la fatigue. Sue veut qu'on aille quelque part où elle serait comme un poisson dans l'eau, comme je le suis ici dans cette soirée en plein air clandestine.

"A... Ah oui, pourquoi pas?"

Repondis-je avec une expression légèrement gênée. Je ne voudrais pas qu'elle se force pour moi, si elle est fatiguée. Elle a déjà fait beaucoup en venant. Pour une femme aussi modérée habituellement, elle a fait un long chemin, comparé à ses habitudes. Cependant, ne voulant pas gâcher son humeur, au risque de bousiller toutes mes chances avec elle quand je passerai à l'action, je préfère me taire sur mes inquiétudes. Je l'emmène en dehors de la zone, avant de rejoindre la sortie de Central Parc où nous attend notre moyen de locomotion. Je lui tends son casque, avant de mettre le mien et de m'installer.

"On va où tu veux, princesse."

Il suffira de m'indiquer la route et les directions pour que je les suive.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Ven 14 Avr - 23:33

UN SIMPLE DUO... OU PLUS ?

FT. RANDALL KEEGAN

Randall ne sembla pas contre lorsque Susan lui proposa qu’ils aillent ailleurs. Elle devait bien admettre que l’ambiance était plutôt tranquille, bien que ce ne soit pas le genre d’endroit qu’elle aurait pris la peine de visiter. Cependant, la fatigue prit le dessus sur ses émotions, prit le dessus sur son propre contrôle. Elle devait bien lutter pour garder ses pouvoirs enfouis au plus profond d’elle-même, il valait mieux pour eux qu’ils dorment. Un soupire s’échappa des lèvres de la blondinette, tandis que son souffle se remarqua dans l’air qui se fit plus frisquet. Elle rentra légèrement sa tête dans ses épaules, tandis que sa main lâcha celle de son partenaire pour venir s’enfoncer dans les poches de sa veste beaucoup trop légère pour cette heure-ci. Dieu seul savait d’ailleurs quelle heure il était actuellement. Susan se rendit soudainement compte qu’elle avait oublié son téléphone portable à Rand Enterprises. Elle l’imaginait bien, posé sur un coin de son boulot, quelque peu délaissé alors que des fiches plus importantes étaient posées face à la jeune femme d’affaire qui y prêtait carrément plus attention. Une légère moue se dessina sur le visage de Susan, tandis qu’elle espérait que Simon n’ait pas tenté de la rejoindre tout ce temps qu’elle a passé sans ton téléphone, craignant qu’il ne le prenne comme un signal signifiant qu’elle était en danger, et qu’en découvrant la véritable raison, elle espérait qu’il ne lui en veuille pas.

Elle fut tirée de ses pensées lorsqu’ils arrivèrent tous deux au parking où la moto était reposée sur l’une des nombreuses places vides. Peu de gens traînaient encore à cette heure-ci. « On va où tu veux, princesse. » Un sourire se dessina sur les lèvres de la blonde qui attrapa le casque avant de le mettre. « Très bien. Alors je conduis. » Quelques minutes plus tard seulement, Susan se gara sur un parking non loin de Times Square. Otant son casque, elle le rangea et se tourna vers Randall, arborant toujours un petit sourire. « Tu vas voir. L’endroit où je vais t’emmener est magique. » L’attrapant à nouveau par la main, cette fois-ci sans sécréter de gêne particulière, sûrement par le fait qu’elle commença à s’habituer à cette étreinte si spéciale et si réconfortante, la jeune femme quitta le parking. Les animations de Times Square demeuraient actives, et comme d’habitude une grande partie de la population restante était recentrée dans cette partie de la ville. Pourtant, Susan ne s’y arrêta pas. Ce n’était pas ce qui l’intéressait. Elle se dirigea vers un mini-quartier un peu moins connu de tous. Un quartier qu’elle appréciait tout particulièrement, un quartier où elle pouvait se sentir comme chez elle. Il se trouvait non loin de son appartement, alors dès qu’une insomnie la frappait, elle aimait s’y réfugier.

Diverses odeurs se mélangeaient. Elles parvinrent rapidement aux narines de la jeune femme tandis qu’ils s’en rapprochaient. Plusieurs spécialités de différents pays s’y trouvaient. Des cerisiers en fleur tels que l’on n’en trouve plus se dressaient de temps en temps en plein milieu des grandes ruelles, tandis que les stands se rétractaient sur les côtés. Des bancs accompagnaient ces arbres aux pétales d’un rose pâle qui chutaient de temps en temps. Les couleurs que dégageaient cet endroit étaient multiples, vives. Les gens ici étaient adorables, de tout âge et de toute nationalité. Blondie se retrouvait émerveillée face à cet endroit chaque fois qu'elle y pénétrait, impressionnée par toute cette culture qu'il dégageait. Une vieille dame, qui les aperçu de loin, s'approcha et leur donna une bougie à chacun. En regardant de plus près, tous les autres passants en possédaient également une. Susan continua de marcher doucement dans les ruelles, adressant des sourires aux autres gens qui les frôlaient. Il y avait un peu moins de monde que les autres fois où elle était venue, mais ce n'était pas grave. Les habitués demeuraient présents, comme à chaque fois, et Susan s'arrêta face à une sorte de café/bar/restaurant japonais. En entrant, elle salua le personnel et quelques clients déjà présents, puis alla s'asseoir à la table du fond. Posant sa bougie dessus, elle s'installa sur sa chaise et attendit que Randall ne le fasse à son tour. « Tu vas voir, ils ont des spécialités ici que tu vas adorer. »

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Sam 15 Avr - 0:26
Je suis resté interloqué devant Sue, quand elle m'a dit vouloir conduire. Sérieusement? Elle sait conduire une moto? Je reste un moment le casque en main, la regardant s'installer. Je m'attends à ce qu'elle me dise "c'était une blague!" à tout moment. Mais non, elle a vraiment le cul posé à ma place habituelle, dans la posture adéquate pour conduire. Je souris finalement en enfilant le casque, elle m'étonnera toujours. J'enlace la taille de ma collègue, alors qu'elle démarre. Pour une fois, la première fois pour être plus précis, je regarde les lumières de la ville défiler avec une attention soutenue. D'habitude, j'ai le regard rivé devant moi, car c'est moi qui conduit. Cette fois, c'est une personne qui mène le jeu, une personne en qui j'ai totalement confiance. Je ne peux que sourire, et m'apaiser en écoutant le son du monteur se mêler au vent.

"Time Square? Pourquoi pas."

Je descends de la moto en m'étirant, craquant mes os. J'ai pas osé bouger un seul doigt, la confiance a ses limites. C'est ma première fois après tout, on peut bien me pardonner d'être légèrement inquiet que quelqu'un d'autre que moi- même traverse une aussi grande distance sur le moyen de locomotion le plus dangereux en ville... J'espère qu'on aura d'autres occasions de m'apprendre à me fier à sa conduite, qui me paraît impeccable cette nuit. Les bruits de la foule me reviennent en plein face, ainsi que les odeurs et les lumières bien plus variées à présent. Cette fois, c'est au tour de Sue de prendre l'initiative de prendre ma main. Elle est plutôt sereine, moi aussi. Je presse sa main dans la mienne en entamant la petite balade. J'essaie de ne pas rougir en réalisant que les seules personnes qui se tiennent la main autour de nous sont visiblement des couples, j'espère que ça ne va pas la dissuader de continuer à garder la mienne...

"Ah... Donc cet endroit magique n'est pas à Time Square? T'es sûre d'être New-Yorkaise?"

Heureusement, on quitte rapidement Time Square, je commence à retrouver mes aises. Il va me falloir un peu de temps pour m'habituer à cette nouvelle relation... S'il y a vraiment quelque chose et que c'est pas juste mon imagination. J'ai failli m'arrêter plusieurs fois à cause de mon émerveillement. Ce quartier a l'air irréel, comment un endroit comme celui- ci pouvait exister sans qu'on en entende jamais parler? ça doit être dans une dimension parallèle seulement accessible à une certaine minorité, c'est pas possible sinon. C'est un petit paradis sur Terre, l'harmonie des cultures autant dans l'aménagement de l'environnement notamment avec ces cerisiers en fleurs, que le mélange des peuples. N'importe qui voudrait finir sa vie dans un cadre comme celui- ci, et pourtant, personne ne s'y intéresse... A part Sue. Mes yeux ne peuvent s'empêcher de la reluquer en permanence, cette femme m'étonne de plus en plus.

"Putain, je veux vivre ici. Mes enfants grandiront en faisant des galipettes sur ces bancs, et ma femme sera une geisha."

Je disais ça pour rire bien sûr, bien que j'y croyais à moitié. J'essaie de sourire aux gens, comme mon guide le fait si bien. Au début, j'étais crispé: je n'ai pas l'habitude de sourire à des inconnus, juste pour sourire. Avec un peu de pratique, c'est devenu aussi naturel que pour Sue. Nous arrivons dans un restau où nous entrons humblement. Je m’assois en face de ma collègue, au fond de la salle, posant ma bougie devant moi.

"Pourquoi cette bougie? Cette dame semblait en donner à tout le monde, ça doit forcément avoir une signification."

Je tends la main au-dessus de la table pour glisser doucement mes doigts entre les siens, sans les serrer, me contenant de les poser sur le dos de sa main en souriant. Je laisse mes doigts caresser légèrement sa peau.

"T'as l'air très à l'aise ici, avec ces gens. ça fait longtemps que tu fais ça? Venir dans ce quartier, saluer et sourire à des tas de gens dans la rue et les restau?"

Quelque chose me vient soudainement à l'esprit en me rappelant le nom de la rue. Je fronce légèrement les sourcils, en réfléchissant à dix fois avant de demander simplement:

"Mais attends, t'habite dans le coin je crois, non?"

Mon coeur rate un bond, mais qu'est-ce que ça veut dire? J'ose pas le dire, j'ose pas le penser, j'ose pas y croire... Elle m'a quand même emmené près de chez elle, est- ce qu'elle a quelque chose de précis en tête? Je dois me calmer, je voudrais me gifler mais ça serait trop flippant pour elle. J'attends que la bouffe arrive pour manger. En attendant, je commence à légèrement trembler de trac.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   Sam 15 Avr - 18:33

UN SIMPLE DUO... OU PLUS ?

FT. RANDALL KEEGAN

Ce quartier était tellement impopulaire qu’il ne portait aucun nom. Mais pour Susan, c’était « Wonderland », l’endroit aux mille et une merveilles comme on n’en trouvait plus. Les différentes cultures se faisaient ressentir, se faisaient sentir et se faisait voir au fur et à mesure que l’on avançait dans le quartier. Pour le moment, le seul mini-quartier qu’avaient pu visiter Susan et Randall ensemble était celui présentant les stands, restaurants, boutiques et autres bâtisses asiatiques. La blonde appréciait particulièrement ce coin du quartier, puisqu’il fut le premier qu’elle ait eu l’occasion de parcourir – toujours avec émerveillement – et elle y connaissait le plus de monde. « Putain, je veux vivre ici. Mes enfants grandiront en faisant des galipettes sur ces bancs, et ma femme sera une geisha. » Une réflexion qui tira un léger rire à la jeune femme. Il était véridique que vivre parmi toutes ces cultures auraient pu s’avérer intéressant et très riche, cependant ce n’était qu’un quartier commerçant doté de lieux publics. C’était l’une des rares zones de New York City à ne recueillir aucune habitation.

Installée sur la chaise faisant face à Randall, Susan laissait ses yeux contempler la bougie brûlant la cire, tandis qu’une délicieuse odeur s’en était extraite. Cette odeur était tellement désagréable qu’elle sentait ses muscles se desserrer, sa tension s’échapper petit à petit. Ce fut le jeune homme qui la tira de cette envoûtante hypnose. « Pourquoi cette bougie ? Cette dame semblait en donner à tout le monde, ça doit forcément avoir une signification. » Retournant la tête vers lui, Blondie hocha la tête. « En effet. » Cette dame, plus connue sous le nom de La Bienveillante, lui avait un jour expliqué la signification, confrontant cette dernière à la curiosité de Susan. « Elle m’a dit que c’était une chose nécessaire afin de purifier l’âme. » Une réponse qu’elle lui attribua en haussant les épaules. « Une très vieille tradition générée par sa famille depuis des siècles, une tradition que chaque génération s’efforce de perdurer. Ici, elle tente de transmettre sa culture en offrant une bougie à chacun. » Cette explication pouvait s’avérer quelque peu étrange, mais les goûts, les couleurs et surtout les cultures, ça ne se discutait. « C’est japonais ! Je ne suis pas sûre que ça ait véritable d’impact, mais une tradition est une tradition. N’est-ce pas ? »

Alors qu’un serveur fit surface, la demoiselle commanda deux plats – le même – ne révélant que « comme d’habitude » avec un clin d’œil au jeune homme, peut-être même adolescent, qui avait l’habitude de la servir. « Ne t’en fait pas, je pense que tu vas aimer. Et au pire des cas, tu n’auras qu’à me donner si tu n’aimes pas. » Un sourire se présenta chaleureusement sur ses lèvres. « T'as l'air très à l'aise ici, avec ces gens. Ça fait longtemps que tu fais ça ? Venir dans ce quartier, saluer et sourire à des tas de gens dans la rue et les restaus ? » Hochant la tête, elle baissa les yeux vers sa bougie pendant quelques secondes puis les relevèrent vers son partenaire. « En effet. Peu de temps après être revenu à New York City, et peu après m’être officiellement installée, j’ai trouvé cet endroit. J’ai tout de suite été très fascinée, et il m’a marqué. J’ai rencontré des personnes extraordinaires et je me suis habituée à venir souvent. Ce qui est bien, c’est que c’est tout autant actif en pleine nuit voir encore plus. » Puis Randall lui balança une vérité en plein visage à laquelle Susan n’avait pas pensé. « Mais attends, t'habite dans le coin je crois, non ? » Se redressant légèrement et remarquant la gêne que cet élément pouvait créer, Susan hocha de nouveau la tête. « Oh. En effet. Je n’avais pas pensé à ce détail. » Elle laissa échapper un petit rire nerveux. « Pour tout t’avouer, je me sens carrément plus chez moi ici que dans mon propre appartement. Ça ne m’avait pas effleuré l’esprit. » Le jeune serveur était revenu, quelques minutes plus tard, avec deux plats de nouilles bien spéciales, qu’il posa face aux deux jeunes gens, ajoutant un « Bon appétit » sur son passage.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]   
Revenir en haut Aller en bas


 
Un simple duo... Ou bien plus? [PV: Susanne Williams]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAVAGE 25 M'diFieD
» une simple histoire de bal ... ^
» Test en simple aveugle de câbles HDMI
» Mini clean and simple à rabats par steph63
» Comment bien ranger ces BD

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: La Pause Café :: Cimetière :: Anciens rps-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: