AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les postes vacants/personnages marvel aux personnages inventés
lors de votre inscription !



L'intrigue #2 est lancée !
Les inscriptions sont maintenant ouvertes à tous ! Venez en grand nombre !



N'hésitez pas à venir voter pour le forum toutes les deux heures :
juste ici



La boutique est finalement ouverte ! Venez dépenser vos dollars
juste ici I love you



Le 1er Daily Bugle est enfin arrivé !
Le Lire


Les mutants sont remis en jeu & ont été rajoutés à la chronologie du forum !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 brotherhood ⊹ ft. simon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: brotherhood ⊹ ft. simon   Dim 26 Mar - 19:26

BROTHERHOOD

FT. SIMON S. WILLIAMS



SONG HERE.


Les choses n’ont jamais été faciles. Nous possédons chacun des regrets, à l’opposé des choses dont nous sommes fiers d’avoir accompli. Il est facile pour le monde de nous blâmer, ou de nous acclamer. Les gens ne partagent jamais la même opinion sur ce que nous sommes. Le plus vaillant des héros, est capable de culpabiliser au plus profond de lui pour tous les meurtres qu’il n’a pas empêché. Même la pire des ordures peut se sentir coupable pour tous ses méfaits. Et nous nous trouvons à ce jour dans une société qui juge beaucoup trop, qui ne cherche pas à comprendre, qui ne se basent que les faits et parfois rumeurs. Je ne sais pas si je suis une bonne personne. Après tout, chacun vit sa vie comme il l’entend et j’ai tenté de me tracer une voie dans le monde d’aujourd’hui. Un monde en constant changement, témoin d’êtres surnaturels, de surhommes. Des individus que, parfois, la nature n’a pas créés. Et chacun met à profit ses capacités selon ses propres désirs. Même après toutes ces années, je ne suis pas encore sûre d’avoir trouvé ma place en ce bas-monde. Il est facile de se remettre en question ; ce qui est compliqué c’est de trouver une solution. Mais n’est-ce pas là toute la complexité de l’humanité ? Qui sommes-nous à errer ainsi sur ces terres, incertains de notre destinée ? Peut-être que ces surhommes sont en vie pour nous montrer l’exemple, à nous citoyens. Ou peut-être forment-ils une idée que nous ne devons pas suivre. Tant de questions restent encore sans réponse à ce jour. Et je pense faire partie de ces personnes qui s’en trouvent frustrées. Pourquoi continuer à avancer lorsque nous n’avons pas même idée de ce qui est bien ou de ce qui est mal ? Le monde peut constater les faits : certains mettent leurs capacités à disposition de la protection des populations, et d’autres cherchent à les nuire. L’Humain est perdu, lâché dans une jungle et ne survivra pas longtemps à ce stade.

C’était du moins ce que j’en pensais. Mais qui suis-je pour imposer des idées qui pourraient s’avérer erronées ? C’est d’un souffle las que je me redressais, extirpant mon dos de la surface moelleuse du canapé. Je présentais sûrement des traits nostalgiques, confus, tristes, qu’est-ce que j’en savais. J’étais moi-même incapable de déterminer ce que j’avais sur le cœur, d’étiqueter un mot sur mes émotions. Je sentais parfois mon cœur se serrer quant à certaines pensées. Je sentais parfois une totale perte de motivation. Je sentais parfois l’envie de me lever et de tout détruire sur mon passage. L’air frais, faisant frissonner ma peau, me ramena à la réalité. La voix d’un journaliste parvint à mes oreilles puis je fus interpellée lorsqu’il prononça mon propre nom, découvrant ainsi que le discours que j'avais prononcé quant à ma nouvelle place passait devant des millions d'auditeurs. « Mon nom est Susan Williams. Vous avez peut-être – sûrement – déjà entendu parler de moi. Cadette d’Eric et du célèbre Simon Williams, et fille de Sanford et Martha Williams. Vous souhaitez savoir ce qu’il m’est arrivé ? J’ai renié ma famille pour pouvoir tracer ma propre route. Et regardez où j’en suis aujourd’hui ! » Un léger rire éclaira son visage et amena la foule à s’enthousiasmer. « Quelqu’un devait bien prendre la place après le licenciement de Ward et Joy Meachum. J’ai gravis les échelons, et je travaille aujourd’hui à Rand Enterprises. Je suis ce quelqu'un, et j'assurerais désormais leurs fonctions en compagnie de Randall Keegan. » Elle laissa quelques secondes s’écouler, hésitant à rajouter quelque chose à sa déclaration. « Merci à tous. » Susan se contenta d'un sourire poli à la foule et aux caméras. Ennuyée par ses propres paroles, la blonde éteignit la télévision. Souhaitant se changer les idées, elle attrapa son téléphone portable qu’elle avait jeté à ses côtés, sur le canapé, et sortit des écouteurs de la poche de son jean. Roulant ses épaules, elle se leva et laissa Beetwen Us de Peter Bradley Adams envahir sa tête et saisir son esprit.

« Hey, stranger, or may I call you my own. I know I don't know you, but there's somewhere I've seen you before. Whatever your name is, whatever you do, there's nothing between us I'm willing to loose. » Optant pour des vêtements plus confortables – des vêtements de sport, Susan referma la porte à son passage. Dans le couloir, elle croisa sa voisine, une vieille femme dont elle n’avait jamais connu le nom et qui la méprisait sans qu’elle ne sache réellement pourquoi – peut-être à cause de sa nouvelle place au sein de Rand Enterprises. Comme quoi, on ne peut pas aimer tout le monde et on ne peut pas être aimé par tout le monde. Poliment, ne faisant pas attention à la haine de cette pauvre femme, la blonde lui adressa un signe de main pour simple salut. Juger les gens selon leur métier, leur apparence, leur façon d’agir, ce n’était pas une chose à laquelle Susan adhérait. Courir allait lui servir à se défouler, à penser à autre chose. Les gens défilaient autour d'elle ; elle n'allait pas si vite. Bientôt, elle se décida à errer dans des coins moins peuplés, pour moins embêter l'active population de la ville. Puis, perdue dans ses pensées, il ne lui fallut que tourner la tête deux secondes avant de se heurter à quelqu'un. Par l'impact, elle devina que cet homme était plutôt costaud, peut-être un peu trop pour un simple humain. Susan releva les yeux vers lui, incertaine, et c'est avec stupeur qu'elle découvrit... « Simon ?! » Une véritable surprise. En revenant en ville, elle ne comptait pas aller à son encontre. Mais le destin avait l'air d'avoir décidé le contraire. Non pas qu'elle était restée en mauvais termes avec son frère, mais les années et la distance pouvait créer des tensions entre eux que Susan voulait éviter à tout prix. Non pas qu'il l'intimidait, non pas qu'elle avait peur de lui - surtout après ce qu'il était devenu, c'était plutôt la crainte de voir les erreurs qu'elle avait commises se dessiner dans les yeux de son frère. Si elle avait regardé devant elle, elle aurait peut-être eut une chance de l'esquiver. Et maintenant, il était trop tard pour échapper à ce qui devait arriver.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
DOLLARS : 833
JUKEBOX : coolio - gangsta paradise.
ÂGE DU PERSONNAGE : 2 ans.
NOM DE CODE : scarlet-spider.
PROFESSION : serveur.
RACE : incarnat.
HUMEUR : [ABSENT] loquace.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: brotherhood ⊹ ft. simon   Mer 29 Mar - 19:51
Brotherhood
ft. Susan.


Je respirais doucement, en sentant mon souffle remplir ma poitrine et s’échapper par mes narines. L’inspiration était vigoureuse tandis que l’expiration, faible. La première était pleine de vie tandis que la seconde semblait liée à la lassitude. La forte inspiration venait toujours satisfaire le corps en proie de désir de changer mes habitudes. Je me suis longtemps demandé si c’était ce dont j’avais besoin. Je me serai sans doute épargné bien des mots venant de la cadette.

J'étais un nouvel homme aujourd'hui et je pouvais passer par-dessus de nombreuses choses. Mais la famille m'a semblé un point important, pas un obstacle. Même si le caractère, les idéaux d'Eric ne me conviennent pas... Je suis persuadé que je peux faire quelque chose contre lui. Nous ne sommes pas des enfants, nous agissons à la fois en tant qu'adultes et pour nos idéaux. Je préfère continuer sur la lancée de mes prédécesseurs car c'est cette vie que j'ai toujours voulu embrasser.

Celle de la réussite et du bon fonctionnement de la société. Il est ironique de souhaiter cela quand on s'est dressés face aux Avengers mais le rideau de la colère m'a complètement aveuglé. Mais je me sais changé, et me remettre face à mon erreur ne m'égratignera pas le moindre centimètre. Ma morale restera droite et fière, car je suis content du changement que j'ai opéré sur ma personne au fil du temps. Et il était temps qu'une personne prenne conscience de son véritable potentiel. Une personne qui a choisi de suivre sa propre voie plutôt que d'oeuvrer pour une cause bien plus louable que des chiffres.

Je m'étais présenté avec cette simple veste en cuir et mes lunettes de soleil pour cacher le surplus ionique qui faisait briller mes yeux. Loin de là l'idée de fuir les paparazzi grâce à ma carrière d'acteur cascadeur, mais c'était tout simplement un besoin. Je poussais un bref soupire jusqu'à ce qu'ironiquement je comprenne qu'elle n'était pas présente. J'haussais brièvement les épaules jusqu'à m'éclipser de l'appartement. Optant pour tourner autour avant de revenir devant sa porte plus tard. Qui sait j'aurai certainement la chance de la voir en repassant.

Quittant l'endroit, je m'inscrivais dans un lieu public peu fréquenté. L'esprit occupé jusqu'à ce qu'une personne me rentre dedans. Reculant légèrement, il était rare que l'on puisse me faire bouger de la sorte, même accidentellement. Me rendant finalement compte qu'il s'agissait de Susan, le hasard faisait finalement bien les choses. La regardant, affrontant sa surprise, moi je ne bougeais pas d'un centimètre. Les mains retournant dans les poches, la jaugeant de haut en bas je finis par libérer quelques mots.

« Le frère renié est à New York, t'avais oublié ? »


Il est vrai que j'avais mal pris ses propos. Après sans doute a-t-elle préféré s'exprimer ainsi devant les médias, mais si elle le pensait... une leçon de vie allait s'imposer car je ne pouvais pas laisser passer ça. Je me raclais durement la gorge, tentant néanmoins un sourire car l'accueil après tout ce temps pouvait être au moins un minimum chaleureux. Elle restait ma soeur tout de même.

« Les affaires ont l'air de tourner Susy, au moins tu as l'esprit business made in Williams. »


fait par Blueberry


The Scarlet-Spider

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: brotherhood ⊹ ft. simon   Jeu 30 Mar - 19:02

BROTHERHOOD

FT. SIMON S. WILLIAMS



SONG HERE.


Quand tu es homme ou femme d’affaires, tu te dois de tenir certaines obligations. C’est une question de survie, autrement il y a des chances que l’entreprise coule dans le cas où tes supérieurs ne te vireraient pas avant. Parfois il faut sortir de bien belles paroles et dans un sens, c’est ce qu’avaient fait les Meachum peu avant de se faire licencier. A la presse, du moins, on pouvait raconter un peu n’importe quoi et cacher certains soupçons, ou calmer certaines rumeurs. Comme je disais, je ne savais pas si j’étais du côté du bien, ou de celui de mal. Il est vrai que lorsque je vois qu’une mamie peine à traverser ou qu’un voisin peine à descendre ses meubles, je leur porte mon aide. Il est dur pour moi de voir le monde en difficulté et je sais qu’au fond de moi j’aimerais effacer cette faiblesse. Mais comment ? Je n’en avais pas la moindre idée. Rand Enterprises est de nouveau sur le droit chemin mais le sera-t-elle éternellement ? D’autant plus que travailler avec quelqu’un que l’on ne connaît pas du tout et dont ses intentions vous sont inconnues est carrément plus difficile. En même temps, vous me dire, c’est l’une des complexités du monde du travail. Je me retrouve à me croiser les doigts tous les soirs pour ne pas perdre mon travail ; déjà car ça rapporte plutôt bien, de plus j’ai cette impression de pouvoir gérer ma vie telle que je l’entends et, surtout, que je ne l’ai pas gâchée en cherchant à me débrouiller toute seule. Et puis je dois avouer que mon statut me donne un certain brin de pouvoir et que si un jour j’ai la chance de changer les choses, je serais capable de le faire.

Vous allez me dire : et pourquoi ne pas utiliser tes pouvoirs ? Le truc, c’est que si je les utilise, ça serait beaucoup trop facile ! Et ça serait même tricher. Je ne veux pas me pointer les yeux luisants et menacer mon supérieur pour pouvoir garder mon job. J’apprends, je fais des erreurs et j’essaye d’en apprendre un petit peu plus tous les jours sur ma personnalité, sur ma façon de gérer les choses. Ce n’est pas ça la vie, à mes yeux tricher est le plus grand acte de lâcheté dont peut être capable l’Homme. Ou plutôt devrais-je dire les surhommes. Et Simon ? A vrai dire, je tenais tellement à me tenir éloigner de lui que je n’ai été mise au courant que du minimum à son sujet. Je devais bien avouer ne pouvoir émettre la moindre opinion à son propos pour la simple et bonne raison que, j’avais beau partager le même sang que lui, je ne connaissais pas cet homme. Avec les années qui sont passées, il a grandi tout comme Eric a grandi et tout comme j’ai grandis. Nous avons tous les trois fait nos décisions et avons tracé nos routes comme on l’entendait. Et parfois, les personnalités changent. « Le frère renié est à New York, t'avais oublié ? » J’émis un léger sourire, quelque peu maladroit mais surtout embarrassé. Je me triturais les doigts entre eux par nervosité. Le voilà, ce regard qui me lançaient des piques et signifiait que je l’avais déçu. Qu’est-ce que je le détestais ce regard ! C’était exactement ce que j’avais évité et me voilà actuellement à le confronter. Je remarquais qu’il avait assez bonne allure ; à vrai dire la carrière d’acteur devait sûrement aider. « Oh non, évidemment que non. C’est juste que je ne m’attendais pas à te voir. Ni maintenant, en ce jour ou en ce lieu, ni même… Jamais. » J’expirais bruyamment, comme quoi la tension ne m’allait pas au teint, je craignais la crise d’angoisse tellement cette situation était gênante. Je voulais m’enfuir, là maintenant, ou bien être enterrée profondément dans le sol. « Les affaires ont l'air de tourner Susy, au moins tu as l'esprit business made in Williams. » Ça c’était plutôt bien le dire oui. Je ne me souvenais pas exactement de papa et maman lorsque j’étais jeune, et bien avant que je ne les renie. La seule chose que je retenais de mon père était sa conviction, sa détermination à toute épreuve et un sens de l’administration impeccable. En revanche pour mon frère, je ne lui retournerais pas le compliment. Mais mieux valait ne pas envenimer la conversation plus qu’elle ne l’était déjà. « Il faut dire que dans le monde de « l’argent », tu n’as pas vraiment le choix. Soit ça passe, soit ça casse. Je suis facilement remplaçable et je tiens à mon travail. Il est vrai qu’il n’est pas l’idéal ou encore ce que je visais lorsque j’étais plus jeune, mais je commence vraiment à m’y habituer et surtout à m’y plaire. » Je me doutais qu’il était en colère. Et je voulais tellement me défendre. « Écoute, je sais que tu m’en veux, pour ce qu’il s’est passé il y a… j’ai perdu le compte. Cependant, regarde-moi droit dans les yeux, et dis-moi que tu n’as jamais pris une décision que tu as regretté. »

Revenir en haut Aller en bas


avatar
DOLLARS : 833
JUKEBOX : coolio - gangsta paradise.
ÂGE DU PERSONNAGE : 2 ans.
NOM DE CODE : scarlet-spider.
PROFESSION : serveur.
RACE : incarnat.
HUMEUR : [ABSENT] loquace.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: brotherhood ⊹ ft. simon   Lun 10 Avr - 19:14
Brotherhood
ft. Susan.


Évidemment le temps a oeuvré contre nous. Il nous a divisé là où nous aurions dû restés unis. La fratrie Williams n'était plus ce qu'elle était, elle n'a jamais brillé de toute façon. J'étais dans le même bateau que Susan depuis des années mais ses capacités... Je ne les ai jamais vu se déployer pour une cause de grande envergure. J'ai fais en sorte que mes dons soient au service de causes importantes...

Elle pourrait aussi. Mais elle a préféré embrasser une carrière où des requins perdurent depuis des années, surtout dans ce pays. Elle avait de la prestance, du charisme, du charme, l'esprit d'entreprise. Une meilleure entrepreneuse que moi, qui ai fait chuter l'entreprise familiale. Mais c'est le passé. Le présent m'a fait bien plus de cadeaux, des présents dont je me suis servis à meilleur escient. Eric nous avait trahi en jouant l'éternelle carte de l'individualiste. C'était sa décision de se dresser contre nous, c'était à nous de nous défendre.

Mais Susan ne semblait pas plus s'inquiéter que ça, comme si le fait que d'autres personnes hors normes existaient pour le gérer. Pourtant, j'estimais que c'était à nous deux de gérer cela. C'était notre histoire et sa présence ici, cette retrouvailles allait me le permettre. Les mains continuellement dans les poches, je gardais mes lèvres résolument closes. J'installai le carcan de la sévérité, cela se voyait même à travers ces lunettes de soleil.

Même après un bon moment de séparation, il était tout bonnement naturel pour elle de discerner mes expressions. J'acquiesçai simplement de la tête à chacun de ses propos jusqu'à ce qu'elle se justifie plus en profondeur car cela ne faisait aucunement avancer le débat. Et puis la méthode de réconciliation via la culpabilité s'incrusta dans ses propos. Je fronçai légèrement les sourcils, oui, j'ai regretté bien des choses au cours de ma vie... Et je regrette encore.

« J'aurai pu être un meilleur frère, j'aurai pu éviter de défier les Avengers quand je suis devenu... cet être. J'aurai pu tenter de ramener Eric. Mais il y a des choses que l'on ne peut pas changer, et ça tu le sais. »

Je me justifiais tout autant afin de ne pas rester au stade de dialogues de sourds. Après tout, je me devais être une figure qui allait la guider vers une voie plus prospère et vers une aventure aux dimensions plus énormes. J'avais besoin d'elle, pour ce qu'elle était mais aussi en tant que soeur. Je ne pouvais pas laisser le temps orchestrer une nouvelle fracture entre elle et moi. Je voulais au moins nous sauver car ça valait la peine. Elle se montrera sûrement bornée, ou en accord avec mes propos. Je devais être percutant. Un long soupire s'extirpa d'entre mes lèvres, et une main se libéra de ma poche pour se porter sur une branche de mes lunettes. J'enlevais cet accessoire utile qu'à cacher mes yeux brillants d'un violet aveuglant. C'était la signature de l'être que je représentais : un être ionique. Qu'avais-je d'humain à part ma morale et mes idéaux ? Rien. Physiquement j'étais devenu une entité.

« Tu vois, selon moi, tu vaux plus qu'un rôle de business woman. T'as toujours été plus ambitieuse que ça, à vouloir déplacer des montagnes. Celle qui renie sa famille, c'est celle qui se renie. » Je marquais dés lors une légère pause, le ton sec et pourtant affecté par la situation. « Mais ça, c'est sûrement parce que tu n'ose pas t'engager réellement dans tout ces conflits qui te dépassent. Un jour tu sais, tu seras entraînée de force et tu seras désorientée. »


fait par Blueberry


The Scarlet-Spider

Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité
MessageSujet: Re: brotherhood ⊹ ft. simon   Mer 12 Avr - 17:36

BROTHERHOOD

FT. SIMON S. WILLIAMS



SONG HERE.


La raison pour laquelle mes pouvoirs restaient enfouis au plus profond de mon être était dominée par la peur. Après les événements avec la loi qui porte les initiales de SRA, je me retrouvais encore plus indécise quant à un avenir où je pourrais dévoiler mes pouvoirs. Parfois, le contrôle m’échappait, me privant d’électricité pendant plusieurs jours. A Rand Enterprises, la lumière avait vacillé de nombreuses fois et ce malgré les réguliers changements d’ampoules diverses ; pour les employés cela relevait d’un phénomène inexpliqué. Évidemment, je n’allais pas révéler être la cause de ces perturbations. Je ne devais le révéler à personne. Pourtant, Simon savait. Une erreur de ma part lui avait fait prendre connaissance de ce qui sommeillait en moi, des capacités hors normes similaires aux siennes, similaires en certains points à celle d’Eric. Lorsque je constatais les dégâts qu’avaient eus le temps sur notre famille, j’en avais totalement pitié. C’était la faute de tout le monde après tout. Pas que de nos parents, pas que de mes grands frères et pas que de la mienne. Mais parfois, il est trop tard. J’aimerais penser l’inverse, cependant il faut se montrer réaliste.

Je n’étais pas sûre que Simon n’adhère encore à cette décision que j’avais prise. Déjà qu’il voyait d’un mauvais œil ma nouvelle direction dans le monde du business, devenant femme d’affaires respectée au sein de New York City dont la popularité était devenue compétitrice à celle de Stark Industries mais surtout à celle de Oscorp Industries. Mon frère avait toujours eut cette façon bien particulière de démontrer son mécontentement. Si l’on délaisse ses paroles, son visage exprimait parfaitement sa manière de penser. Sans parler de son regard qui peut s’avérer dur et froid. Le décevoir était une voie que j’avais indirectement choisie lorsque j’avais décidé de renier ma famille et de partir le plus loin possible d’eux sans même dire au revoir. « J'aurai pu être un meilleur frère, j'aurai pu éviter de défier les Avengers quand je suis devenu... cet être. J'aurai pu tenter de ramener Eric. Mais il y a des choses que l'on ne peut pas changer, et ça tu le sais. »

Bien sûr que je le savais. Les regrets se creusent. Et bien que ma situation aujourd’hui soit loin d’être ratée, il y a des choses que, si je le pouvais, je changerais. Mais il est actuellement impossible de faire marche arrière. La seule façon de se rattraper était d’assumer pleinement ses actes et, peut-être qu’un jour, nous serions pardonnés. « Tu vois, selon moi, tu vaux plus qu'un rôle de business woman. T'as toujours été plus ambitieuse que ça, à vouloir déplacer des montagnes. Celle qui renie sa famille, c'est celle qui se renie. » Peut-être bien. Je n’y avais jamais réellement réfléchi. Mes yeux se baissèrent lorsqu’il évoqua le fait que j’avais renié notre famille, le fait que je l’avais également renié lui. « Mais ça, c'est sûrement parce que tu n'oses pas t'engager réellement dans tous ces conflits qui te dépassent. Un jour tu sais, tu seras entraînée de force et tu seras désorientée. » Il marquait un point. Un jour, je serais bien obligée de faire face à cette cruelle réalité, d’une façon ou d’une autre. « Et si je n’y arrivais pas ? Et si je ne me contrôlais pas ? » La peur de perdre ma propre volonté à diriger mes pouvoirs demeurait. Elle était l’obstacle qui m’empêchait d’agir. « Qu’est-ce que je devrais faire, selon toi ? Devenir une super-héroïne comme toi ? » Je n’en ai pas le cran. Peut-être pas pour l’instant. Mais mon esprit confus m’empêchait d’y voir clair dans cette situation. « Je ne voudrais pas chercher à aider autrui si au bout du compte je ne fais qu’empirer la situation seulement parce-que je suis… différente. »

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: brotherhood ⊹ ft. simon   
Revenir en haut Aller en bas


 
brotherhood ⊹ ft. simon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Assassin's Creed Brotherhood III - [Xbox360/PC/PS3]
» Solution complète Castlevania II Simon's Quest
» Taymans, Carin et Simon : Ella Mahé
» Hero corp par simon Astier
» Amazon.fr - The Simon and Kirby Superheroes à moins de 5€

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
language ! :: La Pause Café :: Cimetière :: Anciens rps-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: